Navigation – Plan du site

AccueilNuméros237Études & Essais“Je (ne) dirai (pas)”. D’Oukalégô...

Études & Essais

“Je (ne) dirai (pas)”. D’Oukalégôn à ἀλέγω : penser l’apotropaïsme linguistique en Grèce ancienne

“I Will (not) Say”. From Oukalegon to ἀλέγω : Thinking About Linguistic Apotropaism in Ancient Greece
Magali Année
p. 75-108

Résumés

Le verbe grec ἀλέγω est une ancienne forme poétique, qu’on trouve chez Homère et les poètes ultérieurs, presque exclusivement employée à la forme négative : οὐκ ἀλέγω (généralement traduit par « je ne me soucie pas »). Le dossier complexe de l’histoire de sa signification et de sa formation a été repris en détail par Claire Le Feuvre , qui propose de le rattacher (ainsi que les composés adjectivaux en -ηλεγής) au groupe d’ἄλγος / ἀλεγεινός exprimant l’idée de « souffrance », et d’expliquer son sens unanimement admis « se soucier de, tenir compte de » par une réanalyse interne au texte homérique et la « conséquence d’un rapprochement paronymique » avec le verbe λέγω, « dire, rendre compte ». De nouveaux arguments issus de l’onomastique et de la tradition narrative iconographique permettent au contraire d’étayer une autre hypothèse en faveur d’une authentique origine langagière de la forme ἀλέγω, directement liée au verbe λέγω par la resyllabation d’une ancienne expression de discours, *οὐκ ἄ[ν] λέγω / *οὐ κα λέγω. À l’appui d’une méthode anthropologique, soucieuse de (ré)appliquer à une linguistique philologique la notion francisée d’« émique », il est possible de déceler une forme d’apotropaïsme linguistique, dont la trace fossilisée nous a été conservée par l’anthroponyme Oukalégôn. Bien loin d’un parangon d’indifférence à l’égard du monde qui l’entoure, le recoupement des analyses philologiques et iconographiques montrent que le porteur de ce nom était le représentant d’une ancienne parole auto-préventive.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

L’hypothèse d’une resyllabation ancienne
Trois arguments philologiques
Sage, satyre, messager : les trois visages d’Oukalégôn
Le sage silencieux de l’Iliade
Le satyre et le messager dans l’iconographie des vases
Épilogue : les avatars adjectivaux du vieux syntagme *οὐκ ἄ[ν] λέγω

Aperçu du texte

De façon unanime, on reconnaît le sens de « se soucier de, s’occuper de » au verbe grec ἀλέγω, ancienne forme employée dans les poèmes homériques et encore quelques rares fois chez les poètes ultérieurs.

Mais s’agit-il véritablement de sa signification première, conservée dans la mémoire de la langue et dans les pratiques culturelles, et dont les usagers grecs pouvaient avoir gardé la conscience ou l’intuition ?

L’interprétation historique du verbe ἀλέγω, indissociable de la négation οὐκ qui lui semble originellement inhérente, ainsi que son rattachement au groupe des adjectifs composés en -ηλεγής (ἀνηλεγής, τανηλεγής, ἀπηλεγής, adverbe ἀπηλεγέως, ἐνηλεγής, δυσηλεγής, couramment traduits, respectivement, par « sans pitié, cruel », « à la longue souffrance », « insouciant », « sans se soucier de rien », « pris de désir », « pénible, cruel »), continuent de partager les linguistes entre trois tendances majeures : l’une privilégiant le rapprochement avec le verbe λέγω « dire, compter » (...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Magali Année, « “Je (ne) dirai (pas)”. D’Oukalégôn à ἀλέγω : penser l’apotropaïsme linguistique en Grèce ancienne », L’Homme, 237 | 2021, 75-108.

Référence électronique

Magali Année, « “Je (ne) dirai (pas)”. D’Oukalégôn à ἀλέγω : penser l’apotropaïsme linguistique en Grèce ancienne », L’Homme [En ligne], 237 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 06 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/39173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.39173

Haut de page

Auteur

Magali Année

Université de Lille – Centre national de la recherche scientifique, Laboratoire de recherche pluridisciplinaire Savoirs, textes, langages (STL), Villeneuve d’Ascq

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search