Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Comptes rendusValérie Gelézeau & Benjamin Joina...

Comptes rendus

Valérie Gelézeau & Benjamin Joinau, eds, Faire du terrain en Corée du Nord. Écrire autrement les sciences sociales

Samuel Guex
p. 195-199
Référence(s) :

Valérie Gelézeau & Benjamin Joinau, eds, Faire du terrain en Corée du Nord. Écrire autrement les sciences sociales. Paris, Atelier des Cahiers, 2021, 332 p., notes bibliogr., gloss., carte, ill. en coul. (« Essais »).

Texte intégral

1Comment rendre compte de l’originalité d’un tel ouvrage et de la richesse des questions qu’il soulève ? En tous les cas, un constat s’impose : les prétentions affichées en première et quatrième de couverture de vouloir « écrire autrement les sciences sociales » et d’être « un essai académique qui bouleverse les règles du genre » ne sont pas des formules creuses. La lecture de ce livre collectif à nul autre pareil est une expérience jouissive qui, sur le fond, fait réfléchir à la possibilité de faire de la recherche sur la Corée du Nord et, sur la forme, interroge la manière de transmettre la connaissance scientifique.

  • 1 Les « thomassons » sont des éléments urbains qui ont perdu toute fonction, comme un escalier ne men (...)

2Issu d’une mission scientifique sur l’urbanisme en Corée du Nord menée en 2013 par une équipe de sept personnes (historiens, géographe, architecte, anthropologue, coréaniste), le présent volume est constitué d’une vingtaine de textes, regroupés en cinq chapitres. Le premier porte sur la façon de faire du terrain en Corée du Nord. Il commence par une présentation des contributeurs – quatre pages qui donnent le ton et qui suffiraient à elles seules à convaincre les plus sceptiques du caractère résolument non conformiste du livre –, suivie d’une brève explication des jalons de l’enquête, avec, comme fil rouge de ce terrain à Pyongyang,  le concept de « thomasson »1.

3Le premier essai est l’œuvre de l’historien Koen de Ceuster. D’emblée, ce dernier remet en cause l’opinion communément admise dans le monde académique selon laquelle toute recherche en sciences sociales serait impossible en Corée du Nord. S’appuyant sur sa propre expérience, Koen de Ceuster constate que cette idée, fondée sur des a priori non démontrés, néglige un facteur qui conditionne grandement le degré de liberté d’enquête sur place : le statut assumé par le visiteur pendant le séjour ainsi que le statut de l’instance invitante nord-coréenne. Cela étant, même si le terrain est envisageable, il n’en présente pas moins certaines difficultés. Ainsi le sentiment de figurer dans une pièce de propagande, cherchant en vain à dévoiler une réalité cachée différente, est-il sans doute partagé par bien des visiteurs en Corée du Nord. Pour Koen de Ceuster, cette impression résulte de la confrontation entre la propagande et l’analyse critique. Il souligne la nécessité de dépasser l’opposition entre propagande et réalité, pour admettre au contraire que la propagande fait partie intégrante de la réalité nord-coréenne et qu’elle produit les cadres interprétatifs de la réalité sociale. Autrement dit, la question de savoir si les Coréens du Nord croient ou non en leur propagande n’a pas vraiment de sens, dans la mesure où c’est justement cette propagande qui leur fournit les éléments de langage pour décrire la réalité. Dans la même logique, l’ouverture vers l’autre incite à reconnaître que nul n’est réductible à son rôle. Les guides, par exemple, ne sont pas de simples diffuseurs de propagande, mais peuvent aussi se révéler de précieux collaborateurs, prêts à s’engager pour la réussite d’un projet, quand bien même leur participation serait dictée par les avantages pratiques qu’ils pourraient en retirer. En dépit des cadres idéologiques et des nombreuses contraintes, l’expérience de Koen de Ceuster montre que, grâce à une relation de confiance et à un respect mutuel, un terrain ethnographique en Corée du Nord est bel et bien réalisable.

4Les constats de Koen de Ceuster concernant le rapport entre le degré de liberté de mouvement et le statut de visiteur en Corée du Nord font écho à l’expérience de l’anthropologue Benjamin Joinau et à ce qu’il nomme les « régimes de visibilité », c’est-à-dire le fait d’être visible dans l’espace public ou privé mais aussi d’avoir accès à des sites, de pouvoir rencontrer des personnes. Selon lui, les régimes d’accessibilité peuvent varier, même avec un statut identique ; ces variations ne seraient pas fortuites mais tendraient à brouiller les attentes et à produire de l’autocensure. Face aux nombreuses contraintes matérielles du terrain en Corée du Nord, Benjamin Joinau note à quel point l’« objectivité » de l’observation est un phantasme à déconstruire, étant donné que l’interprétation permanente de ce qui est vu afin d’obtenir les informations refusées ne peut que « parasiter » cette objectivité. Sa réflexion sur l’altérité met en exergue l’asymétrie entre les chercheurs qui s’efforcent de comprendre les cadres de pensée de leurs interlocuteurs nord-coréens et ces derniers qui, de leur côté, ne semblent pas avoir conscience de la distance qui les sépare. C’est cette asymétrie, rendant illusoire tout échange équitable, qui serait de manière paradoxale la source principale d’altérité, bien plus que les différences culturelles et idéologiques.

5Les deux contributions de Henri Desbois, qui ne faisait pas partie de la mission à Pyongyang, permettent de mieux cerner le concept de thomasson. Inventés par l’artiste néo-dadaïste japonais Genpei Akasegawa, les thomassons apparaissent comme un phénomène essentiellement japonais, à la fois symptôme d’un environnement voué à la disparition et allusion à l’impermanence des choses. Au vu des retours d’expérience des membres de la mission, la conclusion du géographe est qu’il n’y a pas de thomasson à Pyongyang, hormis le célèbre hôtel Ryugyong, dont la fonction originelle a été remplacée par celle de vitrine de la propagande du régime.

6Le deuxième chapitre, constitué des retours de terrain, s’ouvre sur le « compte rendu factuel et objectif » de Françoise Ged. L’architecte décrit avec précision les objectifs visés (étude des transformations urbaines récentes à Pyongyang, mise en place d’échanges universitaires), le projet de développement de programmes de recherche et de coopération, les visites effectuées et, enfin, la ville. Que ce rapport de mission tout à fait classique détonne parmi les autres textes souligne encore un peu plus le caractère profondément original de l’ouvrage.

7Le texte d’Évelyne Chérel-Riquier revient sur la position complexe du chercheur spécialiste de la Corée du Sud en Corée du Nord et sur les difficultés induites par ce « bagage du Sud » dans les interactions avec les Nord-Coréens, notamment en matière d’habitudes langagières. Les embûches ne se limitent pas à de simples variations lexicales, comme le montre le « Lexique sérieux » proposé par l’historien Yannick Bruneton dans le quatrième chapitre ; elles se cachent parfois dans des termes ayant acquis des connotations sociales et politiques différentes au Nord et au Sud, tels que le suffixe honorifique « nim » (« Monsieur » ou « Madame ») dont l’utilisation est à éviter au Nord, ou le binôme sud-coréen pour désigner la Corée « Hanguk/Pukhan » (Corée du Sud/du Nord) à remplacer par son « concurrent » nord-coréen « Nam Chosŏn/Chosŏn » (Corée du Sud/du Nord).

8« Le making-of du terrain » proposé par Valérie Gelézeau vise à rappeler que le terrain ne se résume pas à la visite en Corée du Nord, mais qu’il s’agit d’un processus se déroulant avant, pendant et après la mission. Ce rappel est d’autant plus important dans le cas de ce pays où l’on ne pourrait supposément rien voir, où tout terrain serait impossible. Or, un terrain n’est jamais objectif, car, note la géographe, « les faits collectés sont toujours des reconstructions et des interprétations » (p. 132). Au lieu d’en rester au constat de la difficulté d’accès aux matériaux et à la non-fiabilité des sources, Valérie Gelézeau choisit l’approche critique d’une situation de terrain en contexte fermé, prenant en compte les contraintes posées par la Corée du Nord, non pas pour montrer l’« unicité » de ce pays, mais pour identifier des contextes communs avec d’autres espaces « autoritaires » caractérisés par la surveillance et la restriction des mouvements des chercheurs, tels que l’univers carcéral ou les centrales nucléaires. Dans ces conditions, plusieurs types de sujets en rapport avec des formes et des pratiques urbaines dans des espaces publics sont parfaitement envisageables, notamment la chasse aux thomassons qui a permis de récolter des objets à étudier (bâtiments en ruine, installations défectueuses, balcon ajouté illégalement…). Parmi les problèmes soulevés par le terrain en Corée du Nord, la question éthique est particulièrement épineuse, qu’il s’agisse des risques encourus par les informateurs ou les personnes rencontrées qui peuvent faire l’objet d’enquêtes policières, ou bien encore du risque d’être instrumentalisé par le système totalitaire. D’un autre côté, éviter le pays participerait à son isolement et ferait le jeu du système. En somme, le terrain n’est en aucun cas une réalité à découvrir mais un champ à travailler, un processus complexe inscrit dans la temporalité. Les échanges de courriels pour la préparation du voyage, les extraits de programmes, de carnets de terrain et du rapport après la mission, présentés en conclusion de ce deuxième chapitre, sont autant d’éléments permettant de mieux comprendre les difficultés et les enjeux liés à ce genre de mission qui, d’habitude, ne sont guère partagés par les chercheurs.

9Le troisième chapitre intitulé « Images Mirages Décalages » réunit des contributions très visuelles. Dans un quizz humoristique conçu à partir d’une série de photographies prises à Pyongyang, Koen de Ceuster reprend son analyse sur le statut de figurant développée plus haut, d’où il ressort qu'il ne faut pas rechercher une réalité authentique cachée par la propagande, mais plutôt avoir toujours présent à l’esprit « que la réalité est toujours multiple et située, et que chaque individu est un acteur qui, dans le cadre qui lui est donnée, décide de ses propres actions » (p. 211). Le texte de l’historien Alain Delissen « Tout vu, mal vu, rien vu », qui débute par un lorem ipsum et se termine avec la version coréenne de celui-ci, est issu d’un double journal de voyage. Il surprend par sa poésie, par les images et les sensations évoquées, et vient lui aussi casser les codes de la littérature en sciences sociales. Les « Trois résumés en images » de Françoise Ged rassemblent ses réflexions inspirées par les paysages découverts à Pyongyang, au regard de sa connaissance de l’architecture et de l’urbanisme de la Chine. Ses interrogations à propos de la perception de ce que l’on voit, du sens à lui apporter, et de la valeur à lui accorder, rejoignent les préoccupations des autres membres de la mission.

  • 2 Cf. Ch’oe Inch’ŏl, Chosŏn tandaesa (Kuryŏsa), Pyongyang, Kwahak paekkwasajŏn ch’ulp’ansa, 2010 : 44 (...)

