Navigation – Plan du site
Varia

Accueillir les morts

Pratiques d’identification et d’inhumation des corps de migrants en Italie
Hosting the Dead : Forensics, Ritual and the Memorialisation of Migrant Human Remains in Italy
Marc Brightman et Vanessa Grotti
p. 227-260

Résumés

Dans cet article, nous examinerons, sous l’angle de l’hospitalité, le traitement post mortem des migrants non identifiés qui périssent en tentant de traverser la Méditerranée, depuis l’Albanie et l’Afrique du Nord jusqu’en Italie. Le nombre croissant de décès de migrants dans le monde, en particulier en Méditerranée, a suscité un grand nombre d’études, qui reposent généralement sur une herméneutique de justice transitionnelle laïque et de transnationalisme fraternel. À l’appui d’une recherche de terrain menée sur le long terme dans plusieurs régions du Sud de l’Italie, nous suivrons une approche alternative, en proposant une interprétation tant des opérations de récupération spontanées et planifiées des dépouilles, que des pratiques mortuaires, y compris des procédures d’identification médico-légales et des inhumations individuelles et collectives. L’accueil des étrangers morts se manifeste à différentes échelles : il prend la forme d’une commémoration à forte connotation politique au niveau de l’État et de la communauté locale, où grâce à de initiatives ponctuelles des cimetières leur sont dédiés ; cependant, alors que les pratiques de commémoration des étrangers morts soulignent le statut de ceux-ci en tant que catégorie collective, les technologies médico-légales d’identification sont orientées vers la reconstruction du caractère (in)divisible de la personne. Ces processus rituels et technologiques de mémorialisation et de rattachement réveillent ensemble les fantômes du passé fasciste et colonial de l’Italie.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article n’aurait pu voir le jour sans le soutien de plusieurs subventions issues du projet de recherche Eu Border Care (2015-2020) financé par le Cer (Erc-2014-Stg 638259), des bourses de recherche de la Fondation Leverhulme (Rf-2016-602) et du programme Eurias (2017-2018) sur la migration et la régénération rurale en Sicile, ainsi que d’un projet conjoint financé par la Fondation Wenner Gren sur la mort et le deuil des migrants non identifiés en Italie (2018-2020), auquel collabore Naor Ben-Yehoyada. Les arguments présentés s’appuient sur un total de onze mois de travail ethnographique de terrain, mené en Italie à partir de 2016 et en Albanie en 2019. Par souci d’anonymat, nous ne pouvons remercier individuellement la multitude d’acteurs, de survivants et de répondants que nous avons rencontrés au fil des années. Nous sommes par ailleurs extrêmement reconnaissants à Nataša Gregorič Bon, Maja Petrović-Šteger, Juliana Vera et Naor Ben-Yehoyada, pour leurs commentaires et suggestions, et à tous ceux qui ont participé au colloque « Ecologies of Remembrance », organisé par Naor Ben-Yehoyada, Bryan Boyd et Zoë Crossland, les 11-12 septembre 2019, à Columbia University (New York), ainsi qu’au séminaire d’anthropologie du 7 novembre 2019, à Manchester.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Périr aux frontières méditerranéennes de l’Europe
Retrouver et rapatrier les corps de migrants
Redonner une identité aux victimes de la migration
Mémorialisation : le cimetière international des migrants
L’anthropologie et la mort des étrangers

Aperçu du texte

Le 3 octobre 2018, le maire de l’île de Lampedusa, Totó Martello, monta à bord d’un bateau de pêche, accompagné de rescapés et de proches des victimes d’un naufrage d’une embarcation de migrants survenu exactement cinq ans auparavant. À côté de Martello, se tenait un de ces rescapés portant une couronne commémorative destinée à être jetée à la mer, au-dessus de l’épave du bateau, qui repose toujours, ensevelie sous les coraux, au fond de la Méditerranée. Le naufrage en question a eu lieu le 3 octobre 2013. Au matin, un chalutier, parti deux jours auparavant de Misurata (Libye) avec à son bord plus de 500 passagers (pour la plupart originaires d’une ancienne colonie italienne de la Corne de l’Afrique, l’Érythrée), prit feu près d’un îlot au large de Lampedusa, Isola del Coniglio, et chavira lorsque les passagers paniqués se déplacèrent en masse du même côté pour échapper aux flammes. L’embarcation sombra rapidement, créant un tourbillon qui aspira dans les profondeurs ceux qui avaien...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Marc Brightman et Vanessa Grotti, « Accueillir les morts », L’Homme, 231-232 | 2019, 227-260.

Référence électronique

Marc Brightman et Vanessa Grotti, « Accueillir les morts », L’Homme [En ligne], 231-232 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/35591 ; DOI : 10.4000/lhomme.35591

Haut de page

Auteurs

Marc Brightman

Università di Bologna – Department of Cultural Heritage, Dipartimento di Beni Culturali, Bologna (Italia) – marcandrew.brightman@unibo.it

Vanessa Grotti

European University Institute – Robert Schuman Centre for Advanced Studies, Firenze (Italia) – vanessa.grotti@eui.eu

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals