Navigation – Plan du site
Études & Essais

Le “roi-prêtre” n’existe (peut-être) pas

Christianisme et royauté sacrée dans les Grassfields (Cameroun)
The “Priest-King” Might Not Exist : Christianity and Sacred Kingship in the Grassfields (Cameroon)
Franck Beuvier
p. 71-104

Résumés

La figure anthropologique du roi-prêtre peine à s’accorder avec la réalité de l’institution de la chefferie Grassfields. Plus exactement, nous observons un motif dont l’histoire nous ramène à l’apparition d’une forme particulière, la « religion », et à la présence d’un prophète officiant : le missionnaire. L’analyse proposée revient sur les circonstances coloniales dans lesquelles le concept de « religion » fut introduit, un prisme qui permet de penser le déjà-là et de produire à plusieurs voix un récit biblique des origines de la royauté. L’objet de la religion dont il est question se révèle dans le cadre d’une cohabitation avec les missions, dans les enjeux politiques et rituels que génère la propagation de la doctrine et de la liturgie chrétiennes, amenant le souverain à endosser des habits religieux à même d’investir les lieux-symboles du christianisme. Cet article dévoile un pan méconnu du devenir de la royauté Grassfields durant la période coloniale, où le corps-fétiche du roi se fétichise à nouveaux frais.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Genèse d’une religion
La chefferie de la création
Le “levier du monde”
Le roi-prêtre : quand le chef se fait missionnaire
Un roi-prêtre ?

Aperçu du texte

« Question : Qu’enseigne la Parole de Dieu à propos des Rois ?
Réponse : Les rois sont des serviteurs de Dieu qui se soucient de vivre en paix.
Question : Qu’enseigne la Parole de Dieu sur le citoyen ?
Réponse : Tout le monde devrait obéir aux Rois
car ils ne s’intronisent pas eux-mêmes mais sont couronnés par Dieu…
Quiconque est contre les ordres du Roi est contre la loi de Dieu ».

Au chapitre de la royauté sacrée en Afrique, Le Rameau d’or de Sir James George Frazer est, de loin, l’ouvrage le plus cité. Un point de repère en forme de point de départ rappelait Alfred Adler (1992 : 637), en écho aux remarques de Michel Izard dans l’introduction du volume 1 (1981 : xliv). Dans l’édition définitive, les chapitres « Les magiciens comme rois » du Roi magicien dans la société primitive (Frazer 1981 [1911] : 209-234), « Le fardeau de la royauté » de Tabou et les périls de l’âme (Ibid. : 486-489), « La mise à mort du roi divin » et « L’héritage de l’âme » du Dieu qui meurt (Frazer 1983 [1911] : ...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Franck Beuvier, « Le “roi-prêtre” n’existe (peut-être) pas », L’Homme, 230 | 2019, 71-104.

Référence électronique

Franck Beuvier, « Le “roi-prêtre” n’existe (peut-être) pas », L’Homme [En ligne], 230 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/33937 ; DOI : 10.4000/lhomme.33937

Haut de page

Auteur

Franck Beuvier

Centre national de la recherche scientifique – Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC), Paris – franck.beuvier@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals