Navigation – Plan du site

AccueilNuméros238Études & EssaisConstruction et contestation des ...

Études & Essais

Construction et contestation des hiérarchies dans les échanges cérémoniels aux Comores (île de Mohéli)

Constructing and Challenging Hierarchy in Ceremonial Exchanges (Moheli Island, Comoros)
Sophie Blanchy et Haddad Salim Djabir
p. 101-140

Résumés

Les échanges cérémoniels sont le principal vecteur de construction et de contestation des hiérarchies aux Comores. Ils constituent le cadre de reproduction des groupes de descendance et du système d’âge. Dans l’île de Mohéli, ces groupes sont réputés matrilinéaires et s’affirment comme mutuellement équivalents. Mais pour leurs échanges cérémoniels, ils forment deux moitiés nommés d’après le genre. Que signifie cette distinction si ces groupes suivent le même principe de reproduction et s’ils n’entretiennent pas de relations hiérarchiques ? Nous examinons les règles de constitution et de recrutement de ces groupes, la structure de leurs relations mutuelles et leur articulation aux classes d’âge, ainsi que les différences de pratiques entre les deux moitiés qu’ils forment. Nous émettons l’hypothèse que la structure binaire dans laquelle ils s’insèrent reflète les processus historiques et idéologiques d’intégration par mariage, dans les matrilignages locaux, de commerçants maritimes musulmans, membres de réseaux régionaux agnatiques. Cette intégration s’est effectuée diversement dans tout l’archipel. Le cas de Mohéli montre comment la présence de ces alliés prestigieux a pu transformer le système d’échange de l’intérieur, mais de manière limitée, tandis que dans les îles voisines, soit ils n’y ont joué aucun rôle, soit ils l’ont quasiment fait disparaître. Le système d’échange mohélien permet aux communautés autochtones de maintenir une distinction hiérarchique avec les allochtones, originaires des autres îles, qui ont instauré leurs échanges cérémoniels de leur côté. Les innovations ou les transgressions des règles des échanges mohéliens délimitent le champ des transformations et révèlent les tensions qui jouent comme leviers dans la dynamique des relations entre unités sociales, notamment celle, inhérente au système, entre action collective et action individuelle.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous remercions vivement Laurent Berger et Klaus Hamberger pour leurs commentaires sur des versions précédentes de cet article, les participants au séminaire « Mondes insulaires de l’océan Indien » (École des hautes études en sciences sociales, 2020-2021) pour leurs remarques, ainsi que les lecteurs anonymes de la revue L’Homme pour leurs précieuses critiques.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Les institutions partenaires des échanges
Résidence et descendance
Les classes d’âge
Constructions hiérarchiques
Une reconfiguration des groupes de descendance
Filiation et affiliation
L’invention d’un paiement d’affiliation
L’intégration des étrangers
Les échanges cérémoniels, cadre des processus de transformation
Évolution des ressources
L’invention du kombe
L’inclusion du contraire
Intégration ou exclusion des allochtones

Aperçu du texte

Les échanges cérémoniels pratiqués dans chacune des quatre îles de l’archipel des Comores – Ngazidja, Mohéli, Anjouan et Mayotte [Cartes 1 et 2] – donnent à voir les transformations qui affectent les sociétés insulaires au gré des flux de populations, de biens et d’idées qui les traversent et les constituent. Le croisement, dans ces sociétés, de principes distincts et parfois opposés d’organisation sociale confère à l’analyse comparative de ces transformations un intérêt général. Ainsi la singularité du cas de l’île de Mohéli concernant les constructions hiérarchiques entre groupes de descendance et entre individus permet d’apporter un nouvel éclairage sur la variété des organisations sociales insulaires.

L’archipel a été peuplé dès le viiie siècle par des Africains bantous. Puis, des musulmans venus de la côte swahilie, d’Hadramawt ou d’Oman, et naviguant jusqu’au nord de Madagascar se sont intégrés par mariage dans les groupes locaux pour lesquels ils ont été des alliés commerciaux...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Sophie Blanchy et Haddad Salim Djabir, « Construction et contestation des hiérarchies dans les échanges cérémoniels aux Comores (île de Mohéli) », L’Homme, 238 | 2021, 101-140.

Référence électronique

Sophie Blanchy et Haddad Salim Djabir, « Construction et contestation des hiérarchies dans les échanges cérémoniels aux Comores (île de Mohéli) », L’Homme [En ligne], 238 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/39984 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.39984

Haut de page

Auteurs

Sophie Blanchy

Centre national de la recherche scientifique – Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC), Nanterre – sophie.blanchy@cnrs.fr

Du même auteur

Haddad Salim Djabir

Centre national de documentation et de recherche scientifique, Fomboni, Mohéli (Comores) – mailto:djabiriii@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search