Navigation – Plan du site

AccueilNuméros241Études & EssaisLes saints face au virus : mobili...

Études & Essais

Les saints face au virus : mobiliser les sanctuaires chiites iraniens contre la pandémie de Covid-19

Saints face the Virus : Mobilizing Iranian Shiite Shrines against the Covid-19 Pandemic
Amélie Neuve-Eglise et Mahnaz Tavakoli
p. 65-102

Résumés

Au-delà des villes saintes de Mashhad et de Qom, la géographie du pèlerinage chiite en Iran s’étend sur l’ensemble du territoire avec la présence de nombreux sanctuaires de taille plus modeste abritant le tombeau de descendants d’Imam (Imāmzādeh), dont la visite en des occasions liturgiques diverses fait partie des pratiques dévotionnelles de nombreux fidèles. À l’époque contemporaine, leur investissement conjoint par le pouvoir politique central et une multiplicité d’acteurs locaux a entraîné une extension considérable de leur champ d’activité, qui comprend désormais une offre de services sociaux, éducatifs et médicaux. En 2020, ces sanctuaires ont acquis une nouvelle forme de visibilité, après la reconversion de certains d’entre eux en ateliers de production de masques et équipements de protection individuels à des fins de lutte contre la pandémie de Covid-19, alors que l’ensemble des lieux de culte étaient fermés au public. Dans ce contexte spécifique, cet article examine ce que l’espace du sanctuaire, de par sa configuration même et les modalités de son investissement, produit socialement et en termes de représentations. Loin de la mise en avant d’une doctrine figée, les pratiques et discours sur les sanctuaires-ateliers font apparaître un souci partagé de reposer et de tenter de formuler des réponses toujours fragiles à des questionnements fondamentaux : comment penser la médiation entre Dieu et les hommes, et garantir la continuité d’un influx de grâces lorsque les fidèles sont privés d’un accès physique à ses foyers ? Par quels moyens rendre visible la permanence du charisme des espaces sacrés face à ceux qui doutent, ou cherchent à en questionner les fondements ? Quelle est la place des figures d’exemplarité et de leurs lieux au sein de l’espace public ? Il s’agira de montrer comment le réinvestissement de l’espace du sanctuaire en situation de pandémie participe à nourrir une réflexion sur les manières multiples de créer des liens entre des hommes, des objets, et des énergies visibles et invisibles, tout en s’inscrivant dans la continuité d’un processus de rationalisation du champ religieux dans l’Iran contemporain.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

L’espace des sanctuaires de descendants d’Imām
Modalités de la visite pieuse
L’Imāmzādeh comme espace politique
L’esthétique de l’édifice comme incarnation du saint
Modalités et enjeux du réinvestissement des sanctuaires en contexte de pandémie
Du malaise initial à l’émergence de dynamiques locales
Lectures politiques relayées par des médias affiliés à l’État
Le sanctuaire comme espace de possibles
L’efficacité du sanctuaire entre redéploiement de la baraka et rationalité productive
Sacralité(s) du sanctuaire

Aperçu du texte

Les villes de Mashhad et de Qom accueillent chaque année plusieurs millions de pèlerins iraniens et étrangers. Elles abritent les deux principaux lieux saints du chiisme duodécimain en Iran : le sanctuaire du huitième Imām ‘Alī ibn Mūsā al-Reżā (766-818) pour la première ; celui de sa sœur Fāṭima bint Mūsā, dite al-Ma‘ṣūma (l’« Immaculée », 790-816) pour la seconde. Loin d’être circonscrite à ces deux pôles, la géographie du pèlerinage s’étend à l’ensemble du territoire de ce pays. La visite, en des occasions liturgiques diverses, de plusieurs milliers de mausolées de taille plus modeste dans lesquels se trouve le tombeau de descendants et descendantes d’Imāms, les Imāmzādeh, est elle aussi au cœur des pratiques dévotionnelles des fidèles chiites (Ayaz 2012 ; Betteridge 1992 ; Honarpisheh 2013). Cet espace sacré est néanmoins devenu un objet de tensions et de controverses en février 2020, lorsque les premiers cas officiellement reconnus de Covid-19 ont été identifiés dans la ville d...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Amélie Neuve-Eglise et Mahnaz Tavakoli, « Les saints face au virus : mobiliser les sanctuaires chiites iraniens contre la pandémie de Covid-19 », L’Homme, 241 | 2022, 65-102.

Référence électronique

Amélie Neuve-Eglise et Mahnaz Tavakoli, « Les saints face au virus : mobiliser les sanctuaires chiites iraniens contre la pandémie de Covid-19 », L’Homme [En ligne], 241 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/42235 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.42235

Haut de page

Auteurs

Amélie Neuve-Eglise

Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), Paris – amelie.neuve-eglise@inalco.fr

Mahnaz Tavakoli

Shahid Beheshti University, Téhéran (Iran) – m-tavakoli@sbu.ac.ir

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search