Navigation – Plan du site
Varia

Boire l’opium

Un rituel d’hospitalité en Inde du Nord
Opium Drinking : A Ritual of Hospitality in North India
Sandrine Prévot
p. 209-236

Résumés

Sandrine Prévot, Boire l’opium : un rituel d’hospitalité en Inde du Nord. — Cet article porte sur la consommation de la boisson d’opium, une ancienne pratique sociale faisant l’objet d’un rituel communautaire en Inde du Nord. Réservé à l’accueil des membres d’une même caste, ce breuvage est au cœur de la commensalité qui constitue un aspect fondamental de la sociabilité et de la solidarité de caste. Toxique, la boisson d’opium joue le rôle de catalyseur social grâce à son partage lors d’un rituel agonistique. Sacrificielle, elle transcende les règles ordinaires de pureté et de contact corporel. Cette pratique sociale, peu commune en contexte hindou en raison des restrictions de contacts physiques entre castes, nous montre que l’hospitalité au sein de la caste peut être analysée comme un processus politique visant à entretenir ou forger les réseaux de solidarité et d’alliance.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La consommation de l’opium en Inde
Une consommation ancienne et largement répandue
Usages médicaux et non médicaux
Les formes de consommation
L’opium mangé
L’opium bu
L’opium fumé
La boisson d’opium et d’hospitalité chez les Raika
Une hospitalité conditionnelle et élitiste
Une hospitalité exceptionnelle et masculine
Déroulement d’une cérémonie d’opium
Une hospitalité agonistique
Une commensalité égalitaire
Une hospitalité sacrificielle

Aperçu du texte

En 1878, Alexander Kinloch Forbes, administrateur colonial britannique, décrivait, dans Rās Mālā. Hindu Annals of Western India, with Particular Reference to Gujarat, une cérémonie d’opium appelée la « coupe rouge » (red cup), lors de laquelle les chefs rajput partageaient avec leurs invités et les membres du clan une boisson en signe d’hospitalité, de réconciliation, d’amitié et d’alliance :

« In times of peace and ease the Rajput leads an indolent and monotonous life […]. At this hour the chief gets up again, washes his hands and face, and prepares for the great business of the day, the distribution of the red cup, kusumba or opium. He calls together his friends into the public hall, or perhaps retires with them to a garden-house. Opium is produced, which is pounded in a brass vessel and mixed with water ; it is then strained into a dish with a spout, from which it is poured into the chief’s hand. One after the other the guests now come up, each protesting that kusumba is wholly re...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Sandrine Prévot, « Boire l’opium », L’Homme, 227-228 | 2018, 209-236.

Référence électronique

Sandrine Prévot, « Boire l’opium », L’Homme [En ligne], 227-228 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/32514 ; DOI : 10.4000/lhomme.32514

Haut de page

Auteur

Sandrine Prévot

Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (Ceias), Paris – sandrineprevot@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals