Skip to navigation – Site map

HomeIssues230Études & EssaisLe travail de l’énergie

Études & Essais

Le travail de l’énergie

Une enquête sur les magnétiseurs en région parisienne
The Work of Energy : A Survey on Magnetizers in Greater Paris
Fanny Charrasse
p. 41-70

Abstracts

The existence of magnetic fluid has been negated many times since it was first denied by the Royal Academy of Sciences in 1784, however, renamed « energy », this notion continues to be used today by magnetizers in their therapeutic practices. This article investigates energy in a pragmatic way. It seeks to define its « mode of existence » based on observations of magnetism sessions as well as interviews with magnetizers in and around Paris. This leads us to describe energy in its resistance to the operations of « objectification » and « subjectification » to which it is submitted during therapy and also, to posit the ontological particularity of this entity as a therapeutic asset used by magnetizers. In conclusion, it seems, indeed, that it is because energy is neither entirely objectifiable nor entirely subjectifiable – because it comes into existence through a successive process of objectification and subjectification – and requires both a physical and psychological commitment from patients that it can provide an appropriate response to the problems for which they consult a magnetizer.

Top of page

Author's notes

Je tiens à remercier Caterina Guenzi, Grégory Delaplace et Paul Sorrentino pour leurs remarques sur une version antérieure de cet article, ainsi que Pierre Lagrange avec qui j’ai discuté certains arguments développés ici.

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2022.
Read it

Outline

Aux limites de la médecine et de la psychologie : les émotions en cause
La radiesthésie : une lecture énergétique
Le magnétisme : un travail énergétique
L’énergie comme expérience
L’énergie : support de l’autoguérison
Plus subtiles que l’énergie : les âmes

First lines

« La médecine va s’occuper du physique, un peu du liquide aussi, c’est-à-dire du système sanguin,
très peu du lymphatique – de l’immunité –, et pas du tout de la partie la plus importante : de la partie électrique.
La partie énergétique, c’est la partie électrique. L’électroencéphalogramme plat, c’est la mort »
(Extrait d’entretien avec une magnétiseuse et pédiatre).


« Je travaille sur la structure énergétique de l’être humain, on a tous une anatomie osseuse, le squelette,
j’emploie des mots qui sont pas tout à fait exacts mais c’est juste pour faire image,
on a tous une anatomie physiologique : les organes, les muscles, les tendons, les ligaments […],
et, on a tous une anatomie énergétique qui est la même, sauf que celle-là on ne la voit pas.
Et pourtant elle est bien réelle »
(Extrait d’entretien avec un magnétiseur).

« L’attouchement, l’imagination, l’imitation, sont les vraies causes des effets que l’on attribue au magnétisme : l’imagination est la plus puissante, l’attouchement ébran...

Top of page

References

Bibliographical reference

Fanny Charrasse, « Le travail de l’énergie », L’Homme, 230 | 2019, 41-70.

Electronic reference

Fanny Charrasse, « Le travail de l’énergie », L’Homme [Online], 230 | 2019, Online since 01 January 2022, connection on 29 November 2020. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/34233 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.34233

Top of page

About the author

Fanny Charrasse

École des hautes études en sciences sociales – Laboratoire interdisciplinaire d’études sur les réflexivités – Fonds Yan Thomas (LIER-FYT), Paris – fannycharrasse@hotmail.fr

Top of page

Copyright

© École des hautes études en sciences sociales

Top of page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search