Navigation – Plan du site

AccueilNuméros234-235Enfants & ritesDes enfants médiateurs rituels

Enfants & rites

Des enfants médiateurs rituels

Trois postures d’enfant-substitut en pays kabyè (Togo)
Ritual Child Mediators : Three Substitute Child Postures in Kabye Country (Togo)
Marie Daugey
p. 97-128

Résumés

Dans une partie du pays kabyè, plusieurs contextes rituels nécessitent structurellement la présence d’un enfant, qui participe en représentant quelqu’un d’autre que lui-même. Lors de rites initiatiques masculins et féminins, un garçon ou une fille doit représenter le fils ou la fille aîné(e) (pas encore né[e]) de la personne que l’on initie. Dans des rites agraires, un jeune garçon prend la place d’un grand prêtre responsable du culte aux divinités du territoire : il se substitue ainsi à la plus haute autorité religieuse locale. Pendant un rite destiné à apaiser un génie de rivière qui provoque des troubles dans la vie d’une personne, un enfant est là pour figurer le conjoint du bénéficiaire du rite. Partant d’une discussion de la notion de « condensation rituelle », mise en balance avec celles de co-appartenance et de co-participation, et d’une mise au point sur le rapport entre substitution et médiation, l’examen de ces différents rituels conduit à formuler l’hypothèse selon laquelle la substitution vient ici pallier des absences construites pour faire place à une enfance médiatrice non reconnue statutairement comme capable d’initiatives rituelles efficaces.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Substitution, médiation, enfance
Les enfants-aînés, substituts d’idéaux
Le transfert de l’enfant-substitut
Sortie de réclusion
Les enfants-prêtres, substituts de personnes présentes
Parcours rituels et objets de la prêtrise
Un corps contenant
Les enfants-conjoints, substituts d’indésirables
Le rôle de l’enfant : discret mais évocateur
Un enfant « ignorant », proche des génies

Aperçu du texte

En pays kabyè, les adultes considèrent communément que les activités rituelles décrites comme relevant de la « tradition », appelées kabιyε sɔnzι (litt. : « cérémonies kabyè »), ne concernent pas les enfants (piya, sg. : ɣa) : « les enfants ne connaissent rien » (piya ıısıŋ nabυyυ) ou même « ne voient rien » (piya ıınaa nabυyυ) des cérémonies, disent-ils, suggérant une forme d’incapacité enfantine. Généralement, les adultes ne parlent pas des rites avec les enfants, ou peu, et ils estiment par conséquent que ces derniers n’ont rien d’important à en dire. Ces rites que les Kabyè pensent être au fondement de leur identité de groupe correspondent principalement aux rites initiatiques, aux rites funéraires et aux rites agraires. À travers eux se réalisent le culte des ancêtres et le culte des divinités du territoire, lesquelles se manifestent dans les reliefs du paysage et sont liées à la fondation et à la pérennité des différentes localités. Cette affirmation de l’incapacité et de l’...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Marie Daugey, « Des enfants médiateurs rituels », L’Homme, 234-235 | 2020, 97-128.

Référence électronique

Marie Daugey, « Des enfants médiateurs rituels », L’Homme [En ligne], 234-235 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/37167 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.37167

Haut de page

Auteur

Marie Daugey

Université de Liège, Fonds de la recherche scientifique (FNRS) - IRSS, Laboratoire d’anthropologie sociale et culturelle (LASC), Liège (Belgique) – mdaugey@uliege.be

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search