Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

Jean-Pierre Digard, L’Animalisme est un anti-humanisme

Florence Burgat
p. 199-200
Référence(s) :

Jean-Pierre Digard, L’Animalisme est un anti-humanisme, Paris, Cnrs Éd., 2018, 128 p., bibl., gloss.

Texte intégral

1Ce livre est composé de trois parties – « Les rapports humains-animaux et leur évolution » ; « Les mutations des sensibilités, de l’animalitaire à l’animalisme » ; « Les mensonges de l’animalisme » – et d’un bref programme : « Résister, comment ? ». Notons qu’aucune donnée sur la condition animale n’y figure, alors que celle-ci motive le mouvement animaliste, et que l’humanité n’a jamais autant maltraité et tué d’animaux qu’aujourd’hui.

2Selon Jean-Pierre Digard, « l’explosion du phénomène “animaux de compagnie” » (p. 16) serait à l’origine d’un « idéal de sous-utilisation voire de non-utilisation des animaux » (p. 19). Vivre avec des animaux familiers engendrerait un « prisme déformant » (p. 20) conduisant à considérer que tout animal devrait avoir le droit de vivre sa vie, et non d’être systématiquement voué à l’engraissement, au dressage, à l’abattage. Cette vue aurait « contaminé » (p. 55) l’éthologie, tenue en piètre estime par l’auteur (p. 56), mais également l’anthropologie (p. 59). Aussi déplore-t-il que certains travaux puissent offrir « une caution et un lustre inespérés » (p. 59) à l’animalisme. Il est facile de rétorquer que pour savoir qui ils sont, seule vaut l’observation d’animaux susceptibles de manifester un comportement, ce qui est le cas des animaux de compagnie et des animaux sauvages, et non de ceux qui sont confinés, dans les élevages notamment.

3Jean-Pierre Digard n’étaye pas la thèse a priori – et qui aurait donc mérité quelques développements – selon laquelle « l’animalisme est un anti-humanisme ». Il déclare en revanche d’emblée que ce sont aux « faits » et à leur « matérialité » (p. 11) qu’il donnera le premier et le dernier mot ; ce sont eux qui disent ce qui doit être. Les sociétés devraient-elles s’immobiliser dans leurs pratiques, quelles qu’elles soient et quelle que soit l’évolution des idées les concernant ? À l’instar des filières de production, il pense que les « débouchés » économiques, pour les animaux domestiques, doivent rester leurs « produits » (lait, viande, œufs, cuir, etc.) et leurs « utilisations » (corrida, équitation, etc.) (p. 91).

  • 1 Cf. le Martin’s Act, voté en 1822 par le Parlement du Royaume-Uni.
  • 2 Cf. Élisabeth Hardouin-Fugier : « Un recyclage français de la propagande nazie : la protection légi (...)

4Ni analyse des concepts ni débat d’idées dans ce livre, ou plutôt ce libelle, tant il est injurieux et violent. Que l’on en juge : « L’idéologie animaliste » répand une « propagande » (p. 40) « mensongère » (p. 65) et « obscurantiste » (p. 75) ; ses méthodes sont les « petites supercheries » et les « techniques trompeuses » (p. 66), quand elle ne recourt pas à de « véritables supercheries » (p. 76) ; ses sources sont des « sondages plus ou moins bidons » (pp. 79, 96 sqq. – le mot « bidon », qui revient souvent, pourrait bien être celui que le lecteur gardera en tête). Puis vient l’argument décisif : « Hitler était végétarien et aucun régime politique n’eut une législation plus favorable aux animaux que le IIIe Reich » (p. 78). Jean-Pierre Digard n’est pas à jour dans ses lectures, car ces éléments ont été démentis. Premièrement, pour l’amateur de saucisses et de gibier qu’était Hitler, s’abstenir de ces viandes était dicté par des raisons médicales. Deuxièmement, c’est l’Angleterre qui, la première, légiféra en Europe pour établir un droit animalier1. La loi nazie ne fit donc que reprendre des dispositions antérieures, lesquelles, comme dans toutes les législations du monde, se bornaient à condamner les « souffrances inutiles » à la finalité d’un acte2.

5La question qui taraude l’auteur est celle-ci : comment une idéologie bidonnée parvient-elle à faire plier non seulement la presse (pp. 39 sqq.), mais encore le législateur (pp. 30 sqq.) et les institutions (pp. 42 sqq.) ? D’où un groupuscule composé de menteurs et de faibles d’esprit tire-t-il une telle force ? Jean-Pierre Digard a la réponse : « Dans cet organe à fabriquer du sens qu’est le cerveau, les émotions, qui sont spontanées, tendent à l’emporter sur le raisonnement » (p. 99). L’explication, courte, nous tient loin du débat de fond que le lecteur est en droit d’attendre d’un anthropologue.

