Navigation – Plan du site
Les sens de la préhistoire

Le proche et le lointain

La perception sensorielle en préhistoire
The Near and the Far : Sensory Perceptions in Prehistory
Sophie A. de Beaune
p. 69-100

Résumés

Sophie A. de Beaune, Le proche et le lointain : la perception sensorielle en préhistoire. — De même que les ethnologues étudiant des populations lointaines leur prêtent des intentions et des volitions en s’appuyant sur leur propre vie psychologique, les préhistoriens prêtent des aptitudes sensorielles aux hommes de la préhistoire en s’appuyant sur leurs propres sensations. On examinera ici le bien-fondé d’une telle démarche. À partir d’indices indirects, nous verrons qu’il est possible d’avancer l’hypothèse que la perception sensorielle des uns et des autres participe d’une commune humanité. Le préhistorien travaille sur de l’ineffable, du quasi-imperceptible. Il n’est pourtant pas illusoire de constituer un système d’hypothèses cohérent, dès lors qu’on soumet chacune de ces traces aux contrôles que permettent aujourd’hui des disciplines auxiliaires d’une haute technicité, et qu’on s’ouvre à la comparaison avec les apports des autres sciences humaines. Se fondant sur les données accessibles aujourd’hui en préhistoire et, en particulier, sur ses propres recherches sur les techniques préhistoriques, sans toutefois s’interdire quelques incursions dans le domaine ethnographique, l’auteure propose ici des hypothèses sur les perceptions sensorielles des hommes du Paléolithique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La question d’une commune humanité
Retrouver les perceptions sensorielles
Le toucher
La vue
L’ouïe
L’odorat
Le goût

Aperçu du texte

« Depuis sa petite enfance, il est familier par toucher autant que par vue des espèces végétales, chacune habillée d’une écorce rugueuse ou lisse, d’une peau poilue ou non, et pareil pour leurs feuilles, épines, graines ou fruits, son corps habitué à presque toutes entre lesquelles il a vécu. Sur les écorces ma main rejoint la sienne, ma main est la sienne, par le biais d’une sensation forcément identique au contact du râpeux, des entailles, ou du lisse tendu, de l’uni, qui distinguent les espèces » (Trassard 2000 : 30).

Les liens entre l’anthropologie biologique, l’ethnologie et la préhistoire se sont peu à peu distendus au cours de l’histoire intellectuelle et institutionnelle de ces trois disciplines (Bocquet-Appel, Formoso & Stépanoff 2017), mais elles partagent cependant encore un grand nombre de questionnements. Nous verrons ici que les interrogations sur les perceptions sensorielles des populations du passé intéressent chacune de ces disciplines, auxquelles il faut ajouter l’h...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Sophie A. de Beaune, « Le proche et le lointain », L’Homme, 227-228 | 2018, 69-100.

Référence électronique

Sophie A. de Beaune, « Le proche et le lointain », L’Homme [En ligne], 227-228 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/32967 ; DOI : 10.4000/lhomme.32967

Haut de page

Auteur

Sophie A. de Beaune

Université Jean Moulin-Lyon 3 et Université Paris-Nanterre – Archéologies et sciences de l’Antiquité (ArScAn – UMR 7041), Nanterre – sophie.de-beaune@univ-lyon3.fr

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals