Navigation – Plan du site
Études & Essais

Le travail de l’énergie

Une enquête sur les magnétiseurs en région parisienne
The Work of Energy : A Survey on Magnetizers in Greater Paris
Fanny Charrasse
p. 41-70

Résumés

L’existence du fluide magnétique a été niée à de nombreuses reprises depuis sa première condamnation par l’Académie royale des sciences, en 1784 ; pourtant, rebaptisée « énergie », cette notion continue d’être utilisée aujourd’hui par des magnétiseurs dans des soins. Cet article présente une enquête sur l’énergie de façon pragmatique, en s’employant à définir son « mode d’existence » à partir d’observations de séances de magnétisme, ainsi que d’entretiens réalisés auprès de magnétiseurs en région parisienne. Cela aboutit à décrire l’énergie dans sa résistance aux opérations d’« objectivation » et de « subjectivation » auxquelles elle est soumise lors de soins, et à concevoir la particularité ontologique de cette entité comme un atout thérapeutique pour les magnétiseurs. Au terme de cet article, il apparaît, en effet, que c’est parce que l’énergie n’est ni tout à fait objectivable ni tout à fait subjectivable – parce qu’elle vient à l’existence par un processus successif d’objectivation et de subjectivation –, qu’elle nécessite un engagement à la fois physique et psychologique des patients, et apporte une réponse adaptée aux maux pour lesquels ces derniers consultent un magnétiseur.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier Caterina Guenzi, Grégory Delaplace et Paul Sorrentino pour leurs remarques sur une version antérieure de cet article, ainsi que Pierre Lagrange avec qui j’ai discuté certains arguments développés ici.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Aux limites de la médecine et de la psychologie : les émotions en cause
La radiesthésie : une lecture énergétique
Le magnétisme : un travail énergétique
L’énergie comme expérience
L’énergie : support de l’autoguérison
Plus subtiles que l’énergie : les âmes

Aperçu du texte

« La médecine va s’occuper du physique, un peu du liquide aussi, c’est-à-dire du système sanguin,
très peu du lymphatique – de l’immunité –, et pas du tout de la partie la plus importante : de la partie électrique.
La partie énergétique, c’est la partie électrique. L’électroencéphalogramme plat, c’est la mort »
(Extrait d’entretien avec une magnétiseuse et pédiatre).


« Je travaille sur la structure énergétique de l’être humain, on a tous une anatomie osseuse, le squelette,
j’emploie des mots qui sont pas tout à fait exacts mais c’est juste pour faire image,
on a tous une anatomie physiologique : les organes, les muscles, les tendons, les ligaments […],
et, on a tous une anatomie énergétique qui est la même, sauf que celle-là on ne la voit pas.
Et pourtant elle est bien réelle »
(Extrait d’entretien avec un magnétiseur).

« L’attouchement, l’imagination, l’imitation, sont les vraies causes des effets que l’on attribue au magnétisme : l’imagination est la plus puissante, l’attouchement ébran...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Fanny Charrasse, « Le travail de l’énergie », L’Homme, 230 | 2019, 41-70.

Référence électronique

Fanny Charrasse, « Le travail de l’énergie », L’Homme [En ligne], 230 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/34233 ; DOI : 10.4000/lhomme.34233

Haut de page

Auteur

Fanny Charrasse

École des hautes études en sciences sociales – Laboratoire interdisciplinaire d’études sur les réflexivités – Fonds Yan Thomas (LIER-FYT), Paris – fannycharrasse@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals