Navigation – Plan du site
Cumulus : Hoarding, Hosting, Hospitality

Hôtes et otages

Entasser des objets chez soi dans le Japon contemporain
Hosts and Hostages : Accumulating Objects at Home in Contemporary Japan
Fabio Gygi
p. 151-172

Résumés

Fabio Gygi, Hôtes et otages : entasser des objets chez soi dans le Japon contemporain.— Les études portant sur la culture matérielle se placent souvent dans le cadre théorique de l’appropriation, selon lequel les êtres humains peuvent faire des objets leurs choses, en les investissant d’un sens. Mais que se passe-t-il quand un objet offert ne peut pas vraiment devenir le nôtre ? Cet article s’intéresse aux relations entre objets et humains du point de vue de l’hospitalité, de façon à saisir la tension qui existe entre l’adaptation active et l’exposition passive à la présence des objets dans l’espace domestique. Trois exemples ethnographiques portant sur la cohabitation problématique avec des animaux en peluches, des poupées Ichimatsu et du désordre chez les katazukerarenai onna (« femmes ne sachant pas ranger ») illustrent la nécessité de repenser ces relations en termes d’intendance plutôt que de propriété. Dans le premier exemple, les animaux en peluche deviennent des substituts des élèves d’une professeure de danse japonaise ; dans le deuxième, les poupées Ichimatsu qui survivent à leur propriétaire deviennent des présences dérangeantes dont il n’est possible de se débarrasser qu’au moyen de cérémonies funéraires. Enfin, dans les cas d’« accumulations extrêmes », la sociabilité entre humains est éclipsée par une relation d’« être-avec » des choses. Plutôt que d’interpréter ce phénomène comme « des choses devenant des partenaires sociaux », l’entassement au Japon peut être compris comme l’extinction de la « partie-personne » de l’objet et comme le moyen pour celui-ci de retourner à un état d’être de « chose » pure, sans condition, sans qualification et sans modification. En regardant à travers les lunettes heuristiques de l’hospitalité, nous pouvons alors dire que cette hospitalité est accordée à une autre forme d’altérité : l’autonomie des choses. Un grand nombre de mes interlocuteurs m’ont signalé qu’au fil du temps les choses deviennent de plus en plus « étranges » et « étrangères ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Omotenashi, diplomatie et relations sociales
Omotenashi, dons et principe de substitution
La vie secrète des poupées Ichimatsu
Des tas d’objets chez soi : l’exemple des “femmes ne sachant pas ranger”

Aperçu du texte

« Le cadeau est seul : il n’est touché ni par la générosité
ni par la reconnaissance, l’âme ne le contamine pas »
Roland Barthes (2002 [1970] : 402).

Maître H. était une danseuse âgée de 75 ans, vivant à Tokyo dans le quartier de Shibuya Shinsen, autrefois habité par la classe moyenne et maintenant parsemé d’hôtels de passe. Elle m’avait été présentée par une amie qui était son élève en danse traditionnelle japonaise à l’Université de Tokyo. Se souciant peu de son apparence, Maître H. donnait ses cours en portant des vêtements non conventionnels de style occidental, très éloignés des critères de respectabilité du milieu conservateur des arts traditionnels japonais. En apprenant à mieux la connaître, cependant, je fus surpris de découvrir que l’empereur l’avait décorée de l’Ordre du Soleil levant en reconnaissance de sa contribution à la promotion de la culture japonaise, et qu’elle avait aussi refusé la direction de l’une des plus influentes écoles de danse traditionnelle du Japon afi...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Fabio Gygi, « Hôtes et otages », L’Homme, 231-232 | 2019, 151-172.

Référence électronique

Fabio Gygi, « Hôtes et otages », L’Homme [En ligne], 231-232 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/35567 ; DOI : 10.4000/lhomme.35567

Haut de page

Auteur

Fabio Gygi

University of London – School of Oriental and African Studies, London (United Kingdom) – fg5@soas.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals