Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Jean Jamin In MemoriamJean Jamin, un éditeur total ou L...

Jean Jamin In Memoriam

Jean Jamin, un éditeur total ou L’esthétique au service de l’anthropologie de la connaissance

Jean Jamin, a Total Editor or Aesthetics at the Service of the Anthropology of Knowledge
Jean Copans
p. 23-36

Texte intégral

  • 1 Cf. Anne Both, « L’anthropologue Jean Jamin est mort », Le Monde, 27 janvier 2022.

1J’ai fréquenté Jean par épisodes, plus ou moins intenses, dont la longue durée manifeste sans doute aucun une affinité permanente et profonde. Mais ces éloignements ou plutôt ces interruptions tiennent plus aux méandres de ma carrière et de mes lieux de résidence qu’à une quelconque volonté de ma part, comme de la sienne d’ailleurs, de couper des liens aussi bien professionnels qu’intellectuels et, bien sûr, amicaux. Des liens qui, le temps d’une correspondance, d’un message, se sont étirés sur plus de trois décennies. Nous avons été constants l’un envers l’autre, mais mes souvenirs se contenteront ici de compléter les récits de la demi-douzaine de chercheurs et de collaboratrices l’ayant fréquenté de façon plus durable, consultables dans le n°241 de la revue L’Homme. Ma volonté de participer, un peu en pointillé, à ces hommages vient toutefois de ma surprise répétée à la lecture de ce premier dossier, comme de la nécrologie publiée par le journal Le Monde1, en constatant l’absence totale ou quasi-totale d’une évocation précise et détaillée de sa direction de la collection « Les Hommes et leurs signes » aux éditions Le Sycomore, entre 1977 et 1984. Il me semble pourtant que le programme Gradhiva (la revue et la collection) chez l’éditeur Jean-Michel Place, si marquant dans l’histoire éditoriale de la discipline de l’anthropologie française des années 1985-2005, n’aurait pas eu la même portée sans l’expérience et, employons le mot au sens propre du terme, l’expérimentation de la collection du Sycomore. Je me permettrai d’ailleurs d’ajouter, à titre tout à fait personnel, que cette collection signifiait également, de façon sibylline, la reconduction d’une autre aventure éditoriale, celle des « Dossiers africains » parus aux éditions François Maspero, sous ma direction et celle de Marc Augé entre 1974 et 1979, et interrompus par l’arrêt des activités de cette maison d’édition au tournant des années 1980.

L’étudiant et le jeune chercheur (années 1970-1977)

2Je ne me souviens pas d’avoir eu Jean comme étudiant à l’École des hautes études en sciences sociales (Ehess), mais je me souviens de l’avoir néanmoins rencontré au cours de la première moitié des années 1970 et de nos discussions sur sa réticence à se faire titulariser à l’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (Orstom). Ayant moi-même refusé ce statut dix ans auparavant pour d’autres raisons, je me sentais très proche de ses préoccupations et de ses inquiétudes. Cela dit, je ne suivais pas du tout ses travaux de recherches de terrain, malgré une mission en Côte d’Ivoire fin 1965. À mes yeux, il restait à ce stade un élève de Georges Balandier et, surtout, de Marc Augé, et il ne m’était en rien redevable pédagogiquement.

  • 2 Contrairement à ce qu’indique le catalogue général de la Bibliothèque nationale, les volumes des «  (...)
  • 3 Paul Mercier avait proposé à Jean Jamin de traiter, pour son mémoire de maîtrise d’ethnologie, la q (...)

3Créée en 1974 aux éditions François Maspero, la collection « Dossiers africains » reprenait et développait des dossiers pédagogiques ronéotés, distribués aux étudiants de la Formation à la recherche en Afrique noire (Fran) du Centre d’études africaines de la VIe section de l’École pratique des hautes études (Ephe) à partir de 1971. Marc Augé et moi-même en étions les co-responsables. Après avoir fait paraître six ouvrages entre 1974 et 1976, je dus partir en 1975 pour deux ans en Amérique du Nord et laissai à Marc Augé le soin de prendre en charge les parutions de 1977. C’est donc à son initiative que furent proposés et acceptés deux manuscrits de jeunes chercheurs de l’Orstom qu’il connaissait et dirigeait. Sortis aux premier et deuxième trimestres de l’année 1977, le second d’entre eux avait pour auteur Jean Jamin et s’intitulait Les Lois du silence. Essai sur la fonction sociale du secret2. Je savais que Jean était parti en mission en pays sénoufo, mais, à cette occasion, je découvris véritablement ses deux autres terrains : la tenderie aux grives des Ardennes et les Mau-Mau kikuyu, sur lesquels cet essai se fonde également3. En ce milieu 1977, Jean Jamin restait donc encore un inconnu pour moi, mais tout allait brusquement changer à mon retour en France.

« Les Hommes et leurs signes » (1977-1984)

  • 4 Jean et moi avons décrit à diverses occasions cet événement. Connaissant les formes d’engagement ra (...)
  • 5 Ancêtre de la Société d’anthropologie de Paris, elle fut fondée en 1799 et disparut vers 1805.
  • 6 Intitulé Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages, (...)
  • 7 Le fondateur et le premier conservateur du musée d’Ethnographie du Trocadéro, en 1877, fut Ernest-T (...)
  • 8 La réédition de 1994 de cet ouvrage comporte deux textes supplémentaires, mais nous avons supprimé (...)

4En effet, c’est à la rentrée de l’année 1977 que Jean m’a contacté pour le seconder dans la direction d’une collection, « Les Hommes et leurs signes », dont Michel Leiris venait d’accepter la responsabilité symbolique4. Ce dernier nous laissa complètement la bride sur le cou. Jean commença par étoffer le comité de direction en faisant appel à deux autres jeunes collègues : Françoise Michel-Jones, qui était assistante en ethnologie à l’Université de Picardie – que je connaissais bien puisque j’y assurais des cours depuis 1970, parallèlement à mes obligations statutaires à l’Ehess –, et Alban Bensa, qui enseignait à Paris 5 sous la direction de Georges Balandier. Mais, de fait, seuls Jean et moi allions en élaborer le programme éditorial, apportant chacun plusieurs projets. Il y eut ma propre thèse de 3e cycle sur les paysans mourides qui, bien que soutenue en juin 1973, n’avait pas encore été publiée à l’époque [cf. Annexe, Copans 1980]. Mais j’avais surtout le projet de publier le texte d’un membre de l’ancienne Société des Observateurs de l’homme5, Joseph-Marie de Gérando (1772-1842)6, que j’avais découvert à la bibliothèque de l’Université Johns Hopkins de Baltimore dans une version anglaise (Gérando 1969 [1800]). Je me souviens avoir été scandalisé qu’on m’ait laissé dans l’ignorance de ce texte fondamental durant toutes mes études universitaires, et qu’aucun des anthropologues français de l’Institut d’ethnologie ou de la VIe section de l’Ephe ne l’ait jamais évoqué en cours, en séminaire ou par écrit. Ce projet de publication enthousiasma et mobilisa Jean au plus haut point : non seulement il retrouva la version republiée par Georges Hervé en 19097, mais il collationna aussi les autres mémoires de la Société des Observateurs de l’homme réédités à cette même époque, et c’est ainsi que nous rédigeâmes ensemble l’introduction d'un recueil de neuf textes oubliés depuis presque un siècle [cf. Annexe, Copans & Jamin 1978]8. Je me souviens également avoir été obligé de photocopier l’ouvrage de Gérando traduit par Francis Moore (Gérando 1969 [1800]) à la bibliothèque de l’Université Laval à Québec, lors d’un passage au printemps 1978, car même cette version plus récente ne se trouvait dans aucune bibliothèque universitaire française !

Couverture de l’ouvrage de Jean Copans & Jean Jamin, eds, Aux origines de l’anthropologie française. Les Mémoires de la Société des Observateurs de l’homme, publié en 1978 aux éditions Le Sycomore, dans la collection « Les Hommes et leurs signes »

Couverture de l’ouvrage de Jean Copans & Jean Jamin, eds, Aux origines de l’anthropologie française. Les Mémoires de la Société des Observateurs de l’homme, publié en 1978 aux éditions Le Sycomore, dans la collection « Les Hommes et leurs signes »

5Autant mon expérience des « Dossiers africains » m’avait procuré un rare plaisir, y compris celui de discuter très fréquemment avec François Maspero, féru d’ethnologie qui avait suscité par ailleurs la collection « Bibliothèque d’anthropologie » dirigée par Maurice Godelier, autant la gestion de notre collection par Pierre Vallaud, l’éditeur exécutif de la maison d’édition Le Sycomore, fut un vrai calvaire, non seulement pour moi mais, surtout, pour Jean. Il n’y eut pas un ouvrage qui ne soulevât des problèmes pratiques et techniques, auxquels nous devions faire face de manière souvent impromptue et sans disposer d’une quelconque autorité reconnue par l’éditeur. La préparation des manuscrits, les conditions de la mise en page et de l’impression étaient catastrophiques. Nous découvrîmes que le choix du papier ou, à l’autre bout de la chaîne, la distribution et la diffusion dépendaient d’un budget variable, soumis peut-être à la réussite ou non des affaires du commanditaire. Par ailleurs, nous nous trouvions aux tout débuts de la photocomposition et Le Sycomore faisait les frais d’une imprimerie probablement rachetée à bas prix, qui fonctionnait de manière quasi informelle en devant parvenir à un équilibre entre les techniques d’hier en très mauvais état matériel et les technologies de demain encore balbutiantes et mal maîtrisées. Jean se lança à corps perdu dans cette aventure et il n’est pas étonnant qu’il se soit enrichi en ce début des années 1980 d’un indéniable capital d’expertise et de compétence, valorisées dans la suite de sa carrière éditoriale aux éditions Jean-Michel Place et à L’Homme. Il me faut ajouter que c’était Jean qui se chargeait de trouver les préfaciers, les traducteurs et, plus tard, des spécialistes d’autres membres de la Société des Observateurs de l’homme pour de nouveaux ouvrages. C’est également lui qui, inspiré par un ouvrage qu’il avait vu quelque part, fut à l’origine du style de la couverture qui frappa si favorablement tous les lecteurs de la collection.

  • 9 Je ne me souviens que d’un seul désaccord éditorial entre Jean et moi, lorsqu’il a insisté pour ref (...)

6La ligne éditoriale de la collection se déclina en trois axes [cf. la liste des titres en Annexe] : deux récits de voyage (Robert James Fletcher et Adelbert von Chamisso) ; trois essais d’histoire des sciences sociales (Jean Copans & Jean Jamin, Thierry Gineste et Jacques Postel) ; dix études ethnologiques (André Schaeffner, Michel Leiris, Julian Pitt-Rivers et Denise Paulme pour les années 1930-1970, Françoise Michel-Jones, Christian Deverre, Jean Copans, Edmond Ortigues et Jean-Marie Gibbal pour les années 1970 et Jean-Loup Amselle pour un essai polémique collectif contemporain)9. Georges Balandier nous fit savoir que cette diversité frisait l’éclectisme et qu’il n’en comprenait pas du tout la démarche programmatique. Il fit preuve de la même réserve à cet égard lorsqu’il refusa d’enregistrer un « Grand Entretien », qui devait constituer la première étape d’un projet d’histoire orale rapportant les témoignages de maîtres de l’anthropologie française de la seconde moitié du xxe siècle. Jean Jamin réussit bien plus tard, en 1987, et avec la collaboration de l’anthropologue américaine Sally Price, à obtenir un entretien de cet ordre avec Michel Leiris (Leiris 1992).

  • 10 Elle participait alors au groupe de recherche animé par András Zempléni, tout comme Edmond Ortigues (...)

7Ma proximité avec Jean s’enrichit à cette période d’une ou deux invitations familiales réciproques. C’est en ces occasions que je pus rencontrer son épouse, Jacqueline Rabain – dont j’admirais les remarquables recherches de terrain en pays wolof sénégalais (1979)10 –, et que je reçus la seconde édition de La Tenderie aux grives (Jamin 1979) – car je ne possédais pas la première version et ne l’avais pas encore lue –, dont je conserve surtout sa dédicace en mémoire : « Pour Jean Copans, Aux origines d’un ethnologue, Bien amicalement ».

8Toutefois, au début des années 1980, nos chemins vont se séparer à nouveau à cause de mon déménagement de Paris vers Amiens et, donc, de ma moins grande disponibilité parisienne. De toutes les manières, je considérais que Jean gérait au mieux la collection, qu’elle était devenue de fait la sienne et, qu’en un sens, il n’avait plus besoin de ma collaboration, ayant épuisé pour ma part l’arriéré de manuscrits à publier. Je me souviens avoir visité avec lui, après la mise en liquidation de l’éditeur vers 1984, un hangar en banlieue où étaient stockés tous les invendus qui avaient été saisis. Il nous avait malheureusement été impossible, en raison de cette situation judiciaire, de récupérer le moindre exemplaire de notre collection.

Un éloignement temporaire (1980-1996)

  • 11 Depuis ma participation à un colloque organisé au Cap en juillet 1985, je m’étais éloigné du Sénéga (...)

9Malgré mon vif intérêt pour l’histoire de l’anthropologie et de ses origines, je reste avant tout un anthropologue de l’Afrique contemporaine et, j’ose ajouter, d’une Afrique élargie à ses sphères anglophone et lusophone11. Tout en suivant les évolutions de l’ethnologie et de l’anthropologie française, Jean était devenu un africaniste au second degré dans la mesure où il ne parcourait plus les terrains de ce continent ; il était surtout devenu un historien des débuts des études africaines, puisque c’est lui qui, en 1996, publiera l’ensemble des écrits africanistes de Michel Leiris (1996).

  • 12 Il avait également évoqué la possibilité d’une réédition en format poche dans la collection « Pluri (...)

10Cependant, je continuai de me tenir au courant des activités de Jean et, notamment, de sa fondation, en 1986 avec Michel Leiris, de la revue Gradhiva et de la collection « Les Cahiers de Gradhiva ». Je recevais et lisais la revue, tout en m’informant des parutions nombreuses des « Cahiers ». En 1994, il me contacta pour que nous réalisions conjointement, comme en 1978, la réédition dans cette collection de l’ouvrage Aux origines de l’anthropologie française, qu’il estimait fondamental, afin qu’il reste disponible dans les librairies. Je lui fus très reconnaissant tant de sa décision que de refaire appel à moi, alors qu’il aurait pu procéder à cette réédition sans me consulter12. Cependant, je restai extérieur à ses activités collectives de recherches, car je n’étais en rien un spécialiste du domaine qui l’intéressait désormais. J’ai tout de même su que Jean était passé du Musée de l’Homme à l’Ehess mais, ayant quitté administrativement cette dernière en 1990, je n’ai, à mon grand regret, pu contribuer à son élection au poste de maître de conférence (sans doute me serais-je d’ailleurs mobilisé pour qu’il soit élu directement au poste de directeur d’études au vu de la richesse et de l’ampleur de sa carrière à cette date).

  • 13 Créée en 1993 par Jean-Claude Passeron, cette revue a d’abord été publiée par le Centre d’enquêtes (...)

11Courant 1997, je fus contacté par le nouveau président de l’Ehess, l’historien Jacques Revel que je connaissais depuis très longtemps, qui me demandait de rédiger un rapport d’évaluation pour le comité de lecture de la revue Enquête, dont j’étais un lecteur assidu depuis le premier numéro paru en 199513. À cette occasion et en présence de Jean-Claude Passeron, Jacques Revel sollicita mon avis sur Jean Jamin qui était pressenti pour prendre la direction de L’Homme après le départ de Jean Pouillon – à la demande duquel je publiais des comptes rendus dans L’Homme depuis 1965.

Les nouveaux habits de L’Homme (1997-2015)

12Je recommandai vivement Jean Jamin à Jacques Revel pour toutes ses qualités d’éditeur d’ouvrages et de revues, et aussi pour ses grandes connaissances techniques et typographiques. J’ajoutai que je l’avais vu à l’œuvre, qu’il ne rechignait pas à la tâche et que, surtout, il savait lire et corriger un texte, débusquant toutes les incongruités orthographiques et stylistiques. Bref, je le présentai comme un éditeur total, déjà formé, qui n’en ferait peut-être parfois qu’à sa tête, mais qui était d’abord un professionnel, « prêt à l’emploi » en quelque sorte, capable de prendre la suite de Jean Pouillon au pied levé. J’insistai d’autant plus que Jacques Revel m’avait également signalé que Françoise Héritier se serait montrée réticente face à cette candidature et qu’il avait besoin de bons arguments pour la défendre. Il est évident, un quart de siècle plus tard, que Jamin s’est avéré la personne idéale pour occuper ce poste.

13Jean a tenu assez rapidement à me faire collaborer à nouveau à L’Homme, après une éclipse de plus de vingt ans. Il commença par me demander un compte rendu du dernier livre de Robert Jaulin, L’Univers des totalitarismes (1995). Or, outre que les relations s’étaient tendues entre cet auteur et moi à la suite de débats sur l’ethnocide et l’anthropologie marxiste, son ouvrage n’était qu’une collection hétéroclite de textes et de brouillons très peu anthropologiques. J’en proposai donc une recension extrêmement sévère, que Jean refusa, estimant que cet ouvrage très discutable ne méritait finalement pas un compte rendu en bonne et due forme dans L’Homme. Il continua cependant à me faire confiance en me sollicitant à deux reprises en tant que spécialiste d’anthropologie politique : d’abord pour rédiger un « À Propos » sur un recueil d’articles de journaux de Marcel Mauss (Copans 1999), puis pour faire le compte rendu de l’ouvrage collectif dirigé par Marc Abélès et Henri-Pierre Jeudy, Anthropologie du politique (Copans 2000). Il me confia d’autres comptes rendus mais, à ma grande honte, je ne tins pas mes engagements malgré la réception de plusieurs ouvrages, qui resteront donc dans le purgatoire des ouvrages non recensés. Par ailleurs, il m’a à cette même période sensibilisé et mobilisé face à la menace du dépeçage des collections du Musée de l’Homme et du Musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie de la Porte-Dorée, tandis qu’il était question de créer un nouveau musée des arts dits « premiers » sur le quai Branly. On sait ce qu’il en advint.

  • 14 D’après André Mary (2019), il faut se reporter aux commentaires de Denis Hollier, responsable de l’ (...)

14Depuis 1990, Jean était devenu l’exécuteur testamentaire des écrits de Michel Leiris. Il m’adressa en service de presse un exemplaire de l’ouvrage Miroir de l’Afrique, dont il venait de coordonner la réédition aux éditions Gallimard (Leiris 1996). Il me demanda alors si j’étais disposé, en tant que spécialiste des classes ouvrières et laborieuses africaines, à assurer l’édition du rapport de la mission Lucas (du nom d’un inspecteur général des colonies). Cette mission avait été effectuée par le géographe communiste Jean Dresch et Michel Leiris (ainsi que par un agronome) entre le 26 février et le 10 mai 1945, auxquels on avait confié la tâche de faire le point sur le travail forcé dans les plantations coloniales de Côte d’Ivoire. Mais le projet d’édition du rapport en tant que tel fut finalement abandonné14.

  • 15 Une nouvelle version de cet article est parue quelques années plus tard dans Une anthropologie du j (...)

15Lorsque paraît, en 2010 et en collaboration avec Patrick Williams, Une anthropologie du jazz (Jamin & Williams 2010), je me suis rendu compte que je n’avais que vaguement eu connaissance du numéro thématique Jazz et anthropologie sorti neuf ans plus tôt (Jamin & Williams, eds 2001) et dont ce livre reprenait certains articles. Là encore, occupé par des responsabilités très prenantes à Paris-Descartes, j’avais « raté » Jamin, alors que lui-même n’avait pas cru bon de me contacter, pensant que je devais être assez motivé pour me joindre spontanément à leur entreprise, ce qui, paradoxalement, n’avait pas été le cas. Bien sûr, je n’ignorais pas l’ancienneté de l’intérêt de Jean pour la musique en général et, notamment, pour les renaissances musicales des premières décennies du xxe siècle – l’édition d’une anthologie des travaux d’André Schaeffner dans la collection « Des Hommes et leurs signes », dès 1980 [cf. Annexe], en est un témoignage probant. Si je me sens si coupable et utilise ce terme de « paradoxalement », c’est que mon père Sim Copans, d’origine américaine, a été l’un des promoteurs du jazz moderne dès son arrivée en France en juin 1944. Sa carrière de vulgarisateur jazzistique est bien connue et Jean n’a pas manqué de le mentionner dans son article « Au-delà du Vieux Carré : idées du jazz en France » (Jamin 2001 : 287)15, ce qui m’avait alors particulièrement touché.

16Nous nous sommes retrouvés lors d’un colloque tenu à Marseille en 2007 et je crois que c’est à cette occasion que nous nous sommes vus pour la dernière fois. Enfin, il me contacta au moment de son « licenciement » déguisé de L’Homme, qui ne m’avait surpris qu’à moitié. Peut-être ai-je signé une lettre ou une pétition ? Je ne sais plus.

L’anthropologie de Jean Jamin

17Avant d’arriver au bout de ce cheminement des souvenirs, il me faut procéder à une comparaison rapide entre les préférences thématiques de Jean et les miennes, et expliquer pourquoi elles ont pu se croiser voire aller de concert, mais sans jamais vraiment converger. La variété de ses centres d’intérêt répondait à ma dispersion permanente. Pour ce qui est de la discipline, je suis probablement resté un petit-fils des anthropologies anglo-saxonnes fondatrices et de leurs versions françaises passées au tamis de l’anthropologie dynamique de Georges Balandier et de Paul Mercier. Jean était bien plus sensible que moi aux parallèles existant entre arts et anthropologie. La musique, la littérature et même la peinture ou le dessin constituaient son premier univers, l’anthropologie ne venant finalement qu’en second, comme une grille de lecture nécessaire pour ennoblir le caractère mondain de ces activités esthétiques en leur fournissant une traduction, sinon objective, du moins plus réflexive. Il préférait le regard du voyageur à la démarche objectiviste de l’enquête ethnologique, d’où son attrait pour les considérations de Joseph-Marie de Gérando, qui rassemblait ces deux expériences.

  • 16 Il convient toutefois de rappeler la forte tradition de l’écriture ethnologique à la française (san (...)

18Dès 1966 dans L’Homme (Copans 1966), j'ai manifesté mon grand intérêt pour les pratiques et les méthodes de l’enquête, et, par conséquent, pour son écriture au sens premier du terme. Jean Jamin réagira au mouvement postmoderne et déconstructiviste lors de la codirection, avec Françoise Zonabend, d’un dossier du numéro d’Études rurales consacré au texte ethnographique, sans céder aux dérives d’une science purement subjective et rhétorique (Zonabend & Jamin 1985). Mais il ne se penchait pas pour autant sur le détail scriptural de la démarche de terrain elle-même, comme le feront à peu près au même moment les collègues et collaborateurs de Roger Sanjek dans leur remarquable Fieldnotes (1990)16. En effet, Jean avait quitté l’expérience empirique directe depuis longtemps, or il m’a toujours semblé qu’il était impossible de se contenter de lire les autres pour apprendre à écrire les autres.

19Un point nous a rassemblés sans aucun doute : la volonté de retourner à la racine des idées et des pratiques. J’aurais été bien incapable de produire à moi tout seul, ou en collaboration avec un autre de mes amis anthropologues des années 1970, l’ouvrage Aux origines de l’anthropologie française [cf. Annexe, Copans & Jamin 1978]. L’actualité inattendue et frappante d’un texte oublié nous fascinait tous les deux. Jean préférait les textes anciens parce qu’il y avait de fortes chances pour qu’ils ne soient pas encore pris dans les rets des institutions et des obligations administratives. Pour ma part, je prenais beaucoup plus de précautions à l’égard des acteurs originels de l’ethnologie française, notamment de l’Entre-deux-guerres, du fait de la faiblesse de leur réflexivité méthodologique ou conceptuelle même sous une forme littéraire.

  • 17 Prononcée à l’Association des travailleurs scientifiques, le 7 mars 1950 à Paris.
  • 18 Cf. néanmoins Jean Jamin (2015) et André Mary (2019).

20Un second point nous distinguait : celui de l’engagement « politique » de la discipline et/ou des chercheurs ethnologues. Dès décembre 1970, je citai la conférence de Michel Leiris intitulée « L’ethnographe devant le colonialisme » (1950)17 dans mon étude « Pour une histoire et une sociologie des études africaines » (Copans 1971). Ce texte est toujours resté entouré d’un certain mystère, alors même qu’Aimé Césaire, Claude Lévi-Strauss ou encore Jean Rouch avaient assisté à cette conférence18. Jean n’a pas cru bon de l’intégrer à Miroir de l’Afrique (Leiris 1996), alors que le texte est court et qu’il est à l’évidence africaniste de par ses références. Ce texte est resté largement méconnu bien que Leiris l’ait repris comme l’une de ses cinq études d’ethnologie en 1969. J’en ai d’ailleurs analysé la portée pour situer l’anticolonialisme d’un Balandier ou d’un Bourdieu, ainsi que de Leiris (Copans 2016a et b).

  • 19 Et ce, alors qu’aucun historien n’avait jusque-là cru bon de se pencher sur cette Société. Le seul (...)

21Pour terminer, je souhaiterais rappeler que Jean et moi-même avons été à plusieurs reprises pris à partie par des historiens polémiquant sur notre édition des textes de la Société des Observateurs de l’homme [cf. Annexe, Copans & Jamin 1978]. Les premières critiques furent formulées, dès 1978, par certains collègues de l’Ehess qui pensaient que c’était aux historiens, des sciences ou non, de faire l’histoire de l’anthropologie et que nous n’étions pas du tout qualifiés pour mener une telle recherche19. Certes André Burguière, qui avait participé à l’aventure pluridisciplinaire de l’enquête sur le village breton de Plozévet, avait émis un avis positif dans son compte rendu de notre ouvrage paru dans Le Nouvel Observateur du 23 avril 1979. Mais, bien plus tard, un autre historien, Jean-Luc Chappey, auteur d’une thèse sur la Société des Observateurs de l’homme (Chappey 2002), consacra plusieurs pages à nous dénier toute compétence, y compris en matière d’ethnologie à propos de nos remarques sur la portée concrète et méthodologique des Considérations de Gérando [1800], élaborées de manière purement abstraite sans une quelconque expérience préalable de terrain. Pour lui, elles n’avaient aucun sens, ni analytique ni pratique, puisqu’il n’y avait pas eu d’enquête ethnologique, alors que j’avais pourtant consacré plus de la moitié de notre introduction à expliciter le sens possible de ces instructions d’enquêtes pré-professionnelles. Jean me tint au courant en temps réel des nombreux allers et retours épistolaires qui s’ensuivirent avec cet historien, sollicitant mon soutien qui lui était évidemment acquis dès le départ.

22Jean Jamin a incontestablement laissé derrière lui une œuvre riche et inclassable, se prêtant à de perpétuelles variations et à des explorations aussi minutieuses qu’originales. Mais il ne faut pas oublier d’y ajouter ce cabinet de curiosités éditoriales, souvent occulté dans les curriculum vitae académiques et les rapports d’activité bureaucratiques. Il fut d’abord un éditeur total, grâce à quoi il a pu laisser s’exprimer pleinement et ouvertement non seulement son sens esthétique et créatif, mais aussi son goût pour une anthropologie de la connaissance savante et culturelle, gouvernée par l’amour des harmonies visuelles et sonores aussi bien qu’intellectuelles. Arrêtons-nous donc une dernière fois pour honorer encore l’homme et les signes dont il s’est entouré sa vie durant, qui lui furent si chers.

ANNEXE – Ouvrages parus dans la collection “Les Hommes et leurs signes”

ANNEXE – Ouvrages parus dans la collection “Les Hommes et leurs signes”
Haut de page

Bibliographie

Balandier, Georges
1960 « Préface », in Jomo Kenyatta, Au pied du mont Kenya. Trad. de l’anglais par Gabriel Marcu et Pierre Balta. Paris, François Maspéro (« Textes à l’appui ») : 7-21.

Chappey, Jean-Luc
2002 La Société des Observateurs de l’homme, 1799-1804. Des anthropologues au temps de Bonaparte. Paris, Société des études robespierristes (« Bibliothèque d’histoire révolutionnaire » 5).

Copans, Jean
1966 « La monographie en question », L’Homme 6 (3) : 120-124. En libre accès : https://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1966_num_6_3_366824

Copans, Jean
1971 « Pour une histoire et une sociologie des études africaines », Cahiers d’études africaines 43 : 422-447. En libre accès : https://www.persee.fr/doc/cea_0008-0055_1971_num_11_43_2794

Copans, Jean
1999 « Œuvre secrète ou œuvre publique ? Les écrits politiques de Marcel Mauss », L’Homme 150 : 217-220. En libre accès : https://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1999_num_39_150_453577

Copans, Jean
2000 « Compte rendu de Marc Abélès & Henri-Pierre Jeudy, eds, Anthropologie du politique », L’Homme 153 : 303-305. En libre accès : https://journals.openedition.org/lhomme/17

Copans, Jean
2016a « Leiris et Balandier face à la situation coloniale des années 1950 : entre dévoilements socio-politiques et redéfinitions disciplinaires », Raison présente 199 : 61-73.

Copans, Jean
2016b « M. Leiris, G. Balandier face à la situation coloniale des sociétés africaines des années 1950 », Revue des sciences sociales 56 : 68-79. En libre accès : https://journals.openedition.org/revss/418

Copans, Jean
2021 « Les voyages africains de Sim (Copans) ou l’homme qui revenait du chaud (1963-1975) », Revue française d’études américaines 169 : 95-111.

Damon, Maurice
1971 Les Jasseries des monts du Forez. Lyon, Université de Lyon, thèse de doctorat.

Gérando, Joseph-Marie de
1969 [1800] The Observation of Savage People. Transl. by Francis C. T. Moore, with a pref. by Edward. E. Evans-Pritchard. Berkeley, University of California Press.

Gusdorf, Georges
1978 Les Sciences humaines et la pensée occidentale, 8. La conscience révolutionnaire, les idéologues. Paris, Payot (« Bibliothèque scientifique »).

Jamin, Jean
1973 Contacts et antagonismes culturels en pays kikuyu (Kenya). Paris, Institut d’ethnologie (« Archives et documents » 72).

Jamin, Jean
1977 Les Lois du silence. Essai sur la fonction sociale du secret. Paris, François Maspero (« Dossiers africains »).

Jamin, Jean
1979 La Tenderie aux grives chez les Ardennais du plateau. Paris, Institut d’ethnologie (« Mémoires de l’Institut d’ethnologie » 18).

Jamin, Jean
2001 « Au-delà du Vieux Carré : idées du jazz en France », L’Homme 158-159 : Jazz et anthropologie : 285-300. En libre accès : https://journals.openedition.org/lhomme/pdf/114

Jamin, Jean
2015 « L’ethnographe devant le colonialisme », in Agnès de la Beaumelle, Marie-Laure Bernadac & Denis Hollier, eds, Leiris and Co. Catalogue de l’exposition présentée au Centre Pompidou-Metz du 3 avril au 14 septembre 2015. Paris, Gallimard-Centre Pompidou-Metz : 254-257.

Jamin, Jean & Patrick Williams
2010 Une anthropologie du jazz. Paris, Cnrs Éd.

Jamin, Jean & Patrick Williams, eds
2001 L’Homme 158-159 : Jazz et anthropologie. Paris, Éd. de l’Ehess.

Jaulin, Robert
1995 L’Univers des totalitarismes. Essai d’ethnologie du « non-être ». Préf. de Jean-Toussaint Desanti. Paris, Louis Talmart.

Leiris, Michel
1934 L’Afrique fantôme. Paris, Gallimard (« Les Documents bleus. Série In-octavo : notre temps » 12).

Leiris Michel
1950 « L’ethnographe devant le colonialisme », Les Temps Modernes 58 : 357-374. [Repris in Cinq Études d’ethnologie. Paris, Gonthier-Denoël, 1969 : 83-112.]

Leiris, Michel
1992 C’est-à-dire. Entretien avec Sally Price et Jean Jamin, suivi de : Titres et travaux. Paris, Jean-Michel Place (« Les Cahiers de Gradhiva » 21).

Leiris, Michel
1996 Miroir de l’Afrique. Éd. par Jean Jamin, avec la collab. de Jacques Mercier. Paris, Gallimard (« Quarto »).

Leiris, Michel
2003 La Règle du jeu. Éd. par Denis Hollier, avec la collab. de Jean Jamin et al. Paris, Gallimard (« Bibliothèque de la Pléiade » 499).

Mary, André
2019 « Face au colonialisme, en situation : l’ethnologue Leiris et le sociologue Balandier », in Christine Laurière & André Mary, eds, Ethnologues en situations coloniales. Paris, Berose-Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie (« Les Carnets de Bérose » 11) : 18-44. En libre accès : https://www.berose.fr/article1687.html

Rabain, Jacqueline
1979 L’Enfant du lignage. Du sevrage à la classe d’âge chez les Wolof du Sénégal. Préf. par Edmond Ortigues. Paris, Payot (« Bibliothèque scientifique »).

Sanjek, Roger, ed.
1990 Fieldnotes. The Makings of Anthropology. Ithaca, Cornell University Press.

Vincent, Bernard, ed.
2001 Revue française d’études américaines Hors-série : « Play it again Sim… » Hommages à Sim Copans. Paris, Belin. En libre accès : https://www.cairn.info/revue-francaise-d-etudes-americaines-2001-5.htm

Zonabend, Françoise & Jean Jamin, eds
1985 Études rurales 97-98 : Le texte ethnographique. Paris, Éd. de l’Ehess : 9-114. En libre accès : https://www.persee.fr/issue/rural_0014-2182_1985_num_97_1

Haut de page

Notes

1 Cf. Anne Both, « L’anthropologue Jean Jamin est mort », Le Monde, 27 janvier 2022.

2 Contrairement à ce qu’indique le catalogue général de la Bibliothèque nationale, les volumes des « Dossiers africains » ne sont pas numérotés, même s’il s’agit bien du huitième volume de la collection.

3 Paul Mercier avait proposé à Jean Jamin de traiter, pour son mémoire de maîtrise d’ethnologie, la question des Mau-Mau (Jamin 1973), dont par ailleurs Georges Balandier était devenu le spécialiste français en préfaçant, dès 1960, Au pied du mont Kenya, traduction du Facing Mount Kenya. The Tribal Life of the Gikuyu de Jomo Kenyatta (Balandier 1960). Ce mémoire compte 250 pages et le troisième chapitre des Lois du silence consacré au cas mau mau fait plus du double de chacun des deux chapitres précédents.

4 Jean et moi avons décrit à diverses occasions cet événement. Connaissant les formes d’engagement radical de Michel Leiris (signataire du Manifeste des 121 pour le droit à l’insoumission pendant la guerre d’Algérie, soutien de la Cuba castriste et du peuple palestinien), un homme d’affaires libanais sollicita sa contribution pour le mouvement palestinien. Leiris lui offrit une gravure provenant de la galerie d’art de son épouse, Louise Leiris, en remerciement de quoi cet homme d’affaires lui proposa de diriger une collection d’ethnologie pour la maison d’édition qu’il venait de fonder : Le Sycomore. Au fil du temps le catalogue de cette dernière se fit remarquer par son ampleur et son éclectisme : littérature et poésie (y compris des romans policiers, comme ceux du commissaire Montalbano qui y fait ses premières armes), sciences sociales critiques et néo-marxistes, textes classiques et même ouvrages de cuisine !

5 Ancêtre de la Société d’anthropologie de Paris, elle fut fondée en 1799 et disparut vers 1805.

6 Intitulé Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages, cet écrit est daté du 28 fructidor an VIII (15 septembre 1800).

7 Le fondateur et le premier conservateur du musée d’Ethnographie du Trocadéro, en 1877, fut Ernest-Théodore Hamy, qui était par ailleurs membre de la Société d’anthropologie de Paris. On lui doit l’exhumation des archives de la Société des Observateurs de l’homme, mais c’est Georges Hervé, également membre de la Société d’anthropologie et professeur à l’École d’anthropologie de Paris, qui publia ces textes, d’abord dans la Revue d’anthropologie, puis dans les Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris.

8 La réédition de 1994 de cet ouvrage comporte deux textes supplémentaires, mais nous avons supprimé la préface de Jean-Paul Faivre. Ce dernier était un historien de la découverte et de la colonisation des îles du Pacifique et de l’océan Indien, ainsi que des voyages maritimes dans ces régions au xixe siècle. Il a notamment étudié l’expédition Baudin du début du xixe  siècle, qui devait concrétiser les ambitions scientifiques de la Société des Observateurs de l’homme. L’expédition se rendra jusqu’en Australie et en Tasmanie.

9 Je ne me souviens que d’un seul désaccord éditorial entre Jean et moi, lorsqu’il a insisté pour refuser la publication d’une thèse d’ethnologie rurale française sur un village du Forez, Roche, fournisseur du lait de vache destiné aux fromageries de la fourme de Montbrison (Damon 1971). Ce manuscrit m’avait pourtant paru excellent et les étudiants de la Fran en firent un excellent usage lors de leur stage dans cette localité, en 1981. Je n’ai toujours pas compris les raisons de ce refus à mon sens très peu justifié.

10 Elle participait alors au groupe de recherche animé par András Zempléni, tout comme Edmond Ortigues, préfacier de son ouvrage. Un recueil de textes de ce dernier paraîtra dans la collection « Les Hommes et leurs signes » en 1980 [cf. Annexe].

11 Depuis ma participation à un colloque organisé au Cap en juillet 1985, je m’étais éloigné du Sénégal pour devenir, jusqu’au tournant des années 2000, spécialiste de l’Afrique du Sud.

12 Il avait également évoqué la possibilité d’une réédition en format poche dans la collection « Pluriel » (Fayard), que dirigeait à l’époque notre ancien éditeur Pierre Vallaud. Ce projet restera sans suite.

13 Créée en 1993 par Jean-Claude Passeron, cette revue a d’abord été publiée par le Centre d’enquêtes et de recherches sur la culture, la communication, les modes de vie et la socialisation (Cercom) au centre de la Vieille Charité à Marseille, puis, à partir de 1995, par les éditions Parenthèses avec le soutien de l’Ehess, sous le titre Enquête. Anthropologie, histoire, sociologie.

14 D’après André Mary (2019), il faut se reporter aux commentaires de Denis Hollier, responsable de l’édition de La Règle du jeu (Leiris 2003), pour avoir une connaissance plus précise de cette mission à partir des notes de Leiris et du rapport attribué en fait à Dresch (Mary 2019 : 41, notes 13 à 16).

15 Une nouvelle version de cet article est parue quelques années plus tard dans Une anthropologie du jazz, dans laquelle Jean a étoffé son commentaire et ajouté une note de douze lignes analysant très subtilement le travail de mon père (Jamin & Williams 2010 : 259, note 6). Cette note renvoie notamment au numéro hors série de la Revue française d’études américaines (Vincent 2001), où plusieurs auteurs lui rendent aussi hommage. Rappelons qu’il existe à Souillac (Lot) un festival de jazz « Sim Copans » depuis 1975. Voir aussi Jean Copans (2021).

16 Il convient toutefois de rappeler la forte tradition de l’écriture ethnologique à la française (sans équivalent dans le monde anglo-saxon), qui remonte justement à L’Afrique fantôme de Leiris (1934), puis à la collection « Terre humaine » lancée en 1955. J’en ai toujours été personnellement très méfiant et c’est probablement sur ce point que je me sens le plus en opposition avec Jean. Mais nous n’en avons jamais véritablement discuté du point de vue tant épistémologique que sociologique.

17 Prononcée à l’Association des travailleurs scientifiques, le 7 mars 1950 à Paris.

18 Cf. néanmoins Jean Jamin (2015) et André Mary (2019).

19 Et ce, alors qu’aucun historien n’avait jusque-là cru bon de se pencher sur cette Société. Le seul examen sérieux à l’époque avait été effectué par le philosophe et épistémologue Georges Gusdorf dans un ouvrage sur les idéologues, publié en 1978 alors que nous rédigions notre introduction.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de l’ouvrage de Jean Copans & Jean Jamin, eds, Aux origines de l’anthropologie française. Les Mémoires de la Société des Observateurs de l’homme, publié en 1978 aux éditions Le Sycomore, dans la collection « Les Hommes et leurs signes »
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/42514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre ANNEXE – Ouvrages parus dans la collection “Les Hommes et leurs signes”
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/42514/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Jean Copans, « Jean Jamin, un éditeur total ou L’esthétique au service de l’anthropologie de la connaissance », L’Homme, 242 | 2022, 23-36.

Référence électronique

Jean Copans, « Jean Jamin, un éditeur total ou L’esthétique au service de l’anthropologie de la connaissance », L’Homme [En ligne], 242 | 2022, mis en ligne le 25 août 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/42514 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.42514

Haut de page

Auteur

Jean Copans

Université de Paris-Cités, Paris – copans.jean@orange.fr

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search