Navigation – Plan du site

AccueilNuméros236Comptes rendusYvette Delsaut, Carnets de socioa...

Comptes rendus

Yvette Delsaut, Carnets de socioanalyse. Écrire les pratiques ordinaires

Cyriac Gousset
p. 230-231
Référence(s) :

Yvette Delsaut, Carnets de socioanalyse. Écrire les pratiques ordinaires. Éd. et préface par Andréa Daher. Paris, Raisons d’agir, 2020, 224 p., notes bibliogr., ill. (« Cours et travaux »).

Texte intégral

1La parution de ces Carnets de socioanalyse est une initiative éditoriale bienvenue qui permet de réunir huit textes d’Yvette Delsaut jusqu’alors dispersés et peu accessibles, ou inédits. Cet ouvrage présente un double intérêt : celui d’être une réflexion en acte sur la place à accorder aux photographies dans l’analyse sociologique et celui de porter sur les espaces privés et les pratiques ordinaires des classes populaires. Exposer c’est, dans le cas de cette auteure, s’exposer : elle traite en effet ici du milieu populaire dont elle est originaire et révèle son intimité familiale et amicale, ce qui a été pour elle source de tourments qu’elle restitue dans un dernier chapitre réflexif. Cette « entreprise scientifique risquée » (p. 195) se retrouve au fil des pages où l’on mesure « la position inconfortable et ambiguë de l’observateur » (p. 77).

  • 1 Deux travers qu’elle avait épinglés avec Pierre Bourdieu, cf. Pierre Bourdieu & Yvette Delsaut, « P (...)

2Dans ces carnets avant tout ethnographiques, Yvette Delsaut nous propose de prêter tour à tour attention aux détails d’un intérieur ouvrier (« L’économie du langage populaire »), à deux cérémonies organisées lors d’un même mariage (« Le double mariage de Jean Célisse »), à l’intimité d’un vieux couple dans son logement (« L’inforjetable »), ou encore à la photo de classe de jeunes filles, élèves de troisième en 1951 (« Une photo de classe »). Dans les deux chapitres suivants, elle rapporte le récit d’une dispute entre une jeune fille de 26 ans – qui est son amie – et les propriétaires de son logement (« Des excuses au masculin »), puis relate le changement d’emploi de cette dernière (« Les cinq premiers jours »). Enfin, le septième carnet est consacré à un couple prenant le train (« Les Arabes du Tgv Paris-Bordeaux »). Ces objets de recherche circonscrits permettent à l’auteure de dévoiler l’étendue du caractère social de faits et gestes anodins, quotidiens, mais aussi personnels. Loin de se résoudre à un « hyper-empirisme aveugle » ou à un « théoréticisme vide » 1, elle recourt à ce type d’objectivation pour définir un mode de pensée sociologique et soulever des questions méthodologiques et théoriques stimulantes. Comme le souligne l’auteure, « il s’agit à chaque fois de la mise en œuvre d’un raisonnement d’ensemble, au travers d’une illustration qui, elle, est singulière » (p. 159).

3Ce raisonnement d’ensemble repose sur quelques postulats. Tout d’abord, le fait que le travail du chercheur reste nécessaire pour isoler les principes pertinents, dans la mesure où « les choses ne se donnent pas à percevoir avec la cohérence que leur confère l’exposé écrit » (p. 27). L’interprétation est donc impérative pour permettre de restituer « leur cohérence à des détails à première vue insignifiants » (p. 28). Ce qui se donne à voir n’est jamais décontextualisé des rapports sociaux : la brouille relatée dans le cinquième chapitre correspond ainsi au « protocole populaire » et respecte « la division des rôles entre les sexes et les âges » (p. 157). Dès lors, la lecture de l’ouvrage nous rappelle l’attention que l’on doit porter au social incorporé pour comprendre les pratiques. On perçoit de cette façon l’inertie ou, mieux, la durabilité des dispositions sociales incorporées lorsqu’on est plongés dans l’intimité du vieux couple du troisième carnet (pp. 88-89). Si les protagonistes en savent assez pour jouer leur rôle et sont pris au sérieux, cela ne signifie pas qu’il faudrait les considérer comme de purs êtres de raison étant donné que « la lucidité sur soi-même peut varier selon les personnes » (p. 188). Citons, enfin, les réflexions heuristiques sur la manière d’utiliser le concept d’habitus repensé par Pierre Bourdieu (pp. 186-194), qui découlent de l’observation d’un couple dans le Tgv Paris-Bordeaux et des présupposés établis par un voyageur interprétant leurs façons d’être et de faire. Les remarques sur l’usage pertinent de la notion d’habitus sont ainsi éloignées d’une vision réductrice des déterminations sociales et « exclu[en]t qu’on puisse parler de l’habitus de quelqu’un en le qualifiant de manière lapidaire » (p. 191).

4Deux textes – « Le double mariage de Jean Célisse » et « Une photo de classe » – nous semblent particulièrement intéressants en ce qu’ils témoignent du rapport de l’auteure à son milieu social d’origine qu’elle contribue à dévoiler et, plus spécifiquement, de la tension du loyalisme. Après la publication du premier texte, qui l’a « plongée dans un trouble profond et durable » (p. 206), il lui a fallu attendre dix années avant de pouvoir recommencer à « travailler sur le même milieu, avec un texte de socioanalyse basé sur du matériel autobiographique » (p. 208), et ce, sans éprouver aucune gêne, ni ressentir le besoin d’esquiver sa trajectoire sociale.

5Dans le cadre du double mariage, les descriptions successives font apparaître « la tonalité si différente des deux cérémonies » (p. 76), alors même que les deux groupes d’invités partagent des propriétés sociales analogues. Cet écart est dû au passage d’un groupe restreint d’interconnaissances à un second groupe semi-anonyme dont les normes de sociabilité diffèrent. Le fait d’avoir des positions relativement proches dans l’espace social ne conduit donc pas nécessairement à une proximité affective, ce qui nous pousse à nous interroger sur les relations sociales et les degrés de censures afférents.

6En se fondant sur une photo de classe datant de 1951, l’auteure livre une description minutieuse et attentive des pratiques et des représentations des jeunes filles avec qui elle a partagé sa classe de troisième. À partir de ces portraits, c’est la classe sociale qui est révélée lorsqu’elle dresse l’« inventaire des destinées scolaires des élèves représentées » (p. 105) et de l’ensemble des éléments, dont la position sociale, qui ont pesé sur ces destins sociaux. Restituant avec finesse « les charmes de l’indétermination » (p. 131) de ces années d’école, sans pour autant éluder les (nombreuses) contraintes liées notamment au genre, elle nous rappelle la « pesanteur des réalités » (p. 132) qui viennent battre en brèche les rêves de ces jeunes filles.

7Ces carnets, au caractère « inachevé » (p. 7), traduisent tout l’apport et la rigueur de l’approche ethnographique d’Yvette Delsaut. Concernant l’habitus, elle insiste par exemple sur l’importance d’un travail de recherche exigeant, permettant la mise au jour d’agencements complexes d’éléments qui « s’associent au fil de l’expérience sociale » (p. 189), afin de ne pas se satisfaire de pronostics schématiques quant aux destins sociaux des individus. Il est légitime d’espérer que l’ouvrage intéresse au-delà de la communauté des chercheurs en sciences sociales car, comme le note Andréa Daher dans sa préface, de nombreux « objets exposés dans ces carnets sont précisément les mêmes que beaucoup d’entre nous gardons pendant toute une vie » (p. 6).

Haut de page

Notes

1 Deux travers qu’elle avait épinglés avec Pierre Bourdieu, cf. Pierre Bourdieu & Yvette Delsaut, « Pour une sociologie de la perception », Actes de la recherche en sciences sociales, 1981, 40 : 9 (en ligne : https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1981_num_40_1_2131).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Cyriac Gousset, « Yvette Delsaut, Carnets de socioanalyse. Écrire les pratiques ordinaires », L’Homme, 236 | 2020, 230-231.

Référence électronique

Cyriac Gousset, « Yvette Delsaut, Carnets de socioanalyse. Écrire les pratiques ordinaires », L’Homme [En ligne], 236 | 2020, mis en ligne le 16 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/38377 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.38377

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search