Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Comptes rendusClaire Cécile Mitatre, Au nord du...

Comptes rendus

Claire Cécile Mitatre, Au nord du Sud. Espace, valeurs et passion au Sahara atlantique

Sébastien Boulay
p. 189-192
Référence(s) :

Claire Cécile Mitatre, Au nord du Sud. Espace, valeurs et passion au Sahara atlantique. Préf. de François-Xavier Fauvelle. Paris, Éd. de l’Ehess, 2021, 266 p., bibl., ill., fig., tabl., cartes (« En temps et lieux »).

Texte intégral

  • 1 Cf. Romain Simenel, L’origine est aux frontières. Les Aït Ba’amran, un exil en terre d’arganiers (S (...)

1Dans cet ouvrage, Claire Cécile Mitatre nous offre une passionnante plongée dans la société tekna du Wad Nûn, région située dans l’extrême sud du Maroc et sur laquelle les travaux anthropologiques récents restent rares. On se souvient de Romain Simenel qui, il y a une dizaine d’années, nous avait gratifiés d’une œuvre originale sur les Aït Ba’amran de la région voisine de Sidi Ifni, qu’il avait déjà placée sur le terrain des perceptions de l’espace et des frontières mais dans une perspective historique1. Cette fois-ci, Claire Cécile Mitatre cherche à découvrir comment, chez les Tekna du Wad Nûn – une confédération de huit tribus comptant à la fois des groupes berbérophones et hassânophones (locuteurs de l’arabe hassâniyya), comme c’est le cas d’autres groupes tribaux de cette région –, est pensé le dissemblable selon une bipolarité Nord-Sud et comment cette façon d’appréhender les autres agit, en retour, sur la perception du proche et du semblable (p. 21). D’emblée l’autrice, qui a choisi de s’intéresser aux Tekna hassânophones, s’inscrit en faux contre la tentation qui consisterait à considérer ce groupe de l’extrême nord du monde maure hassânophone comme étant dans un espace intermédiaire, dans un entre-deux, mais plutôt, selon le point de vue des Tekna du Wad Nûn eux-mêmes, comme étant dans un espace gradué sur lequel se grefferait une échelle de valeurs, le Sud étant positivement associé au désert, au nomadisme et à l’arabité, le Nord, à la sédentarité et à la berbérité.

2Dans une écriture tout à la fois limpide et captivante, Claire Cécile Mitatre nous invite à cheminer avec elle dans cet univers social et culturel tekna, qu’elle connaît parfaitement pour y avoir effectué une longue enquête de terrain dans le cadre de sa thèse, puis des séjours plus courts dans la région et plus au sud, au Sahara occidental (territoire à 80% sous occupation marocaine) et en Mauritanie. Son approche « géographique » des relations sociales offre une ethnographie originale et convaincante sur la façon dont ces groupes tekna du Wad Nûn se constituent dans l’histoire, se distinguent, interagissent et entrent en compétition.

3Le premier des six chapitres de l’ouvrage met en lumière l’établissement des groupes tekna de cette région ; l’autrice nous montre que, chez les Tekna du Wad Nûn, « c’est avant tout l’unité résidentielle qui fait une tribu, une fraction ou toute autre unité segmentaire », et que « les ancêtres ne conquièrent ni ne défrichent, ils achètent du territoire » (pp. 40-41). Dans les oasis du Wad Nûn, en effet, l’appartenance à la tribu ou à la fraction passe par la propriété de la terre dans un quartier habité par les membres d’une même entité et non par la preuve de son ascendance. Et l’accès au terroir pastoral alentour découle strictement de cet ancrage résidentiel. Plus surprenant au regard des observations habituelles de la littérature anthropologique sur le monde maure, les groupes les moins anciennement rattachés à la tribu n’occupent pas une position de marginalité dans celle-ci ; au contraire, ce sont les groupes ayant le plus récemment abandonné la vie nomade, encore dotés de l’aura méridionale du désert, qui ont le plus de prestige (p. 68).

  • 2 Cf. Victoria Veguilla del Moral, « À l’ombre de la khayma : résistance culturelle et politique des (...)

4C’est justement sur cette question du prestige de la sahraouité, associée à la maîtrise du hassâniyya et de la culture maure ouest-saharienne que, dans le deuxième chapitre, l’autrice souligne avec une grande finesse d’analyse en quoi l’« ascendant d’un groupe sur un autre se fonde sur l’importance des aptitudes et traits culturels qu’il partage avec le Sud, pôle emblématique de l’arabité et de la sahraouité » (p. 101). Cette réflexion se poursuit dans le chapitre suivant, quand Claire Cécile Mitatre interroge la façon dont le conflit du Sahara occidental, qui a cours depuis 1975, a renforcé cette perception Sud-Nord qu’ont les Tekna de leur environnement économique et politique, de leur identité et de leurs relations aux autres groupes de la région. Elle offre des développements éclairants sur les conséquences que le processus onusien d’identification des votants au référendum d’autodétermination du peuple sahraoui (prévu lors du cessez-le-feu de 1991 mais qui n’a toujours pas eu lieu) a pu avoir sur la sahraouité revendiquée des Tekna, arabophones comme berbérophones. En effet, cette sahraouité est désormais brandie par les électeurs tekna – dont beaucoup ont été déplacés par les autorités marocaines au Sahara occidental dans la perspective du vote et sont ensuite repartis chez eux tout en restant officiellement résidents du Sahara occidental – pour négocier des avantages économiques équivalents à ceux accordés par le Maroc aux Sahraouis méridionaux. À ce stade particulier de l’ouvrage, on regrette que l’autrice ne mobilise pas les écrits d’autres auteurs ayant travaillé sur ces questions, comme ceux de Victoria Veguilla del Moral2 ou ceux traitant, plus largement, de ce conflit (hispanophones et anglophones surtout), et dont l’absence est d’autant plus troublante qu’ils prolifèrent depuis une vingtaine d’années.

5Dans la seconde moitié du livre, Claire Cécile Mitatre oriente son argumentation vers les relations matrimoniales, champ dans lequel son ethnographie est incontestablement la plus riche et minutieuse. Elle distingue deux grands types de mariages : « exo-territorial » et « endo-territorial ». Dans le chapitre IV, consacré au mariage exo-territorial (la moitié des alliances), elle démontre que, chez les Tekna du Wad Nûn, ce n’est « pas tant le lien d’apparentement qui défini[t] les affins, que leur position géographique relative » (p. 138). La règle d’évitement de l’hypergamie qui prévaut dans cette société ouest-saharienne pousse les hommes à épouser des femmes de leur région ou du Nord, et les femmes à épouser des hommes venant du Sud. Cela permet à Claire Cécile Mitatre de constater que le « système matrimonial sahraoui ne repose donc pas sur la prohibition d’une classe de parents (du type cousine croisée) mais sur l’évitement d’un mariage dans une orientation géographique particulière » (p. 146). Quant aux alliances endo-territoriales (chap. V et VI), conclues par des hommes et des femmes appartenant à des tribus du Wad Nûn, elles sont de deux sous-types : le « mariage arabe » (mariage avec la cousine parallèle patrilatérale), bien connu de la littérature anthropologique, et ce que l’autrice appelle le « grand mariage », qui « met en relation, au sein d’une même région, des unités politico-territoriales distinctes (tribus ou fractions de tribus) et […] peut être contracté, ou non, avec une parente, à l’exception de la cousine parallèle patrilatérale » (p. 186). Avec ces deux types de mariages contractés sur la même latitude du Wad Nûn, Claire Cécile Mitatre fait ressortir qu’en dépit de leur caractère isogamique (p. 170), les deux polarités Nord et Sud continuent de structurer les relations et compétitions entre groupes, les cérémonies de mariage représentant « la principale occasion, pour les invités, de renforcer et de comparer leurs degrés respectifs de maîtrise d’attributs caractéristiques de la méridionalité » (p. 229).

6Le brillant épilogue, portant sur le rôle de la colactation entre descendants d’esclaves et descendants de maîtres dans la conversion des relations de voisinage en relations de parenté, est à la hauteur des autres chapitres de l’ouvrage. Cependant, cette qualité générale des analyses proposées par Claire Cécile Mitatre n’exclut pas la présence de quelques points qui, au fil de la lecture, ont pu soulever des interrogations. On est ainsi surpris par le choix de certains mots, par exemple lorsque l’autrice évoque « l’affaire du Sahara occidental » et non le « conflit » ou la « question », la « guerre menée par le Front Polisario » et jamais par le Maroc, l’« occupation » ou la « colonisation » du territoire par l’Espagne, termes qui ne sont jamais employés pour qualifier la présence marocaine au Sahara occidental depuis 1975. Elle oppose souvent « les Indépendantistes du Front Polisario » aux Marocains, comme s’il s’agissait d’un Autre artificiel et impossible à appréhender, et l’on peut s’étonner qu’elle n’ait pas tenté de réaliser des enquêtes dans les camps de réfugiés sahraouis de Tindouf, pourtant très accessibles aux chercheurs, notamment auprès de familles venues du Wad Nûn afin de documenter les effets de l’exode et de la guerre sur les relations matrimoniales. Mais ce qui, à mon avis, manque peut-être le plus à ce travail, ce sont les regards extérieurs sur les Tekna du Wad Nûn, en commençant par celui des membres de la tribu tekna vivant plus au sud et jusqu’au Sénégal. Que disent les « autres » Tekna de ceux du Wad Nûn ? Quelle est leur place dans l’ordre tribal ouest-saharien ? Comment sont-ils catégorisés ? Avec quelles tribus méridionales se marient préférentiellement les femmes tekna ? Comment les Tekna du Wad Nûn se positionnent-ils politiquement face aux autres ensembles de la région ? On aurait aimé que Claire Cécile Mitatre apporte plus de réponses à ces questions, aidée en cela par les terrains qu’elle a effectués au Sahara occidental et en Mauritanie, tout autant que par un recours plus systématique à la littérature ethnographique disponible sur les groupes voisins de cette région. Mais ces interrogations ou regrets ne remettent pas en cause la grande qualité et l’originalité des réflexions développées dans cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Cf. Romain Simenel, L’origine est aux frontières. Les Aït Ba’amran, un exil en terre d’arganiers (Sud Maroc), Paris, Cnrs Éd.-Éd. de la Msh, 2010 (« Chemins de l’ethnologie »).

2 Cf. Victoria Veguilla del Moral, « À l’ombre de la khayma : résistance culturelle et politique des jeunes sahraouis à Dakhla », in Laurent Bonnefoy & Myriam Catusse, eds, Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen : loisirs, cultures et politiques, Paris, La Découverte, 2013 (« Cahiers libres ») : 162-171 ; et « La gestion localisée de conflits “invisibles” : les mobilisations socio-économiques des jeunes sahraouis à Dakhla », in Céline Aufauvre et al., eds, Marges, normes et éthique, 1. Marges et marginalités au Maroc, Tunis, Irmc-L’Harmattan, 2011 (« Maghreb et sciences sociales 2011 ») : 105-115.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Sébastien Boulay, « Claire Cécile Mitatre, Au nord du Sud. Espace, valeurs et passion au Sahara atlantique », L’Homme, 242 | 2022, 189-192.

Référence électronique

Sébastien Boulay, « Claire Cécile Mitatre, Au nord du Sud. Espace, valeurs et passion au Sahara atlantique », L’Homme [En ligne], 242 | 2022, mis en ligne le 25 août 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/42977 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.42977

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search