10Le quatrième chapitre, « Le chercheur en Sisyphe », est constitué de quatre articles, dont trois signés par Yannick Bruneton. Le premier est une traduction d’un texte de l’historien nord-coréen Ch’oe Inch’ŏl, portant sur « La signification du nom de pays ‘Kuryŏ’ »2. On y apprend que le royaume Koguryŏ aurait succédé à l’État du Kuryŏ et que son nom proviendrait de l’assemblage du patronyme Ko du roi Tongmyŏng (37-19 av. J.-C.), fondateur du Koguryŏ, et de Kuryŏ (« pays saint, pays sacré »). La deuxième traduction est plus inattendue, puisqu’il s’agit des vingt-deux chansons interprétées lors du concert donné devant un public entièrement conquis par le groupe féminin Moranbong à Pyongyang, le 17 octobre 2013, auquel le traducteur a eu l’occasion d’assister durant la mission. Ce matériau unique nous fait découvrir une musique populaire au service de la patrie et du parti. Le « Lexique sérieux appris à Pyongyang » illustre à merveille le sentiment d’étrangeté exprimé par Évelyne Chérel-Riquier. Si l’absence de mots importés de l’anglais dans la langue nord-coréenne ne surprend guère, à l’image de sǔngganggi (« appareil qui monte et descend ») au lieu du ellebeit’ǒ (elevator, « ascenseur ») sud-coréen, on découvrira avec intérêt des faux-amis plus savoureux. Ainsi l’expression nord-coréenne pongsa shigan équivalente de kǔnmu shigan (« heure de service, travail ») en Corée du Sud dénote-t-elle une différence loin d’être anodine, sachant qu’au Sud l’usage de pongsa est réservé aux activités bénévoles. En matière d’innovation linguistique, le Nord fait d’ailleurs presque figure de précurseur. On pourrait parfaitement imaginer par exemple que ton munŭn kot (« endroit où l’on paie ») supplante un jour son équivalent sino-coréen kyesandae (« caisse enregistreuse de grand magasin ») utilisé au Sud. Après tout, au Sud aussi, des termes « purement » coréens comme naganŭn kot (« endroit où l’on sort ») ou p’yo sanŭn kot (« endroit où l’on achète les billets ») tendent eux aussi à remplacer leur équivalent sino-coréen ch’ulgu (« sortie ») et maep’yoso (« guichet »).

11La dernière contribution du chapitre, signée Benjamin Joinau, propose une comparaison de la réalité nord-coréenne avec la physique quantique, une association déconcertante de prime abord mais qui mérite réflexion. Il est vrai que les similitudes ne manquent pas : « L’objet nord-coréen est de ces objets qui changent en fonction de l’observateur, du lieu de l’étude, du moment d’observation, qui disparaissent même ou se transforment du moment où ils sont observés, qui sont doués d’ubiquité (capacité à être à la fois ici et là, donc ceci et cela) et que l’on suspecte même de se constituer parfois sous le regard extérieur » (p. 278), caractéristiques qui évoquent effectivement la physique quantique. Cette approche présente plusieurs intérêts, à commencer par nous mettre en garde contre toute tentative de lecture binaire de la réalité nord-coréenne, afin de dépasser le principe de non-contradiction. Si ce constat peut s’appliquer à tout système social complexe, Benjamin Joinau souligne qu’en général les sociétés modernes admettent tacitement l’injonction logique qui permet de les penser avec une logique binaire. Un tableau d’exemples de ces réalités quantiques nord-coréennes illustre à merveille l’intuition de l’auteur. Par exemple, à l’affirmation selon laquelle les « étrangers peuvent prendre un taxi à Pyongyang » s’oppose l’affirmation contraire, étant donné que les étrangers n’ont pas le droit d’utiliser le won, la monnaie nord-coréenne, alors que celle-ci est pourtant la seule acceptée par les taxis. À ces deux états contradictoires, vient s’ajouter un troisième constat, celui que les étrangers peuvent bel et bien prendre un taxi, mais pas depuis un hôtel.

12Le dernier chapitre traite de la question du terrain et des émotions des chercheurs, un aspect lui aussi généralement peu abordé de façon aussi directe dans les ouvrages en sciences sociales. Il s’ouvre sur un texte de Pauline Guinard, qui donne un point de vue extérieur – celui d’une géographe et non d’une coréanologue – sur la mission et les relations, notamment émotionnelles, entretenues par les autres membres coréanologues de la délégation avec leur terrain. Les sentiments contradictoires suscités par « cette réalité quantique » que constitue la Corée du Nord où, à l’instar de l’accès à internet, tout est à la fois possible et impossible, sont ici envisagés comme une manière d’interroger la place des chercheurs dans ce genre de terrain. Au-delà des frustrations provoquées par les limites imposées par la censure, Pauline Guinard retient de son expérience de l’altérité en Corée du Nord la nécessité de repenser les concepts occidentaux afin de les rendre opératoires dans des contextes radicalement différents, condition indispensable pour parvenir à faire de la recherche « sur et en Corée du Nord ».

13Le témoignage de Benjamin Joinau offre un exemple de la complexité des émotions qui peuvent saisir un chercheur, vivant et travaillant en Corée du Sud depuis deux décennies comme lui, lors d’une mission en Corée du Nord. Ainsi, l’impossibilité même de mentionner le nom de la capitale sud-coréenne, contrairement aux noms des villes occidentales, crée-t-elle paradoxalement une distance psychologique plus grande entre Pyongyang et Séoul, malgré une distance physique réduite, qu’entre Pyongyang et Paris. Valérie Gelézeau évoque quant à elle les vertus des émotions, souvent perçues comme des obstacles à la recherche, mais qui peuvent renforcer la motivation, ou bien, dans le cas d’émotions négatives, révéler des failles dans l’appréhension de ce pays et rappeler l’importance de suspendre son jugement tout en restant fidèle à soi-même.

14Outre l’originalité des contenus proposés (quizz, paroles de chanson, notes de travail, etc.), on relèvera également le recours à certains éléments plutôt inhabituels dans des essais scientifiques, tels que les dessins inspirés des photographies de terrain retravaillées par Sun Mu, un artiste d’origine nord-coréenne réfugié en Corée du Sud depuis 2001, ou les quatre bandes dessinées du même artiste illustrant certains événements survenus durant la mission. L’ajout dans les marges de « scolies », inspirées des dialogues échangés entre les deux éditeurs, Valérie Gelézeau et Benjamin Joineau, durant le processus de rédaction du manuscrit constitue sans doute le dispositif le plus singulier du livre. Le lecteur y trouvera des remarques d’une grande franchise, souvent teintées d’humour, qui donnent l’impression de pouvoir dialoguer avec les coordinateurs, en partageant ou non leurs appréciations, et qui en même temps enrichissent la compréhension des articles.

15Au registre des regrets, on se contentera d’exprimer celui de ne pas avoir produit un compte rendu capable lui aussi de « bouleverser les règles du genre », à l’instar de cet ouvrage aujourd’hui hors norme, mais dont on espère qu’il suscitera de nombreuses vocations et qu’il contribuera, si ce n’est à imposer de nouvelles règles en matière d’écriture en sciences sociales, du moins à diversifier les formats de transmission du savoir scientifique.

Haut de page

Notes

1 Les « thomassons » sont des éléments urbains qui ont perdu toute fonction, comme un escalier ne menant nulle part, et qui ont acquis un statut d’œuvre d’art. Leur nom fait référence au célèbre joueur américain de baseball, Gary Thomasson, engagé à grands frais par les Yomiuri Giants de Tokyo dans les années 1980, mais qui se révéla inutile à l’équipe en raison de ses piètres performances.

2 Cf. Ch’oe Inch’ŏl, Chosŏn tandaesa (Kuryŏsa), Pyongyang, Kwahak paekkwasajŏn ch’ulp’ansa, 2010 : 44-50.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Samuel Guex, « Valérie Gelézeau & Benjamin Joinau, eds, Faire du terrain en Corée du Nord. Écrire autrement les sciences sociales », L’Homme, 242 | 2022, 195-199.

Référence électronique

Samuel Guex, « Valérie Gelézeau & Benjamin Joinau, eds, Faire du terrain en Corée du Nord. Écrire autrement les sciences sociales », L’Homme [En ligne], 242 | 2022, mis en ligne le 25 août 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/42997 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.42997

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search