Navigation – Plan du site
Varia

Une hospitalité sous contrôle

Les assistantes familiales et l’accueil des mineurs en France
Supervised Hospitality : Family Workers and Foster Care in France
Sylvaine Camelin
p. 261-290

Résumés

En France, les assistantes familiales accueillent chez elles des enfants qu’un juge a préalablement confiés à l’administration centrale de l’Aide sociale à l’enfance. Encadrée par le droit, cette prise en charge se fait au sein d’une famille d’accueil dont l’un des membres, l’assistante familiale (le plus souvent, une femme), a pour responsabilité d’accueillir, dans son foyer, le mineur selon les modalités et la temporalité fixées par le juge. Durant toute la durée de l’accueil, des travailleurs sociaux sont chargés de veiller à son bon déroulement. Cet article examine la manière dont se concilient l’attention quotidienne apportée à un enfant et les exigences de l’administration. Dans cette relation qui se joue à trois, entre l’enfant, le travailleur social et la famille d’accueil, le rôle de l’assistante familiale est central. Rémunérée pour son travail consistant à accueillir et prendre soin, elle se trouve au cœur du paradoxe propre à toutes les professions du care en étant confrontée aux représentations et injonctions sociales et administratives de la « bonne manière » de faire. Dans le temps long, pourtant, l’hospitalité offerte à l’enfant peut prendre une nouvelle forme. Lorsque le mineur devient majeur, les mois ou les années de vie quotidienne partagée permettent parfois de construire les modalités d’une relation nouvelle.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article se fonde sur un terrain d’enquête qui s’est déroulé de 2016 à 2019. Mené principalement dans deux services d’accueil familial parisiens, en Île-de-France et en province, il a été complété par des observations et des entretiens à la Direction de l’action sociale de l’enfance et de la santé, dans des locaux de l’Aide sociale à l’enfance et dans un Tribunal pour enfant. Les noms des personnes et des services cités ont été modifiés, ainsi que certaines informations personnelles n’affectant pas le contenu de leur discours ni la pertinence des observations.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Accueillir un enfant chez soi : une pratique ancienne et mal connue
Ouvrir sa porte : les conditions de l’hospitalité
Avant l’enfant, les services sociaux
L’hospitalité en pratique
La relation professionnelle
Le poids du regard
La question de la rémunération
La fin de l’accueil
L’hospitalité impossible
S’affranchir du service de la protection de l’enfance

Aperçu du texte

« Il y a des gens qui disent que c’est dur le métier d’Af [assistante familiale], mais pour moi, c’est normal, ça a toujours été comme ça. Depuis que je suis toute petite. Ma mère, quand elle voyait une femme qui pleurait dans la rue, elle la ramenait à la maison. Les gens, ils restaient, 6 mois, 8 mois [rires], c’était comme ça […]. Et mon père, quand il rentrait pour déjeuner, il s’asseyait dans la cuisine, et il disait : “ Non, moi je vais prendre un café et un peu de pain, fais-leur à manger” ». Par ce témoignage accompagné d’un large sourire, Mme Larouich, assistante familiale depuis presque 30 ans, rend compte à la fois d’un passé et d’un présent, les faisant découler l’un de l’autre dans le continuum d’une pratique familiale, celle de l’accueil et du soin envers le plus faible, le plus démuni.

On aurait là comme une illustration, à l’échelle d’une famille, d’une pratique documentée et attestée depuis des temps anciens : l’hospitalité. Traversant les disciplines, les études sur...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Sylvaine Camelin, « Une hospitalité sous contrôle », L’Homme, 231-232 | 2019, 261-290.

Référence électronique

Sylvaine Camelin, « Une hospitalité sous contrôle », L’Homme [En ligne], 231-232 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/35597 ; DOI : 10.4000/lhomme.35597

Haut de page

Auteur

Sylvaine Camelin

Université Paris Nanterre – Département d’anthropologie, Nanterre – sylvainecamelin@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals