Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Comptes rendusJulien Levesque, Pour une autre i...

Comptes rendus

Julien Levesque, Pour une autre idée du Pakistan. Nationalisme et construction identitaire dans le Sindh

Paul Rollier
p. 199-201
Référence(s) :

Julien Levesque, Pour une autre idée du Pakistan. Nationalisme et construction identitaire dans le Sindh. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, 315 p., bibl., index, gloss., ill. (« Res publica »).

Texte intégral

1Premier État moderne fondé au nom de l’islam, le Pakistan doit nationaliser et fédérer en son sein plusieurs ensembles ethniques et linguistiques dont les frontières débordent celle de l’État-nation. La sécession de la partie orientale en 1971, elle aussi à majorité musulmane, représente à bien des égards un désaveu du principe fondateur du Pakistan selon lequel l’identité religieuse suffirait à faire nation ; tout comme la pérennité de nombreux mouvements ethnolinguistiques dans le pays, et ce, malgré la répression dont ils sont l’objet. Pour une autre idée du Pakistan. Nationalisme et construction identitaire dans le Sindh complète une vaste littérature portant sur l’élaboration politique de cette nation musulmane. Servi par une écriture sobre et efficace, cet ouvrage cherche à démontrer que la nation pakistanaise est le produit d’un processus de redéfinition permanente des groupes qui la composent. Pour ce faire, Julien Levesque propose une étude détaillée de l’histoire politique et culturelle du Sindh moderne, une province au sud-est du pays où réside un cinquième de la population nationale.

  • 1 Signalons la parution récente du livre d’Asma Faiz, In Search of Lost Glory. Sindhi Nationalism in (...)

2Issu d’une thèse de doctorat, ce livre comble une lacune puisqu’il s’agit de l’une des seules monographies académiques sur l’histoire du nationalisme au Sindh1, et la première écrite en français. Le nationalisme est ici abordé dans une perspective résolument constructiviste, à savoir comme un discours performatif visant à faire advenir la nation qu’il énonce et, ce faisant, qui transforme en profondeur la société dans laquelle il s’inscrit. Julien Levesque s’attache à documenter la construction et les inflexions de l’identité sindhie moderne, en insistant sur le travail de représentation et d’objectivation de la culture dans le développement des mouvements ethnonationalistes. Son étude s’appuie sur différents types de sources, notamment des archives et des documents écrits émanant d’acteurs nationalistes (certains en sindhi), ainsi que des données d’entretiens et des observations de terrain.

3Précédée d’une introduction qui offre une problématisation pertinente du sujet, la première partie de l’ouvrage retrace l’histoire du nationalisme sindhi à travers le portrait de trois générations d’acteurs politiques. Ce nationalisme s’élabore initialement durant la période britannique autour de l’idée du Sindh comme unité politique et culturelle ancestrale, puisqu’héritière de la civilisation harappéenne que l’archéologie coloniale découvrait alors (chap. I). Par la suite, les bouleversements démographiques consécutifs à la partition de 1947 favorisent l’émergence de revendications politiques au sein d’une classe moyenne sindhie frustrée dans son espoir d’ascension sociale et de reconnaissance linguistique (chap. II). Les mouvements régionalistes et autonomistes qui se répandent alors, sur fond de dictature militaire, s’inscrivent en opposition au nationalisme pakistanais. Si ce dernier s’énonce en ourdou et repose sur l’appartenance religieuse partagée – musulmans et hindous appartiendraient à deux « nations » distinctes –, le nationalisme sindhi se fonde quant à lui sur la réification d’éléments culturels et linguistiques régionaux, et sur la dénonciation d’un État central dominé par les Pendjabis, majoritaires dans le pays. Julien Levesque rappelle que, dans la province du Sindh, ces antagonismes se trouvent progressivement indexés sur la langue et donnent lieu, à partir des années 1970, à une polarisation de la population sindhie et de la population ourdophone issue de l’émigration indienne. Sous l’effet de la répression et du fractionnement des partis nationalistes sindhis au cours des décennies suivantes, de nombreux militants entament un parcours de reconversion (chap. III). L’auteur décrit notamment les formes de « défection loyale » (p. 169), c’est-à-dire en cohérence avec la cause nationaliste, par exemple à travers le journalisme en langue sindhie et les Ong. L’un des aspects les plus intéressants de cette analyse porte sur la manière dont ces nationalistes parviennent à diffuser leurs idées au-delà de la sphère militante, et ce, malgré l’échec de la cause indépendantiste (pp. 172-177). Ainsi de nombreux militants finissent-ils par intégrer le Parti du peuple pakistanais (Ppp) de la famille Bhutto (originaire du Sindh), l’un des seuls partis d’envergure capables de gagner des élections nationales. En les cooptant, le Ppp offre des gages de sa « sindhité » à l’électorat provincial. En retour, cette intégration permet aux anciens militants sindhis de poursuivre une carrière politique et d’exprimer des revendications régionalistes sur la scène nationale, comme celles concernant le manque d’eau dans le Sindh et le partage des ressources entre les autorités provinciales et fédérales. Julien Levesque suggère ainsi, en creux, qu’aussi imparfaites soient-elles, la démocratie pakistanaise et les dynamiques clientélistes qui la sous-tendent rendent possibles l’expression pacifiée de positions dissidentes, bien qu’atténuées, et l’enchâssement de projets nationalistes parfois contradictoires.

