Navigation – Plan du site
Varia

Sous le regard des martyrs à Téhéran

Une approche anthropologique de l’iconographie urbaine
Under the Eye of Tehran’s Martyrs : An Anthropological Approach to Urban Iconography
Sepideh Parsapajouh
p. 7-48

Résumés

La ville de Téhéran abrite aujourd’hui d’innombrables peintures murales aux dimensions impressionnantes, de couleurs et de styles variés, parmi lesquelles les portraits des martyrs de la guerre Iran-Irak (1980-1988) sont le sujet de prédilection. Ces peintures renvoyant à divers événements sociopolitiques touchent différentes catégories de la population urbaine : combattants et membres de leurs familles, artistes amateurs ou professionnels, autorités publiques et citadins plus ou moins engagés. Cet article propose une réflexion anthropologique sur la dynamique spatiale, les interactions entre ces différentes catégories d’acteurs et le sens de ces images, à la fois pour ceux qui les produisent et pour ceux qui les regardent. En nous appuyant sur des observations et des entretiens effectués sur le terrain, mais aussi sur des sources historiques, des témoignages publiés, des documents visuels (photographies, dessins et croquis), nous analysons, à travers des périodes distinctes de l’histoire récente de l’Iran, l’apparition progressive et la politisation des peintures murales de Téhéran en lien avec les appartenances locales.

Haut de page

Notes de l’auteur

Remerciements : Cette recherche doit beaucoup à ma collègue Agnès Devictor, historienne de l’art, avec qui j’ai partagé de riches échanges autour de cette thématique et lors de diverses événements scientifiques, à Paris comme à Téhéran entre 2015 et 2017, mais aussi à Anne Raulin avec qui nous avons élaboré le projet initial de cet article dans le cadre du programme « Villes expressives ». Je tiens à remercier aussi tous ceux qui m’ont confié leurs souvenirs et connaissances : Farnaz Ghorbani, Mohammad Ghorbani, Sedigheh Yaghoobi, Mohamad Saduq, Mahdi Qaem-Pour, Hossein Khosrojerdi, Alireza Kamari, Minoo Khany, Mohammad Chitchiyan, sans oublier ceux qui ont préféré rester anonymes.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’entrée en guerre et le réveil de la martyrologie
L’apparition d’une peinture “engagée” au centre-ville
La production des portraits de martyrs, de l’initiative populaire à l’institutionnalisation
L’investissement des quartiers populaires dans la guerre
Martyrologie et iconographie dans les quartiers populaires
Vers une institutionnalisation des portraits de martyrs
La fin de la guerre et l’expansion de l’iconographie murale
Vivre sous le regard des martyrs

Aperçu du texte

La ville de Téhéran, comme d’autres grandes villes iraniennes, abrite aujourd’hui d’innombrables peintures murales réalisées sous l’égide de la municipalité et parfaitement entretenues. Ces fresques aux dimensions monumentales attirent l’attention de tout passant non accoutumé à des espaces visuels aussi denses et colorés. Les murs arborent des motifs de toutes sortes : personnages (homme, femme, saint, héros), fleurs (tulipe, rose, coquelicot), oiseaux (aigle, phénix, pigeon), arbres (cyprès, saule pleureur), objets (livre, bougie, miroir, chaise, arme, bottes), etc. Ces motifs sont plus ou moins bien exécutés, mais aucun n’est anodin. Abstraits ou figuratifs, tous sont porteurs d’un sens, car tous se réfèrent à des événements, des acteurs ou à des idées politiques et religieuses liés à l’histoire récente du pays. Les portraits des martyrs de la guerre Iran-Irak (1980-1988) sont le sujet de prédilection de cette iconographie.

Ces peintures murales postrévolutionnaires ont fait déjà ...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Sepideh Parsapajouh, « Sous le regard des martyrs à Téhéran », L’Homme, 229 | 2019, 7-48.

Référence électronique

Sepideh Parsapajouh, « Sous le regard des martyrs à Téhéran », L’Homme [En ligne], 229 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/33079 ; DOI : 10.4000/lhomme.33079

Haut de page

Auteur

Sepideh Parsapajouh

Centre national de la recherche scientifique – Centre d’études en sciences sociales du religieux (Césor), Paris – sepideh.parsapajouh@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals