Navigation – Plan du site

AccueilNuméros237Comptes rendusAnne-Christine Trémon, P...

Comptes rendus

Anne-Christine Trémon, Pour la cause de l’ancêtre. Relation diasporique et transformations d’un village globalisé (Shenzhen, Chine)

Frédéric Keck
p. 189-191
Référence(s) :

Anne-Christine Trémon, Pour la cause de l’ancêtre. Relation diasporique et transformations d’un village globalisé (Shenzhen, Chine). Paris, Société d’ethnologie, 2019, 544 p., bibl., index, ill. (« Recherches sur la Haute Asie » 24).

Texte intégral

1Après avoir consacré ses recherches à la diaspora chinoise en Polynésie française, Anne-Christine Trémon a suivi, depuis 2011, les démarches de ses interlocuteurs visant à revenir dans leur village d’origine en Chine. Or, celui-ci se trouve aujourd’hui absorbé par la ville de Shenzhen, village de pêcheurs devenu mégapole industrielle du fait des transformations économiques de la Chine. L’ouvrage, issu de cette enquête, est une contribution essentielle à l’anthropologie de la mondialisation. Il montre, en effet, comment les ressources de la diaspora modifient les relations sociales dans un « village globalisé ».

2Dans son introduction, Anne-Christine Trémon rappelle que l’administration Qing, après avoir longtemps considéré les Chinois qui partaient à l’étranger comme des criminels, leur donna un statut de « séjournants étrangers » (huaqiao), en instituant le droit du sang au début du xxe siècle. Si le régime maoïste renoua avec cette méfiance de l’empire à l’égard des Chinois de la diaspora, les réformes de Deng Xiaoping s’appuyèrent sur leurs ressources pour réaliser des investissements industriels qui changèrent le visage de la Chine contemporaine. L’anthropologue saisit donc un moment crucial de l’histoire récente de ce pays et interroge les mécanismes locaux qui ont rendu possible cette transformation.

3Cet ouvrage s’inscrit aussi dans les débats animant l’anthropologie de la Chine sur les rapports entre l’État et le lignage dans la constitution des relations sociales. Alors que des historiens comme David Faure ont montré que les lignages de parenté, dont Maurice Freedman avait établi le caractère central dans le Sud de la Chine, étaient en partie élaborés par l’État en se servant de l’idéologie confucianiste de la piété filiale, il reste à étudier comment ils sont mobilisés de façon stratégique dans les moments de recomposition de l’État. En recourant à l’anthropologie polynésienne, Anne-Christine Trémon met en évidence la manière dont les échanges à distance sont polarisés autour d’un centre de références pour les valeurs échangées.

4Ces deux questions théoriques, sur les relations entre global et local, et entre État et lignage, trouvent leur réponse dans l’analyse du culte de l’ancêtre Zhenneng, fondateur du clan Chen, qui permet aux descendants de ce clan en diaspora de revenir dans le village d’origine en reconstruisant un lien de parenté. Il s’agit donc, pour l’autrice, de décrire comment l’ancêtre intervient en tant qu’« opérateur du public, à la fois cause et moyen de la poursuite du “bien public” » (p. 57). Dans le sillage des travaux d’Isabelle Thireau, cet ouvrage dépeint ainsi comment se négocient les formes de l’espace public dans une société chinoise marquée par une forte emprise de l’État.

5L’enquête commence par la description du mausolée érigé en l’honneur de l’ancêtre Zhenneng, au centre du village d’origine à côté d’une école primaire. Si la consultation d’une plaque des donateurs pour la construction de l’école, exposée dans le mausolée, permet de repérer la diversité des lieux de résidence des membres du lignage, c’est surtout un livre de généalogie conservé à la bibliothèque du sous-district qui constitue la principale source pour l’étude de la diaspora. On y constate, qu’à partir de la cinquième génération des descendants de Zhenneng (né en 1694), les lieux de résidence se diversifient : Hong Kong, Grande-Bretagne, Suriname, Amérique du Nord, Malaisie, Tahiti… Le temple est le lieu où les membres dispersés de la diaspora se retrouvent pour des cérémonies caractérisées par une ambiance chaleureuse (renao). Ils marquent le village de leur empreinte, afin de montrer à l’État ses ressources disponibles et, ainsi, protéger le quartier du mausolée d’une destruction dans le cadre de l’urbanisation.

6Les habitants du village ont en effet obtenu, à la fin des années 1990, que le mausolée conserve les os de l’ancêtre et que les cendres de ses descendants y soient entreposées gratuitement, ce qui, dans le cadre des réformes funéraires qui imposent la dispersion des cendres, est une victoire du lignage sur l’État. Le financement d’une école primaire est aussi une façon de contribuer à l’action de l’État, et la généalogie rappelle que de nombreux membres du clan Chen ont été des lettrés. La pratique funéraire et l’enseignement sont ainsi les deux faces de la construction du « bien public » par un relais entre le lignage et l’État. En finançant une institution scolaire, en faisant coïncider l’anniversaire de l’ancêtre fondateur et celui de l’école, le lignage se substitue à l’État et montre qu’il peut « agir comme l’État, voire de manière plus rapide et efficace, et donc aussi pour l’État, en anticipant ses politiques » (p. 286). La victoire du lignage sur l’État permet à celui-ci de « sauver la face », en tant que forme de pouvoir relationnel « dont l’augmentation repose sur le principe d’une incorporation de la substance de l’autre » (Id.). Cette relation d’inclusion mutuelle entre le lignage et l’État est aussi une relation tributaire génératrice de dettes.

7Après les deux premières parties consacrées à la généalogie du clan Chen et à son effectuation rituelle, Anne-Christine Trémon étudie, dans la troisième partie, la façon dont la diaspora se maintient et se transforme à travers des relations distanciées. Le lignage agit en effet par l’intermédiaire de la Fondation Zhenneng, créée à Hong Kong dans les années 1960 et déplacée dans le village fondateur dans les années 1990, notamment en capitalisant par le biais de rentes immobilières obtenues à Shenzhen, à la manière des sociétés par actions. L’autrice décrit les ambiguïtés de cette reterritorialisation, qui conduit à ne plus savoir qui, de l’État ou de la diaspora, finance les investissements du village. Elle retrouve ces ambiguïtés dans les discours sur le fengshui de l’ancêtre fondateur, cette action à distance grâce aux vertus de la géomancie qui ne supposent pas un territoire bien délimité. Les membres du lignage l’invoquent de façon contradictoire pour expliquer à la fois l’écart de revenus entre ceux qui sont restés et ceux qui sont partis, car « il agit au loin », et la réduction de cet écart au cours des dernières années, car « il a changé ». Le discours sur le fengshui et le statut de la Fondation Zhenneng sont des tentatives pour résoudre la contradiction qui se pose aux descendants de l’ancêtre en étant à la fois parents par le lignage et éloignés par la géographie. Elle apparaît nettement à travers le fait que, dans les appellations des résidents étrangers, les termes de parenté et les termes de relation diasporique sont utilisés alternativement, jamais ensemble (p. 371).

8Le livre se termine par la description de la manière dont ces ambiguïtés et ces ambivalences sont vécues par les membres de la diaspora à Tahiti, alors que l’anthropologue est retournée sur son terrain de départ pour y restituer les résultats de son enquête à Shenzhen en 2013. On voit que les relations se distancient au fur et à mesure que le lien au clan Chen s’atténue et que le discours sur le fengshui se brouille dans des récits de revers de fortune. Alain, l’un des interlocuteurs privilégiés d’Anne-Christine Trémon chargé des questions généalogiques au sein du clan Chen de Tahiti, organise alors un voyage de « retour aux sources » qui consiste à revenir, au-delà de Shenzhen, dans le village de naissance de l’ancêtre fondateur. De façon étonnante, Alain recourt au concept polynésien de « mana » pour décrire l’action de l’ancêtre lorsqu’il est en Chine. Ce qui est, à ses yeux, un concept équivalent de qi (« souffle ») et ling (« esprit ») permet ainsi d’échapper, en situation de transfert culturel, aux ambivalences du fengshui.

9La conclusion, en resserrant tous les fils d’une analyse dense et documentée, confirme les apports d’une anthropologie des relations diasporiques en Chine depuis la Polynésie. C’est en effet un problème classique de l’anthropologie de l’Océanie qui est repris ici sur le terrain de la Chine mondialisée : comment les échanges circulaires contribuent-ils à la formation des valeurs économiques et morales ? En référence au travail fondateur de Nancy Munn sur les transformations de la valeur dans la société massim de Papouasie Nouvelle-Guinée, Anne-Christine Trémon remarque que, si celle-ci établit les valeurs à l’échelle globale par le maintien de la réputation du donateur à travers le cycle des échanges, le cas chinois montre, à l’inverse, une relocalisation des échelles de fabrication de la valeur.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Frédéric Keck, « Anne-Christine Trémon, Pour la cause de l’ancêtre. Relation diasporique et transformations d’un village globalisé (Shenzhen, Chine) », L’Homme, 237 | 2021, 189-191.

Référence électronique

Frédéric Keck, « Anne-Christine Trémon, Pour la cause de l’ancêtre. Relation diasporique et transformations d’un village globalisé (Shenzhen, Chine) », L’Homme [En ligne], 237 | 2021, mis en ligne le 10 mars 2021, consulté le 06 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/39619 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.39619

Haut de page

Auteur

Frédéric Keck

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search