Navigation – Plan du site

AccueilNuméros234-235En QuestionHumanité des bébés et « sentiment...

En Question

Humanité des bébés et « sentiments maternels »

Réaffecter l’anthropologie ?
Natacha Collomb
p. 161-180

Notes de l’auteur

J’adresse de traditionnels et néanmoins indispensables remerciements : à Mickaële pour son intelligence des situations et sa pertinence, à Dominique pour ses corrections, à Michel pour ses relectures et son indéfectible soutien, à Mylène pour l’émulation quotidienne, à mon analyste pour m’avoir soulagée d’une contrainte paralysante en me suggérant de faire « bêtement » ce que j’avais à faire (en l’occurrence écrire cet article).

Texte intégral

  • 1 Cette aspiration était sans doute déjà en germe dans le projet de recherche qui m’a valu d’être rec (...)
  • 2 Ma traduction de cet ouvrage est en cours d’édition dans la collection « Les Anthropologiques » aux (...)
  • 3 « Elle [l’étude scientifique de l’homme] doit exploiter la subjectivité inhérente à toute observati (...)

1En mars 2013, au 10e colloque international de l’Association pour la recherche et l’(in)formation en périnatalité (Arip), baptisé en hommage au livre de Geneviève Delaisi de Parseval et Suzanne Lallemand (1980) « L’art d’accommoder embryons, fœtus, bébés : objets, rites et techniques de soin en périnatalité » (21-23 mars 2013, Avignon), j’assistais à l’intervention que le professeur de psychopathologie clinique Sylvain Missonnier (2014) consacrait aux morts prénatales et à l’évolution du traitement psychologique et rituel du deuil des fœtus. Dans le débat qui s’ensuivit, une auditrice proposait que là où (c’est-à-dire ailleurs) les taux de fécondité et la mortalité infantile sont très élevés, les deuils d’enfants sont moins lourdement portés : on s’habitue, en quelque sorte. Une déclinaison de ce présupposé, plus courante dans les sciences sociales, plus intellectualisée, se soutenant de l’histoire sociale et du constructivisme, veut (en version simplifiée) que les enfants ne soient pas partout les mêmes enfants, ni les sentiments à leur endroit les mêmes sentiments. Qui, anthropologue en particulier, oserait d’ailleurs contester l’évidence de ces diversités ? Où que je les lise ou les entende, quelles qu’aient été la perspective théorique, disciplinaire, clinicienne de leurs énonciations, la forme qu’elles aient revêtue et l’apparente solidité des arguments avancés, ces représentations des bébés, des affects et du deuil, souvent articulées, provoquaient chez moi, émotionnellement, une sorte d’indignation et, intellectuellement, pour reprendre les termes si évocateurs de Ludwig Wittgenstein (1996 [1934] : 35), une « crampe mentale ». Il aura fallu du temps pour que je saisisse que ce qui relevait d’une intuition informulée, inséparable de mon expérience de la « relation ethnographique », c’est-à-dire bien plus celle d’une commensurabilité de nos humanités que d’une étrange altérité, pouvait être exprimé dans les termes d’une épistémologie de l’anthropologie orientée par la prise en compte de nos mutuelles subjectivités1. L’influence qu’exercent sur soi les œuvres qui nous ont travaillé(e)s autant qu’on les a travaillées ne se révèle souvent que subrepticement, par la bande, et sous une forme qui la rend difficile à identifier. Je doute que David Schneider, auteur de l’iconoclaste A Critique of the Study of Kinship (1984)2, ait pu se reconnaître dans ce désir d’anthropologie subjective. Et même Georges Devereux qui, lui, s’est penché de très près sur la question de la subjectivité du chercheur, l’a fait dans la perspective d’atteindre un plus haut niveau d’objectivité3. Ces deux auteurs, pourtant, chacun à un pôle radical de la démarche scientifique – décorticage maniaque des thèses soumises à la critique (Schneider) et analyse consciencieuse des défenses et du contre-transfert du chercheur (Devereux) –, soutiennent et invigorent ma tentative de donner sens au malaise que je ressens à chaque fois que je tombe sur l’une ou l’autre des trois propositions suivantes, ensemble ou séparément, découlant ou non les unes des autres :

  • Pour telle ou telle société, les nouveau-nés et les jeunes enfants sont infra-, supra- ou non humains / n’ont pas la qualité de personnes ;
  • l’existence, le degré et la nature de l’affection et de l’attachement aux bébés et jeunes enfants, mais aussi leur entrée dans l’humanité, se mesurent à la grandeur des rituels de deuil qui accompagnent leur mort prématurée, le cas échéant ;
  • l’individuation des bébés et l’investissement dont ils font l’objet sont proportionnellement inverses au nombre des naissances (taux de fécondité), en particulier si elles sont fréquemment et rapidement suivies de décès (taux de mortalité infantile).
  • 4 Les Akha sont des Tibéto-Birmans qui habitent généralement des villages de montagne. Les T’ai Dam s (...)

2Il y a, me semble-t-il, deux traitements (comme résolution d’un problème et comme remède à un mal) possibles de ce malaise. Le premier aurait pu consister à revenir sur un épisode ancien et douloureux de mon terrain au Laos, qui m’a vue être à la fois témoin et actrice d’une histoire de sauvetage, destiné à échouer, d’une fillette de un an : en effet l’enfant est morte au matin, après que j’eus passé la nuit allongée auprès d’elle, un de mes doigts serré dans sa main crispée. Il y a un potentiel rhétorique et heuristique encore inexploité dans cette expérience, que je pressens en relisant, douze ans après l’avoir écrite, ma lapidaire conclusion au trop bref récit que j’en avais fait. J’avançais alors, en référence à l’engagement d’un petit collectif de personnes très hétérogènes rassemblées autour de l’enfant, arrivant de divers horizons nationaux, sociaux et culturels (une mère akha pauvre et opiomane, une aspirante grand-mère adoptive t’ai dam et aisée4, un médecin chinois, deux anthropologues français), que « la qualité des relations humaines ne se laisse pas réduire par un système social, même (surtout ?) objectivé par le chercheur ». Et j’ajoutais, pensant cette fois à l’intimité partagée entre la mère démunie et la grand-mère nantie :

« Une telle proximité de corps conçus comme si dissemblables m’aurait paru inenvisageable au regard de ce que j’avais appris de la perception t’ai dam de l’étrangeté akha comme polluante et menaçante. Mais les circonstances humaines ont pris le pas sur la raison des principes structurels » (Collomb 2008 : 25).

  • 5 Sur un mode « relecture » ou « après-coup », comme celui qu’il propose lui-même dans A Critique (Sc (...)

3Il y aurait matière, à partir de cette expérience, tant à une analyse « à la Devereux » de son vécu et donc des conditions de sa restitution par la chercheure, qu’à une exploration « schneiderienne » des présupposés théoriques implicites qui sous-tendent son récit ethnographique comme ses conclusions anthropologiques5. Ce n’est cependant pas la voie que j’ai choisi d’emprunter, pour une raison qu’il me paraît fondamental d’expliciter : alors que j’engageais le processus de réflexion et d’écriture du présent texte, j’avais littéralement oublié (« scotomisé », aurait dit Devereux) cet épisode pourtant traumatisant. Il n’est remonté que tardivement à la surface, au moment où, à la fois, je butais sur l’énigme de ma sensibilité à ces questions et vacillais sur la ligne de crête qui sépare les réductionnismes culturels et sociaux de postulats universalistes et naturalistes incompatibles avec le constat de l’immense variété des discours, comme des pratiques ordinaires et rituelles concernant les bébés, ce qu’ils « sont » et les sentiments qu’ils génèrent, vivants ou morts…

  • 6 Cf. en particulier le chapitre VII de De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement (...)

4À cette première manière de faire, j’ai préféré plutôt une lecture, quasi obsessionnelle, d’une poignée d’articles et de chapitres d’ouvrages. J’ai peu de doute que cette tentative d’identifier, à partir de ces textes, les problèmes méthodologiques, épistémologiques et peut-être même éthiques qu’ils posent, dont je ne pourrai rendre compte que sommairement ici, soit le produit d’une « défense contre l’angoisse »6. J’ai bon espoir cependant de parvenir à soulever quelques questions et à ouvrir quelques perspectives suffisamment provocantes pour être utiles.

  • 7 Toutes les citations extraites de textes en anglais ont été traduites par mes soins.
  • 8 La théorie de l’attachement, initiée dans les années 1950 par le psychiatre et psychanalyste britan (...)

51) Dans « “Babies Aren’t Persons” : A Survey of Delayed Personhood », l’anthropologue étasunien David Lancy (2014) écrit avoir identifié, à partir de 200 cas tirés d’une revue de la littérature ethnographique et archéologique portant sur toutes les régions du monde, traversant toutes les époques et représentative de tous les modes de subsistance, une variété de « modèles de la prime l’enfance » (models of infancy) s’articulant autour d’un motif récurrent : « dans la plupart des sociétés, les bébés, et même les enfants, sont considérés comme des “personnes-encore-en-devenir” [not-yet-persons] » (Ibid. : 66)7. Frappés du sceau de la liminalité et de l’incomplétude, ils doivent être transformés, selon des procédures éminemment variables culturellement, pour devenir des personnes ou se voir accorder l’entrée dans l’humanité – les notions de « personne » et d’« humain », ni l’une ni l’autre définies par l’auteur, étant utilisées indifféremment (bien que la première le soit davantage). Cette attribution retardée de la qualité de personne (delayed personhood) ou d’être humain (humanity) aux nouveau-nés et très jeunes enfants constituerait un point commun à toutes les sociétés hors de l’Occident contemporain (Ibid. : 77). Parmi ces sociétés, très nombreuses sont celles pour lesquelles les données existantes « suggèrent qu’un cinquième à la moitié des enfants ne survivaient pas jusqu’à l’âge de cinq ans » (Ibid. : 70). Entre ces deux constats, se situe un examen critique de la validité interculturelle de la théorie de l’attachement8, du moins dans sa version la plus extrême qui en fait une sorte de « religion séculaire » à laquelle sacrifieraient les bonnes mères élevant correctement leurs enfants (Ibid. : 67-68). Le très vaste corpus ethnographique convoqué par l’auteur lui inspire une formule « renversante » : au récit « attachementiste » qui fabrique des enfants « à risque » de mauvais ajustement émotionnel, les données ethnographiques permettent de substituer un récit alternatif. Le risque à éviter, explique-t-il, est d’établir un lien trop serré et trop chargé d’affects dans des sociétés où les bébés et les jeunes enfants, dont la survie est menacée au moins pendant les premiers mois, voire les premières années, sont conçus sur le modèle d’une incomplète humanité ou définis comme des « personnes-encore-en-devenir » à humaniser, à personnifier, à individualiser (Ibid. : 89).

62) L’« anthropologue, primatologue et sociobiologiste » (ainsi qu’elle se présente), elle aussi étasunienne, Sarah Blaffer Hrdy note, dans un chapitre intitulé « Les mères dénaturées » des Instincts maternels (2002 [1999]), que des millions de décès de nouveau-nés peuvent être attribués, directement ou non, à des tactiques maternelles visant à limiter le coût de leur « élevage » (Ibid. : 276). Partant d’observations chez de nombreuses espèces animales, et abordant spécifiquement la question de l’infanticide, qu’elle étendra à d’autres comportements pathogènes, voire létaux, elle défend la thèse selon laquelle, chez les primates humains, il pourrait s’agir d’« un comportement évolué, un mode adaptatif pour des individus de résolution des dilemmes qu’ils affrontent au cours de la reproduction » (Ibid. : 274). Elle mobilise des données historiques et anthropologiques, en particulier relatives aux infanticides, aux abandons d’enfants et à leurs conséquences désastreuses sur la mortalité infantile. De l’Italie à l’Angleterre, via la Russie, toute l’Europe du xve au xxe siècle est passée au crible statistique, suggérant des taux d’abandon de 10 à 20 %. L’auteure cite de nombreuses valeurs absolues frappantes d’enfants abandonnés sans les référer au nombre des naissances, avec des taux de mortalité infantile atteignant en certains endroits 90 % (Ibid. : 278-286). Ces « abandons endémiques », « étudiés comme une mosaïque de crises locales et discrètes », sont « en fait une catastrophe démographique à une échelle encore jamais vue » (Ibid. : 282). Une « catastrophe démographique » (c’est moi qui souligne) résultant cependant d’un comportement adaptatif et relevant peut-être d’une forme de nécessité, comme Sarah Blaffer Hrdy semble le proposer dans la conclusion du chapitre :

« Ce n’étaient pas les réactions des mères de la Rome antique, ou de la France du xviiie siècle, ou du Brésil du xxe siècle, qui étaient dénaturées. En fait, ce qui n’était pas naturel, c’était la forte proportion de très jeunes femmes, ou de femmes dans des conditions difficiles qui, en l’absence d’autres formes de contraception, concevaient et portaient des enfants peu susceptibles de prospérer » (Ibid. : 297).

73) Dans un article qui a fait date, « Culture, Scarcity, and Maternal Thinking : Maternal Detachment and Infant Survival in a Brazilian Shantytown », Nancy Scheper-Hughes (1985), figure de proue de l’anthropologie médicale aux États-Unis, indique qu’environ un million d’enfants de moins de cinq ans meurent chaque année au Brésil (Ibid. : 292). Elle s’appuie sur le recueil de 72 histoires reproductives pour illustrer, qualitativement (en s’intéressant, dit-elle, non seulement aux comportements et aux pratiques, mais aussi aux significations et aux motivations [Ibid. : 297]) et statistiquement (686 grossesses, soit 9,5 enfants par femme en moyenne, 251 enfants morts avant cinq ans, soit 3,5 par mère…), la thèse qu’elle continuera de défendre dans ses travaux ultérieurs (1987, 1993) : le détachement maternel et l’indifférence aux nouveau-nés et aux bébés jugés les plus faibles et les plus vulnérables, qu’elle subsume sous l’expression de « négligence sélective », sont de puissants pathogènes conduisant fréquemment à la mort. Il convient de noter ici la proximité apparente des thèses de Sarah Blaffer Hrdy et de Nancy Scheper-Hugues, qui se fondent, en réalité, sur des appareils conceptuels absolument divergents : en effet, une partie non négligeable de l’article de la seconde est consacré à une critique féministe et culturaliste de la théorie du « bonding » et du fondement biologique de l’amour maternel que défend, pour sa part, la première. Bien que Nancy Scheper-Hugues conclue qu’en dernière analyse la négligence sélective des enfants est une conséquence de la négligence sélective de leurs mères, exclues du miracle économique du Brésil moderne (1985 : 314), sa thèse, qui aborde la question sensible des sentiments maternels, a été contredite par d’autres enquêtes réalisées elles aussi dans des milieux urbains particulièrement déshérités du Nordeste brésilien à la même époque.

84) C’est le cas de celle de Marilyn Nations, professeure en santé publique à Fortaleza (Brésil) et formée à l’anthropologie médicale entre 1977 et 1983 en Californie, qui a mené, en dix ans (entre 1979 et 1989), 316 entretiens ethnographiques auprès de familles endeuillées, de guérisseurs traditionnels, de sages-femmes, de fabricants de cercueils (etc.) dans la région de Ceará. Pour son article intitulé « Dead-baby Dreams, Transfiguration and Recovery from Infant Death Trauma in Northeast Brazil » (2013), elle a plus spécifiquement analysé les récits de 45 mères, grands-mères et mères adoptives, décrivant « dans un luxe de détails douloureux la maladie fatale et la mort de leurs enfants de moins de cinq ans, survenue dans les douze mois précédents » (Ibid. : 664). Ces mères ont fait l’expérience de 56 morts, dont 40 avant 1 mois, un seul par mère pour la plupart, deux ou trois pour 22,2 % d’entre elles (Ibid. : 665). S’appuyant en particulier sur les récits de rêves qu’elle analyse en mobilisant plusieurs méthodes (analyse thématique de contenu, identification des « 13 signaux de traumatisme » de BenEzer, application de la méthode interprétative de Corins, recherche des facteurs structurels favorisant l’expression ou non des émotions), elle conteste les postulats de Nancy Scheper-Hugues d'une négligence maternelle sélective cause ultime de la mort des bébés et d’un détachement émotionnel vis-à-vis de ces très jeunes enfants et de leur perte. Elle souligne au contraire l’existence d’un traumatisme, que les rêves et les transfigurations imaginaires permettent de surmonter, et elle plaide pour que l’interprétation des comportements de deuil ne soit pas détachée du « monde moral » dans lequel ils s’expriment et prennent sens (Ibid. : 662).

  • 9 Joseph Corlis, spécialiste du développement des entreprises en sciences de la gestion de la santé, (...)

95) En 2015, dans un article de Current Anthropology signé avec deux collègues9, « Cumbered Cries : Contextual Constraints on Maternal Grief in Northeast Brazil », Marilyn Nations développe sous une forme plus « anthropologique », c’est-à-dire plus théorique, les arguments de l’article précédent. Elle y réfute à nouveau cette thèse, défendue par Nancy Scheper-Hugues au milieu des années 1980 et désormais, écrit-elle, largement répandue, d’un rapport de cause à effet entre une extrême pauvreté, un moindre investissement des enfants les plus vulnérables et la mort de ces derniers. Plusieurs études (au Nigeria, en Inde, au Pérou…) arriveraient en effet à des conclusions similaires : les enfants y tombent malades et y meurent en raison de la négligence de parents qui préfèrent capter pour eux-mêmes les ressources rares que constituent la nourriture, l’eau et les médicaments (Nations, Corlis & Feitosa 2015 : 613). Pour contrer cette tendance et « réorienter le débat » (Ibid. : 614), Marilyn Nations, Joseph Corlis et Jéssica Feitosa entreprennent d’opposer leurs données à celles de Nancy Scheper-Hugues. Les leurs sont issues de 58 entretiens sélectionnés à partir des 316 déjà mentionnés dans le précédent article de Marilyn Nations (2013), et menés en deux temps, entre 1979 et 1989, puis en 2011 (13 informateurs de la première période réinterrogés). Dans ce sous-échantillon, 51 mères ont supporté collectivement la mort de 103 enfants de moins de cinq ans, dont 71 % sont morts avant leur premier anniversaire (Nations, Corlis & Feitosa 2015 : 616), 49 % des femmes n’ont vécu la mort que d’un enfant, alors que 45 % ont mentionné la perte de deux à six enfants, dont deux paires de jumeaux. Là encore, seules les morts des douze mois précédant les entretiens ont été pris en compte. Le résultat principal mis en avant est l’existence de comportements de deuil, dont la forme (culturelle et individuelle) ne peut cependant être comprise qu’à partir de son inscription dans les sept facettes (historique, politique, économique, écologique, biologique, sociale et spirituelle) définissant la « niche » de vie de ces mères dans les années 1980 (Ibid.).

  • 10 Ainsi que Nancy Scheper-Hugues (1987 et 1993), rapidement cités.

10Tous ces articles interrogent les sentiments, affects, instincts, comportements maternels – même si des divergences dans la manière de les nommer et donc de les théoriser apparaissent –. Tous également discutent leurs liens au développement et à la survie des très jeunes enfants. À l’exception de Sarah Blaffer Hrdy, les auteurs abordent aussi, plus ou moins directement, les représentations culturelles des bébés et jeunes enfants en même temps que leur incidence sur les affects maternels et la mortalité infantile. Les trois derniers articles10 forment un ensemble immédiatement cohérent, puisqu’ils participent d’un même débat à partir de données ethnographiques comparables, recueillies dans une même région, à une même époque. Les deux précédents relèvent d’un autre genre et d’une démarche plus synthétique, à partir de sources de seconde main. Tous partagent cependant au moins une stratégie rhétorique : fonder la vérité et l’efficacité de leurs thèses sur des preuves par les chiffres.

La force des nombres

11Tous les articles présentés convoquent généreusement chiffres et statistiques comme mode d’administration de la preuve. Cette passion des nombres, au demeurant assez surprenante chez des anthropologues, lesquels ne sont pas (re)connus pour leur usage des méthodes quantitatives, est activée à plusieurs étages du mille-feuille argumentatif. Il s’agit, à un premier niveau, d’asseoir la validité des matériaux sur lesquels repose la démonstration. Sarah Blaffer Hrdy et David Lancy s’appuient sur des sources de seconde main qui, outre leur grande quantité, couvrent un espace tant géographique que temporel considérable. Ici, la généralité de leurs propositions respectives (le poids de l’agentivité maternelle dans la mortalité infantile pour la première, l’infra-humanité des bébés comme modèle prévalant hors des sociétés occidentales pour le second) doit se déduire de l’abondance des cas. Les lecteurs, écrasés par l’effet d’érudition que ces multiples citations provoquent, peuvent ne pas s’attarder sur leur éclectisme ni sur l’absence totale de contextualisation et du cadre intellectuel dans lequel elles s’inscrivent. Les arbres de la forêt cacheraient-ils la montagne ?

  • 11 Il n’est évidemment pas question de nier le fait que la mortalité infantile ait été et soit encore (...)

12À un second niveau, c’est la puissance de frappe de la proposition – la « catastrophe démographique » que constitue le taux très élevé de mortalité infantile en lien avec les représentations et comportements parentaux – qui est en jeu avec cet assénement de chiffres aux impressionnants ordres de grandeur, comme de pourcentages dont les conditions de production ne sont nullement mentionnées et dont on peut penser qu’ils sont convoqués à la fois pour fabriquer (existe ce qui est dénombrable) et légitimer (ce n’est pas un épiphénomène) le problème soulevé11.

13À partir de matériaux différents, les enquêtes respectives de Nancy Scheper-Hugues (1985 : 296, 298-299, 302) et Marilyn Nations (2013 : 664-665 et Nations, Corlis & Feitosa 2015 : 614, 616) utilisent des procédés similaires. La validité et la légitimité de leurs données de première main sur les taux de mortalité infantile, le type d’enfant (âge, sexe, rang de naissance, tempérament) que cette mortalité frappe, la manière dont elle affecte les mères et les causes qui lui sont attribuées, sont là encore largement fondées sur des éléments chiffrables : amplitude temporelle de l’enquête, nombre des entretiens, mise en forme statistique des données, multiplicité des méthodes d’analyse. Ici, le procédé de fabrication des statistiques semble assez transparent, mais il est peu conforme aux normes de cette méthode scientifique, car appliqué à un nombre restreint de cas. Néanmoins, agencés sous cette forme, les matériaux produisent un effet de scientificité, de véracité et de généralité, ce que visent également les autres « formules » numériques sollicitées.

Faire cas des cas

14Au sérieux présumé des nombres, les deux auteures adjoignent cet opérateur d’authenticité que Jean-Pierre Olivier de Sardan appelle le « pacte ethnographique » (2004 : 46) ou Michel Agier, le « dire-vrai de l’anthropologue » (2015) : ce « C’est véridique, vous pouvez me croire, j’y étais ! » caractéristique de l’enquête de terrain au long cours, immersive et, dans leur cas, engagée. Leur souci empathique pour ces femmes des bidonvilles, dont aucune des deux ne minore l’extrême difficulté de leurs conditions de vie, se donne à lire tantôt sur un mode déclaratif, tantôt, et c’est plus évident chez Marilyn Nations, par la forme « sentimentalisée » ou « affectée », pourrait-on dire, de l’écriture. Elles entretiennent, par ailleurs – cela transparaît dans leur choix comptable et graphique (les données sont agencées sous forme de tableaux) –, un rapport ambivalent aux « cas » qu’elles mobilisent. Toutes deux, dans des proportions et selon des modalités différentes, identifient certaines de leurs enquêtées ou « informatrices » en les nommant, en les citant, en donnant un minimum de contexte. Chez Marilyn Nations (surtout 2013), le procédé de la citation verbatim, qui émaille le texte, donne de la chair (du sang et des larmes, pourrait-on ajouter) à l’argument qu’il s’agit de défendre : la réalité et l’intensité des affects des femmes ayant perdu un bébé. Au fond, cependant, ces références à des personnes incarnées fonctionnent comme autant d’exemplifications d’un phénomène dont il faut montrer la généralité.

15Nancy Scheper-Hugues procède tout autrement, en particulier parce qu’elle rend visible, en l’énonçant, sa rhétorique. Avant d’articuler, pour étayer sa thèse, les matériaux issus des 72 « histoires reproductives » recueillies, elle isole, dans une sous-partie qui s’intitule « Arrière-plan/études de cas », deux récits que des médecins qualifieraient d’« histoires de chasse » (1985 : 293-295). Exhumées vingt ans après, remontant à une période durant laquelle l’auteure servait comme volontaire du Peace Corps dans les domaines de la santé et du développement communautaire, ces « vignettes » sont conçues pour être un « avertissement » aux lecteurs (Ibid. : 295). La première évoque sa brève rencontre avec Rosa, une jeune mère doublement infanticide d’un nourrisson et d’une fillette de un an qui, interrogée sur la raison de son acte, le justifie en invoquant leurs pleurs de faim incessants et l’absence de sentiments qui caractérise ces « petites choses ». Avec ce portrait, Nancy Scheper-Hugues vient signifier deux choses : d’une part, la nécessité de reconnaître la différence, faite localement, entre la négligence passivement mortelle, tolérée, et le meurtre d’enfant, universellement honni ; d’autre part, la distinction, indispensable, entre une notion nord-américaine de maltraitance qui, dit-elle, suppose colère ou haine à l’égard des enfants, et celle de négligence sélective, associée à un sentiment de pitié à l’égard de ces êtres conçus comme dépendants, innocents et irrationnels.

16Le second cas rapporté implique Ze, un enfant malingre, malnutri, atone, d’autant plus délaissé que son cadet présente, lui, tous les signes de la vitalité et d’une capacité à la survie si prisée dans cet environnement, Lourdes, sa mère, et l’anthropologue elle-même, dans sa tentative (réussie) de sauver l’enfant. Il aura certes fallu l’intervention, à contre-courant, de Nancy Scheper-Hughes, mais ce bébé à peine humain dans son apparence, promis à une mort certaine par négligence, est finalement devenu un jeune adulte vif et drôle, attaché à sa mère, comme le constatera, 18 ans plus tard, l’anthropologue revenue, cette fois, faire une enquête de terrain. Le détachement maternel ne conduit donc pas toujours à la mort et il est même réversible : tel est le second avertissement que le lecteur est invité à intégrer avant d’entrer dans le cœur de l’argumentation.

17Une fois ces clarifications faites, Nancy Scheper-Hugues n’aura plus guère besoin de convoquer la singularité des personnes et de leurs histoires, elle se référera désormais à une « femme moyenne » (average woman), fabriquée à partir d’un échantillon de 72 personnes âgées de 17 à 71 ans (1985 : 297) ! Plus de Rosa ni de Lourdes, mais les femmes, ou les mères, de l’Alto. Cette montée en généralité, reposant paradoxalement sur l’exceptionnalité de ces deux cas, est d’autant plus perturbante que la double thèse défendue par l’auteure est dérangeante : une négligence sélective et passive comme stratégie de survie « invisible », dans un monde où celle-ci se conquiert par une « lutte », articulée à des sentiments maternels eux aussi sélectifs, puisque réservés aux bébés les plus robustes et retirés aux plus faibles, qui meurent dans « une belle indifférence » (Ibid. : 312, en français dans le texte). Dans une recension du livre publié ultérieurement par Nancy Scheper-Hugues (1993), Patrice Engle signale que, sur les 16 cas exploités par l’auteure pour traiter la question du chagrin maternel, 8 seulement confirment sa thèse (1994 : 347). Quel statut les cas qui la contredisent ont-ils alors ? Dans un article où il compare, depuis une perspective anthropologique (opposée à la théorie psychologique), les réactions face à la perte d’un bébé et se demande si ces morts sont partout insoutenables, Joël Noret regrette pour sa part le peu d’importance que Nancy Scheper-Hugues semble accorder aux variations intra-société, présentées comme marginales (2009 : 141). Quant aux variations interindividuelles, il serait sans doute beaucoup trop périlleux de les évoquer : ne risquerait-on pas d’y égarer le social et d’y dissoudre le savoir anthropologique ?

