Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Comptes rendusCatherine Coquery-Vidrovitch, Le ...

Comptes rendus

Catherine Coquery-Vidrovitch, Le Choix de l’Afrique. Les combats d’une pionnière de l’histoire africaine

Fabio Viti
p. 184-189
Référence(s) :

Catherine Coquery-Vidrovitch, Le Choix de l’Afrique. Les combats d’une pionnière de l’histoire africaine. Paris, La Découverte, 2021, 302 p., notes bibliogr., index, carte.

Texte intégral

  • 1 Cf. Pierre Nora, ed., Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987 (« Bibliothèque des histoires » (...)
  • 2 « Ce qui a été présenté récemment sous l’étiquette d'“égo-histoire” me paraît encore très éloigné d (...)

1L’exercice de l’ego-histoire1 est toujours périlleux. On connaît la détestation que nourrissait à son égard Pierre Bourdieu2. À la lecture de cette histoire d’une historienne, de ces « combats d’une pionnière », le doute persiste sur la réelle utilité d’un tel exercice réflexif pour comprendre le parcours, les étapes fondamentales, les difficultés et les enjeux de la construction d’un champ du savoir, historiographique ou autre.

2Catherine Coquery-Vidrovitch, née à Paris en 1935, a vécu l’occupation allemande dans la capitale lorsqu’elle était enfant. Juive non déclarée, selon une décision hasardeuse mais salvatrice prise par sa mère – à l’aune de laquelle on mesure le tempérament qu’elle a transmis à sa fille –, la jeune Catherine, « silencieuse mais observatrice » (p. 16), montrait déjà son « insatiable curiosité » et sa « défiance envers toute idéologie imposée » (p. 8), des qualités qui l’ont construite et qui l’ont orientée dans sa future posture intellectuelle. Mais c’est aussi de cette enfance de juive assimilée et clandestine, et de la projection de ses propres drames familiaux (un père mort des suites de ses blessures de guerre en 1942, un grand-père suicidé de désespoir après la mort de son fils unique, l’autre déporté et gazé à Auschwitz) sur ceux d’autres individus et populations stigmatisés et discriminés, qu’est née la « haine du racisme » qui marquera durablement la vie et l’œuvre de cette femme, indéfectiblement engagée dans ce combat militant.

3Malgré ces drames qui plongèrent un temps la jeune Catherine dans un état de mutisme, son enfance se passa sereinement, dans l’aisance bourgeoise d’un grand appartement de la rue de Grenelle, entourée de femmes aimantes et protectrices : mère et grand-mère, sœur aînée et « bonne » dévouée à la famille. Même les leçons de piano ne seront pas interrompues sous l’Occupation. Cette enfance protégée lui permit d’arriver à la Libération armée d’un fort sens de la responsabilité et d’un certain goût pour l’insubordination, qui seront sans doute pour quelque chose dans ses choix professionnels à venir. La première partie de l’ouvrage montre ainsi l’épanouissement d’une personnalité ouverte, curieuse et généreuse envers les autres, confiante en dépit du climat de peur et de soupçon régnant à l’époque, tandis que le rôle des complices des occupants n’échappait pas à leurs victimes (« Au jour le jour, les plus dangereux étaient les Français collaborateurs », p. 49). Et quelle jubilation fut la libération de Paris pour cette fillette de presque neuf ans !

4Cette histoire familiale, relatée avec sensibilité et profusion de détails, se fonde sur les souvenirs d’une enfant attentive et réfléchie, mais aussi sur les récits de l’entourage familial, les uns comme les autres confirmés et précisés a posteriori à travers la désormais riche historiographie concernant la période de l’Occupation. Le recours à une approche plurielle – mémorielle et historique, par des sources orales et écrites – et une confiance accordée à des narrations structurant et légitimant le récit de son itinéraire personnel auraient d’ailleurs pu constituer une source d’inspiration féconde pour l’historienne. Mais elle n’a pas souhaité exploiter dans ses recherches les ressources orales des témoins directs et de leurs descendants (voir infra), se privant peut-être de vécus comparables à ceux qui irriguent ses propres souvenirs.

5Plus tard, cette « enfance de guerre fut déterminante dans [son] choix d’historienne » (p. 63). La curiosité pour l’inconnu et la volonté de se distinguer des autres la conduisirent alors vers l’Afrique, probablement le lointain le plus proche pour une jeune Française des années 1960. L’Afrique fut d’abord l’Algérie, connue brièvement en 1960 lorsqu’elle se rendit auprès de son époux, appelé du contingent, à Oran ; c’était à nouveau un aperçu de la guerre, une autre résistance contre une autre occupation, mais avec cette fois-ci un fond d’engagement politique anticolonial. Son choix professionnel se porta cependant sur l’histoire de l’Afrique subsaharienne, malgré tout plus abordable que l’ancien département français, car cette zone n’était pas encore un objet d’intérêt pour l’historiographie, tandis qu’elle constituait déjà un « terrain » anthropologique important. De ces débuts (1962 est également la date de son entrée comme assistante à la VIe section de l’École pratique des hautes études, après une formation de normalienne) est né le sentiment, que l’historienne conservera pendant toute sa longue et brillante carrière, d’être une « pionnière » ; une distinction au demeurant tout à fait relative au regard des nombreux chercheurs de sa génération s’étant eux aussi engagés dans le champ africaniste, en plein essor et renouveau au sortir d’une longue saison balisée par les écrits des administrateurs coloniaux, ancêtres oubliés de l’histoire et de l’ethnographie de l’Afrique.

  • 3 Brazza et la prise de possession du Congo. La mission de l’ouest africain, 1883-1885, thèse de 3e c (...)
  • 4 Le Congo français au temps des grandes compagnies concessionnaires, 1898-1930, thèse d’État, sous l (...)
  • 5 Le Rapport Brazza. Mission d’enquête du Congo : rapports et documents (1905-1907), Neuvy-en-Champag (...)

6Les convictions anticoloniales teintées de marxisme de Catherine Coquery-Vidrovitch l’incitèrent à prendre l’Afrique-Équatoriale française (Aef) pour cadre de ses deux thèses : une thèse de 3e cycle sur la troisième mission de Pierre Savorgnan de Brazza au Congo (1883-1885)3 soutenue en 1966 et une thèse d’État sur les compagnies concessionnaires4 soutenue en 1969. L’histoire économique était alors le débouché naturel de son engagement tiers-mondiste et des effervescences qui devaient caractériser le renouveau du marxisme antistalinien autour de 1968. Cette sensibilité anticoloniale l’amena à révéler la découverte de massacres et à dénoncer des « scandales » volontairement occultés par les autorités françaises, travail qui aboutira, bien plus tard, à la publication du « rapport Brazza » de 1905, jusqu’alors resté soigneusement caché5.

  • 6 Cf. : avec Hélène d’Almeida-Topor et al., eds, Les Jeunes en Afrique, Paris, L’Harmattan, 1992, 2 v (...)
  • 7 Cf. : avec Henri Moniot, L’Afrique noire de 1800 à nos jours, Paris, Presses universitaires de Fran (...)

7Par le choix de ces sujets de thèse allait donc commencer une fréquentation de l’Afrique qui se prolongera pendant des décennies et qui donnera lieu à une œuvre universellement reconnue, portant sur des champs d’études novateurs, tels que les jeunes, les femmes, les villes. Autant de thèmes sur lesquels elle rédigea ou dirigea des ouvrages de synthèse appréciés, des outils pédagogiques davantage que des résultats d’enquêtes personnelles originales6. En effet, toute sa production éditoriale atteste d’un souci pédagogique et de diffusion du savoir qui a marqué des générations d’étudiants (bien au-delà du cercle de ses élèves directs), formées avec ses manuels d’histoire africaine7. Ce même souci l’a d’ailleurs poussée à consacrer beaucoup de son temps et de son énergie à l’enseignement, en France, aux États-Unis (principalement à l’Université de Binghamton) et partout en Afrique, avec un rôle particulier en Afrique de l’Ouest, notamment dans l’éclosion de l’« école de Dakar » à partir de 1972.

8Revenons en 1965, année de l’« appréhension directe » (p. 84) d’une Afrique subsaharienne sans surprise néocoloniale. À partir de cette date, les nombreuses missions de recherche de Catherine Coquery-Vidrovitch furent à l’origine de rencontres avec des figures très différentes : coopérants, (anciens) colons, fonctionnaires, dirigeants politiques, chercheurs. Des collègues fréquentés sur place, historiens, géographes et anthropologues – ces derniers étant particulièrement pris pour cible –, elle ne dit jamais sur quoi portait leur travail, se contentant de quelques remarques assassines : un historien « pusillanime » (p. 98), un anthropologue « alcoolique invétéré » (p. 99), un « Anglais au visage buriné […], homme charmant mais […] homosexuel non déclaré » (p. 201). Des allégations gratuites sur des chercheurs proches ou plus éloignés, parfois à peine croisés lors d’une rencontre fugace, parsèment cet ouvrage, sans aucune indication des sources mobilisées, sinon des impressions personnelles plus ou moins objectives. Le mode de vie privilégié des « Blancs » en Afrique – entre villas, breuvages et privilèges – est finalement plus important que leur champ de recherche, pour autant qu’ils en aient un. Des anthropologues français de sa génération, on connaît ainsi leur confort matériel, même sur le terrain, et leur goût des apéritifs, moins leur contribution – au demeurant non négligeable – au savoir africaniste, qui s’en trouve dès lors minimisée sans autre explication et donc sans raisons valables. En fait, la pratique du terrain itinérant (des « sauts de puce » sur les traces de Brazza), propre à l’historienne, faite de périples et de rencontres hasardeuses, était fort éloignée de celle des anthropologues, davantage attachés à un terrain villageois prolongé ; cette différence de style d’enquête est peut-être à l’origine d’une certaine incompréhension, comme lorsqu’elle pointe une « absence de “culture historique” » (p. 146), pourtant peu justifiée à l’égard de certains des anthropologues considérés.

  • 8 Office de la recherche scientifique et technique outre-mer, devenu Ird (Institut de recherche pour (...)

9La critique acerbe, parfois rugueuse, adressée par Catherine Coquery-Vidrovitch aux chercheurs n’épargne pas non plus les entrepreneurs, héritiers du régime des concessions, auquel elle a consacré sa thèse d’État ; ceux-ci sont décrits comme toujours attachés à l’« ancien monde » colonial et à ses pratiques, dont les survivances touchent autant aux rapports économiques et de pouvoir qu’à la vie quotidienne qui semblent rapprocher tous les Blancs d’Afrique, chercheurs, coopérants, expatriés, volontaires au service national et autres aventuriers, généralement peu curieux du monde qui les entoure. De même, les autorités africaines, locales ou nationales, sont montrées comme étant toujours, dans les années 1960, sous le joug colonial, après des indépendances plus théoriques que réelles, lorsque la coopération technique remplaçait la domination pure et simple, avec les bénéfices de celle-ci, sans les encombrantes responsabilités de celle-là. Par ailleurs, les quelques entrevues qu’elle a pu avoir avec des dirigeants ou des chefs d’État africains (et pas seulement), faisant eux aussi l’objet de critiques sévères, montrent que l’historienne n’était pas si étrangère que cela aux réseaux de pouvoir, locaux ou métropolitains, souvent amalgamés et également décriés. Ces personnes (et institutions) rencontrées en Afrique, et volontiers affublées des pires défauts, ont finalement presque toutes apporté leur soutien à la jeune historienne, mettant généreusement à sa disposition les moyens du bord : logement (dont les immanquables « cases de passage »), nourriture et indispensables moyens de transport (véhicules en tout genre, petits avions, hors-bord, pirogues et autres « occasions »), la ressource la plus rare et d’autant plus précieuse en Afrique. Comme elle-même le reconnaît, les « réflexes néocoloniaux » qui prévoyaient d’aider les Blancs de passage tournaient aussi à son avantage ; toutefois, le racisme ambiant transparaissait partout, « notamment à l’Orstom »8 (p. 88), l’organisme qui essuie les charges les plus acérées. Son œuvre de « pionnière » a tout de même été soutenue par un milieu composite mais finalement pas hostile, ni sur le terrain ni dans les institutions universitaires et de la recherche, contre lesquelles elle n’a pas dû spécialement lutter pour se frayer un chemin et accomplir son parcours professionnel exemplaire de prédestinée (pour une « fille de bourgeoisie relativement aisée mais sans fortune […] le seul avenir concevable était intellectuel », p. 67).

10Parmi les chercheurs mis à mal, il faut compter les historiens et les anthropologues spécialistes des sources orales, dont la faible utilité est décrétée par Catherine Coquery-Vidrovitch au moyen d’une brève et cocasse anecdote : les anciens d’un village congolais réunis à sa demande semblaient agités et sur le point de s’engager dans un début de dispute ; l’interprète interpellé lui expliqua que le débat portait sur la nécessité de s’accorder sur une version de récit qui ne contredise pas celle fournie précédemment à l’anthropologue et historien Jan Vansina (p. 140). Cette historiette confortait les choix différents opérés par l’historienne, mais, encore une fois, sans rendre vraiment justice aux efforts consentis par les spécialistes de l’oralité, qui pratiquent l’analyse critique des sources, tout comme d’autres chercheurs. La dérision à la place de la critique méthodologique ne grandit pas ceux qui y ont recours ; elle peut alimenter une polémique ponctuelle mais difficilement nourrir la recherche. En effet, la question de savoir sur quelles sources s’appuyer ne s’épuise pas dans ce genre de « vignettes », car elle engage tout chercheur dans un parcours difficile, exigeant et riche de doutes et de frustrations, quels que soient les terrains choisis et les sujets abordés, qui peuvent se prêter plus ou moins bien à l’un ou à l’autre type de sources disponibles, orales, écrites, iconographiques ou matérielles. Tout comme pour les sources écrites, les récits oraux nécessitent d’abord une collecte systématique, une vaste accumulation, avant que l’on puisse en dégager des documents pour servir l’histoire. Catherine Coquery-Vidrovitch a d’ailleurs elle-même eu recours à ses débuts sur le terrain aux sources orales, s’agissant toutefois uniquement des voix d’entrepreneurs ou d’anciens colons ; la rencontre avec les Africains n’a finalement pas eu lieu, si l’on exclut quelques officiels et, plus tard, d’autres chercheurs. On pourrait aussi objecter à l’historienne qu’elle a largement puisé dans les sources orales se rapportant à son enfance, à son entourage familial, au contexte de l’Occupation, ce qui constitue certainement la partie la plus réussie de ses mémoires, marquée par une confiance dans ses proches et une générosité envers les autres qui semblent s’être atténuées lorsqu’elle se transporte dans le milieu professionnel. Ainsi, les récits oraux (et heureux, somme toute) de sa jeunesse ne paraissent pas spécialement l’avoir disposée à l’écoute attentive et réceptive des autres vies et de la vie des autres sur le terrain africain.

  • 9 Cf. : Fabio Viti, « Les quatre morts du colon Rubino (Côte d’Ivoire, janvier 1910) », Journal des a (...)

11Par ailleurs, les documents écrits conservés dans les archives éparses et que Catherine Coquery-Vidrovitch a patiemment recherchés et trouvés – souvent dispersés et en piètre état – ne sont pas exempts de défauts et limites intrinsèques, liés à leur disponibilité, classement, origine, émanation et fiabilité. Pas moins que les sources orales « accommodées » pour l’occasion, à la tête du client, les documents d’archives peuvent présenter des versions arrangées, receler des silences, des lacunes volontaires, des faux délibérés, que les historiens parviennent à identifier par l’analyse critique et la confrontation avec différentes sources. Anthropologue en semaine, historien le dimanche, j’ai moi-même pu repérer quelques-unes de ces versions édulcorées ou partielles d’épisodes peu reluisants de la conquête coloniale de la Côte d’Ivoire, contenant des omissions, des censures, des faux rédigés pour mémoire, à lire « à rebrousse-poil »9. Catherine Coquery-Vidrovitch nous fournit elle-même un exemple de fabrication de faux documents, pratique courante et largement justifiée pendant les années troubles de l’Occupation, mettant en garde les historiens « qui se risqueraient à exploiter de telles sources » (ici, un registre paroissial où inscrire de vrais faux certificats de baptême pour enfants juifs ; p. 38).

12Le style volontiers polémique et direct, parfois parlé – non dépourvu de quelques redites et de passages à la syntaxe trébuchante –, de cet ouvrage ne permet pas toujours des jugements réfléchis et contribue à créer le sentiment d’un combat plus solitaire que ce qu’il n’a été. Certaines appréciations tranchantes émises au sujet de ses collègues africanistes donnent souvent l’impression d’un monde de la recherche finalement peu sérieux, plombé par un nombre important d’incompétents, qui plus est éloignés des populations locales et aux réflexes volontiers méprisants, voire carrément racistes. Ces défauts et carences concernent tout spécialement les personnes rencontrées à ses débuts dans une Afrique encore dominée par un personnel de la recherche scientifique issu principalement de la coopération, un milieu de parasites peu engagés dans la connaissance. En dépit de l’indépendance, acquise ou octroyée, la coopération technique et culturelle gardait le contrôle sur la recherche et la formation en Afrique francophone, l’Orstom constituant le fer de lance de cette Françafrique de la recherche. Cet état de choses changera sensiblement avec le retour en Afrique des étudiants nantis de diplômes, à la formation desquels Catherine Coquery-Vidrovitch avait grandement contribué. Là encore, une certaine « solitude », peut-être excessivement soulignée, semble avoir caractérisé l’œuvre de l’historienne, qui dessine souvent un paysage un peu trop vide autour d’elle, jusqu’à ce que n’apparaisse la génération de ses propres élèves – 88 thèses dirigées10 –, notamment ceux venant d’Afrique et y retournant pour implanter de nouvelles écoles historiographiques nationales.

  • 11 Cf., à propos de l’ouvrage récent de Pascal Blanchard et al., eds, Sexe, race & colonies (Paris, La (...)

13Pas seulement limités à la formation de chercheurs à l’Université Paris 7 (Paris-Diderot, aujourd’hui Université Paris Cité), le rôle et l’engagement de Catherine Coquery-Vidrovitch se sont poursuivis à l’international par des visites systématiques, d’une durée de six semaines par an, dans les nouvelles universités africaines – encore la coopération tant décriée – et, plus tard, aux États-Unis et en Afrique non francophone. La construction d’un champ disciplinaire – celui de l’histoire de l’Afrique contemporaine, coloniale et postcoloniale – semble ici s’être faite aux dépens des autres disciplines proches, dont les spécialistes sont souvent traités avec une certaine condescendance, le pire étant que, parmi les anthropologues étrillés, figurent en bonne place ceux qui se sont montrés les plus ouverts aux apports de l’histoire, à ses méthodes, ses objets, ses sources, orales ou écrites. Construire son champ – d’historienne de terrain (voir tout terrain) et d’archive – devait donc s’accompagner de la destruction d’autres champs disciplinaires à ses yeux concurrents, dont non seulement l’intérêt mais jusqu’à la légitimité sont mis en doute. Or, on comprend mal pourquoi ce rôle pionnier indubitable que Catherine Coquery-Vidrovitch a joué dans les études sur l’Afrique, en France et à l’étranger, n’a pas pu être mieux partagé avec d’autres figures marquantes de la même génération et pourquoi l’anecdote remplace systématiquement l’analyse. Cette attitude très exigeante, voire hypercritique, adoptée tout le long de cet ouvrage vis-à-vis des autres chercheurs s’accorde mal en revanche avec le crédit illimité fait au groupe de recherche Achac, association vouée principalement à la représentation et à la diffusion de l’imagerie coloniale, dont les initiatives sont loin de faire l’unanimité parmi les chercheurs11, ce qui ne semble pas troubler notre historienne.

14Finalement, d’une personne qui a eu une vie globalement si belle et si remplie, on aurait pu attendre plus de générosité envers ses pairs. Or, il n’en est rien : l’historienne est allée jusqu’à gommer du récit ses collègues – notamment français – les plus proches et ceux qui pouvaient peut-être lui faire de l’ombre par leurs succès professionnels pourtant éloignés de sa zone d’influence, par ailleurs vaste et pleinement reconnue. Ainsi, ce qui aurait pu être une belle et riche autobiographie intellectuelle – à l’image du parcours exceptionnel de Catherine Coquery-Vidrovitch – est en fin de compte gâché et rate en partie son objectif, par l’attitude désobligeante, voire agressive, qu’elle montre vis-à-vis de la plupart des autres chercheurs, avec des pointes polémiques inutiles, disproportionnées et foncièrement injustes. Seuls quelques historiens africains parmi ses élèves directs et des collègues nord-américains l’ayant invitée dans leurs universités sauvent leur honneur intellectuel. Cette posture générale fait de cet ouvrage une occasion perdue de réaliser une vraie sociologie critique de la pratique de la profession de chercheur, la sienne et celle des autres.

  • 12 Cf. Pierre Bourdieu, Retour sur la réflexivité. Éd. par Jérôme Bourdieu et Johan Heilbron. Paris, É (...)

15Cet enfermement dans une position constamment surplombante, qui dessine un paysage souvent sombre autour d’une personnalité isolée, est peut-être l’effet inévitable induit par ce genre d’exercice rhétorique : parler de soi-même à la première personne lorsque le travail scientifique pousserait plutôt à parler des autres et avec les autres. Cet exercice d’ego-histoire introduit une distorsion où l’ego du narrateur remplace l’histoire et s’impose seul dans le microcosme social de la recherche, en écrasant au passage les possibles protagonistes de la construction du champ scientifique, qui demeure une œuvre nécessairement collective. La référence aux analyses de Pierre Bourdieu revient donc encore à propos, lorsqu’il distingue opportunément la « réflexivité narcissique » de la « réflexivité scientifique », le regard sur soi-même de la tentative d’objectiver le travail scientifique et ses conditions sociales et collectives de réalisation12.

Haut de page

Notes

1 Cf. Pierre Nora, ed., Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987 (« Bibliothèque des histoires » 68).

2 « Ce qui a été présenté récemment sous l’étiquette d'“égo-histoire” me paraît encore très éloigné d’une véritable sociologie réfléxive : les universitaires heureux les seuls à qui l’on demande cet exercice d’école n’ont pas d’histoire et ce n’est pas nécessairement leur rendre service, ni à l’histoire, que de leur demander de raconter sans méthode des vies sans histoire », cf. Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, 1997 (« Liber ») : 44.

3 Brazza et la prise de possession du Congo. La mission de l’ouest africain, 1883-1885, thèse de 3e cycle, sous la direction de Henri Brunschwig, Paris, Ephe, 1966. Publiée sous le même titre : Paris-La Haye, Mouton, 1969.

4 Le Congo français au temps des grandes compagnies concessionnaires, 1898-1930, thèse d’État, sous la direction de Hubert Deschamps, Université de Paris, 1970. Publiée sous un titre légèrement modifié : Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires, 1898-1930, Paris-La Haye, Mouton, 1972 (2e éd. : Paris, Éd. de l’Ehess, 2001 [« Les Réimpressions des éditions de l’Ehess »]).

5 Le Rapport Brazza. Mission d’enquête du Congo : rapports et documents (1905-1907), Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, 2014 (« Les Transparents »).

6 Cf. : avec Hélène d’Almeida-Topor et al., eds, Les Jeunes en Afrique, Paris, L’Harmattan, 1992, 2 vol. ; Histoire des villes d’Afrique noire. Des origines à la colonisation, Paris, Albin Michel, 1993 (« L’Évolution de l’humanité ») ; et Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du xixe au xxe siècle, Paris, Desjonquères, 1994.

7 Cf. : avec Henri Moniot, L’Afrique noire de 1800 à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 1974 (« Nouvelle Clio » 46) ; Afrique noire. Permanences et ruptures, Paris, Payot, 1984 (« Aux origines de notre temps »). Plus tard viendront : L’Afrique et les Africains au xixe siècle. Mutations, révolutions, crises, Paris, Armand Colin, 1999 (« Collection U. Histoire contemporaine ») ; Petite Histoire de l’Afrique. L’Afrique au sud du Sahara de la préhistoire à nos jours, Paris, La Découverte, 2010 (« Cahiers libres ») ; avec Éric Mesnard, Être esclave. Afrique-Amériques, xve-xixe siècle, Paris, La Découverte, 2013 ; et l’ouvrage de vulgarisation Les Routes de l’esclavage. Histoire des traites africaines, vie-xxe siècle, Paris, Albin Michel-Arte Éd., 2018, qui accompagne une série de documentaires réalisés et diffusés par la chaîne Arte, témoignage d’une volonté de s’adresser au « grand public ».

8 Office de la recherche scientifique et technique outre-mer, devenu Ird (Institut de recherche pour le développement) en 1998.

9 Cf. : Fabio Viti, « Les quatre morts du colon Rubino (Côte d’Ivoire, janvier 1910) », Journal des africanistes, 2016, 86 (1) : 329-339 (en libre accès : https://journals.openedition.org/africanistes/5020) ; et « Les massacres de Diapé et de Makoundié (Côte d’Ivoire, juin 1910) : entre répression coloniale et violences interafricaines », Cahiers d’études africaines, 2017, 225 : 59-88 (en libre accès : https://journals.openedition.org/etudesafricaines/20564).

10 Selon le site theses.fr, consulté le 3 avril 2022 (http://www.theses.fr/026798484).

11 Cf., à propos de l’ouvrage récent de Pascal Blanchard et al., eds, Sexe, race & colonies (Paris, La Découverte, 2018), les notes critiques de Laurent Fouchard (« Sur les travers d’une entreprise mémorielle », Politique africaine, 2018, 152 : 165-175) et de Elara Bertho (« Déconstruire ou reconduire : à propos de Sexe, race & colonies », Cahiers d’études africaines, 2020, 237 : 169-180).

12 Cf. Pierre Bourdieu, Retour sur la réflexivité. Éd. par Jérôme Bourdieu et Johan Heilbron. Paris, Éd. de l’Ehess, 2022 (« Audiographie » 26) : 45 sqq.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Fabio Viti, « Catherine Coquery-Vidrovitch, Le Choix de l’Afrique. Les combats d’une pionnière de l’histoire africaine », L’Homme, 242 | 2022, 184-189.

Référence électronique

Fabio Viti, « Catherine Coquery-Vidrovitch, Le Choix de l’Afrique. Les combats d’une pionnière de l’histoire africaine », L’Homme [En ligne], 242 | 2022, mis en ligne le 25 août 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/42967 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.42967

Haut de page

Auteur

Fabio Viti

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search