Navigation – Plan du site

AccueilNuméros234-235VariaLes plaisirs ordinaires du chant ...

Varia

Les plaisirs ordinaires du chant révolutionnaire en Chine post-maoïste

The Ordinary Pleasures of Revolutionary Singing in Post-Mao China
Lisa Richaud
p. 211-244

Résumés

Les parcs publics des villes de la République populaire de Chine sont devenus, au cours des trois dernières décennies, des lieux de rassemblement pour les retraités qui s’y adonnent à diverses activités collectives « pour s’amuser » (wan’r ou ziyuzile). Cette insistance sur le divertissement mérite l’attention, notamment dans le cas de chorales où sont chantées des œuvres de propagande de la période maoïste. Si certains chercheurs ont pu voir dans ces performances des formes d’expression politique, ce type d’interprétation centré sur les dimensions discursives et symboliques de l’activité ne permet pas de saisir ce que le recadrage ludique des chants fait à ces significations littérales. À partir d’une enquête ethnographique menée à Pékin entre 2011 et 2014, nous mettrons en exergue la relation de non-coïncidence qui émerge, dans ce cadre ludique, entre la nature des discours et les plaisirs de l’activité, pratiquée pour ses dimensions sensorielles et pour les formes de socialité auxquelles elle donne lieu. Sera discutée la manière dont cette possibilité de re-présenter sans nécessairement représenter façonne les rapports au passé auquel ces œuvres renvoient, parmi ceux et celles qui ont vécu le maoïsme.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article n’aurait pas vu le jour sans la sympathie que m’ont témoigné mes interlocuteurs dans les parcs de Pékin. L’analyse proposée est le fruit de longs échanges (et désaccords !) avec Françoise Lauwaert au cours des dernières années, ce pour quoi je la remercie vivement. Je tiens également à exprimer ma gratitude envers trois experts ou expertes anonymes, dont les relectures attentives, de la plus sceptique à la plus encourageante, ont très largement contribué à améliorer ce texte. L'équipe éditoriale de L’Homme a fourni une assistance précieuse tout au long du processus de publication.
Par ailleurs, la singularité du contexte pandémique que nous traversons n’étant pas sans effets sur les usages des espaces publics dont il sera question dans ces pages, j’ai souhaité joindre à cet article quelques commentaires relatifs aux activités de mes interlocuteurs durant la période actuelle et, plus généralement, aux transformations survenues depuis la fin de mon enquête. En décembre 2017, à l’occasion d’une visite dans les parcs de Jingshan et Beihai, j’ai découvert que les réglementations sur les nuisances sonores, qui commençaient à être appliquées lorsque je me trouvais sur le terrain en 2013-2014, avaient fini par avoir eu raison de la plupart des rassemblements. Si beaucoup de groupes durent les pratiquer dans d’autres parcs moins centraux, tels que Tiantan (le Temple du Ciel) ou Taoranting, ce ne fut cependant pas le cas de la chorale Jiqing Guangchang évoquée dans cet article. Les membres ont en effet réussi à nouer, au fil des années, d’excellentes relations avec les agents de l’administration du parc Jinghsan, qui ne cherchèrent pas à empêcher les rassemblements dominicaux après que les chanteurs eurent cessé d’utiliser leur système d’amplification sonore. Les participants ont ainsi continué de se retrouver au parc Jingshan, et ce, jusqu’en janvier 2019, mois marqué par la reconnaissance officielle par la Chine de l’épidémie de Covid-19. D’après le récit d’une interlocutrice, le parc Jingshan ne fut pas officiellement fermé, mais les membres de la chorale renoncèrent à leur activité afin de participer à l’effort collectif visant à limiter la propagation du virus. S’ils ne se sont plus réunis physiquement, ils trouvèrent cependant d’autres formes d’expression, comme l’organisation occasionnelle de concerts virtuels (kongzhong yinyuehui). Enfin, au printemps 2020, comme en témoignent des vidéos amateurs envoyées par mon interlocutrice, certains ont repris le chemin des parcs, où des rassemblements clairsemés se reforment petit à petit.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Notes sur le déroulement de l’enquête
Générations rouges
Recréer des espaces de sociabilité
Revivre la théâtralité quotidienne
Les routines ludiques de la performance
Script, variations et modes d’engagement
Plaisirs situationnels
La couleur non politique du « chant rouge »
Le passé à distance
« Effets de signification » ou « effets de présence »
S’amuser (Wan’r) : une « culture de l’intervalle » ?

Aperçu du texte

Dans les parcs et sur les places publiques des villes chinoises, la pratique collective d’activités variées donne forme, depuis trois décennies, à l’une des manifestations les plus audibles et visibles de l’être et du faire ensemble en République populaire (Qian 2014a ; Richaud 2018 ; Thireau 2019 ; Zito 2014). Multiples dans leur contenu, ces activités présentent nombre de caractéristiques communes. Qu’il s’agisse de taiji, qigong ou autres exercices, de danses « de place » ou d’« ethnies minoritaires », de récitation, chant et pratique d’instruments, elles rassemblent de façon (pluri)hebdomadaire ou quotidienne des hommes et femmes en majorité retraités, qui se rejoignent en un même coin du parc. Ces interactions dans l’espace public pourraient être situées sur un continuum allant de premières rencontres, au départ spontanées puis s’étant stabilisées par leur répétition au fil du temps, à la constitution de groupes (tuan) plus organisés, où certains participants endossent des rôle...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Lisa Richaud, « Les plaisirs ordinaires du chant révolutionnaire en Chine post-maoïste », L’Homme, 234-235 | 2020, 211-244.

Référence électronique

Lisa Richaud, « Les plaisirs ordinaires du chant révolutionnaire en Chine post-maoïste », L’Homme [En ligne], 234-235 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/37477 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.37477

Haut de page

Auteur

Lisa Richaud

Université libre de Bruxelles, Fonds de la recherche scientifique (FNRS) – Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains, Bruxelles (Belgique) – lrichaud@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search