Navigation – Plan du site
Transformations chinoises : institutions, modèles, figures

La réinvention des marieuses

Ethnographie d’une agence matrimoniale en Chine urbaine
Reinventing Matchmakers : Ethnography of a Matrimonial Service Agency in Urban China
Jean-Baptiste Pettier
p. 77-98

Résumés

Les marieuses sont en Chine une institution sociale ancienne. Elles furent longtemps imposées par l’État impérial afin de contrôler les mœurs et les familles. Considérées comme un frein à l’émancipation des nouvelles générations au début du xxe siècle, et donc comme l’une des causes du retard chinois, elles furent par la suite interdites par le régime communiste. La pratique de l’intermédiation matrimoniale n’a cependant jamais vraiment cessé et les réformes économiques conduites, depuis les années 1980, semblent avoir accéléré leur réinvention sous de nouvelles formes. Longtemps indispensables à tout mariage « honnête », les marieuses, aujourd’hui, sont au contraire plutôt associées à un manque d’autonomie personnelle chez les candidats au mariage. L’évolution de leur position sociale renouvelle les questionnements théoriques classiques sur la place de l’individu ou des sentiments personnels dans le choix du conjoint en Chine. Cet article propose de le montrer à partir de l’ethnographie d’une agence matrimoniale de la ville de Chengdu.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Sébastien Roux pour sa relecture serrée du texte et ses précieux commentaires.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Des marieuses “2.0”
La crédibilité sociale négociée des marieuses
L’inscription en agence matrimoniale
De la présentation à la rencontre
Les contradictions du choix matrimonial contemporain
Une institution actuelle

Aperçu du texte

« C’est la destinée objective, aussi bien que le devoir moral, d’entrer dans l’état de mariage […]. Il y a ici deux extrêmes : l’un, c’est que les arrangements des parents bien intentionnés soient le commencement et que l’inclination naisse
chez les personnes destinées à l’union réciproque de l’amour, du fait qu’elles prennent conscience d’y être destinées […]. Dans l’autre extrême, c’est la singularité infinie qui fait valoir ses prétentions et qui est en accord
avec le principe subjectif du monde moderne »
Hegel (1940 [1820] : 87, §162).

Le xxe siècle a été marqué en Chine par les débats sur la place de la famille et des marieuses dans le choix du conjoint. À partir de la fin du xixe siècle, le recours aux marieuses a été peu à peu considéré comme un handicap empêchant les nouvelles générations d’affirmer leur individualité à la manière des Occidentaux. Que leur démarche ait été philosophique, militante ou littéraire, les jeunes intellectuels de la Chine républicaine (1912-1949) ont ...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Jean-Baptiste Pettier, « La réinvention des marieuses », L’Homme, 229 | 2019, 77-98.

Référence électronique

Jean-Baptiste Pettier, « La réinvention des marieuses », L’Homme [En ligne], 229 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/33239 ; DOI : 10.4000/lhomme.33239

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Pettier

Freie Universität Berlin, Affective Societies Collaborative Research Center Berlin (Allemagne) – jb.pettier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals