Navigation – Plan du site
Cumulus : Hoarding, Hosting, Hospitality

L’hospitalité des hoarders

Accumulations et relations dans l’espace domestique aux États-Unis
On the Hospitality of Hoarders : Accumulations and Relations in US Domestic Space
Alexander Newell
p. 111-134

Résumés

Mon enquête ethnographique sur les espaces de rangement aux États-Unis montre que les objets que l’on garde chez soi ne constituent pas seulement les traces matérielles des souvenirs personnels. Il arrive également, assez souvent, qu’ils soient appréciés par leurs possesseurs comme s’ils étaient des entités sociales envers lesquelles ceux-ci entretenaient une relation d’obligation, voire de parenté. Dans cet article, j’aborderai les pratiques d’accumulation – et leur forme extrême, connue sous le nom hoarding – comme l’expression d’une hospitalité envers les choses. Cela nous conduira à envisager le rapport aux objets non pas en termes de propriété, mais plutôt en termes d’hospitalité. Quand les objets deviennent des invités parasitaires qui envahissent l’espace domestique, comme c’est le cas chez les entasseurs, comment cela affecte-t-il leur capacité à accueillir leurs proches ? En évoquant les équilibres, toujours instables, entre hospitalité matérielle et hospitalité humaine, entre rétention et distribution, j’examinerai la complexité des liens entre les relations sociales et les relations aux choses, entre les richesses humaines et matérielles.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Ethnographie du stockage et du fourbi
Une relation d’hospitalité
Ed : un gardien du patrimoine familial réticent (niveau 1 sur l’échelle d’encombrement)
Gilles : “préserver l’histoire” (niveau 2 sur l’échelle d’encombrement)
Mélanie : la vitalité d’une maison pleine (niveau 5 sur l’échelle d’encombrement)
Ellen : contenir les excès, évacuer les regrets (niveau 1 sur l’échelle d’encombrement)
Richard : un hoarder soi-disant minimaliste (niveau 8 sur l’échelle d’encombrement)
La foule du fourbi : des “hordes” d’objets animés

Aperçu du texte

« Le fouillis est la manifestation de la liberté [Clutter is the manifestation of freedom] » pouvait-on lire sur une affichette jaunie négligemment collée sur un mur d’une habitation de trois étages, qui avait été, pendant plus de trente ans, le théâtre de ces « manifestations de liberté », comme en témoignait l’accumulation d’objets dans chacune des pièces. Lors de ma première rencontre avec les propriétaires, je compris qu’il était difficile pour Joshua et Rebecca de remettre en question le désordre qui régnait dans leur maison, car ils se disaient très heureux de vivre ainsi. Lucides, toutefois, sur le fait qu’ils ne pouvaient pas laisser à leurs deux filles adultes la lourde tâche de tout nettoyer après leur disparition, ils s’étaient résolus à répondre à l’annonce d’aide au rangement et au désencombrement que j’avais publiée dans un magazine local. Sur l’« échelle d’encombrement » (Clutter Image Scale) élaborée par Randy Frost et comptant 9 niveaux, qui fait référence dans le d...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Alexander Newell, « L’hospitalité des hoarders », L’Homme, 231-232 | 2019, 111-134.

Référence électronique

Alexander Newell, « L’hospitalité des hoarders », L’Homme [En ligne], 231-232 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/35549 ; DOI : 10.4000/lhomme.35549

Haut de page

Auteur

Alexander Newell

Université libre de Bruxelles – Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains, Bruxelles (Belgique) – Alexander.Newell@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals