Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Jean Jamin In Memoriam« Il faudrait que je demande à Ja...

Jean Jamin In Memoriam

« Il faudrait que je demande à Jamin »

“I’ll Need to Ask Jamin”
Jean-Paul Colleyn
p. 37-44

Texte intégral

  • 1 « Mettons » parce que, dans les deux cas, ces ethnonymes sont aussi des exonymes, « donnés de l’ext (...)
  • 2 Le travail de directeur de collection, de revues ou d’éditeur (« Les Hommes et leurs signes », Grad (...)

1Jean Jamin a été pour moi un compagnon de route. Je l’ai croisé au Musée de l’Homme dans les années 1980, puis fréquenté dix ans plus tard à l’École des hautes études en sciences sociales (Ehess), dans la mouvance intellectuelle de Marc Augé. Nos expériences de terrain – entre les Sénoufo (mettons) et les Minianka (mettons)1 – se sont déroulées dans deux milieux culturellement fort proches. Dans les années 2000, nous avons co-animé à l’Ehess un séminaire intitulé « Textes, images et sons ». Pour avoir fait partie, de 2007 à 2016, du comité de rédaction de la revue L’Homme, qu’il a dirigée de main de maître pendant de longues années2, nous avons eu maintes occasions de baliser le champ plutôt éclaté de l’anthropologie. Enfin, toujours dans les années 2000, nous sommes devenus voisins dans le quartier de la rue des Martyrs à Paris, ce qui nous a permis de vérifier que les discussions professionnelles passent aussi par le café. Sur quoi ces discussions portaient-elles ? Très souvent sur l’écriture de l’anthropologie. À ce point qu’aujourd’hui encore, quatre mois après sa disparition, lorsqu’un aspect des histoires respectives de l’anthropologie et de la littérature me pose question, je me dis, avant de me reprendre : « Il faudrait que je demande à Jamin ! »…

  • 3 Cf. notamment Vincent Debaene (2010).
  • 4 Cf. « La “méthode multidimensionnelle” : les trois voies », à propos des enquêtes de Plozévet sur l (...)
  • 5 Nombre d’entre nous furent impressionnés par les carnets de terrain d’Émile Zola, publiés en 1987 p (...)

2Que fait un anthropologue d’une culture étrangère qu’il apprend à connaître, s’interrogeait un jour Clifford Geertz (1995 : 19) ? Il la couche sur le papier et, pourrions-nous ajouter parfois, il fait des films : Textes, images et sons. Depuis la moitié des années 1980, ce qu’on appelle la « littérature spécialisée » de l’anthropologie a été passée au crible de la critique littéraire, ce qui a généré maintes discussions sur une redéfinition de la scientificité (ou de son défaut) et de ses relations avec l’art. Personne n’ignore que d’illustres anthropologues furent, dans des genres très différents, de grands écrivains : Sir James Frazer, Ruth Benedict, Oscar Lewis, Richard Hoggart, Victor Segalen, Michel Leiris, Claude Lévi-Strauss ou Clifford Geertz3. Mais ces mêmes anthropologues-auteurs furent souvent aussi des lecteurs originaux d’œuvres littéraires ; ce fut également le cas de Jean Jamin. Plusieurs anthropologues britanniques ont exprimé leur admiration pour des écrivaines telles que George Eliott et Jane Austen qu’ils considèrent comme des « penseurs » du monde social – un mot qui, et c’est une honte, s’emploie rarement au féminin. Souvenons-nous aussi des réflexions d’Yvonne Verdier sur Thomas Hardy, de Françoise Zonabend sur Raoul Gain, de Marc Augé sur Stendhal ou Flaubert, d’Emmanuel Terray sur ses écrivains « anges gardiens », ou encore d’Edgar Morin lorsqu’il parlait du « stendhalisme sociologique » (pour le nécessaire sens du détail) et du « balzacisme sociologique » (pour la non moins nécessaire vision panoramique)4. Si bien que les anthropologues ne sont pas les seuls à « faire du terrain », les écrivains en font aussi à leur manière5.

3On peut dire que Jean Jamin a apporté un éclairage original sur l’usage que les anthropologues ont pu faire de ce « terrain » des écrivains et sur leurs façons d’exposer les résultats de leurs observations. Essayons, dans les limites qui nous sont données, de saisir cette partie de ses réflexions portant sur les liens (complexes) entre littérature et anthropologie. À ses yeux, l’œuvre littéraire intéresse les sciences humaines :

« Non pas au sens où, à la manière des romans naturalistes, elle serait un document sur la société ou sur la culture, un discours-reflet, un miroir plus ou moins déformant, car plus ou moins grossissant, de la réalité sociale. Mais au sens où, en dilatant, voire en excédant l’expérience que nous pouvons avoir des rapports sociaux, elle permet d’opérer, pour reprendre une expression de Maurice Merleau-Ponty, une variation imaginaire de ceux-ci, au regard de laquelle ils peuvent recevoir une signification neuve » (Jamin 1998 : 207).

4Bien avant que la vague « textualiste » libérée par Clifford Geertz ne déferle sur l’anthropologie, Michel Leiris et Jean Jamin avaient partagé la conviction que derrière tout texte savant transparaissent toujours des questions de langage. Leur longue complicité lorsqu’ils travaillaient ensemble au Musée de l’Homme se traduisait notamment par un amour commun – fût-il méfiant – de la langue et du style littéraire, soutenu tout autant par les mots que par la ponctuation ; ils savaient mieux que quiconque combien une virgule pouvait changer le sens d’une phrase. Comme anthropologues, ils partageaient aussi un certain désenchantement quant à la mystique du terrain qui, depuis Malinowski, constitue la marque de fabrique de l’anthropologie professionnelle. Avec quelques décennies d’écart en effet, ils sont tous deux rentrés d’Afrique désenchantés, en ayant tué deux mythes : celui du voyage comme moyen d’évasion et celui d’un centre unique des normes de rationalité euro-américaines, d’où proviendraient les savoirs constitutifs de la discipline anthropologique.

5Jean fut l'un des premiers en France à accueillir avec sympathie James Clifford, même s’il ne ménagea pas ses critiques à l’égard du (mettons, encore !) postmodernisme. L’un comme l’autre étaient convaincus que le langage des sciences sociales fusionne presque nécessairement avec l’imagination littéraire, sans qu’on doive forcément hurler à la trahison. La charge, qui fut bienvenue, dirigée contre le positivisme passait par la reconnaissance d’une dimension de fiction dans l’ethnographie, non parce qu’elle serait fausse mais parce qu’elle est construite. De plus, même la fiction au sens plein du terme (Colleyn 2005), la feintise, n’est pas mensonge, elle peut encore prétendre dire le vrai sur le monde (Clifford & Marcus 1986 : 24-25 ; Schaeffer 1999). Jacques Bouveresse (2008) avait raison de souligner que la critique sociale que l’on trouve chez des romanciers comme Dickens, Balzac, Flaubert, Proust, Hardy ou Faulkner n’est ni démonstrative ni explicative, qu’elle ne se fonde pas sur des protocoles de vérification, mais qu’elle est d’ordre moral et esthétique. C’est ce qui permet la formulation contradictoire par laquelle on qualifie en même temps les écrivains de « réalistes » et de « visionnaires » (Fabre & Jamin 2012 : 588).

