Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Comptes rendusEmilia Schijman, À qui appartient...

Comptes rendus

Emilia Schijman, À qui appartient le droit ? Ethnographier une économie de pauvreté

Félix Viart-Devanne
p. 181-183
Référence(s) :

Emilia Schijman, À qui appartient le droit ? Ethnographier une économie de pauvreté. Préf. de Jacques Commaille. Issy-les-Moulineaux, Lgdj-Lextenso Éd., 2019, 179 p., bibl. (« Droit et société. Recherches et travaux » 33).

Texte intégral

1L’accès au(x) droit(s) n’est, de fait, pas le même pour tous. En périphérie de Buenos Aires, par exemple, dans le quartier de Soldati où la pauvreté est reine, chercher à faire valoir ses droits constitue une démarche bien souvent vaine. Sans cesse renvoyés d’une institution à l’autre, fréquemment ignorés par ceux auxquels ils s’adressent, parfois méprisés, les habitants de Soldati, en particulier les femmes, peinent à conserver leur logement ou à obtenir une quelconque aide financière de l’État, et, de manière plus générale, ont du mal à se faire entendre. Cette réalité est le point de départ de l’ouvrage À qui appartient le droit ? Ethnographier une économie de pauvreté, que Emilia Schijman, sociologue chargée de recherche au Cnrs et rattachée au Centre Maurice Halbwachs, a rédigé à l’issue de sa thèse de doctorat. Mais s’il est effectivement indéniable qu’à Soldati l’accès au droit est fort limité, l’auteure fait état d’un autre constat : le droit n’est pas de nature univoque, il ne s’exerce pas seulement selon une verticalité bien définie qui suppose le contrôle effectif et systématique des élites, notamment politiques, sur le reste de la population ; il est aussi, et dans le cas de Soldati, éminemment social, « vivant », un droit venant « d’en bas ». Ce sont autant de terminologies et d’expressions qui témoignent des véritables capacités qu’ont les plus démunis, à tous points de vue, pour exploiter le droit existant afin d’agir et d’instituer leurs propres règles. Certaines influencent d’ailleurs tant le regard politique porté sur les quartiers pauvres que les lois qui s’élaborent aussi en fonction d’elles.

2L’un des enjeux majeurs de la vie à Soldati, explique Emilia Schijman, est de réussir à garder son logement, dans un contexte où la menace de l’expulsion est permanente (loyers impayés, endettement, etc.). Le fait de devoir s’adresser à différentes institutions, que ce soit via des interactions directes face à face ou par courrier, est donc inévitable. Nous avons affaire là à un véritable savoir-faire, nous dit l’auteure, qui comprend des pratiques individuelles (tournée des organismes sociaux, constitution de dossier, classement de documents administratifs, par exemple) comme collectives (occupations physiques des guichets avec les enfants, notamment) très chronophages. Du reste, ces pratiques impliquent autant de savoir réclamer convenablement, négocier, ou encore mettre en scène sa situation familiale que d’être en mesure de s’approprier l’ordre moral qui régit la société : menacer le destinataire de son intention de basculer dans l’illégalité par une lettre est loin d’être exceptionnel. En somme, il s’agit d’être capable, grâce à différentes compétences acquises au fil des années, d’attirer l’attention sur son cas, de convaincre. Mais toutes ces démarches et tentatives se soldent très souvent par des échecs. Les habitants de Soldati n’ont donc d’autre choix que celui de mettre en place des stratégies informelles de survie que l’auteure désigne par l’expression « économie de pauvreté ».

  • 1 Cf. Florence Weber, Le Sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, La Courne (...)

3De fait, il est illusoire de penser qu’une telle configuration sociale où le droit légal est absent se caractériserait par la loi du plus fort. Emilia Schijman explique qu’elle est au contraire beaucoup plus complexe, car le théâtre d’un cadre normatif bien particulier ne peut être transgressé, sous peine de sanction(s). Plus concrètement, l’auteure identifie plusieurs grands principes organisateurs et régulateurs de la vie à Soldati : la dette, la « parenté pratique »1 et l’héritage, le droit et la coutume, la possession de biens immobiliers. Tous laissent aux individus une marge de manœuvre pour agir, décider de leur propre existence et de celle de leurs enfants, voire pour prétendre à un certain confort lorsque celui-ci n’apparaît pas comme illégitime aux yeux du voisinage. Par exemple, la dette lie les individus entre eux, à condition que les débiteurs puissent s’en acquitter rapidement. On perçoit dès lors son ambivalence, entre consolidation et rapide effritement du lien. D’un côté, recevoir l’aide de quelqu’un, c’est lui devenir redevable (ou être endetté), et corrélativement, aider, c’est s’octroyer la possibilité, le cas échéant, de demander quelque chose sans avoir à quémander. De l’autre, un emprunteur trop longtemps insolvable s’expose à l’exclusion des réseaux d’aide (institutionnels) et d’entraide (de voisinage) durables sans lesquels il peut difficilement survivre. Plus encore, il risque d’être humilié publiquement, harcelé physiquement, ou encore de découvrir la serrure de son appartement changée. Rembourser ses dettes, qui sont régulées aussi bien par des obligations morales que par des engagements écrits, s’avère donc indispensable. C’est une question de réputation. Ainsi, de véritables chaînes de solidarités intéressées s’établissent à Soldati, puisque toutes les relations, qu’elles soient familiales, amicales ou encore de voisinage, s’inscrivent dans ce « milieu contractuel » (p. 89) qu’institue la dette.

4L’objectif poursuivi par Emilia Schijman est, en fin de compte, l’analyse de l’expérience du droit que font les personnes, et particulièrement les femmes, vivant à Soldati. Ce travail, fondé sur une ethnographie rigoureuse, lui donne la possibilité d’identifier différentes sphères d’action, qui sont autant de réactions adaptatives à cette difficile accessibilité au droit et qui finissent par imposer les conduites que l’on peut ou ne pas adopter dans la cité. Cette recherche lui a également inspiré plusieurs concepts, parmi lesquels la « parenté locative » ou le « travail sur la légalité » qui apparaissent comme centraux. Le premier met en lumière un type de parenté défini par la double dimension pratique et affective des liens. En effet, l’auteure explique que c’est tout à la fois la proximité physique et la quotidienneté des situations de solidarité qui permettent aux individus de se considérer réciproquement comme des quasi-parents. En d’autres termes, et ce seront ceux d’une habitante de Soldati recueillis par l’auteure, car je ne saurais mieux l’exprimer : « Fait partie des nôtres celui qui s’approche de la maison, qui y reste et coopère » (p. 115). Quant au « travail sur la légalité », il désigne une activité d’appropriation du droit pour en tirer des pratiques les moins faillibles d’un point de vue légal. Ce sont, par exemple, les fixations par écrit des pactes rendant un dû exigible. Cette propension à agir par mimétisme juridique témoigne, au-delà de la faculté qu’ont les acteurs à se saisir du droit comme ressource intellectuelle, de l’importance que recèle le droit dans les représentations : il est une référence, un outil permettant de réduire l’écart entre les conduites théoriquement attendues et les conduites réelles et, donc, de favoriser la stabilité des familles.

  • 2 Cf. Marc Augé, Un ethnologue dans le métro, Paris, Hachette, 1986 (« Textes du xxe siècle » 10).

5Sur le plan anthropologique, À qui appartient le droit ? possède une valeur heuristique précieuse, à plusieurs égards. Tout d’abord, cet ouvrage confirme la nécessité épistémologique de s’interroger tant sur le sens attribué à certains concepts que sur l’usage que l’on en fait en tant qu’enquêteur. Car, si des termes comme « politique », « justice » ou encore « droit » signifient pour d’aucuns ce qu’ils ne signifient pas pour d’autres, ils sont toutefois systématiquement associés à des représentations communes dont il est très difficile de s’affranchir. De ce fait, ils ne peuvent être le point de départ de l’enquête, au risque d’occulter les véritables ressorts de la situation sociale étudiée. Comme le défendait Marc Augé dès 19862, c’est d’une démarche exclusivement empirique, inductive que doit découler tout travail de conceptualisation. Ici, Emilia Schijman démontre à son tour la pertinence de cette façon de faire : avoir laissé aux habitants de Soldati la possibilité d’être les premiers à produire des connaissances les concernant lui permet de confirmer, à la suite de spécialistes tels que l’historienne Simona Cerutti ou le sociologue Jacques Commaille cités dans son livre, que le concept de « droit » est fondamentalement polysémique.

6Procéder ainsi a des implications méthodologiques et c’est l’une des autres qualités de l’ouvrage. Car l’ethnographie réalisée par Emilia Schijman est d’une richesse et d’une finesse qui n’ont d’autre effet que de plonger le lecteur dans un monde fait d’inégalités, de conflits et de souffrances, mais aussi d’entraide, de générosité et de confiance. Des descriptions d’accords passés, de compromis réalisés entre habitants, mais aussi de pratiques d’occupation, de cérémonies de remise de lettres à la présidente de la République argentine, Cristina Fernández de Kirchner, ainsi que différents extraits d’entretiens avec des « hébergeants » ou avec des hébergés sont abondamment exposés à cette fin. Rien ne semble avoir été négligé par l’auteure. À cela s’ajoute un choix intéressant d’environnements investis pour y mener son enquête. En effet, ce n’est ni aux tribunaux ni aux contentieux civils, par exemple, que s’est intéressée Emilia Schijman, alors même que ces objets ont longtemps été privilégiés par la sociologie du droit. Le choix du quotidien d’une cité est, en ce sens, aussi pertinent qu’il n’est pas anodin.

  • 3 Cf. Marc Abélès, Un ethnologue à l’Assemblée, Paris, Odile Jacob, 2001 (« Poches Odile Jacob » 56).

7Une fois de plus, c’est grâce à une ethnographie dense que les rouages des pratiques de justice à Soldati sont mis au jour, et que de nouveaux outils théoriques sont proposés. On retiendra entre autres que le statut des « pauvres », mot que l’auteure emploie dans son ouvrage comme catégorie vernaculaire utilisée par les enquêtés pour parler d’eux-mêmes, est bien plus complexe qu’on pourrait le penser. Certes, les pauvres sont souvent tributaires de décisions institutionnelles et administratives sur lesquelles ils n’ont aucune prise. Certes, comme l’a montré Marc Abélès3, le droit national, élaboré par des personnes influentes et puissantes au sein de grandes institutions, peut s’appliquer de manière brutale et violente. Mais les plus pauvres ne sont pas que des êtres soumis et souffreteux qui obéissent aux règles prescrites par la loi. Eux aussi agissent, influencent, décident. Ils exploitent les failles d’un système qui bien souvent les réprime, mais duquel ils savent aussi parfaitement se jouer. Ce livre, en leur (re)donnant ainsi la parole, atteste de leur pouvoir.

Haut de page

Notes

1 Cf. Florence Weber, Le Sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, La Courneuve, Aux lieux d’être, 2005 (« Mondes contemporains »).

2 Cf. Marc Augé, Un ethnologue dans le métro, Paris, Hachette, 1986 (« Textes du xxe siècle » 10).

3 Cf. Marc Abélès, Un ethnologue à l’Assemblée, Paris, Odile Jacob, 2001 (« Poches Odile Jacob » 56).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Félix Viart-Devanne, « Emilia Schijman, À qui appartient le droit ? Ethnographier une économie de pauvreté », L’Homme, 242 | 2022, 181-183.

Référence électronique

Félix Viart-Devanne, « Emilia Schijman, À qui appartient le droit ? Ethnographier une économie de pauvreté », L’Homme [En ligne], 242 | 2022, mis en ligne le 25 août 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/42952 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.42952

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search