Navigation – Plan du site

AccueilNuméros241Études & EssaisTerritoires de désocialisation : ...

Études & Essais

Territoires de désocialisation : les enclaves de l’exil au centre de Bangkok

Territories of Desocialization : The Enclaves of Exile in Central Bangkok
François Robinne
p. 31-64

Résumés

Depuis le tournant des années 2000, des enclaves urbaines faites d’alignements de baraques en tôle ondulée occupent les parcelles immobilières provisoirement vacantes du centre de Bangkok. Elles ont en commun d’être gérées par des entreprises du bâtiment et d’accueillir une main-d’œuvre non qualifiée originaire des pays limitrophes de la Thaïlande. Dans ces enclaves d’apparence très commune, la posture d’évitement adoptée par les résidents se distingue nettement des modes de recomposition sociale observés dans les camps de réfugiés, dans les lotissements à proximité des zones industrielles, ou encore dans les bidonvilles ou autres lieux d’hébergement de travailleurs de l’exil. L’opportunité que constitue l’assurance d’un emploi sur un chantier s’accompagne d’un ensemble de règles, dont celle de « un contrat = un travail = une personne », qui s’avère être une entrave à toute forme de regroupement familial ou d’adhésion communautaire. Dans ces enclaves urbaines, le retour à la normalité n’est pas une option, et c’est là sans doute leur dramatique spécificité.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Sentiers des essarts et frontières de l’exil
Conditions de vie dans les enclaves
Le parcours d’obstacles administratifs des résidents
Organisation au sein des enclaves
Terminologies vernaculaires et maillage de qualificatifs exogènes
Entraves au regroupement communautaire
Distanciation sociale et délitement familial

Aperçu du texte

Depuis le tournant des années 2000 et, plus récemment encore, depuis 2015 et la politique d’intégration économique engagée entre les dix pays membres de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean), les flux migratoires intra-asiatiques connaissent un développement exponentiel. Dans ce contexte de libre-échange, la Thaïlande a vu en vingt ans, entre 1995 et 2015, le nombre d’entrants quadrupler pour un total estimé aujourd’hui à 4 millions d’immigrés, devenant dans le même laps de temps le premier pays d’accueil d’Asie du Sud-Est (55%), loin devant la Malaisie (22%) et Singapour (19%) (Testaverde et al. 2017 : 2 et 40). La mégapole Bangkok – environ douze millions d’habitants – fait figure de pôle de convergence privilégié et les enclaves urbaines où vivent une partie des travailleurs migrants, de part résiduelle de cette géopolitique en marche. Le nombre de ces travailleurs migrants peut être très variable d’une enclave à l’autre, de 50 à 2000 personnes pour les plus petites...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

François Robinne, « Territoires de désocialisation : les enclaves de l’exil au centre de Bangkok », L’Homme, 241 | 2022, 31-64.

Référence électronique

François Robinne, « Territoires de désocialisation : les enclaves de l’exil au centre de Bangkok », L’Homme [En ligne], 241 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/42170 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.42170

Haut de page

Auteur

François Robinne

Centre national de la recherche scientifique – Institut de recherches asiatiques (IrASIA), Marseille – f.robinne@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search