Navigation – Plan du site
En Question

La transaction audiovisuelle

Pour une anthropologie hors-texte
Marc Henri Piault
p. 103-140

Résumés

Marc Henri Piault, La transaction audiovisuelle : pour une anthropologie hors-texte. — L’auteur retrace l’aventure intellectuelle et philosophique du film ethnographique et de l’anthropologie visuelle. Grâce à la découverte du cinématographe, l’ethnologie allait pouvoir matérialiser une partie au moins du patrimoine immatériel. Le cinématographe et l’anthropologie étant les enfants naturels d’une liaison coloniale, cette aventure est également politique. Le texte nous mène de l’idéologie scientiste des débuts au doute postmoderne qui nous habite encore, de la mission civilisatrice propre à la rationalité conquérante aux tentations de sa contestation grâce aux fantasmes exotiques. Sont ainsi successivement interrogés le Grand Partage entre la modernité (justiciable de la sociologie) et les sociétés traditionnelles (réservées à l’ethnologie), la célébration de l’exotisme, le culte des différences comme antidote aux maux de la modernité et la mise en tourisme du monde. Après les indépendances et avec les progrès du 16 mm et du son synchrone, de nouvelles interrogations surgissent à la faveur d’expériences qui prônent davantage de dialogisme, voire une anthropologie partagée. La fin des années 1970 est marquée par le rejet des normes (des mythes ?) scientifiques au profit d’une légitimation nouvelle de la subjectivité et de la mise en lumière de la dimension « politique » de l’enquête de terrain. L’anthropologie visuelle ne croit plus en la théorie du reflet : on passe du cinéma comme reproduction du réel au cinéma comme production d’un réel. Pour caractériser ce qui se dessine devant nous, l’auteur propose le concept d’espace transactionnel. Le « terrain » n’est plus un espace désigné au préalable, mais le mouvement constant de regards échangés, d’observations réciproques et susceptibles d’appréciations contradictoires. L’auteur plaide pour une nouvelle anthropologie générale qu’il appelle pour échapper à une désignation technologique, une anthropologie hors-texte.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article reprend, pour la démonstration, certains des matériaux présentés dans le livre Anthropologie et cinéma (Piault 2008 [2000]). Une version abrégée et substantiellement différente de ce texte a été présentée, sous le titre « Anthropologie et le “Passage à l’image-son” », lors de la XIIIe Rassegna internazionale di cinema etnografico, qui s’est tenue à Nuoro (Sardaigne) en septembre 2006, et apparaît dans le catalogue distribué à cette occasion.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Cinématographe et anthropologie : les enfants naturels d’une liaison coloniale
L’objectivisme de la description et l’inventaire colonial
Les principales questions sont posées dès le début du xxe siècle
Relations entre réalisateurs professionnels et anthropologues
Relations entre réalité et fiction
Conditions et limites de la reconstitution
Expérimentation technologique, réflexion méthodologique
Le champ d’une rétrospection
Les fondements d’une perspective épistémologique
L’exotisme et l’autre comme aventure
Pour une décolonisation du son
Une anthropologie dialogique ?
Un espace d’interactions et de transactions
Une hyperscénographie du probable : l’anthropologie hors-texte

Aperçu du texte

L’anthropologie de terrain est contemporaine de la naissance du cinéma et les premiers films furent en fait ethnologiques : non seulement comme enregistrements, sans intention, d’une réalité ethnographique, mais précisément comme projet spécifique, délibéré, dans la perspective du développement de notre discipline. L’opération ethnologique d’extraction du quotidien hors de sa gangue d’habitudes et l’entreprise de faire voir ce que l’usure des promiscuités et l’aveuglement du temps avaient fait disparaître du regard, c’est là ce qui entraîne l’étonnement, la stupéfaction même des premiers spectateurs des films Lumière. La banalité des sorties d’atelier ou des repas enfantins devient d’un coup la découverte miraculeuse, en 1895, de La Sortie de l’usine Lumière à Lyon ou du Goûter de bébé : la réalité des jours ordinaires, qui s’était évanouie d’être sans cesse côtoyée, fait à nouveau irruption dans l’attention ressuscitée des spectateurs. On ne peut dès lors plus douter qu’il s’agit d...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Marc Henri Piault, « La transaction audiovisuelle », L’Homme, 226 | 2018, 103-140.

Référence électronique

Marc Henri Piault, « La transaction audiovisuelle », L’Homme [En ligne], 226 | 2018, mis en ligne le 20 juin 2020, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/31659 ; DOI : 10.4000/lhomme.31659

Haut de page

Auteur

Marc Henri Piault

Centre national de la recherche scientifique – Centre d’études africaines (CEAF), Paris – marc.piault@orange.fr

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals