Navigation – Plan du site

AccueilNuméros236Comptes rendusPaulin Ismard, La Cité et ses esc...

Comptes rendus

Paulin Ismard, La Cité et ses esclaves. Institution, fiction, expérience

Claire Cécile Mitatre
p. 227-229
Référence(s) :

Paulin Ismard, La Cité et ses esclaves. Institution, fiction, expérience. Paris, Le Seuil, 2019, 378 p., bibl. (« L’Univers historique »).

Texte intégral

1Tandis que de nombreuses recherches récentes sur l’esclavage mettent au premier plan les formes d’agentivité servile, l’ouvrage de Paulin Ismard est une invitation à ne pas tirer un trait définitif sur les approches de l’esclavage en termes d’institution. Son nouveau livre sur l’Athènes classique n’a ainsi pas pour sujet des esclaves acteurs de leur propre histoire, mais l’ensemble des règles et des dispositifs qui ont organisé, au sein de cette cité antique, la reproduction de la domination esclavagiste. À partir de l’exemple athénien, il rappelle avec force que l’esclavage est avant tout ce qui ne se négocie pas : une hégémonie radicale caractérisée par la négation juridique de l’esclave en tant que personne.

2C’est en nous plongeant au cœur des textes de lois, en tant qu’actes de production des faits sociaux, que Paulin Ismard parvient à nous faire saisir la centralité de l’institution esclavagiste au sein de la démocratie athénienne. La belle cité grecque, parangon démocratique jalonné de gymnases et d’agoras, était largement peuplée de femmes et d’hommes ayant été réduits à l’état d’esclaves-marchandises (de 30% à 50% de la population athénienne), ombres omniprésentes, partageant les mêmes lieux que les citoyens athéniens, jusque dans leurs sphères les plus intimes. La parole démocratique grecque n’a pu se développer que dans un monde constitué, pour une large part, d’hommes et de femmes réduits au silence.

  • 1 On trouve, par exemple, l’analyse de plusieurs cas de sacralisation d’esclaves dans la somme compar (...)

3Certes, dans l’espace judiciaire athénien, la parole sortant du corps d’un esclave pouvait être prise en considération, mais seulement à la condition que celui-ci soit soumis à la torture. Par cette pratique terrifiante, que les textes anciens nomment le basanos, ce n’était alors pas l’esclave qui était censé s’exprimer, mais une vérité désincarnée, incontestable. Un pouvoir de véridiction exceptionnel, supérieur à la parole des hommes libres, était en effet attribué à cette parole émanant d’un corps d’esclave ayant fini d’être dépersonnifié par la voie de la souffrance. De manière tout à fait convaincante l’auteur en vient alors à rapprocher la voix de l’esclave torturé à celle de l’oracle : il s’agit, dans les deux cas, de réponses à des questions fermées auxquelles il est conféré une véridicité ultime. Cette hypothèse originale laisse augurer de prochains débats comparatistes avec des travaux historiques et anthropologiques concernant d'autres régions du monde et d'autres époques sur le lien récurrent entre esclavage et domaine magico-religieux1.

4Selon Paulin Ismard, toute société esclavagiste est fondée sur un paradoxe consistant à « refuser l’existence, au titre de personnes, à des hommes et des femmes, tout en aménageant une position depuis laquelle leur participation à la vie sociale puisse s’exprimer légalement » (p. 266). Dans l’ensemble des sociétés fondées sur l’exploitation d’esclaves-marchandises, dont fait partie la société athénienne, le paradoxe et la dénégation auraient atteint un niveau paroxysmique.

5C’est ainsi que, même s’ils savaient que l’esclavage était la condition de l’existence de leur monde, les intellectuels grecs veillaient à éviter de trop disserter à son propos. Dans la Politique d’Aristote, nous dit l’auteur, l’esclavage est présenté comme « ce dont l’exclusion est nécessaire à la définition du politique » (p. 249), et c’est au prix d’un refoulement constant de la question esclavagiste que le politique put être pensé en Grèce antique.

6Mais, selon Paulin Ismard, il est cependant possible d’apporter un éclairage sur « le point aveugle que constitue le fait esclavagiste » (p. 251) à Athènes, ainsi que « dans toute pensée de la souveraineté » (Id.), en déportant notre attention sur certaines œuvres de fictions mettant en scène « ce que la théorie politique préfère taire » (Id.). Après avoir exploré les configurations légales de l’esclavage athénien, c’est donc à la fiction que Paulin Ismard consacre son dernier chapitre, en se fondant sur une œuvre littéraire grecque (La Constitution des Athéniens du Pseudo-Xénophon), mais aussi sur deux romans fort éloignés dans l’espace et dans le temps (Benito Cereno, de Herman Melville et La Tragédie du roi Christophe, d’Aimé Césaire). Ces œuvres décrivent une très grande crainte (voire un fantasme, nous dit l’auteur) du même ordre que celle qui dut traverser silencieusement toute la société athénienne : la hantise des révoltes serviles, de la prise de pouvoir par les esclaves et du dévoilement de la facticité et de la vulnérabilité de toute souveraineté. L’ordre esclavagiste est perpétuellement sous la menace de son renversement.

7Les détours par des œuvres de fictions aux cadres historiques et géographiques très éloignés de la Grèce antique proposés dans cet ouvrage sont stimulants et la démarche de l’auteur de recourir à un comparatisme morphologique est pleinement argumentée. Néanmoins, on peut s’étonner de l’absence de référence aux pratiques rituelles d’inversion maîtres-esclaves des cités antiques, et notamment aux Saturnales romaines où les esclaves jouissaient d’une apparente liberté durant le temps circonscrit d’une semaine de festivités. La peur des révoltes serviles et du renversement de l’ordre esclavagiste, dont cherche à rendre compte l’auteur, est certes perceptible dans certaines œuvres de fiction ayant pour cadre Haïti et les Caraïbes, mais ne l’est-elle pas tout autant, au cœur de l’Antiquité même, dans ces pratiques d’inversion parodiques qui devancent, en les jouant, les possibilités de retournement de l’hégémonie ?

8Si le propos général de l’ouvrage est de souligner la congruence qui exista, en Grèce ancienne, entre émergence de la démocratie et institution esclavagiste, une autre ambition le traverse de part en part : celle d’interroger les relations souterraines qui nouent l’histoire de l’esclavage antique à notre présent. Paulin Ismard n’est certes pas le premier à avoir soulevé la question de la persistance du schème esclavagiste antique jusque dans notre histoire la plus contemporaine, mais il parvient à poser des cadres rigoureux pour y répondre en usant d’une capacité à multiplier les domaines d’étude qui force l’admiration (de la législation appliquée à la robotique jusqu’aux conditions d’apparition du principe de représentation en démocratie). On retiendra ici son argumentation en faveur de l’hypothèse selon laquelle « le droit de l’esclavage gréco-romain a configuré, dans ses dimensions essentielles, la relation de travail en Occident » (p. 119). En prenant appui sur des travaux récents d’historiens du droit et du travail, il insiste sur la permanence des catégories juridiques romaines ayant trait à l’esclavage jusqu’au cœur du contrat de travail moderne. En effet, en distinguant différentes formes de « louage d’esclaves », le droit romain a donné le jour aux catégories de « louage d’ouvrage » (le résultat du travail fait l’objet de la transaction) et de « louage de services » (c’est la force de travail, détachée de la personne vivante du travailleur, qui est louée). C’est cette dernière catégorie qui imprima sa forme au contrat de travail tel qu’il fut proposé par les juristes à la fin du xixe siècle, et qui fit perdurer jusqu’à nous « le noyau dogmatique de la relation entre un maître et son esclave » (Id.). La notion de property in the person, telle que définie par John Locke (cité p. 129), indissociable de l’émergence du sujet politique moderne occidental, contient de même cette empreinte de la relation esclavagiste, dans la mesure où l’homme libre n’est, en définitive, que « le maître ou le propriétaire de cet autre lui-même dont il loue le travail » (p. 131), en abandonnant temporairement « toute forme de maîtrise sur le travailleur qu’il est de surcroît » (Id.). L’organisation du travail au sein de l’entreprise (cadence, surveillance…) est alors à l’entière appréciation de l’employeur, en échange de compensations salariales et redistributives. Tandis que tout au long du xxe siècle, la gauche européenne fut dominée par cette « culture de la compensation », impliquant que l’individu ne puisse s’émanciper qu’en dehors de son lieu de travail, une autre gauche, historiquement minoritaire, conserva le projet de transformer le lieu même du travail en vecteur d’émancipation individuelle et collective. « Si notre hypothèse se révèle exacte » conclut l’auteur, « cet idéal consiste bien, en définitive, en l’abolition du schème esclavagiste qui, depuis l’Antiquité, n’a jamais cessé d’être dogmatiquement à l’arrière-plan du contrat de travail » (p. 132). Combinant la liberté de ton de l’essai à la rigueur de l’enquête scientifique, cet ouvrage fort suggestif est aussi un outil pour repenser notre présent politique. Il passionnera un large panel de lecteurs, chercheurs et non-spécialistes, et rappellera aux anthropologues combien l’étude du « lieu dogmatique du droit » continue d’être une voie d’accès incontournable à la compréhension des sociétés esclavagistes.

Haut de page

Notes

1 On trouve, par exemple, l’analyse de plusieurs cas de sacralisation d’esclaves dans la somme comparative sur l’esclavage d’Orlando Paterson (Slavery and Social Death. A Comparative Study, Cambridge-London, Harvard University Press, 1982). Sur le lien entre statut d’esclave et capacité d’entrée en relation avec le monde des génies au Maghreb, on peut se référer à Bertrand Hell (Le Tourbillon des génies. Au Maroc avec les Gnawa, Paris, Flammarion, 2002). Sur la valorisation du statut d’esclave comme voie privilégiée d’intercession avec le divin, on peut aussi se référer à Claire Cécile Mitatre (« La servitude rituelle des maîtres », Horizons maghrébins 60 : 149-158).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Claire Cécile Mitatre, « Paulin Ismard, La Cité et ses esclaves. Institution, fiction, expérience », L’Homme, 236 | 2020, 227-229.

Référence électronique

Claire Cécile Mitatre, « Paulin Ismard, La Cité et ses esclaves. Institution, fiction, expérience », L’Homme [En ligne], 236 | 2020, mis en ligne le 16 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/38366 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.38366

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search