Navigation – Plan du site

AccueilNuméros241EditorialÀ Jean Jamin

Editorial

À Jean Jamin

To Jean Jamin
Aline Malavergne et Valérie Ton That
p. 5-6

Texte intégral

1Au moment où nous nous apprêtions à mettre sous presse ce premier numéro de 2022, nous avons appris avec une vive émotion la disparition soudaine de Jean Jamin. Pour rendre hommage à celui qui fut notre rédacteur en chef du début des années 2000 jusqu’à son départ contraint en 2015, nous avons souhaité prendre la plume, une fois n’est pas coutume, et partager quelques-uns des si nombreux souvenirs qui se bousculent depuis.

Paris, 2011

Paris, 2011

Détail (cl. Jing Wang retouché par Jean Jamin lui-même)

2Chercheur, auteur, éditeur, compositeur, musicien, photographe, Jean Jamin était tout cela. Mais c’est en particulier l’homme de revues, dans toute sa singularité, que nous aimerions évoquer ici, pour l’avoir côtoyé et vu à l’œuvre dans les coulisses de la rédaction de L’Homme au fil d’une cinquantaine de numéros hauts en couleur. Le matin, nous l’entendions arriver, reconnaissions sa voix au grain unique, à la fois grave et chaleureuse, alors qu’il saluait nos collègues du Laboratoire d’anthropologie sociale en remontant le couloir jusqu’à son étroit bureau, l’avant-dernier avant le nôtre. Jean Jamin aimait travailler en musique, du jazz bien sûr, de sorte que, sitôt installé, des notes filtrées nous parvenaient à travers la cloison. Venait ensuite le moment où il nous rejoignait, prenait place dans le fauteuil entre nos deux bureaux, dos à la fenêtre, et où pouvait commencer notre réunion de rédaction quotidienne, après un tour de l’actualité (anthropologique, politique, culturelle, sportive…) durant lequel il ne manquait pas de laisser libre cours à son humour facétieux et frondeur. Jean Jamin avait su créer une atmosphère propice au travail et aux échanges, studieuse et en même temps joviale, confiant en la synergie de notre équipe, comme il l’avait pressenti dès notre première rencontre, alors qu’il était président de jury des concours de l’École des hautes études en sciences sociales à l’issue desquels nous avions intégré la rédaction de L’Homme.

3Absolument tout l’intéressait dans le travail éditorial : celui sur les contenus scientifiques, tout autant que sur ce qui avait trait à la composition, à la typographie, à l’objet-livre en général. Plus d’une fois, Jean Jamin nous a raconté, entre autres anecdotes, l’aventure que fut l’informatisation de la rédaction qu’il avait mise en œuvre dès 1999, lorsqu’il fit passer L’Homme à l’ère de la Pao (publication assistée sur ordinateur) et permit à la rédaction de devenir pionnière en la matière, la seule pendant très longtemps, parmi les revues de l’École, à pouvoir maîtriser toute la chaîne éditoriale, du manuscrit à l’impression. Outre la couverture qu’il a par deux fois renouvelée (en 1998 et 2011), l’identité graphique de la revue porte encore sa marque, avec une maquette intérieure choisie en 1998, si équilibrée et indémodable qu’elle est restée quasiment inchangée depuis. Il s’impliquait avec passion dans la réalisation des numéros, proposait des mises en pages et des illustrations, n’hésitant pas à se muer en iconographe pour chercher lui-même l’image idéale ou à partir, armé de son appareil photo, en quête de clichés inédits (comme le rappellent « Fenêtre sur files », « Chanter soir et matin »). Sans oublier sa touche toute personnelle, que l’on peut retrouver, de-ci de-là, dans les teintes sépia, les images de fond en filigrane ou de fin de texte en « cul-de-lampe ».

4Son expérience d’auteur – au style admirable, avec des accents leirisiens parfois, comme lorsqu’il se plaisait à étirer les phrases à l’extrême, en les syncopant d’incises et de détours, de ponctuations multiples jusqu’au point final –, Jean Jamin la mettait avec générosité au service des autres auteurs. Usant de son goût pour les bons mots et de son sens de la formule, il s’amusait à trouver une accroche incisive pour les numéros Varia (« Piquer nuit », « Des raisons du terrain », « La parenté au crible »…), un titre en clin d’œil pour les numéros thématiques (« Espèces d’objets », « Chanter, musiquer, écouter », « Auto-biographie, ethno-biographie »…) ou pour ses propres textes (« L’Afrique en tête », « Les maux et les nombres », « Voix sans issue »…), avant de surgir triomphant dans notre bureau pour nous dévoiler avec une jubilation communicative sa dernière trouvaille. Si une question de grammaire nous résistait (accord retors de participe passé, concordance des temps…), si une ambiguïté syntaxique ou lexicale nous faisait douter (solécismes, barbarismes, anglicismes et autres néologismes sournois), Jean Jamin, appelé en renfort, nous donnait instantanément la réponse avec la clarté de celui pour qui les subtilités de la langue française n’ont aucun secret. Ses recherches antérieures sur la manière dont s’écrit l’anthropologie eurent leur prolongement dans ses propres contributions à la revue, mais aussi dans sa pratique de l’édition. Parce qu’il était convaincu que le fond n’allait pas sans la forme, il nous a appris à être des lectrices exigeantes, à passer chaque phrase d’un texte au tamis de la langue pour détecter, au-delà de la coquille, l’incohérence, l’impropriété, la répétition, voire à nous faire les traductrices de la pensée de l’auteur.

5De Gradhiva à L’Homme, les revues ont donc été pour Jean Jamin un espace idéal pour laisser vagabonder son esprit créatif et sa curiosité intellectuelle. Leur caractère dynamique, en perpétuel décalage et renouvellement, leur nature protéiforme et éclectique, leurs valeurs de partage et d’ouverture, leur vocation de passeuses d’idées et de savoirs s’accordaient avec sa personnalité même. Peu avant son départ de L’Homme, il écrivait dans un message, qu’en presque vingt années à la tête de la revue, il avait toujours cherché « à préserver [un] esprit d’exigence, de curiosité, d’audace, d’humour aussi, bref tout ce qui fait une revue », tout ce qu’incarnait Jean Jamin.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Paris, 2011
Légende Détail (cl. Jing Wang retouché par Jean Jamin lui-même)
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/42000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Aline Malavergne et Valérie Ton That, « À Jean Jamin », L’Homme, 241 | 2022, 5-6.

Référence électronique

Aline Malavergne et Valérie Ton That, « À Jean Jamin », L’Homme [En ligne], 241 | 2022, mis en ligne le 30 mars 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/42000 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.42000

Haut de page

Auteurs

Aline Malavergne

École des hautes études en sciences sociales – Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), Paris – aline.malavergne@college-de-france.fr

Valérie Ton That

École des hautes études en sciences sociales – Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), Paris – valerie.tonthat@college-de-france.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search