Navigation – Plan du site

AccueilNuméros239-240Expériences initiatiques du ...Initiations féminines et ...

Expériences initiatiques du genre

Initiations féminines et masculines : parcours sénoufo, parcours d’ethnologues

Male and Female Initiation : Among the Senufo, among Anthropologists
Marianne Lemaire
p. 235-266

Résumés

L’expérience de terrain au cours de laquelle l’ethnologue prend volontiers l’initiation pour objet d’étude est elle-même couramment présentée comme une initiation. Cet article propose de prendre au sérieux ce modèle de l’initiation à propos des expériences de terrain, mixtes et non obligatoires, de la première génération d’ethnologues professionnels français, et de les confronter aux initiations sexuées, inclusives et électives, réalisées en pays sénoufo (Côte d’Ivoire). Une étude comparative permet de mettre au jour un schéma commun de modelage initiatique du genre : dans les initiations sénoufo comme dans celles des ethnologues, c’est la souffrance physique, collectivement subie et publiquement proclamée, et la souffrance morale, individuellement endurée ainsi qu’intimement intériorisée, qui sont principalement mobilisées pour accompagner la (trans)formation respective des hommes et des femmes. Douleur et doute à l’appui, les expériences initiatiques des Sénoufo et des ethnologues produisent des genres pareillement polarisés : si elles confirment et renforcent le genre initial de leurs impétrants, elles nuancent et complexifient celui de leurs impétrantes. Leur comparaison éclaire ainsi les effets de l’expérience de terrain sur le genre de l’ethnologue, mais aussi sur sa production scientifique et la construction de sa légitimité.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

L’initiation sénoufo au pɔrɔ
L’initiation sénoufo au sandogi
Des initiations aux terrains
Le terrain ethnographique comme initiation masculine
Le terrain ethnographique comme initiation féminine

Aperçu du texte

« Car c’est d’abord sur nous-mêmes qu’une enquête anthropologique nous renseigne. Initiation au sens le plus fort du terme, puisque, portant par définition sur une société étrangère, elle marque aussi et peut-être à jamais son auteur », écrivait Denise Paulme (1989 : 244) en conclusion de l’un de ses derniers textes publiés, où elle propose une lecture du Cœur des ténèbres de Joseph Conrad. L’expérience de terrain de l’ethnologue – et plus encore sa première expérience de terrain – est en effet couramment présentée comme une initiation, un rite de passage (Condominas 1973) ou une épreuve du feu (Rivet 1936). Avec les initiations que les ethnologues sont parfois amené.e.s à observer dans les sociétés qu’ils ou elles étudient, les expériences de terrain ont en commun la dimension d’épreuve – inégalement composée pour chacune d’elles d’une part d’éloignement, de solitude, de privatio...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Marianne Lemaire, « Initiations féminines et masculines : parcours sénoufo, parcours d’ethnologues », L’Homme, 239-240 | 2021, 235-266.

Référence électronique

Marianne Lemaire, « Initiations féminines et masculines : parcours sénoufo, parcours d’ethnologues », L’Homme [En ligne], 239-240 | 2021, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/41230 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.41230

Haut de page

Auteur

Marianne Lemaire

Centre national de la recherche scientifique – Institut des mondes africains (IMAF), Aubervilliers – marianne.lemaire@cnrs.fr

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search