Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Comptes rendusAndrés Reséndez, Un si étrange pa...

Comptes rendus

Andrés Reséndez, Un si étrange pays. Le voyage extraordinaire de Cabeza de Vaca dans l’Amérique indienne

Jonas Musco
p. 179-181
Référence(s) :

Andrés Reséndez, Un si étrange pays. Le voyage extraordinaire de Cabeza de Vaca dans l’Amérique indienne. Trad. de l’anglais par Paulin Dardel. Toulouse, Anacharsis, 2022, 350 p., notes bibliogr., ill., cartes (« Essais. Histoire »).

Texte intégral

  • 1 Cf. Andrés Reséndez, A Land so Strange. The Epic Journey of Cabeza de Vaca. The Extraordinary Tale (...)

1C’est à un « extraordinaire » voyage auquel nous invite Andrés Reséndez et, extraordinaire, l’histoire présentée l’est assurément. Un si étrange pays est la traduction française de A Land so Strange1 publié en 2007 par l’historien, professeur à l’Université de Californie à Davis. Spécialiste de l’Amérique du Nord hispanique au xixsiècle, Andrés Reséndez poursuit ici l’étude de son aire de prédilection, mais opère cette fois un décalage temporel pour explorer les premiers contacts entre Amérindiens et Européens dans la région. Ce livre porte plus précisément sur le périple mené par le trésorier royal espagnol, Àlvar Nuñez Cabeza de Vaca, entre la Floride et le Mexique, de 1528 à 1535. En neuf chapitres chronologiques, l’auteur donne à son ouvrage la forme d’un récit retraçant habilement, étape par étape, l’aventure du trésorier royal et de ses compagnons. Cet épisode historique est resté toutefois peu documenté, si bien que le livre repose sur deux sources principales, exploitées de longue date par les historiens : le récit de première main rédigé par Cabeza de Vaca et les témoignages que les protagonistes ont livrés aux autorités espagnoles à leur retour. Si les trois premiers chapitres décrivent longuement le contexte de l’expédition, les six suivants présentent la rencontre de deux mondes, celui des Européens avec l’environnement côtier du golfe du Mexique et des populations autochtones qui y vivent.

2Au lendemain de la conquête du Mexique, l’espace caribéen est en proie à une féroce concurrence entre différents entrepreneurs et administrateurs espagnols qui cherchent à s’approprier les territoires nouvellement explorés. En 1526, l’empereur Charles Quint octroie à un aventurier, Pánfilo de Narváez, le privilège de fonder un établissement espagnol dans l’immense région située au nord du Mexique, alors appelée la Floride. Accompagné de plusieurs centaines d’hommes et de femmes, Narváez quitte l’Espagne en 1527 et espère rejoindre, via Cuba, le Río de las Palmas dans l’actuel État mexicain de Veracruz. Mais en raison du Gulf Stream, ce courant marin encore inconnu des navigateurs, le navire se trouve déporté à l’est, sur les côtes de la péninsule floridienne en 1528. L’expédition tourne alors au désastre. Décimés par la faim et les maladies, les Espagnols poursuivent néanmoins leur brutale exploration, n’hésitant pas à prendre les Indiens qu’ils rencontrent en otage et parfois à les exécuter. Ces derniers se retournent rapidement contre les envahisseurs. Narváez et ses hommes tentent de fuir sur des radeaux de fortune mais échouent sur la côte du Texas où seuls survivent trois Espagnols, dont Cabeza de Vaca, et un esclave africain, Estebanico. Recueillis dans un premier temps par des Indiens, les naufragés sont bientôt réduits en esclavage. Pendant plusieurs années, ils effectuent les tâches ingrates que leur condition servile impose avant de parvenir à s’échapper en 1534. Alors qu’ils cherchent à regagner le Mexique, errant pendant plus d’un an, les différents groupes indiens qu’ils rencontrent les assimilent à des « fils du soleil » dotés de pouvoirs de guérison. Tout au long de leur périple, de village en village, des milliers d’Indiens les rejoignent pour former une procession considérable et, à chaque étape, les quatre rescapés sont sommés de soigner les malades par des signes de croix et des bénédictions. Les trois Espagnols, fervents catholiques, sont à leur tour convaincus de l’efficacité des soins qu’ils prodiguent. Ils pensent effectuer des guérisons miraculeuses, tels des envoyés de Dieu en terre indienne. Le voyage et la procession se terminent lorsque les rescapés rencontrent sur leur chemin une troupe espagnole, en décembre 1535.

