Navigation – Plan du site
Les sens de la préhistoire

Les hommes préhistoriques n’ont jamais été modernes

Charles Stépanoff
p. 123-152

Notes de la rédaction

À propos de : Emmanuel Guy, Ce que l’art préhistorique dit de nos origines, Paris, Flammarion, 2017 (« Au fil de l’histoire ») ; et Baptiste Morizot, Les Diplomates. Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant, Marseille, Wildproject, 2016 (« Domaine sauvage »).

Notes de l’auteur

Je remercie Laurent Berger, Baptiste Morizot et Jean-Denis Vigne pour leur lecture de ce texte et leurs précieux commentaires.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le paradoxe de l’art des grottes
Stockage sans hiérarchie
Un naturalisme en germe ?
Sur les pas du loup
Retour sur Haudricourt
Un animal-produit ?
Le sauvage au Néolithique
La part du loup
Le loup, ennemi d’État
Quel chamanisme pour quelle diplomatie ?

Aperçu du texte

Quand et comment s’est constitué le singulier rapport à la nature, fait d’appropriation et d’exploitation, qui caractérise l’Occident et qui s’est étendu ces derniers siècles à travers tous les continents au point d’apparaître aujourd’hui comme responsable d’une crise écologique globale ? Deux ouvrages récents viennent proposer une « généalogie » des schèmes relationnels de notre modernité à partir de deux enquêtes aux thèmes très différents, mais qui présentent néanmoins d’intéressants parallèles pour l’anthropologue. Tout sépare à première vue ces deux essais : le premier, Ce que l’art préhistorique dit de nos origines, œuvre d’un préhistorien, Emmanuel Guy, porte sur l’interprétation de l’art des grottes paléolithiques, tandis que le second, Les Diplomates, écrit par un philosophe de l’environnement, Baptiste Morizot, concerne l’écologie du loup et ses rapports avec les humains. Pourtant, les deux enquêtes proposent des interprétations profondément nouvelles du regard occidental ...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Charles Stépanoff, « Les hommes préhistoriques n’ont jamais été modernes », L’Homme, 227-228 | 2018, 123-152.

Référence électronique

Charles Stépanoff, « Les hommes préhistoriques n’ont jamais été modernes », L’Homme [En ligne], 227-228 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/32370

Haut de page

Auteur

Charles Stépanoff

École pratique des hautes études – Laboratoire d’anthropologie sociale (UMR 7130), PSL, Paris – charles.stepanoff@ephe.sorbonne.fr

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals