Navigation – Plan du site

AccueilNuméros236ChroniquesChine et Ouïgours

Chroniques

Chine et Ouïgours

Un colonialisme interne civilicide
Sabine Trebinjac
p. 191-204

Texte intégral

1Depuis 2017, la région autonome des Ouïgours turcophones du Xinjiang, sise à l’extrême Nord-Ouest de la Chine, est le théâtre d’une répression brutale exercée par le gouvernement chinois sous couvert de lutte contre l’islamisme. Dans cette chronique, je propose d’apporter un éclairage sur cette situation et de poser des jalons pour permettre une meilleure compréhension des conditions historiques qui ont conduit à ce que j’ai choisi d’appeler ici un « colonialisme interne civilicide ».

  • 1 Parmi ces sources, on trouvera surtout des articles de presse, ainsi que des reportages. Par exempl (...)

2Selon les estimations actuelles, au moins un million de Ouïgours (sur une population totale d’environ onze millions de personnes), principalement des représentants de l’intelligentsia et des paysans spoliés de leur terre, sont détenus dans des camps de redressement et de rééducation appelés « centres de formation et d’éducation » (zhiye jineng jiaoyu peixun zhongxin), tandis qu’un demi-million d’autres se trouvent en prison. D’après certaines sources, très difficiles à vérifier, ces chiffres pourraient s’élever au moins au triple, avec trois millions de personnes en camp et près de deux millions en prison (Kamberin 2015 ; Leibold 2018 ; Zenz 2019a et b)1. Le peu d’informations concernant ces centres provient de rares fuites ou des témoignages des quelques personnes libérées grâce à une pression diplomatique, ou parce qu’elles étaient en fin de vie. Je commencerai par dresser un inventaire synthétique des données disponibles sur ces lieux de détention, ainsi que des actions politiques entreprises par le gouvernement chinois dans la région du Xinjiang.

  • 2 Je remercie Valentina Vapnarsky de m’avoir soufflé cette expression.
  • 3 Les Ouïgours sont en majorité des musulmans sunnites.
  • 4 Cf. la vidéo diffusée le 18 juin 2019 par Bbc News, « Inside China’s “Thought Transformation” Camps (...)

3Les centres de formation et d’éducation, où sont placés les Ouïgours du Xinjiang jugés déviants ou trop religieux, sont des centres de jour, c’est-à-dire que l’on s’y rend le matin et que l’on peut rentrer chez soi le soir. On y met en œuvre un programme de « rééducation », qui consiste à pratiquer non seulement un lavage de cerveau, mais aussi un « lavage de langue »2 en interdisant de parler ouïgour (pourtant la langue officielle du Xinjiang) et en imposant le mandarin, ou encore en participant à des sessions d’endoctrinement où il faut répéter en chœur des phrases comme « Je suis fier d’être Chinois », « La République populaire de Chine est un grand pays » ou « Longue vie à notre président Xi Jinping ». Il existe aussi des centres d’internement, où les intellectuels ouïgours sont contraints de se former à un métier « utile », dans la plus pure tradition de la « Révolution culturelle » maoïste. La couture, le sport, la danse et la musique font également partie des activités obligatoires de ces centres, où les airs de l’Opéra de Pékin ont pris la place des muqams, genre classique ouïgour mélangeant chants, danses et musiques d’une grande complexité et d’un subtil raffinement, inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco (Anderson & Byler 2019). Les personnes internées doivent renier leur foi et renoncer à toute pratique religieuse3 : la prière, les prescriptions alimentaires (en étant obligées de consommer du porc et de l’alcool), le port du voile islamique et de la barbe sont interdits. Les femmes enceintes à leur arrivée au camp doivent avorter, tandis que des piqûres quotidiennes sont faites aux autres femmes pour bloquer leurs menstruations, voire les rendre stériles4. Certains internés sont condamnés à mort dès leur entrée, cette sentence pouvant être mise à exécution dans les trois années suivant sa prononciation.

  • 5 Cf. la communication de Marie-Françoise Courel, Francesca De Domenico & Michel Florenzano, « Le Rôl (...)

4Ce programme de « rééducation » de la population ouïgoure est également mené par le gouvernement au-delà de ces centres : depuis plusieurs années, en effet, il s’inscrit au cœur même de l’espace public. Comme pour gommer toute spécificité linguistique, des autodafés de livres écrits en langue ouïgoure, quel qu’en soit le sujet, sont organisés dans chaque quartier des villes. Les constructions représentatives de l’architecture ouïgoure traditionnelle, dont les maisons en bois et pisé possédant une loggia et des balcons ouverts avec arcades et balustrades, ainsi qu’une cour intérieure et un toit terrasse, sont détruites5 pour être remplacées par des maisons recouvertes de carrelage blanc.

5Cette politique résolument anti-culturelle touche également les institutions sociales, comme le mariage. Les couples ouïgours sont appelés à se remarier suivant la coutume chinoise, c’est-à-dire en costume et cravate pour les hommes, et en robe blanche pour les femmes. Afin de hâter le brassage génétique et l’« invisibilisation » ethnique de cette population, les femmes ouïgoures dont le conjoint a été arrêté sont sommées d’accueillir un homme han pour prendre sa place jusque dans le lit conjugal. Par ailleurs, des travailleurs civils hans sont invités par le gouvernement à s’installer dans les foyers ouïgours et il est même fréquent aujourd’hui qu’un enfant han soit « attribué » à l’un de ces foyers ou qu’un enfant ouïgour se voit assigner un ou deux oncles ou tantes hans, « car nous sommes tous d’une même et grande famille [zamen dou shi yi da jia] ! ».

6Les enfants ouïgours orphelins sont systématiquement adoptés par une famille han. Pour ceux dont les deux parents ont été enfermés dans un camp, ils sont placés dans un orphelinat censé les transformer en parfaits petits Hans, notamment en les dotant d’un nouveau patronyme en mandarin. Enfin, le contrôle social par le biais des infrastructures de télésurveillance, déjà extrêmement développées dans la région (caméras et reconnaissance faciale), s’est encore accentué du fait de la démonétisation de l’économie. En effet, avec la disparition en quelques mois de la quasi-totalité des pièces et billets en circulation, toute transaction commerciale se fait désormais au moyen d’un téléphone portable, permettant d’accéder aux données bancaires des personnes tout en les géolocalisant en permanence. Sur quels éléments historiques peut-on se fonder pour tenter de comprendre une telle situation ?

7Si l’oppression exercée sur la population ouïgoure du Xinjiang a connu une sévère aggravation ces dernières années, il faut remonter au moins au début de la fondation de cette province pour en saisir tous les tenants. Le sombre destin des Ouïgours de Chine s’est scellé il y a maintenant 75 ans, en 1955, lorsque la République populaire de Chine a officiellement institué la « Région autonome des Ouïgours du Xinjiang », pour mettre un terme aux troubles violents motivés par des velléités indépendantistes et sécessionnistes qui avaient éclaté dans la région. Quelques mois plus tard, le 25 février 1956, Mao Zedong prononça un discours de politique générale en dix points, les « Dix grandes relations » (Shi da guanxi), dont le sixième était consacré aux relations entre les Hans et les minorités nationales (Hanzu he shaoshu minzu). Mao y réaffirmait le fait que si la population chinoise était composée à 94 % de Hans, les territoires des minorités concentraient quant à eux près de 60 % des richesses nationales. Déjà, un appel avait été lancé deux ans auparavant, en 1954, pour lutter contre le nationalisme han (dahan zhuyi) afin que règne une atmosphère harmonieuse : il y était dit et répété qu’une bonne entente entre Hans et minorités était nécessaire pour mener à bien l’exploitation de l’air, de la terre et du sous-sol. Depuis, chaque décision politique pour mettre en œuvre la colonisation du Xinjiang s’inscrit dans les plans quinquennaux successifs, auxquels s’ajoutent des « projets » d’ordre national ou provincial. Un rapide examen de ces documents nous permettra d’avoir une compréhension plus globale de la situation actuelle, mais quelques précisions sur les atouts géographiques et économiques du Xinjiang doivent auparavant être apportées.

8Située sur l’ancienne route de la soie au centre du continent euro-asiatique, la région stratégique du Xinjiang représente un sixième du territoire chinois : avec plus d’1,6 million de km2, elle est la plus vaste des provinces et régions autonomes de Chine. Bordés d’importants massifs montagneux, deux grands bassins sédimentaires, celui de Dzoungarie dans le Nord et celui de Tarim dans le Sud, sont occupés par des déserts, dont le Taklamakan (le deuxième plus grand désert du monde) avec, dans sa partie orientale, un immense marécage salé, le Lop Nor. Outre les fleuves qui traversent la région, le réseau hydrographique bénéficiant d’eaux de fonte multiples y est également bien développé et a permis l’émergence d’oasis prospères, telles que Turfan, Kashgar, Khotan, Qumul, ou encore Keriya. Mais ce sont surtout les richesses de son sous-sol qui doivent être soulignées ici et, en particulier, le charbon dont le Xinjiang possède 38 % des réserves nationales, ou encore le gaz et le pétrole, dont les 3/5e se trouvent en terres ouïgoures.

  • 6 La plupart des décrets et plans quinquennaux sont publics et accessibles sur internet, en chinois e (...)
  • 7 C’est Zhou Enlai qui, le premier, utilise cette expression, le 4 août 1957. L’argument dans son dis (...)
  • 8 « Shiguan guojia changzhi jiu an, shiguan Zhonghua minzu weida fuxing », cf. le site du Zhengzhou F (...)

9Depuis 1989, plans quinquennaux et projets nationaux et provinciaux se sont succédé, pour progressivement organiser le développement économique et humain du Xinjiang et, plus largement, du Nord-Ouest de la Chine6. Ainsi, parmi une liste de directives adoptées par le comité permanent du bureau politique du Parti communiste chinois en date du 19 mars 1996 et visant à resserrer le contrôle sur le Xinjiang, le projet national n°7 interdisait aux Ouïgours de sortir du pays, notamment pour ne pas subir l’influence des pays musulmans voisins d’Asie centrale, devenus indépendants depuis la disparition de l’Urss. Dans la foulée de ces bouleversements géopolitiques, le Groupe de Shanghai réunissant la Chine, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et le Tadjikistan est créé cette même année 1996 pour garantir la stabilité des frontières et la sécurité dans les pays membres en combattant toute forme de séparatisme, terrorisme et extrémisme. Ce groupe informel se transformera le 15 juin 2001, avec l’adhésion de l’Ouzbékistan, en organisation intergouvernementale plus officielle, l’Organisation de coopération de Shanghai (Ocs) ; du point de vue de la coopération économique, on peut y voir les prémices des nouvelles routes de la soie (yidai yilu), qui seront promues plus tard par Xi Jinping. Le 28 septembre 2007, le projet national n°32 reprenait la ligne énoncée lors du projet n°7, en l’étendant à l’organisation territoriale du Xinjiang appelée « La grande exploitation du Nord-Ouest » (Xibei dakaifa)7, qui comprend les régions du Xinjiang, du Gansu et du Qinghai, prenant la suite de « La grande exploitation de l’Ouest » (Xibu dakaifa) initiée par Jiang Zemin alors Secrétaire général du Parti communiste chinois (1989-2002). Ce dernier projet mettait l’accent sur l’ouverture économique des régions frontalières autour de trois axes : renforcer les infrastructures de transport en réalisant la ligne de chemin de fer Qinghai-Tibet, faire en sorte que les territoires de l’Est (Guizhou, Yunnan, Guanxi) soient alimentés en électricité par les centrales de l’Ouest et construire un gazoduc pour acheminer le gaz du Xinjiang jusqu’à Shanghai. Dans « La grande exploitation du Nord-Ouest » qui prend la suite de ce programme, il est noté que la plupart des réserves pétrolifères de Chine se trouvent dans le Xinjiang, de même que pour l’uranium. Le projet n°32 est planifié par le gouvernement central « avec un état d’esprit plus large concernant l’avenir du Xinjiang qui doit l’accueillir comme une opportunité historique sans précédent », pour reprendre les mots du Secrétaire régional du Parti communiste chinois Wang Lequan8 ; il débutera en avril-mai 2007. Vingt-cinq bureaux d’études divisés en onze groupes de travail devaient se rendre sur le terrain pour examiner onze points, dont les secteurs de l’industrie, l’agriculture, l’énergie, des minéraux, des réservoirs d’eau, des transports, de la protection de l’environnement et de l’écologie. Au total, quarante articles dédiés et très concrets furent rédigés, puis diffusés : ils montraient que le Xinjiang est l'une des principales ressources stratégiques de la Chine, en même temps qu’une voie d’accès aux pays situés un peu plus à l’Ouest. Le Xinjiang, très riche en pétrole et en gaz, était en effet appelé à devenir la plus grande base de Chine pour le traitement des énergies fossiles, ce qui signifiait que la région devait accélérer leur exploitation dans les bassins de Tarim, de Dzoungarie et dans la dépression de Turfan-Qumul. Ce développement de la production pétrolière et celui de l’industrie chimique devaient également être combinés, afin de permettre la fabrication de produits manufacturés associant plastique et caoutchouc (par exemple, les chaussures), et de faire du Xinjiang le plus grand centre de l’industrie du textile et du vêtement de toute la Chine, de même qu’une zone d’exportation vers l’Asie centrale et l’Europe.

  • 9 Les bingtuan sont des unités militaires formées de 14 divisions et totalisant 2,7 millions d’indivi (...)

10Étant donné que l’extraction du pétrole nécessite énormément d’eau, bien davantage que n’en possède le Xinjiang, les ingénieurs hydrauliciens de l’Académie des sciences de Chine furent appelés, en 2008, pour estimer les ressources hydrauliques de cette région. La vingtaine d’académiciens se répartit en deux groupes, les uns se consacrant au Sud de la province (Kashgar, Khotan, Aksu), les autres à l’Est (Turfan et Qumul). Puisque c’est à l’Est que le manque d’eau se faisait le plus sentir, les dirigeants locaux durent choisir entre le développement économique et le développement humain de la région ; la solution envisagée par Qian Zhangyin, responsable du groupe de l’Est, consista à supprimer les terres agricoles pour les transformer en zones industrielles. Quant à Shi Yulin, qui était alors en charge du groupe du Sud, il proposa de construire un réservoir qui vit le jour en 2011 près de Yarkand, à Artush. Il restait à régler l’aspect humain du problème : il fut décidé que les agriculteurs, qui utilisaient à eux seuls 95 % de l’eau, devraient tout simplement convertir leur activité et rejoindre le secteur industriel. Enfin, les corps d’armée (bingtuan)9 basés au Xinjiang depuis 1954 durent également payer leur écot en se soumettant à un rationnement drastique de leur usage des réserves naturelles d’eau.

11Le 9 février 2009, un rapport fut publié, qui reprenait les résultats des recherches stratégiques sur l’eau et le développement durable du Xinjiang. Trois mesures principales y étaient envisagées : soustraire une partie de la main-d’œuvre destinée au travail de la terre, plafonner l’usage de l’eau pour l’agriculture en dessous de 40 milliards de m3 et, enfin, réduire le nombre de terres cultivables. Onze propositions concrètes s’ensuivaient dans ce rapport, l’une d’entre elles étant de retirer leur terre aux paysans et une autre de ne pas leur payer le prix de son rachat. En fait, la spoliation des terres remonte à 2004, puisque le 11e plan quinquennal adopté cette année-là préconisait déjà de « déplacer pour travailler » (zhuanyi jiu ye), c’est-à-dire de transférer les travailleurs agricoles pour qu’ils exercent un métier en ville. Ces déplacements ou emplois transférés, censés caractériser la « main-d’œuvre excédentaire », ont été officiellement chiffrés10 : 1,2 million en 2004, 1,5 million en 2005, 1,08 million en 2006, 300 000 en 2009, 2,75 millions en 2017, 2,8 millions en 2018 et 2,7 millions en 2019, auxquels s’ajoutent 25 000 personnes envoyées en Chine intérieure. En quinze ans, plus de 12 millions de paysans ouïgours ont donc été expropriés et déplacés, tandis que leurs terres étaient proposées à la location ou à l’achat sur un site internet officiel nommé « Bourse pour l’écoulement des terres » ou « Land Flow Network » (Tuliuwang). On pouvait lire sur ce site, en date du 22 avril 2018 :

  • 11 Cf. Ibid., ma traduction.

« Le réseau d’échange de terres, établi il y a près de 9 ans, est devenu une plateforme numérique offrant des services complets en matière de transfert de terres ; il s’agit de la plateforme la plus importante, la plus complète et la plus performante du pays, fournissant des services en ligne pour le transfert de terres à 800 millions d’agriculteurs ; à ce jour, il a permis le transfert de plus de 100 millions d’acres de terres […]. Il a fourni au gouvernement un système de gestion des transactions sur les droits de propriété et l’a aidé à attirer des investissements »11.

12En consultant ce site, on apprend que les terres prises aux paysans ouïgours ont été mises en vente pour y développer l’agriculture, planter des vergers, pour y laisser paître le bétail, pour installer une usine, un commerce ou des constructions. De 2014 à 2019, 3566 terrains ont ainsi été mis en vente.

  • 12 Cf. Li Xiaoxia, « Possibilités et voies pour construire des structures sociales et des environnemen (...)

13Terminons avec le 13e plan quinquennal, qui couvre la période actuelle (2016-2020) et dans lequel le quatrième article de la deuxième partie est dévolu au Xinjiang. D’emblée, il y est annoncé qu’un million de Hans seront déplacés dans le Xinjiang central pour contribuer au développement de l’industrie textile et doubler la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière, afin d’augmenter la production de plus de 50 %. En fait, ce plan quinquennal s’appuie sur le projet provincial n°60, qui lui-même reprend le programme stratégique « Made in China 2025 », élaboré le 8 mai 2015 par le Premier ministre Li Keqiang. Durant cette période allant de 2016 à 2020, la population ouïgoure doit être maintenue en dessous du seuil de 50 % dans quatre régions du Xinjiang du Sud (Kashgar, Khotan, Aksu, Kizilsu), en recourant à des mesures coercitives pouvant aller jusqu’au placement dans des camps à l’intérieur du pays, voire à l’élimination. En 2017, la démographe Li Xiaoxia, chercheure à l’Académie des sciences sociales du Xinjiang, a estimé la population ouïgoure à 11,272 millions de personnes et celle des Hans à 8,595 millions, soit 49 % contre 37,4 % de la population totale de la province. Reprenant l’ensemble des recensements, elle écrit que, depuis 1949, le nombre de Ouïgours a un peu plus que doublé (2,4 fois), alors que le nombre de Hans a été multiplié par 28,5. Mais elle ajoute qu’environ 13 % de Ouïgours échappent au contrôle des autorités et ne sont pas recensés. En zone rurale, en effet, le planning familial n’autorise que trois enfants par couple ouïgour, or Li a constaté que, dans le Sud du Xinjiang, le nombre d’enfants par femme était plutôt de cinq, voire six. De sorte que le chiffre avancé de 9,873 millions d’habitants officiellement recensés dans les quatre régions du Sud du Xinjiang, composées à 91 % de Ouïgours, s’élèverait en réalité à 11,156 millions12

14En 2018, 200 milliards de yuans ont été dépensés pour les camps de redressement et de rééducation qui, d’après ce 13plan quinquennal, doivent fermer fin 2020. Entre 2018 et 2023, quatre millions de personnes (soit 1,3 millions de plus qu’actuellement) seront affectées dans les corps d’armée (bingtuan) du Xinjiang et vingt-cinq nouvelles villes seront construites. La plus importante d’entre elles, baptisée Kunyu ou « Jade du Kunjerab », compte déjà 50 000 habitants ; à terme, elle devrait devenir la capitale du Sud du Xinjiang après que la région aura été coupée en deux parties, de part et d’autre de la chaîne montagneuse du Tianshan. De 2020 à 2025, il est prévu d’établir une zone de production forte dans la partie centrale du Xinjiang. Dans huit secteurs, à savoir les industries chimiques, les industries légères, les métaux non ferreux, les biens d’équipements, les matériaux de construction, les textiles, l’informatique et les énergies renouvelables, il est question d’augmenter la valeur ajoutée jusqu’à 60 %, notamment en exportant les produits manufacturés vers l’Asie de l’Ouest, l’Asie centrale et l’Asie du Sud.

15Au terme de ces deux états des lieux, l’un synchronique se fondant sur des sources difficilement vérifiables, l’autre diachronique s’appuyant sur des textes officiellement publiés, force est de constater que la région du Xinjiang intéresse le pouvoir central chinois depuis longtemps, au moins depuis le début de l’ère communiste. Et force est aussi de constater que la situation actuelle des ressortissants ouïgours du Xinjiang ne relève pas de la volonté politique du seul Xi Jinping. L’étendue des richesses naturelles du Xinjiang, dont les Hans ont besoin, suscite leur convoitise, d’autant plus lorsque ces richesses sont rapportées à la densité de la population qui y vit : il s’agit d’un territoire énorme (trois fois la France) et peu peuplé, une terre d’abondance à portée de main puisqu’elle se trouve incluse dans l’espace national… Il n’en fallait pas plus pour mettre en œuvre ce que l’anthropologue américain Dru Gladney (1998) a appelé un « colonialisme interne », afin de rendre compte des politiques d’assujettissement et d’assimilation forcée menées par le gouvernement central chinois à l’égard des minorités ouïgoures et kazakhes.

16En chinois, ces politiques sont décrites au moyen du verbe qianru, signifiant « incruster », « enchâsser », « sertir ». Qianru she (« mode d’incrustation ») désigne le fait d’« incruster » les Hans chez les Ouïgours, un principe dont on peut par exemple voir une application dans les modèles d’urbanisme des nouvelles villes. En effet, comme nous le montrait un bulletin d’informations régionales diffusé le 29 juin 2019 sur la chaîne de télévision d’État Cctv, dans ces villes, les maisons se répartissent entre celles à toit rouge, destinées aux Hans, et celles à toit gris, destinées aux Ouïgours ; elles sont construites en quinconce, de sorte que les fenêtres des premières sont toutes idéalement orientées vers les fenêtres des secondes, permettant ainsi une surveillance totale entre habitants.

  • 13 Je remercie Marie-Françoise Courel pour cette expression imagée.

17À la manière de « maisons Lego »13, des quartiers résidentiels ont été bâtis suivant un même plan d’urbanisme rigide et autoritaire dans les villes du Sud du Xinjiang, où la population est à présent à moitié han. Une nouvelle architecture de maison ouïgoure a ainsi été inaugurée : il s’agit des Ayiwang, terme dérivant du ouïgour Aywan qui désigne la cour intérieure des maisons traditionnelles. Dans le reportage du 29 juin 2019, le journaliste concluait : « Comme ça, les Hans ont leur maison traditionnelle appelée Siheyuan [« Quatre cours »], les Ouïgours ont leur Ayiwang qui sont de même style [sic !], ce qui prouve que nous sommes une même famille [yi jia ren] ! ». On remarquera la similitude phonétique entre les deux termes Ayiwang et Siheyuan du fait de leur phonème commun /i/ouan/. Dans la ville de Khotan, 30 480 Ayiwang ont déjà vu le jour.

18Lorsque les premiers témoignages sur la situation au Xinjiang nous sont parvenus en 2017, d’aucuns ont pensé que l’on avait affaire à un génocide d’un genre nouveau. C’est ce qu’a notamment avancé Joseph Fallon (2019), qui justifie son point de vue en relevant les diverses violations, faites par la Chine, des dispositions contenues tant dans la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones que dans la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide ; c’est aussi le cas de Ciara Finnegan (2020), qui préfère parler, quant à elle, de « génocide culturel ». Sa conclusion est sans appel :

« [T]he situation may remain unchanged until the extinction of the Uyghur culture occurs and can never be prosecuted because under the legal principle of nullum crimen sine lege, an action cannot prosecuted as a crime unless it was criminalized when the action was carried out » (Ibid. : 15 sq.).

  • 14 Cf. notamment Pablo Rodríguez-Merino, « China’s Protracted Securitization of Xinjiang : Origins of (...)

19Elle espère que l’exemple ouïgour servira à l’avenir pour prévenir d’autres atrocités similaires et que ce type de génocide figurera explicitement dans le Statut de Rome de la Cour pénale internationale qui, conformément aux amendements apportés en 2010, définit les crimes sur lesquels la Cour a un pouvoir juridictionnel. Le crime de génocide culturel n’y est en effet pas reconnu en tant que tel, or parler de génocide tout court ne semble pas adéquat puisque sa définition, reprise dans l’article 6 du Statut de Rome, ne correspond pas exactement aux actes commis par le gouvernement chinois. Ce dernier, d’ailleurs, met en avant dans divers communiqués14 le fait qu’en agissant de la sorte avec la population ouïgoure, il œuvre doublement pour l’intérêt général : il permet, d’une part, d’éviter que le Xinjiang ne devienne une seconde Syrie et, d’autre part, de répondre à la demande mondiale de certains produits manufacturés, en fournissant à ses usines la main-d’œuvre nécessaire (voir infra).

20Étant donné que, sur les dix-sept ethnies qui constituent la population du Xinjiang, seuls les Ouïgours et les Kazakhs ont été victimes d’incarcérations, d’autres auteurs ont évoqué un ethnocide. La notion d’« ethnocide », proposée notamment par Robert Jaulin (1970) en référence au sort des Indiens Bari de la frontière colombo-vénézuélienne, permet de qualifier des situations où l’autre est menacé par la négation même de son existence en tant qu’autre, et est soumis à une exigence pernicieuse d’« intégration ». Selon les termes de cet auteur :

« [I]l y a une seule et même histoire de contact et de destruction. “L’intégration” est un droit de vie accordé à autrui sous condition qu’il devienne ce que nous sommes. Mais la contradiction ou la carambouille de ce système est précisément que cet autre privé de lui-même, en meurt d’abord » (Ibid. : 11).

21Au fil des pages, on comprend que la situation des populations indiennes d’Amazonie n’est pas comparable à celle des populations ouïgoures et kazakhs de Chine. Dans le premier cas, en niant à l’autre le simple droit d’être, on l’extermine à petit feu. Dans le second cas, il s’agit moins de supprimer totalement une population que de la rendre minoritaire sur son propre territoire et compatible avec le pouvoir dominant au moyen d’une colonisation réfléchie et organisée.

22En Chine, en effet, l’autre est d’abord pensé comme « barbare » (sheng) ou comme « cru », à l’inverse du soi qui est shu ou « cuit ». Les deux termes forment une paire antinomique, où « un “cru” signifi[e] aussi “naissant”, “naître” et […] désigne tout ce qui n’a subi aucune sorte de transformation et se trouve à l’état brut » (Levi 2007 : 32). Or, on a besoin de cet être neuf, d’où la nécessité de le transformer afin qu’il devienne le plus proche possible d’un Han. D’après Marcel Granet, le terme wenhua (« civiliser, civilisation ») est composé des deux caractères wen (« civilisé, policé ») et hua (« faire devenir »), le caractère hua figurant l’image d’un homme debout et celle d’un homme « culbuté » (1968 : note 677). Comment ne pas voir dans l’homme debout le Han, et dans l’homme culbuté le « barbare », ouïgour, kazakh ou autre, qu’il est nécessaire de redresser pour en faire une personne civilisée aux yeux des Chinois ?

23Dès lors, ce qui se passe aujourd’hui en Chine et au Xinjiang en particulier est une forme nouvelle et inédite de colonialisme interne civilicide. En effet, alors que le Xinjiang a depuis longtemps déjà, comme on l’a vu, aiguisé l’appétit des Chinois pour ses richesses naturelles et ses terres, les Ouïgours (c’est aussi le cas des Kazakhs) sont considérés en tant que peuple intrinsèquement lié à la Chine, à condition d’effacer la culture et les modes de vie et de pensée qui leur sont propres. Ils doivent assimiler la civilisation chinoise. C’est la raison pour laquelle ce sont les intellectuels qui sont en priorité placés dans les camps pour y être rééduqués ; c’est aussi la raison pour laquelle la langue ouïgoure est bannie, les livres brûlés et leur religion interdite – le fait qu’il s’agisse de l’islam sert d’alibi aux élites politiques pour pouvoir prétendre lutter contre la radicalisation et l’extrémisme musulman. Aujourd’hui, Xi Jinping demande aux Hans et aux Ouïgours (comme aux Kazakhs) de cohabiter, de « faire famille » au lieu de juste vivre côte-à-côte.

  • 15 Cf. Vicky Xiuzhong Xu et al., « Uyghurs for Sale : “Re-Education”, Forced Labour and Surveillance b (...)
  • 16 Cf. ce reportage diffusé le 5 février 2020 sur le site de la chaîne de télévision privée New Tang D (...)

24La pandémie de coronavirus a porté un nouveau coup aux Ouïgours de Chine, qui ont dramatiquement fait les frais des politiques sanitaires mises en œuvre par le gouvernement. Alors que Xi Jinping avait fixé la reprise du travail au 1er mars 2020, c’est-à-dire après les congés du Nouvel An lunaire, les congés maladies et/ou le confinement liés à l’épidémie, dès le 27 février, la chaîne de télévision Cnstv diffusait un reportage montrant, entre autres, 353 Ouïgours sortis des camps pour être expédiés en avion vers les régions du Guangxi et du Fujian, au Sud-Est de la Chine. Sur la chaîne d’État Cctv, on apprenait également qu’après le Nouvel An (le 25 janvier), 2378 jeunes Ouïgours, choisis parmi les 50 000 détenus « formés » dans les camps à Khotan, avaient été envoyés en Chine intérieure pour y suppléer les ouvriers malades du coronavirus. Et d’expliquer que ces jeunes étaient payés 3000 yuans pour ce nouveau travail, permettant ainsi à tous leurs proches de sortir de la pauvreté, et qu’il est bien normal de s’entraider, puisque « nous sommes tous d’une même et grande famille [zamen dou shi yi da jia] ! ». Difficile de ne pas deviner sous la fiction de l’« entraide » la réalité glaçante d’un esclavage d’un genre nouveau. En effet, un rapport indépendant de l’Australian Strategic Policy Institute (Aspi)15 nous apprenait au même moment que des Ouïgours âgés de 16 à 18 ans, après avoir été « formés » dans les camps d’internement et rééduqués à la culture han, avaient été envoyés sur tout le territoire national pour travailler dans les usines faisant partie des chaînes d’approvisionnement d’au moins 83 grandes marques mondiales, et pour fabriquer des produits allant de l’habillement aux équipements informatiques en passant par les voitures (Acer, Adidas, Alstom, Amazon, Apple, Asus, Bmw, Bombardier, Bosch, Dell, Electrolux, Fila, Gap, General Electric, General Motors, Google, H&M, Hitachi, Hp, Huawei, Jaguar, Lacoste, Land Rover, Lenovo, Lg, Mercedes-Benz, Microsoft, Mitsubishi, Nike, Nintendo, Nokia, Panasonic, Puma, Samsung, Siemens, Sony, Tdk, Tommy Hilfiger, Toshiba, Uniqlo, Volkswagen, Xiaomi, Zara, pour n’en citer que quelques-unes). Après la mise en place du projet national nommé « Prêter assistance au Xinjiang » (Yuan jiang), ce sont 80 000 Ouïgours qui avaient déjà été forcés de travailler dans l’une ou l’autre de ces usines entre 2017 et 2019 (Leibold 2013). Or, des images montrées dans un reportage télévisé ne laissent aucun doute quant aux véritables conditions de travail, en révélant un envers bien sombre de la mythologie nationale de la grande famille : sur la grille d’entrée d’une usine, on pouvait clairement lire l’inscription « Si tu sors, on te casse les jambes, si tu t’opposes, on te casse les dents [Chumen daduan tui, haizui dajia ya] ! »16.

  • 17 Cf. la vidéo « Dancing Inside a Coronavirus Hospital in Wuhan », postée le 17 février 2020 sur le s (...)

25Toujours durant l’épidémie de coronavirus, des femmes ouïgoures furent envoyées dans les hôpitaux de Wuhan afin d’enseigner aux malades atteints par la Covid-19 des danses traditionnelles censées soulager leurs douleurs. Sur une vidéo, on peut voir ces infirmières vêtues d’une combinaison intégrale blanche et portant un masque de plongée enchaîner des pas et des mouvements de bras face à des femmes hans contaminées17.

  • 18 Cf. Justine Reix, « Comment la Chine vend les “organes halal” de ses prisonniers ouïghours aux rich (...)

26Un dernier exemple nous permettra d’appréhender mieux encore l’ampleur des atrocités commises pour exploiter la population ouïgoure, à savoir le fait que celle-ci sert de banque d’organes prélevés de force sur les détenus des camps. Selon plusieurs observateurs et de nombreux témoignages, dont celui d’un ancien médecin ouïgour, Enver Tohti, qui a dû pratiquer ce genre d’opérations, il est en effet avéré que les autorités chinoises procèdent à un vaste trafic, non seulement pour répondre aux besoins des Chinois, mais aussi en mettant sur le marché international des organes dont elles vantent la qualité « halal » puisque les donneurs sont musulmans, ciblant ainsi les riches acheteurs des pays du Golfe18.

27Quand Roger Botte évoque les formes modernes de l’esclavage, il écrit :

« [D]ans les textes internationaux récents [Bit, Onu], les conditions dans lesquelles un individu est maintenu en servitude, notamment la nature et le degré du contrôle exercé sur la personne et le recours à la violence, physique ou psychologique, la vulnérabilité des personnes (parfois totale vis-à-vis de l’employeur comme dans l’“esclavage domestique”), la valeur de leur consentement, tous éléments qui ne correspondent pas nécessairement à l’exercice d’un droit de propriété, seraient déterminantes pour définir les pratiques qui constituent l’esclavage » (2005 : 665).

28C’est bien à cela que l’on assiste aujourd’hui, au xxie siècle : un État, la Chine, qui poursuit une politique calculée de colonialisme civilicide à l’égard de l’une de ses propres ethnies, les Ouïgours, esclavagisés pour servir le monstre productiviste qu’est devenu ce pays au profit d’une petite partie de la population, laquelle n’hésite pas à recourir aux pires dispositifs de coercition et de violence pour parvenir à ses fins.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, Amy & Darren Byler
2019 « “Eating Hanness” : Uyghur Musical Tradition in a Time of Re-education », China Perspectives 3 : 17-25. En ligne : https://www.cefc.com.hk/article/eating-hanness-uyghur-musical-tradition-in-a-time-of-re-education/

Botte, Roger
2005 « Les habits neufs de l’esclavage : métamorphoses de l’oppression au travail », Cahiers d’études africaines 179-180 : 651-666. En ligne : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.5573

Fallon, Joseph E.
2019 « China’s Crime against Uyghurs is a Form of Genocide », Fourth World Journal 18 (1) : 76-88.

Finnegan, Ciara
2020 « The Uyghur Minority in China : A Case Study of Cultural Genocide, Minority Rights and the Insufficiency of the International Legal Framework in Preventing State-Imposed Extinction », Laws 9 (1) : 1-20. En ligne : https://doi.org/10.3390/laws9010001

Gladney, Dru C.
1998 « Internal Colonialism and the Uyghur Nationality : Chinese Nationalism and its Subaltern Subjects », Cemoti 25 : Les Ouïgours au vingtième siècle. En ligne : https://journals.openedition.org/cemoti/48

Granet, Marcel
1968 La Pensée chinoise. Paris, Albin Michel (« L’Évolution de l’humanité »).

Jaulin, Robert
1970 La Paix blanche. Introduction à l’ethnocide. Paris, Le Seuil (« Combats » 29).

Kamberin, Dolkun
2015 Uyghurs and Uyghur Identity. Washington, Radio Free Asia. En ligne : https://www.rfa.org/english/bookshelf/UyghurIdentity.pdf

Leibold, James
2013 Ethnic Policy in China. Is Reform Inevitable ? Honolulu, East-West Center (« Policy Studies » 68). En ligne : https://www.jstor.org/stable/resrep06507

Leibold, James
2018 « Hu the Uniter : Hu Lianhe the Radical Turn in China’s Xinjiang Policy », China Brief Volume 18 (16). En ligne : https://jamestown.org/program/hu-the-uniter-hu-lianhe-and-the-radical-turn-in-chinas-xinjiang-policy/

Levi, Jean
2007 Hiérarchie et sacrifice en Chine ancienne. Nanterre, Société d’ethnologie (« Conférence Eugène Fleischmann » 4).

Zenz, Adrian
2019a « “Thoroughly Reforming Them towards a Healthy Heart Attitude” : China’s Political Re-Education Campaign in Xinjiang », Central Asian Survey 38 (1) : 102-128.

Zenz, Adrian
2019b « Brainwashing, Police Guards and Coercitive Internment : Evidence from Chinese Government Documents about the Nature and Extent of Xinjiang’s “Vocational Training Internment Camps” », Journal of Political Risk 7 (7). En ligne : https://www.jpolrisk.com/brainwashing-police-guards-and-coercive-internment-evidence-from-chinese-government-documents-about-the-nature-and-extent-of-xinjiangs-vocational-training-internment-camps/

Haut de page

Notes

1 Parmi ces sources, on trouvera surtout des articles de presse, ainsi que des reportages. Par exemple, sur le site France Info : Lucas Menget, « Le programme d’enfermement des musulmans chinois », 22 novembre 2019 (https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-monde-est-a-nous/le-programme-denfermement-des-musulmans-chinois_3693829.html) ; Consortium international des journalistes d’investigation, « Chine : une nouvelle fuite de documents révèle le fonctionnement des camps de détention des minorités musulmanes au Xinjiang », 25 novembre 2019 (https://www.francetvinfo.fr/monde/chine/chine-une-nouvelle-fuite-de-documents-revele-le-fonctionnement-des-camps-de-detention-des-minorites-musulmanes-au-xinjiang_3718007.html) ; Charlotte Causit, « L’article à lire sur la répression des Ouïghours en Chine », 11 juillet 2020 (https://www.francetvinfo.fr/monde/chine/l-article-a-lire-sur-la-repression-des-ouighours-en-chine_4030991.html). La chaîne Arte a diffusé en 2019 : Angélique Forget & Antoine Védeilhé, Chine. Ouïghours, un peuple en danger, 2019, 25 mn (https://www.arte.tv/fr/videos/087898-000-A/arte-reportage/) et Alara Bordier, Ouïghours. La diaspora sous surveillance, 2019, 3 mn (https://www.arte.tv/fr/videos/094551-000-A/ouighours-la-diaspora-sous-surveillance/). Voir aussi : Darren Byler, « China’s Government Has Ordered a Million Citizens to Occupy Uighur Homes : Here’s What They Think They’re Doing », publié le 24 octobre 2018 sur le site ChinaFile (https://www.chinafile.com/reporting-opinion/postcard/million-citizens-occupy-uighur-homes-xinjiang) ; Rémi Castets, « Les Ouïgours à l’épreuve du “vivre ensemble” chinois », publié en mars 2019 sur le site du Monde diplomatique (https://www.monde-diplomatique.fr/2019/03/CASTETS/59639) ; Leigh Hartman, « La Chine contraint les femmes ouïgoures à des mariages forcés », publié le 24 septembre 2019 sur le site ShareAmerica (https://share.america.gov/fr/la-chine-contraint-les-femmes-ouigoures-a-des-mariages-forces/).

2 Je remercie Valentina Vapnarsky de m’avoir soufflé cette expression.

3 Les Ouïgours sont en majorité des musulmans sunnites.

4 Cf. la vidéo diffusée le 18 juin 2019 par Bbc News, « Inside China’s “Thought Transformation” Camps » (https://www.youtube.com/watch?v=WmId2ZP3h0c).

5 Cf. la communication de Marie-Françoise Courel, Francesca De Domenico & Michel Florenzano, « Le Rôle de l’eau dans l’organisation des espaces construits : aspects typologiques et morphologiques de la ville et de l’architecture en zone aride et semi-aride », Actes de Watarid 06, 1re Conférence internationale Eau, écosystèmes et développement durable en zone aride et semi-aride, Urumqi (Chine), octobre 2006.

6 La plupart des décrets et plans quinquennaux sont publics et accessibles sur internet, en chinois et en ouïgour. Cf. les sites de Zhengzhou Foreign Investment Service Center (http://www.waizi.org.cn/law/4314.html), China Geological Survey (http://www.cgs.gov.cn/ddztt/jqthd/xj358/meiti/201611/t20161124_417569.html), Uyghur Human Rights Project (https://chinese.uhrp.org/article/1848416646) et Chinese Communist Party Document (https://caccp.freedomsherald.org/conf/doc7.html).

7 C’est Zhou Enlai qui, le premier, utilise cette expression, le 4 août 1957. L’argument dans son discours était le suivant : les minorités sont numériquement faibles, mais leurs terres sont abondantes. Or, les Hans, qui sont plus nombreux, n’ont pas assez de terre alors qu’ils sont plus développés. Et de citer l’exemple du chemin de fer ; Hans et Ouïgours doivent travailler ensemble, les premiers fournissant leur savoir-faire et les seconds la main-d’œuvre.

8 « Shiguan guojia changzhi jiu an, shiguan Zhonghua minzu weida fuxing », cf. le site du Zhengzhou Foreign Investment Service Center (http://www.waizi.org.cn/law/4314.html). Wang Lequan a été Secrétaire du Parti communiste chinois au Xinjiang de 1994 à 2010.

9 Les bingtuan sont des unités militaires formées de 14 divisions et totalisant 2,7 millions d’individus, soit 12% de la population du Xinjiang.

10 Cf. Wu Yong, « Land Flow Netwrok » sur le site Tuliu.com (https://xinjiang.tuliu.com/gongying/).

11 Cf. Ibid., ma traduction.

12 Cf. Li Xiaoxia, « Possibilités et voies pour construire des structures sociales et des environnements communautaires ethniquement ancrés au Sud du Xinjiang [= Xinjiang nanjiang jianli ge minzu qianru shi shehuijiegou he shequ huanjing de kenengyu lujing] », Xinjiang shehui kexue, 2017, n°20171 : 72-78.

13 Je remercie Marie-Françoise Courel pour cette expression imagée.

14 Cf. notamment Pablo Rodríguez-Merino, « China’s Protracted Securitization of Xinjiang : Origins of a Surveillance State », publié le 15 août 2018 sur le site E-International Relations (https://www.e-ir.info/2018/08/15/chinas-protracted-securitization-of-xinjiang-origins-of-a-surveillance-state/).

15 Cf. Vicky Xiuzhong Xu et al., « Uyghurs for Sale : “Re-Education”, Forced Labour and Surveillance beyond Xinjiang », publié le 1er mars 2020 sur le site de l’Aspi (https://www.aspi.org.au/report/uyghurs-sale?fbclid=IwAR0pT9Xnp_JMhiKNAKajv07AEHt46qecHkrHCw2ipaa5NaHXz8oJfG8uMAM). Ce rapport a été traduit en français, sous le titre « Ouïghours à vendre : “rééducation”, travail forcé et surveillance au-delà du Xinjiang », et publié le 8 mars 2020 sur le site de Mediapart (https://blogs.mediapart.fr/silk-road/blog/080320/ouighours-vendre).

16 Cf. ce reportage diffusé le 5 février 2020 sur le site de la chaîne de télévision privée New Tang Dynasty (Ntd) (https://www.ntdtv.com/gb/2020/02/05/a102769710.html).

17 Cf. la vidéo « Dancing Inside a Coronavirus Hospital in Wuhan », postée le 17 février 2020 sur le site de Reuters (https://www.reuters.com/video/watch/idOVC10BM93). Voir aussi Alim Seytoff, « China Seeks to Divert Attention from Virus Mishandling with Dancing Xinjiang Minorities : Uyghur Exiles », publié le 14 février 2020 sur le site de Radio Free Asia (https://www.rfa.org/english/news/uyghur/dancing-02142020171104.html).

18 Cf. Justine Reix, « Comment la Chine vend les “organes halal” de ses prisonniers ouïghours aux riches », publié le 19 juin 2020 sur le site de Vice (https://www.vice.com/fr/article/bv8m3q/comment-la-chine-vend-les-organes-halal-des-ouighours-aux-riches).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Sabine Trebinjac, « Chine et Ouïgours »L’Homme, 236 | 2020, 191-204.

Référence électronique

Sabine Trebinjac, « Chine et Ouïgours »L’Homme [En ligne], 236 | 2020, mis en ligne le 16 décembre 2020, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/38328 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.38328

Haut de page

Auteur

Sabine Trebinjac

Centre national de la recherche scientifique – Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC), Nanterre – sabine.trebinjac@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search