6Le livre de Jean Jamin Littérature et anthropologie (2018) a le grand mérite de lever quelques ambiguïtés relatives aux échanges entre les œuvres de fiction et celles des ethnographes. Jean ne s’intéressait pas trop à l’utilisation des œuvres littéraires en tant que sources historiques, pas trop non plus à celle des travaux scientifiques en tant qu’objets d’une critique littéraire, un peu plus déjà aux dispositifs narratifs, mais bien davantage à une troisième perspective sur laquelle je le laisse s’expliquer lui-même : « [Le roman doit être pris] non comme une source documentaire ou comme un gisement d’informations ethnographiques et historiques, mais comme un objet de l’enquête ethnologique » (Ibid. : 27). Ce qui le passionnait était :

« [C]e que la littérature ou l’art (notamment théâtre, opéra et cinéma) peut apporter à l’anthropologie dans sa compréhension du fait social et culturel, qui n’est donc pas de l’ordre du document ou de l’archive au sens strict, mais, par contrecoup, sur la ou les manières dont celle-ci peut constituer leurs créations en objets d’étude : comment donc parler en anthropologue d’œuvres littéraires et artistiques qui, d’ordinaire, relèvent d’autres compétences, appellent d’autres traitements et supposent d’autres analyses, celles et ceux qui ressortissent à ce que depuis Aristote on a appelé la poétique ? » (Ibid. : 30).

  • 6 Il s’agit de Rashômon et, surtout, de Dans le fourré [Yabu no naka], parues respectivement en 1915 (...)

7Dans son livre magistral sur Faulkner, Jean soulignait la tension existant entre les opinions politiques conservatrices et même racistes de Faulkner et ses thèmes et techniques d’écriture incontestablement novateurs (2011 : 149). Une forme qui est en elle-même un commentaire sur le monde, ce qui n’avait d’ailleurs pas échappé à Tony Morrisson, écrivaine « africaine-américaine » (et prix Nobel de littérature), ni à Édouard Glissant, écrivain martiniquais (il manqua le Nobel d’une voix), lorsqu’ils rendirent, tous deux à leur manière, hommage non à l’homme mais à l’écrivain Faulkner. Le jeu des mémoires discordantes dans Absalon, Absalon ! (Faulkner 1978 [1936]) rappelle les incertitudes du récit dans Rashômon, le film du Japonais Akira Kurosawa (1950) inspiré de deux nouvelles de Ryūnosuke Akutagawa6. Bien que, grâce à son talent, Faulkner fût plusieurs fois recruté par Hollywood, toute son œuvre bafoue les recettes rhétoriques aristotéliciennes sur lesquelles s’appuient d’ordinaire les scénarios hollywoodiens. En effet, chez Faulkner :

« [L]a temporalité, la causalité, le cours de l’histoire sont mis sens dessus dessous, de la même manière que se trouve mise en pièces la logique romanesque classique qui se fonde en grande partie sur l’agencement des actions, la succession des événements et la psychologie des héros dont on attendrait une certaine logique dans et de leurs conduites » (Jamin 2011 : 192).

8Le sous-titre de son Faulkner, « Le nom, le sol et le sang », suffit à en souligner le caractère profondément anthropologique. Reprenant l’idée de « sociétés à maisons » émise par Claude Lévi-Strauss, Jamin y analysait les ratés d’une société déchirée entre un souci (maladif ?) de la pureté de la lignée, d’une part, et le nécessaire mélange, de l’autre :

« Vertigineux William Faulkner qui semble suggérer que l’échec de cette société à maisons se serait logé dans cette idée de l’inceste du deuxième type [le partage par deux consanguins d’un même partenaire sexuel], qu’il fût entre le père et le fils ou entre les frères jumeaux, comme une “séduction de l’image dédoublée de soi-même”, et qui a hanté au sens strict l’intérieur de ces belles demeures » (Ibid. : 183).

9« Tout nom propre est un nom sale » (Ibid. : 160), écrivait-il encore à propos de l’univers de Faulkner, à la fois parce que toute famille cache un secret plus ou moins inavouable, mais aussi parce que la perpétuation du nom exige le mélange avec d’autres lignées, au risque d’en altérer la pureté. Dans Le Bruit et la Fureur, Quentin Compson – et c’est une leçon d’anthropologie de haute portée – observe que « La pureté est un état négatif et par suite contre nature » (Faulkner 1972 [1929] : 145 ; Jamin 2011 : 194).

10À travers ces histoires de familles faulknériennes, nous renouons avec le thème du secret qui avait obsédé le jeune anthropologue lorsqu’il faisait ses premières armes sur le terrain des Sénoufo, presque quarante ans auparavant. Il est étrange que son premier ouvrage, Les Lois du silence (1977), qui est un exemple de déconstruction des dispositifs de pouvoir au cœur des systèmes initiatiques, n’ait pas eu de plus grand retentissement dans la profession, comparé, par exemple, au succès du livre Time and the Other – écrit, il est vrai, en anglais –, dans lequel Johannes Fabian (1983) reprochait aux ethnologues de rejeter les sociétés dites « primitives » dans un irrémédiable passé. Non moins polémique en son temps, Les Lois du silence poussait l’audace jusqu’à suggérer que la boîte noire du secret est vide et que les sacro-saintes structures initiatiques, finalement, ont surtout pour fonction de tromper les initiés. Jamin avait compris pourquoi Sartre, sur le bandeau publicitaire de L’Être et le Néant, avait fait imprimer cette phrase : « Ce qui fait le vase, c’est le vide du milieu ». L’idée était sacrilège. Pour Jamin, chez les Sénoufo Kiembara de Côte d’Ivoire, le statut prépondérant de savoirs secrets a moins pour raison d’être de transmettre une connaissance d’ordre métaphysique que de fonder les divisions sociales hommes/femmes et aînés/cadets. Le secret cacherait surtout un rapport de force. Voilà qui, sans le dire explicitement, s’inscrivait en faux contre les tenants de la célèbre école française d’ethnographie qui, sous la férule de Marcel Griaule, voulaient voir dans les différentes formes de savoir l’expression d’un mythe fondamental, que les ethnologues avaient pour tâche d’exhumer lors de leur enquête et de consigner. Dans son ouvrage, Jamin critiquait donc également les raccourcis psychanalytiques auxquels cèdent les ethnologues lorsqu’ils s’emparent trop rapidement de matériaux ethnographiques pour les moudre à leurs moulins.

11Le thème du secret de famille plane aussi sur le tout dernier livre de Jean, au sein duquel se conjuguent plusieurs de ses fascinations : celle du secret donc, celle des idées théoriques des écrivains de fiction, celle du souci du style (Leiris, Faulkner) et celle de ses propres origines ardennaises. Tableaux d’une exposition (2021) est en effet un roman familial – qui s’inspire de sa propre famille – mais aussi une enquête ethnographique dans « la pointe de Givet », au nord du département des Ardennes, qui fut un fleuron de l’extraction ardoisière et de la métallurgie : « [Ê]tre Ardennais, c’était être ouvrier métallurgiste ou ardoisier » (Ibid. : 79). Dans ce livre à l’écriture époustouflante et à la structure narrative sans doute inspirée du Tandis que j’agonise de Faulkner (1973 [1930]), on est plongés à la fois dans une ambiance de nature à la Giono et dans une chronique ouvrière plus proche de Zola. Mais son principal intérêt réside surtout dans ce que nous apprend, sur son propre monde social, un anthropologue qui s’est volontairement laissé déborder par l’imaginaire littéraire. La boucle est bouclée.

Haut de page

Bibliographie

Bouveresse, Jacques
2008 La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie. Marseille, Agone (« Banc d’essais »).

Clifford, James & George E. Marcus, eds
1986 Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography. Berkeley, University of California Press.

Colleyn, Jean-Paul
2005 « Fiction et fictions en anthropologie », L’Homme 175-176 : Vérités de la fiction : 147-164. En libre accès : https://journals.openedition.org/lhomme/29528

Debaene, Vincent
2010 L’Adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature. Paris, Gallimard (« Bibliothèque des sciences humaines »).

Fabian, Johannes
1983 Time and the Other. How Anthropology Makes its Object. New York, Columbia University Press.

Fabre, Daniel & Jean Jamin
2012 « Pleine page : quelques considérations sur les rapports entre anthropologie et littérature », L’Homme 203-204 : Anthropologie début de siècle : 579-612. En libre accès : https://journals.openedition.org/lhomme/23303

Faulkner, William
1972 [1929] Le Bruit et la Fureur. Trad. de l’anglais par Maurice Edgar Coindreau ; préf. de Valery Larbaud. Paris, Gallimard (« Folio » 162).

Faulkner, William
1973 [1930] Tandis que j’agonise. Trad. de l’anglais par Maurice Edgar Coindreau ; préf. de Valery Larbaud. Paris, Gallimard (« Folio » 307).

Faulkner, William
1978 [1936] Absalon, Absalon ! Trad. de l’anglais par René-Noël Raimbault. Paris, Gallimard (« L’Imaginaire » 33).

Geertz, Clifford
1995 After the Fact. Two Countries, Four Decades, One Anthropologist. Cambridge, Harvard University Press (« The Jerusalem-Harvard Lectures »).

Jamin, Jean
1977 Les Lois du silence. Essai sur la fonction sociale du secret. Paris, François Maspéro (« Dossiers africains »).

Jamin, Jean
1998 « Une société cousue de fil noir », L’Homme 145 : De l’esclavage : 205-220. En libre accès : https://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1998_num_38_145_370425

Jamin, Jean
2011 Faulkner. Le nom, le sol et le sang. Paris, Cnrs Éd.

Jamin, Jean
2018 Littérature et anthropologie. Paris, Cnrs Éd.

Jamin, Jean
2021 Tableaux d’une exposition. Chronique d’une famille ouvrière ardennaise sous la IIIe République. Paris, Nouvelles Éditions Place (« Déborder »).

Schaeffer, Jean-Marie
1999 Pourquoi la fiction ? Paris, Le Seuil (« Poétique »).

Zola, Émile
1987 Carnets d’enquêtes. Une ethnographie inédite de la France. Éd. par Henri Mitterand ; introd. de Jean Malaurie. Paris, Plon (« Terre Humaine » 44).

Haut de page

Notes

1 « Mettons » parce que, dans les deux cas, ces ethnonymes sont aussi des exonymes, « donnés de l’extérieur » par les marchands dioula, les missionnaires et les administrateurs coloniaux.

2 Le travail de directeur de collection, de revues ou d’éditeur (« Les Hommes et leurs signes », Gradhiva et « Les Cahiers de Gradhiva », L’Homme) ne fut pas pour Jean Jamin un contretemps, car la lecture attentive de manuscrits dans l’intention d’en débusquer les failles était à ses yeux un extraordinaire accélérateur d’enrichissement culturel.

3 Cf. notamment Vincent Debaene (2010).

4 Cf. « La “méthode multidimensionnelle” : les trois voies », à propos des enquêtes de Plozévet sur le site du projet Plozarch (https://plozevet.hypotheses.org/plozcorpus/lenquete-dedgar-morin/questions-de-methodes/la-methode-multidimensionnelle-les-trois-voies).

5 Nombre d’entre nous furent impressionnés par les carnets de terrain d’Émile Zola, publiés en 1987 par Jean Malaurie dans la collection « Terre humaine » (Zola 1987).

6 Il s’agit de Rashômon et, surtout, de Dans le fourré [Yabu no naka], parues respectivement en 1915 et en 1922 dans la revue Shinshichō.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Jean-Paul Colleyn, « « Il faudrait que je demande à Jamin » », L’Homme, 242 | 2022, 37-44.

Référence électronique

Jean-Paul Colleyn, « « Il faudrait que je demande à Jamin » », L’Homme [En ligne], 242 | 2022, mis en ligne le 25 août 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/42519 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.42519

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Colleyn

École des hautes études en sciences sociales – Institut des mondes africains (IMAF), Aubervilliers – jean-paul.colleyn@ehess.fr

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search