Norme et exception

  • 12 Qui renvoie à un for intérieur, à défaut d’un autre terme, dans un sens ordinaire, sans postulat im (...)

18Les remarques discrètement critiques de Joël Noret soulèvent très nettement la question, épineuse dans les sciences sociales, du rapport de la norme à l’exception, qui rejoint bien sûr celles du général au particulier, du majoritaire au minoritaire. Or lui-même, quand il va chercher dans son propre terrain matière à discuter ces rapports, explique le deuil d’un père béninois après la mort de sa première-née comme une réaction individuelle liée à la difficulté du couple à concevoir un enfant, comme une réponse, donc, à un contexte spécifique et isolé (2009 : 145). Il ne semble pas s’apercevoir qu’il pointe au passage une autre clé de lecture possible : la qualité, amicale, de sa relation à cet homme. Ce qui est exceptionnel, ce serait alors tout autant l’accès à ce niveau de discours, où l’intimité s’autorise, que la singularité de la situation. La norme et l’exception pourraient ne pas être questions de mesure mais de regard : tout individu pourrait être décrit en tant qu’il représenterait soit une norme, soit une irréductible exceptionnalité. Nancy Scheper-Hugues, comme prise dans les rets de son raisonnement, se contredit à cet égard elle-même : tandis qu’elle ne distingue pas, voire confond, expression et expérience des émotions, elle remarque cependant que les mères de l’Alto sont socialisées pour ne pas exprimer leur chagrin, pour se conformer à la norme sociale, une émotion trop démonstrative, un attachement durable à un enfant mort pouvant même être interprétés en termes de folie (1985 : 312-313). À partir de ce que les mères manifestent normativement à la mort d’un bébé, qu’est-il possible d’inférer de ce qu’elles ressentent ? Cette « pensée par lot » que Nancy Scheper-Hughes attribue aux parents des sociétés en voie de développement, qui « considèrent la vie des bébés comme provisoire et aléatoire, moins une tragédie qu’une infortune […] avec la présupposition de l’interchangeabilité et de la réplicabilité de la progéniture » (1987 : 2), ne pourrait-elle pas lui être appliquée ? Ne sacrifierait-elle pas à son dessein la singularité de chacune des 72 histoires qu’elle a recueillies, puisque la fabrication de types arase par nécessité la diversité des formes que donne aux déterminants sociaux, culturels et même biologiques l’histoire particulière de chacune de ses instances (token) ? Est-il raisonnable, comme le fait d’ailleurs Joël Noret, de céder au réductionnisme social qui confond irrévocablement formes sociales et traitement collectif des affects, observables ou déductibles des discours, avec la complexité même de ce qu’on a appelé leur incorporation (embodiement) ou leur intériorisation12, ce que Marilyn Nations, pour sa part, semble aller chercher dans une analyse de contenu des rêves et rêveries de ses interlocutrices ? Au fond, peut-on réduire les personnes à des « idiots culturels » ?

Une première conclusion : la tactique du pied de la lettre, ou les « idiots culturels »

19Si je grince des dents, ce n’est pas tant que j’en saurais plus sur les sentiments maternels ou sur la nature des bébés que mes collègues. J’en sais probablement moins et je n’entretiens à ces sujets nulle certitude, ni ne défends aucune thèse. Si je grince des dents, c’est à cause de leur tendance à prendre (ou à prétendre prendre) discours, comportements, rituels au pied de la lettre, en particulier ceux des sociétés non occidentales : oserait-on déduire des rituels funéraires actuels dans les crématoriums français la qualité du chagrin des endeuillés ? Et que dire de l’absence totale, jusqu’à une période récente, de traitement psychologique ou rituel des fœtus à l’issue d’interruptions médicales de grossesse, comme du grand cas qui en est fait aujourd’hui ? Je ne peux pas le dire mieux que Ruwen Ogien révélant la « recette de Garfinkel pour fabriquer un idiot culturel » (qu’il oppose à l’« idiot rationnel ») :

« [F]aites comme si le locuteur endossait tous ses énoncés sans ironie, glose, commentaires, attribution à autrui, citation ou mise entre guillemets. Vous en ferez une sorte d’imbécile dépourvu de jugement » (2001 : 67).

20Marcel Mauss en son temps avait déjà écrit, pour clarifier le sens de son histoire sociale de la notion de personne, quelque chose du même ordre :

« Je dirai seulement : il est évident, surtout pour nous, qu’il n’y a jamais eu d’être humain qui n’ait eu le sens, non seulement de son corps, mais aussi de son individualité spirituelle et corporelle à la fois » (1938 : 265).

21Et je ne résiste pas au plaisir de citer longuement Gérard Toffin dans une critique où il compare la prise sur l’imaginaire de l’anthropologue Maurice Godelier à celle du poète Yves Bonnefoy :

« Comment ne pas tenir compte aussi du doute, des mensonges, de l’ironie, des leurres que l’être humain aime à employer quand il parle de l’au-delà et des puissances surnaturelles ? Ces mondes par définition étrangers, peuplés d’esprits et autres forces divines, ne se comportent pas totalement comme les lois en vigueur dans la société des humains. Comment formuler des choses définitives à leur propos ? Le relatif, l’indécision et l’incertain ne relèvent pas seulement de la fiction, mais aussi des réalités les plus humaines. On peut affirmer une chose et son contraire selon telle ou telle circonstance sans se heurter à des principes de contradiction insurmontables. Les peuples qu’étudient les ethnologues ne diffèrent pas sensiblement sous ce rapport des populations occidentales. Ils savent croire à moitié ou croire simultanément à des choses incompatibles. La personne humaine (toujours déterminée historiquement et culturellement) excelle à jouer avec le réel, à brouiller les pistes entre le vrai et le faux, même dans la vie courante. Elle affirme par là sa liberté (ou son doute) et ménage une distance avec ce qui l’entoure » (2017 : 174).

22La méthode choisie par David Lancy (2014) pour fabriquer des idiots culturels est exemplaire. Elle consiste à accumuler les énoncés sans auteurs produits par les anthropologues, pour identifier ses modèles culturels de la prime enfance. Je me contenterai ici de n’en citer que quelques exemples : le « modèle pas encore mûr » – « Un bébé [Ovimbundu] naît rose et ce n’est que quand il noircit, au sixième ou huitième jour, qu’il montre le premier signe qu’il est en train de devenir une personne » (G. M. Childs, cité in Ibid. : 79-80) – ; le « modèle non connecté » – « Pendant les trois premiers jours de sa vie, le bébé [Lepcha] est considéré comme étant toujours dans le ventre maternel et les précautions prénatales sont toutes encore nécessaires. On ne se réfère pas à lui comme à un enfant humain, on l’appelle un enfant-rat » (G. Gorer, cité in Ibid. : 81) – ; le « modèle entre deux mondes » – « La relation des nourrissons [telle que la perçoivent les Mende] avec le monde des esprits génère des conflits de loyauté avec le monde des vivants… les bébés sont supposés développer un don de vision et la capacité à circuler entre plusieurs domaines sensoriels » (M. C. Fermé, cité in Ibid. : 82).

23À quel registre discursif appartiennent les représentations et les pratiques culturelles ou sociales partagées dont rendent compte, souvent sans distance, les anthropologues ? Non sans rapport avec les questions qui nous occupent, Luc Boltanski se demande, dans La Condition fœtale (2004), ce qu’il faut pour faire un humain à partir de ce qu’il est nécessaire d’adjoindre à l’amas cellulaire qu’est d’abord un fœtus (avortable) pour qu’il devienne une personne (non avortable). Il rappelle utilement que :

« [L]a référence à [d]es circonstances atténuantes [de l’avortement] fondées sur les caractéristiques du fœtus qui, avant l’apparition des techniques modernes d’imagerie, était un inconnu, ne doit d’ailleurs pas être prise de façon trop littérale […] mais plutôt en tant qu’elle dessine les contours d’un registre argumentatif mobilisable chaque fois qu’on souhaite atténuer la réprobation dont l’avortement fait l’objet » (Ibid. : 30).

24À chaque fois qu’un enquêté, se faisant le porte-parole de ce que chacun sait dans son monde ou le traducteur bien informé de représentations communes mais implicites, prononce une généralité, il faut se demander : à quoi cela sert-il ? Qu’est-ce que cette parole, qui est un acte – destiné à l’enquêteur, d’ailleurs –, vient accomplir ? Et cela est d’autant plus nécessaire que l’assertion apparaît contre-intuitive. Il se pourrait, par exemple, qu’une observation attentive des interactions ordinaires entre parents et nourrissons montre que les premiers interagissent avec les seconds à tout le moins comme si ils étaient des personnes et a fortiori des humains – l’inverse étant probablement vrai, mais nous entrons là dans des subtilités peu connues du commun des anthropologues. Qu’est-ce qu’affirmer que les nouveau-nés ne sont pas humains, ou, comme le fait Marilyn Nations, que les pleurs maternels empêchent les bébés morts de devenir des anges (2013 : 671), permet ou au contraire prévient ? Qu’en est-il des discours qui destinent, post hoc, les bébés à leur mort certaine, insistant sur leur évidente absence de goût pour la vie ?

25Nancy Scheper-Hugues et son adversaire théorique formulent une hypothèse somme toute assez simple : dans un contexte où la mort frappe quotidiennement les petits humains, les défenses ne sont pas inutiles. Si Marilyn Nations dit tout de go que celles-ci permettent de supporter l’insupportable mais aussi de lutter contre l’auto-accusation (Ibid. : 662), Nancy Scheper-Hugues, quant à elle, admet en passant que par un maternage (qu’elle qualifie de) distant, désaffecté, les mères se protègent d’un attachement (trop ?) profond et intense (1985 : 311). Par crainte d’une envolée interprétative abusive, irai-je jusqu’à suggérer que tant la minoration que la reconnaissance des affects de deuil constituent, chez les deux auteures elles-mêmes, des « défenses contre l’angoisse » provoquée par le fait d’entendre les récits et d’être les témoins de tant de morts prématurées, que les mères comme les anthropologues sont largement impuissantes à endiguer ?

Que fait-on des faits ?

26Il est désormais, dans certains cercles, de notoriété scientifique que les anthropologues ne collectent pas des données mais fabriquent des faits. David Schneider l’avait écrit (1984 : 5) et on le retrouve bien exprimé, par exemple, dans les articles de Jean-Pierre Olivier de Sardan (2004) ou de Michel Agier (2015) déjà cités. Le dialogue (qui n’en est pas vraiment un, l’une des deux seulement interpellant l’autre) entre Nancy Scheper-Hugues et Marilyn Nations l’illustre formidablement. Marilyn Nations le note (2015 : 616) : le temps, la niche culturelle et la méthodologie de son enquête sont comparables à ceux de Nancy Scheper-Hugues. C’est d’ailleurs ce qui lui permet de s’appuyer sur la définition par Geertz de l’ethnographie comme « essentiellement contestable » (Ibid. : 614) pour tenter de renverser les deux thèses étroitement articulées de Nancy Scheper-Hugues. Réfutant l’idée d’une négligence maternelle cause ultime de la mort des bébés et jeunes enfants les plus faibles, Marilyn Nations se contente, assez rationnellement il faut l’admettre, de faire porter la lumière sur des causes évidentes, que Nancy Scheper-Hugues n’ignore d’ailleurs pas (mais qu’elle cherche à complexifier en leur adjoignant le poids de l’agentivité maternelle), et qui sont également très bien identifiées par leurs informatrices respectives : l’extrême pauvreté, la malnutrition, l’eau contaminée, l’indigence du système de santé… Elle entreprend en outre de démontrer, à partir d’une « exploration rétrospective » (Ibid.) des récits recueillis de nombreuses années plus tôt, que les enquêtées ont bien des « réactions de deuil » (Ibid. : 616), i.e. qu’elles manifestent du chagrin à la mort de leurs bébés. Sa démonstration manipule les mêmes items que ceux mobilisés par Nancy Scheper-Hugues, mais elle leur fait dire tout autre chose, elle les décrit sous un autre jour, blâmant, dans la foulée, son adversaire pour sa « violence interprétative ». Il est vrai que ses interprétations sont moins provocantes : selon elle, l’absence de manifestation de chagrin lors des funérailles est nécessaire à la bonne transfiguration des bébés morts en petits anges apaisés ; il en est de même de l’économie du regret, dont il vaut mieux tenter de s’abstenir car ce dernier est censé retenir sur terre, auprès de leurs mères, les malheureux petits morts. Là où Nancy Scheper-Hugues voit dans les misérables cercueils de carton un signe d’indifférence, Marilyn Nations les décrit avec force détails et attire l’attention sur le soin consacré à les adorner. Si ce sont les enfants qui accompagnent les processions funéraires, ce n’est ni par désintérêt des adultes ni en vue d’une socialisation précoce, comme l’avance Nancy Scheper-Hugues, mais parce que, encore innocents, ils symbolisent la pureté du bébé mort. Les photographies et autres reliques conservées donnent à voir une singularisation de chaque bébé mort, ce qui dément la théorie d’une interchangeabilité. Et même l’idiome local a mingua fait l’objet de deux interprétations radicalement différentes (car nulle traduction à proprement parler n’est proposée). Une mort a mingua, écrit Nancy Scheper-Hugues, est une mort accompagnée par l’indifférence et la négligence maternelles (1985 : 295), alors que, pour Marilyn Nations, dans la bouche des mères l’expression désigne la négligence et l’indifférence des médecins, des hôpitaux, des politiques.

27Il serait ainsi possible d’opposer terme à terme les descriptions et les interprétations de données ethnographiques largement compatibles et, ce faisant, de mettre au jour avec davantage de rigueur et de systématicité les stratégies argumentatives des deux auteures. Ce rapide panorama suffit cependant à suggérer la labilité des matériaux et la relativité des savoirs constitués à partir de leur agencement. L’image qui s’impose est celle d’un kaléidoscope : à chaque tour imprimé au cylindre magique, les mêmes morceaux de verre s’assemblent pour former une image différente. Le résultat de l’enquête est aux mains de l’enquêteur.

Une dernière conclusion : la valse étourdissante des inférences

  • 13 Cf. le Trésor de la langue française informatisée sur le site de l’Atilf (Analyse et traitement inf (...)

« Inférence, subst. fém.
Log. Opération qui consiste à admettre une proposition en raison de son lien avec une proposition préalable tenue pour vraie […]. Très curieusement, les relations avec le monde surnaturel s’expriment par le moyen des modes de la connaissance, et parmi eux, ceux de l’impression corporelle (...) de l’inférence et du raisonnement (Lévi-Strauss, Anthropol. struct., 1958, p. 197) »13.

28J’ai identifié l’origine d’un grincement de dents, il me reste à rendre compte d’un vertige. Comment sait-on ce qu’on donne pour su, voire pour vrai ? Comment parvient-on, au terme d’une recherche ou d’un raisonnement, à une conclusion, voire à un résultat ? L’agenda (personnel, théorique, institutionnel…) de l’enquêteur, le processus de la recherche (de l’hypothèse à l’enquête et de celle-ci à la restitution) et la machinerie du raisonnement n’étant trop souvent que partiellement et partialement dévoilés, il est difficile de démêler le tien du mien. Pour cela, il serait d’ailleurs aussi nécessaire de rendre à nos interlocuteurs leur propre capacité à raisonner, et d’identifier leurs propres agendas comme leurs stratégies discursives. À force de régressions vers une approche de plus en plus « méta », peut-être ne parviendrions-nous jamais à la moindre conclusion, et c’est bien le risque qui me guette. Plus grave, prisonniers du « comment », serions-nous encore en mesure de faire émerger le moindre contenu ?

29Ni les lectures et relectures scrupuleuses, ni les prises de notes acharnées, ni les essais suspendus de cartographies heuristiques, et pas même la mise en forme finale par l’écriture ne m’auront permis en définitive d’élucider pleinement mes motivations ni de comprendre comment s’articulent, pour chacun des auteurs cités, mais aussi plus généralement, les trois propositions dont j’étais partie. Il reste (au moins) un angle mort ou, si on veut être optimiste, un programme à mettre en œuvre : sérier entre ce qui, pour chacune des trois pièces de mon puzzle et entre elles, est cause, conséquence, raison, explication et justification. 1) Qu’est-ce qui tue les petits d’homme ? Les réponses, éclectiques, nous baladent de la dysenterie à la compétition pour la survie, de l’ineptie des politiques publiques aux croyances religieuses, de la biologie à la culture des sentiments, du contexte global à l’agentivité des individus. Comment classer (de la raison à la justification, de la cause à la conséquence), ordonner (de la cause première à la cause ultime), et sous quelle forme (chronologique, concentrique…), les multiples facteurs de surmortalité infantile identifiés par les auteurs convoqués ici ? 2) De quoi peut-on déduire l’existence de sentiments maternels et d’affects de deuil ou, au contraire, leur absence ? De leurs expressions directes en réponses aux questions de l’enquêtrice, ou indirectes via une analyse de contenu portant sur cet objet polyvalent qu’est le rêve ? De la nature et de la qualité des rites entourant les morts prématurées, mais aussi, pourquoi pas, les naissances ? Ou, comme je l’ai suggéré plus haut, d’une ethnographie précise des interactions ordinaires avec les bébés vivants ? 3) Pourquoi les collectifs humains, y compris celui des anthropologues, produisent-ils des « modèles » (le terme est bien choisi), certes extrêmement variés et richement élaborés, de la prime enfance mettant en avant la non-(encore)-humanité des bébés ? Quel statut, par ailleurs, a cette construction culturelle ? Est-elle une conséquence de la vulnérabilité inhérente à cette période de la vie (aussi appelée « néoténie ») et de l’étrangeté difficilement réductible de cet être qu’est le bébé avant son entrée dans le langage articulé, un idiome pour les signifier, ou plutôt une cause, une justification, ou une raison d’une mortelle négligence et d’affects mineurs ?

30Pour tenter de répondre à ces questions complexes, je défends, après d’autres, qu’il est nécessaire d’adopter trois postures méthodologiques dans la recherche : une vigilance éthique consistant à ne fabriquer aucun idiot culturel, ni parmi les enquêtés ni parmi les enquêteurs ; une réflexivité permettant d’éviter de se comporter en idiot culturel ; et, enfin, une sobriété épistémique évitant de substituer à l’« idiotie culturelle » d’un Autre sa propre idiotie rationnelle. J’espère avoir fait un petit pas dans cette direction.

Haut de page

Bibliographie

Agier, Michel
2015 « Le dire-vrai de l’anthropologue : réflexions sur l’enquête ethnographique du point de vue de la rencontre, des subjectivités et du savoir », Ethnographiques.org 30. En ligne : https://www.ethnographiques.org/2015/Agier

Blaffer Hrdy, Sarah
2002 [1999] Les Instincts maternels. Trad. de l’anglais (États-Unis) par Françoise Bouillot. Paris, Payot.

Boltanski, Luc
2004 La Condition fœtale. Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement. Paris, Gallimard (« Nrf essais »).

Collomb, Natacha
2008 Jouer à apprendre. Spécificités des apprentissages de la petite enfance et de leur rôle dans la fabrication et la maturation des personnes chez les T’ai Dam (Ban Nakham, Nord-Laos). Nanterre, Université Paris 10, thèse de doctorat.

Delaisi de Parseval, Geneviève & Suzanne Lallemand
1980 L’Art d’accommoder les bébés. 100 ans de recettes françaises de puériculture. Paris, Le Seuil.

Devereux, Georges
2012 [1980] De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement. Préf. de Weston La Barre ; trad. de l’anglais par H. Sinaceur. Paris, Flammarion (« Champs. Essais »).

Engle, Patrice L.
1994 « Review of Nancy Scheper-Hugues, Death Without Weeping. The Violence of Everyday Life in Brazil », Medical Anthropology Quarterly 8 (3) : 346-349.

Lancy, David F.
2014 « “Babies Aren’t Persons” : A Survey of Delayed Personhood », in Heidi Keller & Hiltrud Otto, eds, Different Faces of Attachment. Cultural Variations of a Universal Human Need. Cambridge-New York, Cambridge University Press : 66-110.

Mauss, Marcel
1938 « Une catégorie de l’esprit humain : la notion de personne, celle de “moi” », Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland 68 : 263-281. En ligne : https://www.jstor.org/stable/pdf/2844128.pdf

Missonnier, Sylvain
2014 « Les stèles virtuelles : un rituel de deuil séculier ? », in Michel Dugnat, ed., L’Art d’accommoder embryons, fœtus et bébés. Toulouse, Érès : 139-142.

Nations, Marilyn
2013 « Dead-baby Dreams, Transfiguration and Recovery from Infant Death Trauma in Northeast Brazil », Transcultural Psychiatry 50 (5) : 662-682.

Nations, Marilyn, Joseph Corlis & Jéssica I. D. Feitosa
2015 « Cumbered Cries : Contextual Constraints on Maternal Grief in Northeast Brazil », Current Anthropology 56 (5) : 613-637. En ligne : https://www.msh.org/sites/default/files/nations_cumbered_cries_2015.pdf

Noret, Joël
2009 « Perdre un bébé, une mort insoutenable ? Quelques remarques d’anthropologie comparative », Études sur la mort 136 : 137-148. En ligne : https://www.cairn.info/revue-etudes-sur-la-mort-2009-2-page-137.htm

Ogien, Ruwen
2001 « L’idiot de Garfinkel », in Michel de Fornel, Albert Ogien & Louis Quéré, eds, L’Ethnométhodologie. Une sociologie radicale. Colloque de Cerisy, 1997. Paris, La Découverte (« Recherches ») : 57-74.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre
2004 « La rigueur du qualitatif : l’anthropologie comme science empirique », Espaces Temps 84-85-86 : 38-50. En ligne : https://www.persee.fr/doc/espat_0339-3267_2004_num_84_1_4237

Scheper-Hugues, Nancy
1985 « Culture, Scarcity, and Maternal Thinking : Maternal Detachment and Infant Survival in a Brazilian Shantytown », Ethos 13 (4) : 291-317. En ligne : https://www.jstor.org/stable/pdf/640147.pdf

Scheper-Hugues, Nancy
1993 Death Without Weeping. The Violence of Everyday Life in Brazil. Berkeley, University of California Press.

Scheper-Hugues, Nancy, ed.
1987 Child Survival. Anthropological Perspectives on the Treatment and Maltreatment of Children. Dordrecht-Boston, R. Reidel / Norwell, Kluwer Academic Publ. (« Culture, Illness and Healing » 11).

Schneider, David, M.
1984 A Critique of the Study of Kinship. Ann Arbor, University of Michigan Press.

Toffin, Gérard
2017 « La fabrique de l’imaginaire », L’Homme 221 : 167-190. En ligne : https://www.cairn.info/revue-l-homme-2017-1-page-167.htm

Wittgenstein, Ludwig
1996 [1934] Le Cahier bleu et le Cahier brun. Préf. de Claude Imbert ; trad. de l’anglais par Marc Goldberg et Jérôme Sackur. Paris, Gallimard (« Bibliothèque de philosophie »).

Haut de page

Notes

1 Cette aspiration était sans doute déjà en germe dans le projet de recherche qui m’a valu d’être recrutée au Centre national de la recherche scientifique en 2012 et dont le titre était : « Les sujets de la parenté : pour une anthropologie pragmatique de la transmission » (c’est moi qui souligne).

2 Ma traduction de cet ouvrage est en cours d’édition dans la collection « Les Anthropologiques » aux Presses universitaires du Midi.

3 « Elle [l’étude scientifique de l’homme] doit exploiter la subjectivité inhérente à toute observation en la considérant comme la voie royale vers une objectivité authentique plutôt que fictive » (2012 [1980] : 16).

4 Les Akha sont des Tibéto-Birmans qui habitent généralement des villages de montagne. Les T’ai Dam sont une minorité t’ai, mais inscrite au sein de la majorité tai-kadai, qui vit plutôt en plaine ou dans des vallées de moyenne altitude ; ceux avec lesquels j’ai travaillé de 1996 à 2014 étaient en position dominante économiquement comme politiquement. Entre autres manifestations de cette domination, ils « louaient » le travail de leurs voisins akha (qu’ils nomment d’ailleurs Sa, « esclaves ») contre le gîte et de l’opium.

5 Sur un mode « relecture » ou « après-coup », comme celui qu’il propose lui-même dans A Critique (Schneider 1984).

6 Cf. en particulier le chapitre VII de De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement (Devereux 2012 [1980] : 129-146).

7 Toutes les citations extraites de textes en anglais ont été traduites par mes soins.

8 La théorie de l’attachement, initiée dans les années 1950 par le psychiatre et psychanalyste britannique John Bowlby, s’est développée sur la base d’emprunts à la théorie de l’évolution, aux théories psychanalytiques de la relation d’objet, aux concepts de la systémique, de l’éthologie et de la psychologie développementale et cognitive. Elle insiste sur le besoin, chez le tout petit enfant, de développer une relation d’attachement avec une ou plusieurs personnes répondant à ses besoins affectifs de façon cohérente et continue, constituant sa « base de sécurité » pour explorer le monde et les éléments de son développement global. Ses évolutions récentes reposent sur un dispositif expérimental (la « situation étrange ») et ont conduit à des hypothèses sur la transmission intergénérationnelle des schémas d’attachement.

9 Joseph Corlis, spécialiste du développement des entreprises en sciences de la gestion de la santé, et Jéssica I. D. Feitosa, infirmière à l’hôpital de Ceará.

10 Ainsi que Nancy Scheper-Hugues (1987 et 1993), rapidement cités.

11 Il n’est évidemment pas question de nier le fait que la mortalité infantile ait été et soit encore très élevée dans de nombreuses régions du monde, c’est sur la stratégie argumentative des auteurs que je souhaite attirer l’attention.

12 Qui renvoie à un for intérieur, à défaut d’un autre terme, dans un sens ordinaire, sans postulat implicite précis concernant la difficile question de l’intériorité.

13 Cf. le Trésor de la langue française informatisée sur le site de l’Atilf (Analyse et traitement informatique de la langue française, Cnrs-Université de Lorraine) : http://stella.atilf.fr/Dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=3242111310;

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Natacha Collomb, « Humanité des bébés et « sentiments maternels » »L’Homme, 234-235 | 2020, 161-180.

Référence électronique

Natacha Collomb, « Humanité des bébés et « sentiments maternels » »L’Homme [En ligne], 234-235 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 04 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/37302 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.37302

Haut de page

Auteur

Natacha Collomb

Centre national de la recherche scientifique – Centre Norbert Elias, Marseille – natacha.collomb@cnrs.fr

Du même auteur

  • Fondements corporels de la cognition, des émotions et de la personnalité chez les T’ai Dam du Nord-Laos
    What the Heart Conceives. The Bodily Grounds of Cognition, Emotions and Personality Among the Tai Dam in Northern Laos
    Paru dans L’Homme, 197 | 2011
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search