Navigation – Plan du site
Varia

La fabrique d’une musique touarègue

Analyse comparée, du Sahara à la World Music
The Making of Tuareg Music : Comparative Analysis, from the Sahara Desert to the World Music
Marta Amico
p. 179-208

Résumés

Marta Amico, La fabrique d’une musique touarègue : analyse comparée, du Sahara à la World Music. — Cet article porte sur la trajectoire d’une ligne mélodique et poétique, depuis son enregistrement, dans les années 1980, dans le désert du Sahara par un collectif de musiciens touaregs, jusqu’à sa promotion, au début des années 2000, en tant que chanson diffusée sur le marché musical de la World Music. L’analyse comparée de deux versions de cette pièce musicale, l’une sur cassette audio anonyme et l’autre sur album commercialisé, permet d’aborder le processus de traduction à la fois sonore et culturelle l’ayant transformée en échantillon représentatif d’une identité musicale mondialisée. Cet exercice de pistage d’un morceau montre sous un nouveau jour les modalités pratiques de la fabrication d’un « son World Music » qui soutiennent la production symbolique de la musique touarègue, entendue comme catégorie à dénomination ethnique promise à la reconnaissance internationale. Plus largement, le décryptage des enregistrements permet de mieux comprendre les opérations esthétiques et symboliques qui transforment des répertoires traditionnels, caractérisés par une interconnaissance entre musiciens et public, en œuvres de World Music proposées à l’écoute globale. Suivant les mécanismes sonores, visuels et discursifs qui composent notre perception de la musique touarègue, nous rentrons ainsi au cœur de la production de la mondialisation musicale contemporaine.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La cassette, vecteur transsaharien d’un message révolutionnaire
Chetma, un poème chanté pour la prise de Kidal
Amassakoul, la construction d’un album entre Bamako et la France
Chetma, une musique touarègue pour un public européen

Aperçu du texte

Quelque part dans le désert du Sahara, entre le Nord du Mali et le Sud de l’Algérie en 1989 ou 1990, à la veille d’un conflit armé, des hommes et des femmes jouent sur des guitares électriques et chantent en chœur un répertoire commun. Une radiocassette est réglée sur la touche [Rec]. Plusieurs années plus tard, en 2003, dans un studio d’enregistrement à Bamako, capitale du Mali, c’est un ensemble nommé « Groupe de musique touarègue » qui interprète des « chansons ». Entouré d’un important matériel technique, il est assisté par un ingénieur du son venu exprès de France pour réaliser un enregistrement sous la forme d’un « album ». Il s’agit de deux situations où l’on produit « de la musique ». Dans la première, l’enregistrement est effectué par des acteurs non identifiés au sein d’une communauté saharienne. Dans la seconde, les acteurs ont des identités professionnelles bien définies : l’ingénieur du son se nomme Jaja et les musiciens appartiennent au groupe Tinariwen ; ensemble, ils...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Marta Amico, « La fabrique d’une musique touarègue », L’Homme, 227-228 | 2018, 179-208.

Référence électronique

Marta Amico, « La fabrique d’une musique touarègue », L’Homme [En ligne], 227-228 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/32979 ; DOI : 10.4000/lhomme.32979

Haut de page

Auteur

Marta Amico

Université Rennes 2 – EA Arts, pratiques et poétiques (EA 3208), Rennes – marta.amico@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals