Navigation – Plan du site

AccueilNuméros238Comptes rendusPhilippe Beaujard, Rituel et soci...

Comptes rendus

Philippe Beaujard, Rituel et société à Madagascar. Les Antemoro de la côte Sud-Est

Maurizio Esposito La Rossa
p. 185-187
Référence(s) :

Philippe Beaujard, Rituel et société à Madagascar. Les Antemoro de la côte Sud-Est, Paris, Maisonneuve & Larose-Hémisphères, 2020, 914 p., bibl., index, ill., fig., tabl., cartes.

Texte intégral

1La royauté antemoro du Sud-Est de Madagascar est considérée par les historiens et par les traditions orales locales comme la source idéologique de toutes les royautés malgaches qui se sont formées depuis le xvie siècle. Les reconstructions historiques, en effet, présentent les « devins-guérisseurs » (ombiasy) des souverains antemoro comme les principaux acteurs de la diffusion, dans le reste de l’île, du savoir islamisé à la base de l’idéologie politico-religieuse des royaumes antemoro. Cependant, notre connaissance de ces royaumes, aujourd’hui disparus, est très limitée. D’où l’importance, pour la communauté des malgachisants, de la parution de cette monographie sur l’histoire et les rituels de la société antemoro par l’anthropologue et historien Philippe Beaujard. Or, la thèse avancée par l’auteur dans cet ouvrage conteste la prétendue influence des royaumes antemoro et de leurs devins sur la formation et le développement du reste des royautés malgaches. Si bien que cette somme, attendue par les malgachisants depuis longtemps, l’aurait-elle été pour de mauvaises raisons ?

2S’appuyant sur plusieurs enquêtes de terrain menées dans la vallée de la rivière Matatàña entre 1983 et 1995, et mobilisant différents types de sources, Rituel et société à Madagascar constitue le troisième ouvrage d’un triptyque dédié au Sud-Est de Madagascar. Si les deux premiers étaient consacrés respectivement à l’organisation sociopolitique et aux « mythes » des collectifs tañala de l’Ikongo, ce dernier travail porte principalement – comme le titre l’indique – sur les rituels antemoro, mais pas uniquement. Le livre s’ouvre en effet sur une sélection de théories du rituel qui révèle une préférence pour les approches fonctionnalistes et symbolistes, notamment pour celle de Maurice Hocart, et six chapitres sur les douze qui le composent procèdent à la description et l’analyse des rituels antemoro. Toutefois, cet intérêt pour les rituels répond à la volonté de clarifier l’histoire et l’organisation sociale actuelle des Antemoro auxquelles les deux premiers chapitres sont dédiés. Le récit de l’histoire de la royauté antemoro jusqu’à sa dissolution à la fin du xixe siècle occupe près de 120 pages du livre.