4La seconde partie de l’ouvrage traite de l’essentialisation de la culture sindhie et de ses usages identitaires au cours du siècle dernier. L’auteur analyse la manière dont certains thèmes et objets culturels ont été « folklorisés », c’est-à-dire identifiés comme authentiquement sindhis, figés dans un passé fantasmé et mobilisés en tant que symboles d’une nation menacée. Il en va ainsi de l’idée selon laquelle le Sindh serait, de façon presque consubstantielle, une terre de soufisme (chap. IV). Dans son acceptation essentialiste, le soufisme devient synonyme d’inclusivité et de syncrétisme, par contraste avec l’islam rigoriste porté par l’État dans une perspective homogénéisante de la nation. Julien Levesque prend soin de souligner la nature performative de ce postulat, le soufisme étant, d’un point de vue discursif, un « signifiant vide », à la fois consensuel et polysémique. Et c’est en tant que tel, écrit-il, bien plus qu’en référence aux pratiques qu’il recouvre, que le soufisme peut être érigé en symbole et exploité par les nationalistes sindhis comme un marqueur identitaire. À travers ses réflexions sur le soufisme, sur le « costume national » sindhi (chap. VI) et sur la folklorisation de l’histoire régionale (chap. V), l’auteur nous donne effectivement à voir « une autre idée du Pakistan » ; en l’occurrence, un Pakistan non plus imaginé comme une solution de rupture face à l’impossible cohabitation entre hindous et musulmans, mais comme l’aboutissement d’un processus civilisationnel amorcé avant même l’arrivée de l’islam dans le sous-continent. Le référent religieux étant ici excentré, l’historiographie sindhie accorde volontiers une place aux figures historiques hindoues. Phénomène assez unique au Pakistan, cette reconnaissance de la période préislamique et de la présence des non-musulmans est d’autant plus frappante quand on connaît les distorsions de l’histoire officielle telle qu’enseignée dans les manuels scolaires. C’est là un des mérites de l’ouvrage que de rendre compte de ces manières alternatives d’écrire l’histoire au Pakistan.

  • 2 Pour ce faire, on conseillera la lecture en parallèle de l’ouvrage d’Alyssa Ayres, Speaking Like a (...)

5Par la clarté de son propos et la rigueur de ses arguments, Pour une autre idée du Pakistan ne manquera pas de susciter l’intérêt des historiens et politistes qui réfléchissent aux effets performatifs du nationalisme ethnique dans son rapport à la culture. Particulièrement riche en détails, il éclaire de nombreux moments de l’histoire moderne du Sindh et sera par conséquent indispensable aux spécialistes de la région. À cet égard, Julien Levesque a pu avoir accès aux archives personnelles de G. M. Sayed (1904-1995), figure de proue du nationalisme sindhi, ce qui lui permet d’interpréter de manière inédite son virage indépendantiste dans les années 1970. Enfin, les chercheurs en études sud-asiatiques trouveront là matière à réflexion pour repenser les modalités d’agencement entre identités ethnique et nationale ailleurs au Pakistan. En effet, du Baltistan au Baloutchistan, le pays compte de nombreux mouvements ethnolinguistiques aux attributs parfois analogues. Le seul regret que l’on puisse émettre est donc que l’ouvrage ne permette pas de distinguer aisément, parmi les phénomènes analysés ici – telles la folklorisation, la projection de la nation comme entité immémoriale ou la rhétorique anti-pendjabie –, lesquels sont spécifiques au Sindh et lesquels relèvent de dynamiques communes à d’autres provinces du pays2. Une meilleure mise en perspective à l’échelle nationale aurait sans doute permis d’écarter tout risque d’exceptionnalisation du cas sindhi. Hormis cette réserve, ce livre rassemble une somme de réflexions critiques essentielles pour notre compréhension du Pakistan contemporain et, à ce titre, mériterait d’être traduit en anglais afin de le rendre accessible à l’ensemble des spécialistes de la région.

Haut de page

Notes

1 Signalons la parution récente du livre d’Asma Faiz, In Search of Lost Glory. Sindhi Nationalism in Pakistan, London, Hurst & Co, 2021.

2 Pour ce faire, on conseillera la lecture en parallèle de l’ouvrage d’Alyssa Ayres, Speaking Like a State. Language and Nationalism in Pakistan, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2009.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Paul Rollier, « Julien Levesque, Pour une autre idée du Pakistan. Nationalisme et construction identitaire dans le Sindh », L’Homme, 242 | 2022, 199-201.

Référence électronique

Paul Rollier, « Julien Levesque, Pour une autre idée du Pakistan. Nationalisme et construction identitaire dans le Sindh », L’Homme [En ligne], 242 | 2022, mis en ligne le 25 août 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/43017 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.43017

Haut de page

Auteur

Paul Rollier

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search