Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Études & EssaisLa fabrique d’un mythe : Maximian...

Études & Essais

La fabrique d’un mythe : Maximiano José Roberto et la légende de Yuruparí

The Making of a Myth : Maximiano José Roberto and the Legend of Yuruparí
Emilio Frignati
p. 91-120

Résumés

Cet article propose une nouvelle lecture de la genèse littéraire de la légende de Yuruparí, long récit provenant du Nord-Ouest de l’Amazonie, publié à la fin du xixe siècle et qui, de par son style et sa complexité, a fait l’objet d'interprétations les plus diverses et contradictoires. Nous montrons le rôle crucial joué dans cette genèse par Maximiano José Roberto, descendant d’une lignée prestigieuse du groupe ethnique tariana et collaborateur de l’élite savante de Manaus (Brésil), dont le nom a été occulté au moment de la publication. La restitution de la biographie de ce savant métis et de sa collaboration avec le botaniste brésilien João Barbosa Rodrigues et le comte italien Ermanno Stradelli permet d’appréhender le processus d’élaboration de la légende. Une analyse fondée sur un corpus de mythes contemporains et postérieurs révèle que la composition de ce récit comporte une importante dimension intertextuelle. Celle-ci repose sur la transcription et la réécriture de versions orales de mythes recueillis auprès de nombreux spécialistes rituels qui appartenaient à divers groupes ethniques du Vaupés, du rio Negro et du rio Branco. Loin de constituer une invention littéraire aux accents romantiques ou un récit sacré ancien, comme le supposait Claude Lévi-Strauss, cette œuvre condense plusieurs textes préexistants en un récit unique et cohérent. L’étude des transformations du récit qui conduit des mythes à la légende montre qu’un tel projet s’est accompagné d’une tentative de redéfinition politique des identités collectives autochtones dans le contexte colonial de la fin du xixe siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Maximiano José Roberto et le groupe du Museo botânico do Amazonas
Quête d’une version définitive du mythe de Yuruparí et problèmes d’auctorialité
La genèse de la légende : une approche intertextuelle
Le corpus
La transcription d’un mythe tariana comme fondement de la légende
Le mythe des Jacamy : un récit enchâssé
La multiplication des intertextes
Des mythes à la légende : sécularisation et fédéralisme du récit

Aperçu du texte

« [Le] spectre du yuruparí du xixe siècle continue de hanter l’ethnologie […] et l’avisé législateur et héros culturel amazonien n’a pas encore trouvé le repos »
(Reichel-Dolmatoff 1996 : xxix).

C’est dans le deuxième tome des Mythologiques que Claude Lévi-Strauss est pour la première fois confronté au mythe de Yuruparí :

« On connaît plusieurs variantes de ce mythe, dont certaines sont considérablement développées. Nous ne les examinerons pas en détail, car elles paraissent relever d’un autre genre mythologique que les récits populaires, relativement homogènes par le ton et l’inspiration, que nous rassemblons ici pour fournir la matière de notre recherche. Il semble que quelques enquêteurs déjà anciens, aux premiers rangs desquels figurent Barbosa Rodrigues, Amorim, Stradelli, aient pu encore recueillir dans le bassin amazonien, des textes ésotériques relevant d’une tradition savante […]. [L’]existence de traditions orales que leur extrême complexité, l’artifice qui préside à leur com...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Emilio Frignati, « La fabrique d’un mythe : Maximiano José Roberto et la légende de Yuruparí », L’Homme, 242 | 2022, 91-120.

Référence électronique

Emilio Frignati, « La fabrique d’un mythe : Maximiano José Roberto et la légende de Yuruparí », L’Homme [En ligne], 242 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/42599 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.42599

Haut de page

Auteur

Emilio Frignati

École des hautes études en sciences sociales – Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), Paris – frignatie@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search