Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Comptes rendusCécile Leguy, Façonner la parole ...

Comptes rendus

Cécile Leguy, Façonner la parole en Afrique de l’Ouest

Laure Carbonnel
p. 192-194
Référence(s) :

Cécile Leguy, Façonner la parole en Afrique de l’Ouest. London-Singapore, Balestier Press, 2019, 131 p. (« Entendre la voix des autres »).

Texte intégral

1Ce petit livre « adressé aux jeunes et à toute personne curieuse et désireuse de s’ouvrir au monde des autres » (p. 9) est une belle introduction à la recherche de terrain pour l’ethnologue débutant, une référence pour tout ethnologue souhaitant partager les coulisses de son travail, mais aussi un éclairage non négligeable sur un sujet qui traverse les sociétés à l’ère des réseaux sociaux : la capacité d’exprimer opinions et désaccords de manière respectueuse. L’autrice, ethnolinguiste qui mène ses recherches dans une région rurale majoritairement bwa de l’est du Mali depuis une trentaine d’années, nous transmet avec dextérité ses descriptions et analyses d’une dimension essentielle de la vie sociale, la parole, tout en mettant au centre de son écriture le récit de sa longue expérience de chercheuse.

2Les trois premiers chapitres, « La limite des mots » (chap. I), « Choisir l’anthropologie » (chap. II) et « Partir » (chap. III), établissent le style et le cadre de l’ouvrage. De retour du marché avec une couverture achetée auprès d’un artisan, Cécile Leguy décrit ses échanges avec les passants qui énoncent des bénédictions imagées (« Que l’on en fasse des chiffons ! », p. 11). Son accompagnant répond en son nom pour que le silence « ne paraisse grossier » (Id.), ce qui lui permet dans le même temps d’apprendre les formules d’usage et le sens des bénédictions (qu’elle ne meure pas avant d’avoir complètement usé la couverture, p. 12). Le récit de son expérience est ainsi celui de relations situées, se tissant au fil des rencontres, plus que celui d’un regard strictement égocentré. Ces situations d’interlocution sont aussi le lieu pour une analyse des mots et de leurs limites : soit les mots sont « insuffisants pour dire ce que l’on souhaiterait » (p. 13), soit ils en disent trop auquel cas l’on s’efforce « à ne pas dire ouvertement ce que l’on souhaite dire vraiment » de crainte d’être blessant (Id.). Les proverbes (mais on pourrait évoquer également les chansons et bien d’autres formes de paroles indirectes) répondent à ces deux limites, car ils laissent la place à l’imagination en évitant une confrontation directe et tout conflit : les manières de parler sont indissociables du maintien des relations. L’ethnologue n’échappe pas à cette règle, c’est pourquoi le parcours qu’elle nous propose au long de ces pages nous apprend autant sur ses analyses que sur la société et sur son métier. « Y a-t-il un métier d’anthropologue ? » (p. 15), s’interroge-t-elle justement dans le deuxième chapitre avant d’aborder plus spécifiquement les façons de rendre compte de l’enquête de terrain, définie comme une situation de rencontre, qui se déploie dans une localité, sur internet, par téléphone (p. 17). La dimension subjective est pleinement assumée dans le troisième chapitre, dans lequel sont présentées les conditions de décentrement, de changements d’habitudes qu’implique le fait de vivre au quotidien dans un milieu qui n’est pas le sien.

3Le quatrième chapitre (« Entrer dans la danse ») décrit son arrivée dans le village de Sialo, de nuit. La vie sociale de ce village se dévoile en même temps que les recherches de Cécile Leguy, composées comme un puzzle au fur et à mesure des événements vécus et relatés. Dans le cinquième chapitre (« Apprendre à plumer les plumes »), elle prend en compte les regards extérieurs, porteurs de présupposés, comme les recueils de proverbes décontextualisés qualifiant ces paroles de sages. Or, l’énonciation de proverbe est aussi située dans un environnement où « la vie est rude » (p. 33), et répond à un enjeu, faire entendre son avis sans défaire les relations. C’est ainsi que les paroles injurieuses ou même les critiques sont évitées pour laisser la place à un discours imagé. L’autrice rappelle que la parole est un moyen d’expression, de même qu’un mode de régulation des relations sociales, une manière d’agir (pp. 34-35).

4L’expérience personnelle sur le terrain domine les trois chapitres suivants : « Découvertes en miroir » (chap. VI), « Grandeur et misère de la calebasse » (chap. VII) et « Réapprendre le quotidien » (chap. VIII). Le chapitre VI évoque les difficultés de l’immersion qui suppose de s’oublier soi-même. Dans le chapitre VII, Cécile Leguy aborde un sujet sur lequel les ethnologues s’expriment peu, à savoir les cas de figure leur inspirant de l’aversion (une ivresse collective dans le cas présent). Dans le chapitre VIII, la description de gestes quotidiens et de leur sens social fait la transition avec la suite de l’ouvrage : « L’enquête ethnographique offre la possibilité en quelque sorte de repartir de zéro […]. Si elle nous met en situation d’étonnement, elle nous met aussi en situation d’ignorance, avec l’objectif paradoxal de ne pas en rester là […]. Il serait bien sûr inefficace d’en rester au niveau basique de celui qui a tout à apprendre […], il faut tout de même se mettre au travail » (p. 58).

5Ce travail, une recherche sur la parole, débute avec l’apprentissage de la langue bomu, raconté dans le neuvième chapitre intitulé « Les balbutiements du petit toubabou ». Il se poursuit avec l’étude des différents usages de proverbes dans le chapitre suivant : « Un œuf ne peut pas atteindre un poussin » (chap. X). Cécile Leguy présente à la fois sa méthodologie et les résultats de sa recherche en partant de l’analyse de plusieurs situations : son apprentissage de la langue avec les enfants, la rencontre avec une personne marginalisée parce qu’elle ne maîtrise pas la parole imagée, les moments où les proverbes sont utilisés. Savoir parler implique une connaissance de la vie des interlocuteurs (p. 59) : aucune responsabilité n’est ici confiée à une personne qui ne maîtrise pas la parole, qui ne sait pas « faire le lien entre les choses, entre les situations » (p. 63). Parler de manière imagée est une reconnaissance de l’intelligence des interlocuteurs. Les adultes usent ainsi de proverbes avec les enfants, moins pour transmettre des principes moraux que pour les inviter à réfléchir ; leur énonciation dépend de la position relative des personnes en présence (enfant/parent…), mais permet également d’outrepasser les règles de déférences que ces positions induisent (pp. 72-73).

6Ce travail, Cécile Leguy ne l’a pas fait toute seule, comme le montrent les deux chapitres suivants dans lesquels elle nous replonge dans les coulisses du métier d’ethnologue. Dans le chapitre XI (« De nouveaux morceaux du puzzle »), elle relate sa rencontre avec une des personnes qui l’aident dans sa recherche sur le terrain. Ce qu’elle apprend de sa vie enrichit sa connaissance de la société dans laquelle il vit et éclaire en creux son travail sur les proverbes. Cet apprentissage se fait également de façon incidente, au détour d’un propos à première vue déroutant, mais qui lui permettra ensuite de comprendre d’autres dimensions du milieu étudié. « Le plus délicat de l’enquête ethnographique est de révéler les évidences, les interdits », le problème étant qu’on n’en parle pas (p. 84). Le sujet présenté dans le douzième chapitre (« Ce dont on ne parle pas ») nous conduit à deux autres thèmes de sa recherche : la nomination ainsi que la parenté, un domaine fondateur de la discipline.

7Dans « Parler famille » (chap. XIII), Cécile Leguy exprime en quelques pages la singularité et la complexité qui émergent de ce travail sur la parenté, impliquant « de dérouler les histoires de vie et les relations qui les constituent » (p. 88), avec la possibilité aussi d’en être témoin. On voit bien dans le chapitre XIV, intitulé « Déchiffrer un nom », le caractère systématique de la recherche ethnologique, lequel transparaît par exemple lorsque la chercheuse demande à chacun de ses interlocuteurs qui a choisi son prénom et ce qu’il signifie. Ce qui lui semble n’être au départ « que des moments d’histoire » devient une analyse de la parole indirecte et de sa dimension performative (p. 97). Les deux chapitres suivants – « “Cela ne nous regarde pas”, “On les connaît” ! » (chap. XV) et « Des paroles efficaces » (chap. XVI) – sont consacrés à ces noms circonstanciels utilisés pour émettre des souhaits, formuler des normes, recadrer des comportements, mais que les études ethnologiques avaient jusque-là délaissés du fait de leur caractère trop anecdotique.

8C’est enfin la place de l’ethnologue sur le terrain qui est donnée à voir dans les deux derniers chapitres. Dans « Une femme cadeau » (chap. XVII), Cécile Leguy partage l’évolution de ses relations avec les personnes plus âgées notamment : « Ainsi l’intérêt qu’il y a à revenir sur son terrain est que l’on y vieillit et que ce temps qui passe non seulement consolide les relations, mais modifie aussi la place qu’on vous donne et que vous pouvez prendre » (p. 119). Dans « Épilogue » (chap. XVIII), elle souligne les signes d’intégration de l’ethnologue, comme faire partie du paysage ou y jouer un rôle qui déborde le cadre de l’enquête ethnographique (p. 125). Comparée à un puzzle, la recherche ethnographique montre ses spécificités : elle n’a pas de bords, « les morceaux s’accrochent à l’infini et s’effritent par endroits au fur et à mesure que d’autres s’assemblent » (Id.).

  • 1 Cf. ses autres écrits, notamment : Cécile Leguy, « De la subjectivité en anthropologie : se raconte (...)

9À travers cette expérience singulière, chacun aura plaisir à lire un récit finement pensé. Cécile Leguy alimente ses réflexions1 sur le métier de chercheur en ethnologie et les manières de le partager tout en y associant son propre vécu sur le terrain et celui des villageois qu’elle côtoie : le lecteur la suit dans les lieux qu’elle a arpentés, comme dans les méandres de la recherche, balayant ici et là quelques préjugés et rappelant l’importance de ces moments de sociabilité quotidienne.

Haut de page

Notes

1 Cf. ses autres écrits, notamment : Cécile Leguy, « De la subjectivité en anthropologie : se raconter, ou raconter l’enquête ? », in Anne Piponnier & Céline Ségur, eds, Identités du chercheur et narrations en sciences humaines et sociales, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2021 (« Questions de communication. Série actes » 43) : 33-46 ; Pierre Diarra & Cécile Leguy, « Le proverbe au risque de l’incompréhension », in Micheline Lebarbier, ed., Les Ruses de la parole. Dire et sous-entendre, parler, chanter, écrire, Paris, Karthala, 2017 (« Tradition orale ») : 23-47 ; Sandra Bornand & Cécile Leguy, « Des “paroles d’Afrique” dans un musée : de la valorisation à la transmission », Journal des africanistes, 2015, 85 (1-2) : 44-78 (en libre accès : http://journals.openedition.org/africanistes/4519).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Laure Carbonnel, « Cécile Leguy, Façonner la parole en Afrique de l’Ouest », L’Homme, 242 | 2022, 192-194.

Référence électronique

Laure Carbonnel, « Cécile Leguy, Façonner la parole en Afrique de l’Ouest », L’Homme [En ligne], 242 | 2022, mis en ligne le 25 août 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/42987 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.42987

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search