Navigation – Plan du site

AccueilNuméros236Les fins de l'égalitarismeLa culture de l’autonomie héritée...

Les fins de l'égalitarisme

La culture de l’autonomie héritée des « gens des forêts » du Baïkal

The Culture of Self-Reliance Inherited from the “Forest People” of Baikal
Roberte Hamayon
p. 45-76

Résumés

De longue date, l’environnement forestier de l’ouest du lac Baïkal, en Sibérie méridionale, a abrité de très petits groupes acéphales vivant de chasse, dont des groupes bouriates autochtones, les Ehirit-Bulagat. Ceux-ci sont peu à peu devenus éleveurs de chevaux comme leurs parents mongols, puis agriculteurs comme les colons russes, tout en restant fidèles aux valeurs de la chasse quasiment jusqu’à l’époque soviétique. Ils étaient vus en chasseurs et qualifiés d’« inextensibles » par leurs parents bouriates de l’est du Baïkal, les Hori, qui cherchaient à accroître leurs troupeaux tout en pratiquant certaines formes de chasse. Mais ils étaient des éleveurs aux yeux des Evenk, leurs voisins toungouses du nord du Baïkal, qui se voulaient chasseurs mais avaient des rennes domestiques. Les uns et les autres intériorisaient tacitement dès l’enfance des principes similaires, sous des formes et à des degrés variables : autonomie individuelle, émulation, mutualité et solidarité. Chacun était incité à trouver sa propre manière de faire, à prendre des risques, toute singularité était encouragée ; tout était occasion de se défier, de se mesurer, de rivaliser, sans jamais laisser quiconque garder l’avantage. L’émulation dynamisait les relations tout en confortant la solidarité globale. Les modifications qui accompagnent le développement de l’élevage ont entraîné les Ehirit-Bulagat à n’adopter que partiellement le principe hiérarchique. Dans leur version de l’épopée de Geser, le héros est celui qui se montre supérieur en valeur, non celui qui est supérieur en statut.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Natalia Buitron-Arias et Hans Steinmüller de m’avoir invitée à participer au colloque qu’ils ont organisé à la London School of Economics en juin 2019, puis au débat qui s’en est suivi sur la notion d’égalitarisme. Ce débat m’a conduite à remettre en cause le terme « égalitaire » qu’il m’était arrivé d’employer, tant il est d’usage courant à propos des sociétés sans chef. La révision de cet article a bénéficié des commentaires et des suggestions des deux coordinateurs, ainsi que d’évaluateurs anonymes et de Grégory Delaplace. Je leur en suis très reconnaissante.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Gens des forêts, gens des steppes
Les Ehirit-Bulagat
La forêt, éternel refuge
Les Evenk de Cisbaïkalie
Les Hori de Transbaïkalie
Les Evenk des monts Saïan
De la nécessité de revisiter l’opposition entre chasse et élevage
La chasse pour la viande instaure un échange loyal avec les espèces animales et profitable aux humains
Peut-on chasser autre chose que du gibier ?
L’élevage met les humains sous la dépendance mais aussi sous la protection de leurs morts
De l’échange coopératif avec l’autre à la transmission entre soi
Coopération et partage : mutualité, solidarité
Ce qui doit être partagé, ce qui peut être vendu ou soustrait au partage
Éviter l’excès et l’épargne, préserver la chance et avoir le prestige de redistribuer
Chance, partage et redistribution en milieu pastoral
De « pas plus qu’il n’est besoin » à « beaucoup », ou de l’« inextensibilité » à l’accumulation
Des principes intériorisés dès l’enfance : de l’autonomie à la solidarité
Inciter à se singulariser, pousser à rivaliser, empêcher de dominer
La dynamique de l’émulation
Jouer combine rivalité et coopération en vue d’apprendre à se défendre et se perpétuer
Une façon de formuler les différences individuelles chez les Evenk Orochon
L’émergence de l’idée de norme dans le genre épique bouriate
Épilogue : les Bouriates d’aujourd’hui

Aperçu du texte

« Nous sommes un peuple à chamanes ! », clamaient les Bouriates Ehirit-Bulagat vivant à l’ouest du lac Baïkal à la fin du xixe siècle, s’opposant par là au « peuple à Dieu » qu’étaient pour eux les Russes, en dignes héritiers des « gens des forêts » qui avaient échappé à Gengis Khan, au début du xiiie siècle. Colonisation et christianisation allaient en effet de pair, au cri de « Un seul Dieu, un seul Tsar ! » dont la volonté devait être faite. Se dire « peuple à chamanes », c’était avant tout exprimer, tant au niveau du groupe qu’à celui de l’individu, un refus radical de tout pouvoir, extérieur ou intérieur, humain ou spirituel, un refus de toute hiérarchie instituée, c’était vouloir être véritablement autonome, ne dépendre de personne et n’avoir de comptes à rendre à personne. Les chamanes étaient à leurs yeux des humains parmi d’autres, chargés de faire valoir les intérêts des leurs auprès d’« esprits ». Il n’y avait ni à vénérer ces esprits qui n’avaient rien de divin ni à obéi...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Roberte Hamayon, « La culture de l’autonomie héritée des « gens des forêts » du Baïkal », L’Homme, 236 | 2020, 45-76.

Référence électronique

Roberte Hamayon, « La culture de l’autonomie héritée des « gens des forêts » du Baïkal », L’Homme [En ligne], 236 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/37993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.37993

Haut de page

Auteur

Roberte Hamayon

École pratique des hautes études, PSL – Groupe Sociétés, religions, laïcités (GSRL), Aubervilliers – roberte.hamayon@ephe.psl.eu

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search