  • 2 Cf. Gilles Havard, « Le soleil et les pleurs : les premiers contacts franco-amérindiens d’après un (...)

3Le livre comporte implicitement une double dimension anthropologique. La première, la plus clairement explorée par Andrés Reséndez, se rapporte à la survie. Dans cette perspective, l’auteur interroge les modalités et les limites de l’adaptation humaine, les formes possibles de recomposition des manières d’être au monde et la réévaluation des statuts sociaux, dans un contexte où des individus sont immergés dans un environnement qui leur échappe. Redoublant d’inventivité pour se maintenir en vie, les acteurs se trouvent être dans l’obligation de collaborer avec les Amérindiens mais aussi entre eux. Les frontières sociales deviennent ainsi plus floues et s’effacent même temporairement, à l’instar de celles qui séparaient les Espagnols de l’esclave Estebanico. La seconde dimension anthropologique est relative à l’altérité profonde qui se cristallise alors que les Amérindiens rencontrent pour la première fois les rescapés européens. On peut regretter que cette question soit sous-exploitée par l’auteur, qui considère plutôt que « les premiers contacts étaient fondamentalement affaires d’individus et orientés en fonction de la personnalité des gens qu’il engageait [sic] et des ressources dont ils disposaient » (p. 16). Ce parti pris méthodologique relève sans doute d’une lecture trop littérale des sources. Alors qu’il construit son histoire en suivant étroitement le récit de Cabeza de Vaca, Andrés Reséndez demeure en effet exagérément tributaire du point de vue du relateur et peine à en extraire le potentiel ethnographique. L’altérité, pourtant, est frappante et marque en filigrane l’ensemble du livre. Pourquoi les Indiens associent-ils les Espagnols au soleil ? Pourquoi, lors des premiers contacts, certains Indiens pleurent-ils en voyant les Européens ? Comment expliquer qu’en arrivant dans les villages les rescapés soient parfois portés par les Indiens ? Les informations que livrent les sources sont riches et auraient pu permettre, en puisant dans un répertoire historique et ethnographique plus vaste – notamment dans une documentation plus récente –, de reconstituer la cohérence ontologique de ces manifestations du contact. Si la tâche paraît complexe, elle est pourtant envisageable. L’historien Gilles Havard a, par exemple, esquissé une analyse de phénomènes tout à fait similaires au sud des Grands Lacs au xviie siècle2 – la référence au soleil, les pleurs, l’élévation des étrangers –, montrant que le caractère lacunaire des archives n’interdit pas nécessairement une analyse anthropologique.

4Passé ces réserves, Un si étrange pays reste un livre important dont il faut saluer la publication en France, où l’Amérique du Nord autochtone est un champ peu investi par les sciences sociales. Andrés Reséndez contribue à réintégrer cet espace dans les débats anthropologiques et appelle d’autres publications à sa suite. Soulignons d’ailleurs l’excellent travail des éditions Anacharsis avec cet ouvrage richement illustré, comprenant des cartes utiles et une bibliographie commentée qui en font un outil précieux pour poursuivre la réflexion sur le voyage de Cabeza de Vaca et les premiers contacts sur la côte du golfe du Mexique.

Haut de page

Notes

1 Cf. Andrés Reséndez, A Land so Strange. The Epic Journey of Cabeza de Vaca. The Extraordinary Tale of a Shipwrecked Spaniard who Walked across America in the Sixteenth Century, New York, Basic Books, 2007.

2 Cf. Gilles Havard, « Le soleil et les pleurs : les premiers contacts franco-amérindiens d’après un coureur de bois du xviie siècle », Les Actes de colloques du musée du quai Branly Jacques Chirac, 2016, 7 (https://journals.openedition.org/actesbranly/693).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Jonas Musco, « Andrés Reséndez, Un si étrange pays. Le voyage extraordinaire de Cabeza de Vaca dans l’Amérique indienne », L’Homme, 242 | 2022, 179-181.

Référence électronique

Jonas Musco, « Andrés Reséndez, Un si étrange pays. Le voyage extraordinaire de Cabeza de Vaca dans l’Amérique indienne », L’Homme [En ligne], 242 | 2022, mis en ligne le 25 août 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/42937 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.42937

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search