Navigation – Plan du site
Études & Essais

Remarques sur le verbe “vendre” : dire l’échange marchand en guarani dans les missions jésuites du Paraguay (xviie-xviiie siècle)

Remarks on the Verb “to Sell” : Expressing Commercial Exchange in Guarani in the Jesuit Missions of Paraguay (xviith-xviiith centuries)
Mickaël Orantin
p. 75-104

Résumés

Cet article retrace l’évolution du champ lexical guarani du commerce et de l’échange durant la période coloniale dans les missions jésuites du Paraguay. Avec la colonisation, les missionnaires développent une politique de traduction afin d’évangéliser les populations locales et de leur transmettre, en guarani, les concepts et les pratiques chrétiennes. Cependant, ils tentent également d’adapter le lexique guarani aux pratiques marchandes introduites par les Européens, afin de répondre aux exigences de la vie quotidienne. En nous référant à un corpus pour partie inédit de documents coloniaux en guarani, nous montrons qu’afin de décrire le commerce, l’achat et le paiement, les jésuites s’appuient sur des termes guaranis antérieurs à la colonisation, qui décrivent l’échange, la prise et la rétribution. En revanche, la vente est traduite par un néologisme complexe, abandonné par les locuteurs indiens entre le xviie et le xviiie siècle au profit du terme espagnol vender. En comparant le cas du verbe « vendre » avec celui d’autres termes pour lesquels les locuteurs préfèrent l’espagnol aux néologismes guaranis forgés par les jésuites, il apparaît que, si les Guaranis effectuent ce choix, c’est parce que la pratique de la vente leur était jusque-là étrangère. Ils en associent alors le concept à la langue des Espagnols, qui l’ont apporté avec eux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Des missions jésuites du Paraguay, du travail et du commerce
Le manuscrit de Luján, un catéchisme de travail ?
Ñemu, l’échange
-jogua, l’achat
-me’, le don
T-epy, la rétribution
L’étrangeté de la vente

Aperçu du texte

Comment dit-on « vendre » en guarani ? La question, en apparence triviale et qui pourrait être formulée par n’importe quel anthropologue en terrain guaranophone, entraîne une réponse simple aussi bien qu’une série de problèmes complexes. Dans le Paraguay contemporain, les locuteurs conjuguent le verbe espagnol vender avec les morphèmes personnels du guarani. Cependant, les dictionnaires jésuites des xviie et xviiie siècles font état de termes spécifiquement guarani pour traduire « vendre » : -mbojári (« faire prendre ») et -me’ hepyrã rehe (« donner avec ce qui deviendra une dette »). Or, lorsqu’au début du xvie siècle, les Portugais et les Français débarquent sur les côtes brésiliennes, puis que les Espagnols s’aventurent dans le Rio de la Plata, tous sont familiers des pratiques commerciales – de la vente, de l’achat et du paiement –, dont ils ont été témoins et acteurs sur le Vieux Continent. Si les premières rencontres avec les populations locales donnent parfois lieu à des aff...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Mickaël Orantin, « Remarques sur le verbe “vendre” : dire l’échange marchand en guarani dans les missions jésuites du Paraguay (xviie-xviiie siècle) », L’Homme, 233 | 2020, 75-104.

Référence électronique

Mickaël Orantin, « Remarques sur le verbe “vendre” : dire l’échange marchand en guarani dans les missions jésuites du Paraguay (xviie-xviiie siècle) », L’Homme [En ligne], 233 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 27 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/36666 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.36666

Haut de page

Auteur

Mickaël Orantin

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 – Centre de recherche et de documentation des Amériques (CREDA, UMR 7227), Paris – mickaelorantin@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals