Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Comptes rendusCamille Schmoll, Les Damnées de l...

Comptes rendus

Camille Schmoll, Les Damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée

Eléana Courpasson
p. 204-206
Référence(s) :

Camille Schmoll, Les Damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée. Paris, La Découverte, 2020, 247 p. (« Cahiers libres »).

Texte intégral

1Pourquoi les femmes ont-elles moins de chance de survivre à la traversée de la Méditerranée que les hommes ? L’Organisation internationale pour les migrations estime qu’elles ne représentent que 20% des arrivées maritimes en Europe cette dernière décennie ; pourtant, un corps sur deux identifiés à la suite des naufrages d’embarcations de fortune est celui d’une femme. Le constat de ce décalage et l’interrogation qui en découle ont inspiré l’ouvrage de Camille Schmoll, Les Damnées de la mer. Enseignante chercheuse en géographie à l’Université de Paris, elle le publie en 2020 dans le prolongement de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches, soutenu à Poitiers en 2017. Ce dernier est lui-même le résultat de dix années d’enquêtes, menées dans des lieux d’accueil et de rétention de demandeurs et demandeuses d’asile en Italie et à Malte. L’observation de ces « lieux-frontières », du jeu des acteurs et des politiques qui les façonnent, ainsi que le recueil de quelque quatre-vingts témoignages de femmes migrantes constituent les ressorts ethnographiques de l’ouvrage. L’autrice y avance la thèse suivante : la violence de l’expérience migratoire féminine, multiple dans ses motivations et dans ses réalisations, est accentuée par la mise en œuvre de pratiques institutionnelles et politiques répressives. Si bien que la vie dans la frontière est caractérisée par une violence de genre, par des discriminations raciales, contre lesquelles s’érigent des mécanismes de résistance individuels et collectifs, faisant de l’immigration le lieu d’une tension entre opportunité et risque.

  • 1 Michel Agier, avec la collab. de Clara Lecadet, eds, Un monde de camps, Paris, La Découverte, 2014.

2Par une « ethnographie des survivantes » (p. 12), l’enjeu annoncé est ainsi de rendre aux histoires de migration féminine leur épaisseur, de dépasser l’essentialisation binaire de la femme migrante, tantôt victime, tantôt héroïne. Cette entreprise commence par le récit de Julienne, dont l’histoire, aussi singulière qu’exemplaire, permet d’aborder les thèmes centraux développés dans l’ouvrage. Ayant fui le Cameroun après avoir subi des violences de genre (mariage forcé et violences conjugales), Julienne traverse le désert, l’enfer libyen, la mer Méditerranée, avant d’atteindre l’Europe, continent ressemblant à ses yeux au « monde de camps » décrit par Michel Agier et Clara Lecadet1. Sa voix porte celles des autres, celles qui ne sont pas entendues et celles qui ne le seront jamais plus : les circonstances du départ, les modalités de la traversée, les conditions de l’accueil constituent dans chaque trajectoire individuelle une expérience de « cumul de violences » (p. 58), qu’elles soient le fait de personnes ou d’institutions. Les chapitres II et III rapportent ces expériences particulières autant qu’universelles, qui sont l’occasion de recadrer certaines notions conceptuelles, telles que la migration mixte et la migration autonome : leur usage est banalisé car il facilite les exigences classificatoires des institutions de la migration en niant, d’une part, la complexité des vécus, d’autre part, l’imbrication de ces derniers dans des réseaux transnationaux, familiaux et sociaux. Ces notions reposent sur le mythe « de la pureté de la démarcation » (p. 73) entre vrai et faux réfugié, ainsi que sur la fiction de la migration seule. Cette classification est l’un des ressorts de la violence institutionnelle, que les lieux d’accueil et de rétention constituant l’« archipel de la contrainte » européen, pour reprendre le titre du chapitre III, matérialisent. Elle contribue à vulnérabiliser des femmes dont la trajectoire ne se prête pourtant jamais à l’essentialisation.

3L’enquête menée dans le grand centre d’accueil de Castelnuovo di Porto (près de Rome) permet de brosser, au sein du chapitre IV, un portrait moral de la vie dans un lieu en marge de l’Europe. Il s’agit d’une vie de contraintes, figeant les femmes dans les blessures du passé durant les interminables phases d’attente inhérentes à la rétention, attente qualifiée par l’autrice de « technologie d’assujettissement très puissante, qui confine les personnes hébergées à une position subalterne » (p. 134). Pourtant, l’ethnographie révèle, parallèlement, une « vie qui résiste » et que le chapitre V met en lumière. Cette résistance se conçoit comme une activité du quotidien, une gestuelle « micropolitique » façonnant l’économie morale de la rétention. Camille Schmoll introduit ainsi la notion d’« autonomie en tension » pour décrire cette résistance dans la contrainte : elle s’exprime par le corps et ses usages, dans l’espace domestique et sa gestion, par internet et l’image de soi créée numériquement.

4Comme le suggère le titre de la conclusion, « Ce que les migrations font aux femmes, ce que les femmes font aux migrations » (p. 185), la migration est le lieu d’une activité politique et morale intense qui n’est pas univoque : il s’agit de reconnaître à la femme ses potentialités d’action et d’actrice, à rebours d’une opinion publique percevant la migrante comme passive, suiveuse. C’est là toute la pertinence de l’ouvrage, que cette conclusion finit d’inscrire dans une tradition longue d’études féministes sur la migration. On remarquera néanmoins un possible décalage par rapport à cette tradition, qui se concentre sur la dimension active de la migration féminine en la reliant ou bien au marché du travail, ou bien à la résistance aux oppressions subies au sein du foyer. Si Camille Schmoll prend bien sûr en considération les domaines sociaux, économiques et domestiques, la spécificité de son ouvrage réside dans l’affirmation suivante : la migration est avant tout « une expérience corporelle » (p. 198). Dans cette perspective, les caractéristiques sociales et économiques apparaissent alors comme les attributs du corps féminin, composante principale du parcours migratoire. La féminisation de l’approche redonne ainsi droit à des aspects peu abordés de l’expérience migratoire : les politiques de l’intime, le rôle des émotions, sièges des « morsures de l’exil », la mise en situation du corps, tantôt mobile et immobile. C’est aussi cette reconnaissance de l’incarnation de la migration féminine qui permet de saisir toute la violence des politiques migratoires visant d’abord à gérer et empêcher les corps, notamment par un développement récent des techniques biométriques. Les Damnées de la mer apporte donc une précieuse contribution aux travaux sur les migrations féminines en élargissant le regard porté sur ces dernières : contraint par les dilatations de l’espace et du temps ainsi que par les politiques migratoires, le corps de la femme est le lieu privilégié d’application de ces politiques institutionnelles – et, en réaction, le siège de la résistance possible.

Haut de page

Notes

1 Michel Agier, avec la collab. de Clara Lecadet, eds, Un monde de camps, Paris, La Découverte, 2014.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Eléana Courpasson, « Camille Schmoll, Les Damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée », L’Homme, 242 | 2022, 204-206.

Référence électronique

Eléana Courpasson, « Camille Schmoll, Les Damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée », L’Homme [En ligne], 242 | 2022, mis en ligne le 25 août 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/43037 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.43037

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search