Navigation – Plan du site
Études & Essais

What Is a Hieroglyph ?

Qu’est-ce qu’un hiéroglyphe ?
Stephen Houston et Andréas Stauder
p. 9-44

Résumés

Parmi les systèmes d’écriture mixtes, logo-phonétiques, se distinguent les écritures hiéroglyphiques. Afin de déterminer ce qui fait le propre de celles-ci, nous considérons les deux grandes traditions, historiquement indépendantes, d’écriture hiéroglyphique : maya et égyptienne. Les écritures hiéroglyphiques se caractérisent par leur pictorialité, maintenue à travers le temps, et par des signes dont les formes ne sont pas réductibles à une combinaison de lignes ou de traits (ni, donc, à des polices typographiques). Ces écritures sont étroitement intégrées à une culture esthétique plus large et constituent un mode de communication visuelle dense et encyclopédique. Les pratiques, dans lesquelles on reconnaît des métadiscours implicites, impliquent des idéologies de l’écriture hiéroglyphique fondamentalement différentes de celles d’instrumentalité et de transparence, souvent associées à l’écriture alphabétique. Les signes hiéroglyphiques ne sont pas seulement vecteurs de valeurs linguistiques : ils sont eux-mêmes des entités inviolables, suggérant une ontologie et une capacité d’action spécifiques. De manière inhérente, l’écriture hiéroglyphique est excessive, tant sur le plan visuel que sémantique – une dimension qui peut être diversement accentuée selon les contextes. À la fois ouvertes et exclusives, les deux traditions d’écriture hiéroglyphique se sont développées pendant des millénaires dans des sociétés diverses et en mutation, en un lien indissociable avec leurs cultures esthétiques et visions du monde de ces sociétés.

Haut de page

Notes de l’auteur

These reflections build on discussions held at a workshop organized by Andréas Stauder, David Klotz, and Stephen Houston at the Universität Basel. The other Egyptologists were John Baines, Antonio Loprieno, Dmitri Meeks, and Ludwig Morenz ; beside Houston, the other Mayanists present were Dmitri Beliaev, Simon Martin, Christian Prager, David Stuart, and Marc Zender. Our gathering, entitled « Egyptian and Maya Writing : Comparing Hieroglyphic Domains », June 9-11, 2017, was sponsored by the National Center of Competence in Research eikones, Iconic Criticism (Swiss National Science Foundation and Universität Basel). A further gathering in May 2019, organized by Julie Stauder-Porchet at the Université de Genève with the support of the Swiss National Science Foundation, refined our appreciation of the pictorial compositions that inform our respective traditions. We are grateful to our generous host in Geneva, Julie Stauder-Porchet, as well as John Baines, Dmitri Beliaev, and David Stuart. Reviewers for L’Homme provided many helpful comments as well.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

A Comparative Impulse
Figurative Writing
Inviolable Things
Excess
Texts, Images, and Aesthetic Culture
The Hieroglyphic Domain

Aperçu du texte

The writing systems of the world vary by origin and development. Most descend from a few creations that, despite their shared origins, change in reaction to their progenitors. Over time, contrast and difference generate a whole series of new scripts, often as part of a process in which writing affirms and marks group identities (Houston & Rojas 2020). Almost all such scripts are line- or stroke-based ; if they ever did have a pictorial basis, it is now long gone, or at least far in the background. But a few scripts do exist that, throughout their history, have retained pictorial signs and a commitment to depicting things. These are the hieroglyphic systems. Alongside the preserved pictoriality of hieroglyphic signs – a major and deliberate cultural choice – we find a thorough integration of hieroglyphic writing with aesthetic culture. Like other scripts, hieroglyphic writing represents language, but it is also an encyclopedically dense mode of visual communication, at once inviting ...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Stephen Houston et Andréas Stauder, « What Is a Hieroglyph ? », L’Homme, 233 | 2020, 9-44.

Référence électronique

Stephen Houston et Andréas Stauder, « What Is a Hieroglyph ? », L’Homme [En ligne], 233 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 27 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/36526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.36526

Haut de page

Auteurs

Stephen Houston

Brown University – Department of Anthropology, Providence (United States) – Stephen_Houston@brown.edu

Du même auteur

Andréas Stauder

EPHE, Université PSL – Archéologie et philologie d'Orient et d'Occident (AOrOc-UMR 8546), Paris – andreas.stauder@ephe.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals