Navigation – Plan du site
Transformations chinoises : institutions, modèles, figures

L’emprise des maîtres

Savoir et autorité dans la Chine médiévale (ive-vie siècle)
The Grip of the Masters : Knowledge and Authority in Medieval China (ivth-vith Century)
Pablo Ariel Blitstein
p. 49-76

Résumés

Dans cet article, nous aborderons le rôle de la relation maître-disciple dans les représentations politiques de la Chine médiévale. Il ne s’agira pas seulement de montrer comment la figure du maître permettait de légitimer une entreprise savante, mais aussi d’examiner comment elle était utilisée à la fois pour conceptualiser et pour organiser les institutions impériales. Tout d’abord, nous analyserons la figure du maître dans le monde lettré de Jiankang, capitale des dynasties qui se sont succédée dans le Sud de la Chine entre le ive et le vie siècle. Ensuite, nous verrons dans quelle mesure des pratiques et des représentations issues de la relation maître-disciple organisaient les institutions de la cour et de l’administration impériale. Enfin, nous montrerons comment les controverses lettrées autour des « maîtres anciens » pouvaient orienter l’évolution des institutions impériales et façonner le sens même du rôle d’empereur.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les maîtres et l’écriture
Le pouvoir des maîtres
L’empereur et l’autorité du maître ancien
La “juridiction magistérielle”

Aperçu du texte

Dans la postface à son Esprit des lettres en dragon ciselé (Wenxin diaolong 文心雕龍), vers l’année 500, Liu Xie 劉勰 (465-522 ?) explique en quelques lignes les raisons pour lesquelles il a écrit ce traité :

予生七齡,乃夢彩雲若錦,則攀而採之。齒在踰立,則嘗夜夢執丹漆之禮器,隨仲尼而南行;旦而寤,迺怡然而喜。大哉聖人之難見也,乃小子之垂夢歟!自生人以來,未有如夫子者也。敷讚聖旨,莫若注經,而馬鄭諸儒,弘之已精,就有深解,未足立家。唯文章之用,實經典枝條,五禮資之以成,六典因之致用。君臣所以炳煥,軍國所以昭明,詳其本源,莫非經典。

« À 7 ans, j’ai rêvé de nuages colorés comme des soieries ; j’ai rêvé que je rampais et que je les prenais de ma main. À trente ans, j’ai encore rêvé que je prenais un instrument rituel laqué en rouge et que je suivais Confucius vers le Sud : le matin, quand je me suis réveillé, j’étais tout content. Qu’il est difficile de voir le Sage ! Et il est apparu dans les rêves d’un homme aussi insignifiant que moi ! Depuis que l’humanité est née, nul n’a été aussi grand que le Maître. Or, si je voulais transmettre les enseignements du Sage, il n’y avait rien de mieux que d’écrire des commentaires sur les Livres canoniques. Mais des ...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Pablo Ariel Blitstein, « L’emprise des maîtres », L’Homme, 229 | 2019, 49-76.

Référence électronique

Pablo Ariel Blitstein, « L’emprise des maîtres », L’Homme [En ligne], 229 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/33143 ; DOI : 10.4000/lhomme.33143

Haut de page

Auteur

Pablo Ariel Blitstein

École des hautes études en sciences sociales – Centre de recherches historiques (CRH), Paris – pablo.blitstein@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals