Navigation – Plan du site

AccueilNuméros239-240Expériences initiatiques du ...Entre ancêtres et génies : l’acco...

Expériences initiatiques du genre

Entre ancêtres et génies : l’accommodement des genres dans l’initiation aux Do bwaba et sèmè du Burkina Faso

Between Ancestors and Bush Spirits : The Accommodation of Gender in the Initiation of the Do Bwaba and Seme of Burkina Faso
Anne Fournier et Camille Devineau
p. 169-202

Résumés

Le Do, entité de l’invisible, se manifeste sous forme de masques et d’objets sacrés. Il est aussi un dispositif initiatique et une loi rituelle, que donne à voir un culte commun à plusieurs sociétés de cultivateurs ouest-africains, mais tout en présentant des morphologies variées. L’initiation collective et obligatoire au Do établit des liens avec les deux instances principales de l’invisible (génies de brousse et ancêtres) et assigne une place à chaque catégorie de personnes selon son genre et sa « caste » (groupe socioprofessionnel). Comparant les rites des Do bwaba et sèmè, nous montrons dans quelle mesure et par quels moyens l’initiation, bien qu’elle n’ait pas pour but principal de produire des adultes sexués, façonne la relation à la brousse qui est propre à chaque genre. De manière notable, les modalités de traitement des femmes diffèrent dans les initiations bwaba et sèmè : elles sont associées aux rites masculins chez les premiers, mais disposent d’un parcours séparé chez les seconds. Dans les deux cas, elles sont toutefois déclarées moins initiées que les hommes. De même, les griots, caste estimée « féminine », sont considérés moins initiés ou sont entièrement écartés de l’initiation. Nous avançons l’hypothèse selon laquelle cette place différente que l’une et l’autre société confèrent aux femmes et aux griots dans l’initiation est liée à la prééminence accordée par les Bwaba aux ancêtres vs celle accordée par les Sèmè aux génies.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Le Do, parcours initiatiques et célébration
Les incarnations de Do, entre célébrations annuelles et initiations
Parcours initiatiques bwaba
Parcours initiatiques sèmè
Parcours des génies
Grands traits comparés de l’organisation du Do
Positionnement des castes dans le Do
Le positionnement des forgerons dans le Do
Le positionnement des griots dans le Do
La position des castes dans le Do, reflet d’une assimilation de genre
Initiation, habitus de genre et relations avec les instances de l’invisible
Soumission des femmes à l’ordre des ancêtres et positionnement en marge du Do
Masculin et féminin comme deux relations vers l’invisible
Promotion par le Do d’une masculinité en relation avec les instances de l’invisible
Le véritable rôle des femmes dans le Do

Aperçu du texte

Do est un terme polysémique qui désigne à la fois une entité de l’invisible et ses manifestations (masques, objets sacrés), un dispositif initiatique long et complexe, ainsi qu’une loi rituelle. Ces divers éléments prennent forme dans le « culte du Do » que pratiquent plusieurs sociétés ouest-africaines. L’initiation, collective et obligatoire, ne vise pas en premier lieu à produire des hommes et des femmes adultes, mais à mettre de l’ordre dans la société en indiquant sa place à chaque personne. Elle s’adresse en principe à tout individu. Toutefois, selon leur caste et leur genre, toutes les catégories d’individus ne sont pas associées au même degré à cette initiation. Ainsi, l’initiation des femmes est quasiment absente chez les Bobo (Le Moal 1980), diversement développée chez les Bwaba, alors qu’elle comporte un ensemble fourni de cérémonies chez les Sèmè (Fournier 2016) et les Toussian (Hébert 1972). Les génies de brousse, ayant enseigné le Do aux humains, sont également censés ...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Anne Fournier et Camille Devineau, « Entre ancêtres et génies : l’accommodement des genres dans l’initiation aux Do bwaba et sèmè du Burkina Faso », L’Homme, 239-240 | 2021, 169-202.

Référence électronique

Anne Fournier et Camille Devineau, « Entre ancêtres et génies : l’accommodement des genres dans l’initiation aux Do bwaba et sèmè du Burkina Faso », L’Homme [En ligne], 239-240 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/41100 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.41100

Haut de page

Auteurs

Anne Fournier

Institut de recherche pour le développement – Patrimoines locaux, environnement et globalisation (PALOC), Paris – anne.fournier@ird.fr

Camille Devineau

Université Paris Nanterre – Laboratoire d’anthropologie et de sociologie comparative (LESC), Nanterre / Musée de l’Homme – Éco-anthropologie (EA), Paris – camille.devineau@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search