  • 3 Cf. Martin Heidegger, Les Concepts fondamentaux de la métaphysique : Monde-Finitude-Solitude. Cours (...)
  • 4 Cf. Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes(...)
  • 5 Cf. Claude Lévi-Strauss : « Jean-Jacques Rousseau, fondateur des sciences de l’homme », in Anthropo (...)
  • 6 Cf. notamment René Descartes, Discours de la méthode [1637], in Œuvres philosophiques, 1. 1618-1637(...)

6Relevons, enfin, quelques erreurs alors que la « vérité » et la « rigueur méthodologique » (p. 10 et p. 100) animent cet auteur. Il range Heidegger parmi les philosophes qui ont témoigné de la compassion envers les animaux (p. 76), or son cours sur l’animalité rassemble les pages les plus réductionnistes en l’occurrence3. Rousseau est loué pour avoir « célébré “le propre de l’Homme” » (id.), or, si Rousseau établit, en effet, une distinction radicale entre l’homme et les animaux, qui tient dans la liberté de différer des règles de la nature, il est aussi celui qui dégage le critère fondant non seulement les droits des humains mais encore les droits des animaux : la sensibilité4 ! C’est, comment l’ignorer, dans le sillage de Rousseau que Claude Lévi-Strauss inscrit sa propre critique d’un humanisme borné à l’humain, et qu’il réclame une attention aux autres êtres vivants et des droits en leur faveur5. Enfin, la leçon donnée aux « philosophes animalistes », qui « attribuent à tort à Descartes confondu avec Nicolas Malebranche (1638-1715) » (p. 28) la thèse de l’animal-machine, tombe à plat. Car c’est bien Descartes (1596-1650) qui, dans le cadre d’un dualisme strict des substances, range les animaux du côté de la res extensa et théorise ce que la postérité nommera l’« animal-machine »6.

7Ces pages, bien souvent haineuses, réjouiront peut-être certains soutiens des « filières animales », mais laisseront sur sa faim tout lecteur curieux du mouvement animaliste.

Haut de page

Notes

1 Cf. le Martin’s Act, voté en 1822 par le Parlement du Royaume-Uni.

2 Cf. Élisabeth Hardouin-Fugier : « Un recyclage français de la propagande nazie : la protection législative de l’animal », Écologie & Politique, 2002, 24 : 51-70 ; et « Naissance de la protection animale dans le droit européen », in Jean-Pierre Marguénaud & Olivier Dubos, eds, Les Animaux et les droits européens. Au-delà de la distinction entre les hommes et les choses, Paris, Pédone, 2009 : 21-34.

3 Cf. Martin Heidegger, Les Concepts fondamentaux de la métaphysique : Monde-Finitude-Solitude. Cours professé à l’Université de Fribourg-en-Brisgau pendant le semestre d’hiver 1929-1930, trad. de l’allemand par Daniel Panis et éd. par Friedrich-Wilhelm von Herrmann, Paris, Gallimard, 1992 (« Bibliothèque de philosophie. Série Œuvres de Martin Heidegger ») : 265-396.

4 Cf. Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes [1755], in Œuvres complètes, 3. Du Contrat social. Écrits politiques, éd. par Bernard Gagnebin et Marcel Raymond, Paris, Gallimard, 1964 (« Bibliothèque de la Pléiade ») : 124-126 et 141-142, notamment.

5 Cf. Claude Lévi-Strauss : « Jean-Jacques Rousseau, fondateur des sciences de l’homme », in Anthropologie structurale deux, Paris, Plon, 1962 : 45-56 ; et « Réflexions sur la liberté [1976] », in Le Regard éloigné, Paris, Plon, 1983 : 371-382.

6 Cf. notamment René Descartes, Discours de la méthode [1637], in Œuvres philosophiques, 1. 1618-1637, éd. par Ferdinand Alquié, Paris, Garnier Frères, 1963 (« Classiques Garnier ») : 618-632.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Florence Burgat, « Jean-Pierre Digard, L’Animalisme est un anti-humanisme », L’Homme, 229 | 2019, 199-200.

Référence électronique

Florence Burgat, « Jean-Pierre Digard, L’Animalisme est un anti-humanisme », L’Homme [En ligne], 229 | 2019, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/33751

Haut de page

Auteur

Florence Burgat

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals