Navigation – Plan du site

AccueilNuméros234-235Comptes rendusVariaMarco Motta, Esprits fragiles. Ré...

Comptes rendus
Varia

Marco Motta, Esprits fragiles. Réparer les liens ordinaires à Zanzibar

Jules-Victor Villette
p. 352-354
Référence(s) :

Marco Motta, Esprits fragiles. Réparer les liens ordinaires à Zanzibar. Préf. de Michael Lambek. Lausanne, Bsn Press, 2019, 368 p., bibl. (« A contrario campus »).

Texte intégral

1Nous suivrons les pas à Zanzibar de Marco Motta, anthropologue suisse, à la découverte de l’uganga, pratique rituelle consistant à laisser monter en soi un esprit. Sele, un jeune Zanzibari, introduit l’auteur dans les groupes qui l’initieront à ce rituel. L’expérience transcrite dans le livre l’amène à contester le fait que la montée d’un esprit, chez une ou un Zanzibari, ne relève pas pleinement de la possession. Il infléchit pour ce faire la manière de traiter ce thème classique de l’anthropologie est-africaine. La parole des esprits permet à la souffrance de s’exprimer, pour ensuite pouvoir la soigner. S’appuyant sur les termes swahili, l’anthropologue se refuse à traduire l’uganga dans le champ lexical de l’aliénation. Il joue sur le spectre sémantique du verbe kuandisha pour montrer que lire l’uganga au travers des interprétations traditionnelles de la possession en anthropologie et en psychiatrie s’avère insuffisant. Selon lui, il est plus approprié de dire qu’un esprit accomplit la « montée » d’un corps. Mais Marco Motta le décrit aussi comme un esprit chevauchant. Nous voyons que le choix de traduction entretient l’ambiguïté entre le rôle passif et le rôle actif du corps durant le rituel. Ajoutons que l’uganga est presque exclusivement le fait de certains habitants de Ng’ambo, « l’autre côté », espace d’habitats informels que les esclaves se sont appropriés, et dont le nom l’oppose à la ville construite en pierre par les Arabes, Stone Town.

2Dans la première partie, narrative, les enjeux de l’héritage littéraire de l’anthropologie sont actualisés, ce qui nous montre l’intérêt d’enrichir une ethnographie de procédés littéraires pertinents. Son style ne découle pas des modalités de narration propres au grand roman français du xixe siècle. Marco Motta y préfère certaines innovations littéraires du xxe siècle. À la manière de Bernard Koltès dans La Nuit juste avant les forêts, son texte n’est qu’une seule longue phrase qui ne débute ni ne s’achève. L’écriture fragmentaire (seuls des jours significatifs sont racontés) est contrebalancée par la fluidité liée à l’absence de point typographique. Motta écrit dans une langue délibérément familière qui s’accorde à la rudesse du terrain, et qu’il apparente au style de Louis-Ferdinand Céline dans Mort à crédit. Le texte est écrit à la seconde personne du singulier. En outre, sa progression chronologique use de prolepses. La conjonction de ces deux procédés fait de la narration une adresse à un « moi », pour partie révolu, qui a écrit les carnets de terrain. Marco Motta assume là une contradiction entre, d’une part, la recherche l’effet de réel, d’autre part, le désir de mettre à distance un récit écrit sur le vif. Comment l’anthropologue-écrivain peut-il rendre compte d’un terrain sans occulter son engagement ? Ce faisant, il dépasse le piège d’un discours subjectiviste. Motta délègue aux procédés littéraires son questionnement éthique – il adopte grâce à eux, sans avoir à l’énoncer, une posture juste, fidèle au terrain – afin d’avoir un récit qui se focalise sur la découverte des esprits chevauchants. Les adeptes de l’uganga, par les rythmes des musiques, les jeux de respiration, les draps déployés, les encens allumés dans les salles accompagnent la « montée » de l’esprit. Ils se réunissent autour de l’expert rituel, qui peut être un homme ou une femme. Le narrateur décrit, sans l’interpréter, l’effort commun qui amène l’esprit à prendre la parole. S’ensuit alors un face-à-face entre l’expert et l’esprit au cours duquel ce dernier est invité à désigner ce qui cause l’affliction. L’officiant entre en négociation avec l’esprit. Il s’agit de déterminer les compensations distribuées et offertes le plus souvent lors d’une fête destinée à acter la rémission du « chevauché ». L’esprit y est célébré publiquement par des plats et des sacrifices d’animaux.

3Pour autant le livre ne s’arrête pas là ; deux parties théoriques suivent. Est défini dans la première l’uganga comme un pur processus rituel, tandis que dans la seconde, la dimension sociologique du rituel est mise en valeur. Cela révèle la nature des relations sociales ordinaires des habitants de Ng’ambo. Ces deux parties détonnent par leur style plus académique. S’appuyant sur les reprises de son ethnographie saisissante, Marco Motta amorce l’analyse de la « montée » des esprits. Il souligne que les esprits, parce qu’ils partagent leur histoire à Zanzibar, appartiennent au même monde que les humains. Lorsqu’un individu se trouve au cœur d’un conflit, ses esprits le travaillent de l’intérieur. Aussi, face à ces symptômes, les Zanzibaris tentent d’apprivoiser ces esprits loquaces en leur offrant un espace privilégié d’expression, l’uganga. Marco Motta remarque que les pratiques formant l’uganga telles que les fumigations, les chants, les danses, les incisions, visent à « perméabiliser le corps » pour s’ouvrir aux esprits. De ce point de vue, l’articulation entre la singularité du chevauchement par les esprits à Zanzibar et de telles pratiques pour le moins répandues reste floue. D’autant plus qu’en dehors des rituels, dans des situations de tensions, l’esprit s’impose. Ces moments de crise débordent du cadre thérapeutique du rituel. Pour mieux cerner la condensation de douleur qui s’opère au moment de l’uganga, l’auteur dresse, dans la partie suivante, le tableau des conflictualités sociales de Ng’ambo. Le partage des douleurs intimes est ainsi facilité, par le récit des rêves notamment. Il avance l’hypothèse qu’ici l’expression de la douleur ne passe pas seulement par sa propre parole. Elle peut être médiatisée par une autre voix.

4La rupture de ton entre les parties, voire la tendance à se laisser contaminer par le style des références dans l’écriture théorique, opacifie quelque peu l’originalité de l’analyse. À nos yeux, la recherche de nouvelles formes de discours, en adéquation avec des propositions théoriques, ne doit pas se limiter à la narration. Cela étant, avec ce livre où un auteur à la fois s’affirme et s’efface, Marco Motta s’engage dans une voie prometteuse.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Jules-Victor Villette, « Marco Motta, Esprits fragiles. Réparer les liens ordinaires à Zanzibar », L’Homme, 234-235 | 2020, 352-354.

Référence électronique

Jules-Victor Villette, « Marco Motta, Esprits fragiles. Réparer les liens ordinaires à Zanzibar », L’Homme [En ligne], 234-235 | 2020, mis en ligne le 14 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/37837 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.37837

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search