Navigation – Plan du site

AccueilNuméros242Comptes rendusDidier Fassin, Les Mondes de la s...

Comptes rendus

Didier Fassin, Les Mondes de la santé publique. Excursions anthropologiques. Cours au Collège de France, 2020-2021

Clara Boutet
p. 210-212
Référence(s) :

Didier Fassin, Les Mondes de la santé publique. Excursions anthropologiques. Cours au Collège de France, 2020-2021. Paris, Le Seuil, 2021, 391 p., bibl., index (« La Couleur des idées »).

Texte intégral

  • 1 Cf. la leçon inaugurale présentée le 16 janvier 2020 : Didier Fassin, De l’inégalité des vies, Pari (...)

1Le médecin et anthropologue Didier Fassin a compilé dans ce volume huit leçons données au Collège de France, du 14 avril au 16 juin 2021, alors qu’il était titulaire de la Chaire annuelle « Santé publique »1, après un report d’un an. Dans cet interstice, tout avait changé dans l’appréhension de « cet objet qui avait brusquement envahi l’espace public autant que le domaine privé au point de mobiliser presque toute l’attraction des médias, des politiques et des citoyens » (p. 15). La situation sanitaire exceptionnelle consécutive à l’épidémie de coronavirus, mettant en lumière les manifestations protéiformes de la santé publique dans nos sociétés, a donné à l’ouvrage son saisissant à-propos.

2Date du premier confinement en France pour enrayer la propagation du Covid-19, le 17 mars 2020 marque, en effet, le début de l’incursion de la santé publique dans le quotidien sous différentes expressions : mesures étatiques (confinement, aides financières…), interruption des activités, « gestes barrières », distanciation physique dite « sociale », port du masque, isolement, symptômes, tests de dépistage, recherche de traitements et polémiques, puis polémiques encore et vaccins… La santé publique prend le visage d’une « police sanitaire, avec son appareil de prohibition, d’obligation, de contrôles et de sanctions » (p. 13).

3Avec le saturnisme infantile comme fil directeur des chapitres, Didier Fassin étudie la « Naissance de la santé publique » à travers différents phénomènes sanitaires, sans négliger le travail de quantification pour traduire les paradoxes de la « Vérité du chiffre ». Sont ensuite tour à tour abordés les « Frontières épistémiques », les enjeux (sociaux ?) sous-tendus par les « Thèses conspirationnistes », les « Crises éthiques », les « Exils précaires » à propos de la santé des migrants et, enfin, les troubles psychiques et désordres sociaux lors d’« Épreuves carcérales ». Ce sont autant de leçons qui se succèdent pour s’achever par des « Lectures de la pandémie ».

4Didier Fassin observe qu’en 1987, trois cas d’intoxication au plomb chez l’enfant sont recensés dans la littérature pédiatrique. La contamination est souvent due à l’ingestion d’écailles de peinture murale, encore résiduelles dans des habitations antérieures à 1940. Même à des taux peu élevés, la présence de plomb dans le corps entraîne des effets comportementaux chez les enfants, visibles sur leur psychomotricité comme sur leur quotient intellectuel et leurs résultats scolaires, d’où la recommandation d’un dépistage préventif. L’objectif est d’identifier soit un environnement à risque (selon la vétusté de l’habitat), soit les personnes à risque (i.e. les enfants exposés). Après identification, deux solutions sont possibles, la première collective, la seconde individualisée : rénover l’habitat en cause ou reloger. Mais, pour les pouvoirs publics, il s’avère bien entendu moins coûteux de se limiter à la prise en charge médicale des cas dépistés ou de lancer des campagnes d’information auprès des familles, que de revoir la politique des logements sociaux.

5L’auteur déconstruit l’évolution des traitements contradictoires appliqués au saturnisme et expose les raisons de l’explosion des cas en douze ans (de 10 à 85 000). Cette inflation saturnine s’explique par plusieurs facteurs, notamment par l’abaissement du seuil pathologique du taux de plomb dans le sang qui accroît, en conséquence, le nombre d’enfants concernés. Les symptômes qui définissaient jusqu’alors les cas comme maladie grave sont également revus et les comportements davantage pris en compte : il ne s’agit plus tant d’un diagnostic net que de calculs statistiques ou de probabilités, couvrant une population plus large. Cette redéfinition de l’intoxication au plomb participe de ce que l’on a appelé l’« invention de nouveaux cas ». Rare en 1987, ce problème sanitaire est devenu fréquent en 1999, désormais qualifié d’« épidémie silencieuse ».

6D’abord strictement médical, le phénomène s’étend à la sphère sociale qui concentre les problématiques de la précarité et souligne la difficulté, pour certaines populations, de trouver un logement salubre et d’une taille convenable. De plus, l’origine des familles, issues pour la plupart de l’Afrique subsaharienne, a contribué à ce que le saturnisme infantile ne soit pas considéré comme une priorité, contrairement à d’autres maladies épidémiques émergentes comme le sida dans les années 1990. Bien au contraire, une analyse culturaliste dénoncée par le médecin anthropologue renvoie ces populations immigrées à leurs pratiques culturelles, interprétant l’intoxication au plomb comme une manifestation de la géophagie (ingestion de matière et des substances minérales toxiques qu’elle contient) dans sa forme pathologique : le pica.

  • 2 Cf. Michel Foucault, Du Gouvernement des vivants. Cours au Collège de France, 1979-1980, Paris, Ehe (...)

7Dans chacune de ses leçons, Didier Fassin affine la compréhension du passage de la maladie rare (cas graves) au risque statistique (une probabilité ouvrant la possibilité d’un dépistage), c’est-à-dire le passage d’une approche de médecine clinique à celle de santé publique. Son point de vue anthropologique le conduit à envisager les thèses conspirationnistes comme n’importe quel fait social révélateur de ce qui façonne nos sociétés. L’auteur veille à lutter contre l’ethnocentrisme dans l’étude du Covid-19 ou des « formes de vie vulnérables », celles des personnes exilées ou incarcérées. Ces dernières subissent des disparités de traitements du fait de l’inégale distribution de la « biolégitimité » – ou l’idée selon laquelle toutes les vies ne se valent pas. Ainsi la filiation de Didier Fassin avec ses prédécesseurs au Collège de France se noue-t-elle dans l’héritage foucaldien2, omniprésent. Les notions liées au « gouvernement de la vie », les concepts de « biopolitique » et de « biopouvoir » sont en effet depuis longtemps développés par l’auteur.

8Didier Fassin opère un décentrement du regard en vertu d’un « exercice de désaccoutumance intellectuelle » (p. 16). Son focus sur la France ne l’empêche pas d’aborder des cas empiriques issus d’autres continents (le syndrome de la guerre du Golfe chez les soldats étatsuniens, le sida en Afrique du Sud, la crise des opiacés aux États-Unis, etc.). Ces Excursions anthropologiques se présentent comme des occasions de penser l’altérité. Véritables enquêtes inscrites dans une trame narrative, elles se rendent accessibles au profane qui a été confronté malgré lui à la matérialisation de la santé publique dans son quotidien. Cet ouvrage ne porte pas tant sur une définition que sur les enjeux multiples qui constituent et rejouent la naissance de la santé publique, dans une tension inéluctablement morale et politique.

Haut de page

Notes

1 Cf. la leçon inaugurale présentée le 16 janvier 2020 : Didier Fassin, De l’inégalité des vies, Paris, Collège de France-Fayard, 2020 (« Leçon inaugurale du Collège de France » 293).

2 Cf. Michel Foucault, Du Gouvernement des vivants. Cours au Collège de France, 1979-1980, Paris, Ehess-Gallimard-Le Seuil, 2012 (« Hautes études »).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Clara Boutet, « Didier Fassin, Les Mondes de la santé publique. Excursions anthropologiques. Cours au Collège de France, 2020-2021 », L’Homme, 242 | 2022, 210-212.

Référence électronique

Clara Boutet, « Didier Fassin, Les Mondes de la santé publique. Excursions anthropologiques. Cours au Collège de France, 2020-2021 », L’Homme [En ligne], 242 | 2022, mis en ligne le 25 août 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/43067 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.43067

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search