3Descendants de migrants musulmans arrivés dans le Sud-Est de Madagascar au xve siècle depuis le nord de l’île, les nobles antemoro chassèrent violemment les anciens groupes dominants des Zafiraminia, fondateurs d’origine austronésienne des premières organisations politiques de Madagascar. Les autres plus vieilles dynasties de Madagascar sont probablement issues de ces Zafiraminia rescapés. Accompagnés par leurs devins et leurs serviteurs, les nobles antemoro établirent ainsi un premier royaume dans la vallée de la Matatàña au début du xvie siècle. En s’alliant avec les femmes des groupes déjà présents sur place, tout en se distinguant de ces derniers par leur savoir religieux islamisé, ces étrangers instituèrent une hiérarchie dualiste qui les opposait, en tant que « musulmans » (silamo en malgache), aux « païens » (kafiry) assujettis. Cependant, ceux de ces « roturiers » autochtones qui avaient donné une épouse aux rois antemoro obtinrent en échange certaines prérogatives politiques (ils participaient notamment au choix du roi) et rituelles, du moins jusqu’au xixe siècle. Les descendants de ces mariages entre les femmes autochtones et les premiers ancêtres des rois antemoro seraient les fondateurs des autres royaumes de la région, qui composaient l’« État segmentaire » antemoro. Durant le xviie siècle, les luttes de succession exacerbèrent les divisions entre ces royaumes, ce qui provoqua l’exode des fameux devins-guérisseurs antemoro vers d’autres régions de l’île. Ensuite, les royaumes furent réunifiés et prospérèrent tout au long du xviiie siècle grâce à la traite des esclaves avec les Européens, pour enfin disparaître après l’invasion des Merina, puis des colons français au milieu du xixe siècle. Remettant en cause l’autorité des rois et le système de répartition des richesses qui garantissaient l’équilibre interne des royaumes, ces invasions firent remonter à la surface les conflits latents entre les nobles et les roturiers antemoro, au point de déclencher, vers la fin du siècle, de véritables guerres civiles. Avec la colonisation française (1896-1960), les roturiers, qui refusaient de reconnaître l’autorité des rois antemoro, eurent le droit d’élire leurs propres « rois » et de pratiquer leurs cérémonies de manière indépendante. Un fossé s’est ainsi creusé entre les deux principaux groupes sociaux constituant la royauté antemoro, désormais dissoute. Cette fracture ressort également de l’analyse des rituels menée dans les chapitres centraux du livre.

4S’attardant sur l’importance du rituel d’intronisation pour la construction symbolique des autres rituels (suivant la thèse d’Hocart), ainsi que sur les origines culturelles des différents symboles mobilisés par ces rites, Philippe Beaujard insiste sur l’originalité de la royauté antemoro par rapport aux autres royautés malgaches. Cette originalité repose notamment sur l’écriture sorabe (à laquelle est dédié un chapitre), sur le savoir d’origine musulmane, mais, surtout, sur la dépossession, par les groupes nobles de devins-guérisseurs, du pouvoir rituel des roturiers. Ces derniers sont en effet absents des rituels aristocratiques décrits par l’auteur. De sorte que, si les autres royautés malgaches se caractérisent par une répartition du pouvoir royal entre les nobles étrangers (pouvoir politique) et les roturiers autochtones (pouvoir rituel), ce ne serait pas le cas de la royauté antemoro, où seuls les groupes nobles partageraient les deux compétences. Pour l’auteur, cette différence apporterait la preuve que l’influence des Antemoro sur les autres royautés a été surestimée. Cependant, certaines données apparemment anecdotiques et des suggestions isolées présentées par Philippe Beaujard lui-même laissent entrevoir une autre hypothèse possible : et si cette originalité du système antemoro était le produit des guerres civiles et des rivalités exacerbées entre nobles et roturiers, plutôt que le fruit d’une idéologie politico-religieuse singulière ? Les données allant dans ce sens montrent surtout l’importance que les groupes roturiers, donneurs d’épouse au roi, avaient dans le passé, non seulement dans la vie politique du royaume, mais aussi dans l’organisation rituelle. Outre que les chefs roturiers élisaient les nouveaux rois, certains d’entre eux étaient également les responsables des funérailles royales, les gardiens des tombeaux ou les invocateurs dans les rituels royaux. En dépit du fossé qui existe aujourd’hui entre nobles et roturiers, des traces de continuité entre ces deux groupes, ainsi qu’entre l’organisation royale antemoro et les autres royautés malgaches sont encore présentes. Et le livre de Philippe Beaujard, riche en détails et par conséquent non immédiatement accessible aux non-spécialistes, peut dès lors être considéré comme une première tentative pour les rendre visibles, dans toutes leurs complexité et contradictions.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Maurizio Esposito La Rossa, « Philippe Beaujard, Rituel et société à Madagascar. Les Antemoro de la côte Sud-Est », L’Homme, 238 | 2021, 185-187.

Référence électronique

Maurizio Esposito La Rossa, « Philippe Beaujard, Rituel et société à Madagascar. Les Antemoro de la côte Sud-Est », L’Homme [En ligne], 238 | 2021, mis en ligne le 19 août 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/40323 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.40323

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search