Navigation – Plan du site

AccueilNuméros243-244Comptes rendusHistoire & ÉpistémologieLuca Addante, I Cannibali dei Bor...

Comptes rendus
Histoire & Épistémologie

Luca Addante, I Cannibali dei Borbone. Antropofagia e politica nell’Europa moderna

Maurizio Coppola
p. 247-248
Référence(s) :

Luca Addante, I Cannibali dei Borbone. Antropofagia e politica nell’Europa moderna. Bari, Laterza, 2021, 176 p., notes bibliogr., index (« Storia e società »).

Texte intégral

1L’historien Luca Addante analyse, dans ce livre très dense et richement documenté, les phénomènes d’anthropophagie qui se sont produits à la fin xviiie siècle au cours de la contre-révolution napolitaine, lorsque le gouvernement jacobin de la République récemment proclamée est renversé, en juin 1799, par une armée populaire fidèle à la dynastie régnante des Bourbons. Avec à sa tête le cardinal Ruffo, cette armée hétéroclite comporte dans ses rangs une part importante de lazzaroni, jeunes appartenant à la population la plus pauvre du royaume.

2Comme Luca Addante le démontre, la reprise de la capitale du royaume de Sicile, Naples, s’accompagne d’une répression sanglante contre les partisans républicains. Le peuple, enragé par la propagande contre-révolutionnaire, déclenche une période de terreur lors de laquelle les jacobins subissent tortures et sévices en tout genre. La vindicte populaire s’acharne sur les corps des condamnés même après leur mort, jusqu’à se livrer à des actes de cannibalisme. L’auteur porte en particulier son attention sur ce rituel anthropophage qui a marqué la contre-révolution de 1799. À partir de comptes rendus, d’extraits d’articles de journaux, de témoignages, il reconstruit, dans le premier chapitre, les séquences de cet épisode de « cannibalisme européen » qui, même à cette époque, a scandalisé les contemporains.

3Luca Addante observe cependant, dans le chapitre II, que, loin d’être une spécificité de Naples, le cannibalisme a été, en période troublée de guerre civile, une pratique récurrente dans l’Europe médiévale et moderne. Bien que celui-ci soit considéré comme un tabou par la moralité chrétienne, il a été fréquemment relaté dans les chroniques et a constitué la matière de traités politiques et philosophiques.

4Ce qui est particulièrement intéressant dans cette reconstruction est l’apparente contradiction européenne. L’expérience du colonialisme a en effet fait émerger d’autres catégories de domination parmi lesquelles le cannibalisme des peuples « primitifs » est perçu comme une démarcation entre le « nous » et l’« autre », c’est-à-dire entre la « civilisation » et la « barbarie » des sociétés extra-européennes. Le discours sur le cannibalisme a, entre autres, été utilisé pour véhiculer une image négative de l’autre et justifier l’entreprise colonisatrice. Or, l’histoire décrite par Luca Addante nous dévoile une réalité très différente.

5Comment alors expliquer ces épisodes d’anthropophagie dans l’Europe « civilisée », en particulier dans la Naples de 1799, ville qui figure parmi les plus peuplées et les plus importantes du continent à l’époque moderne ? Pour répondre à cette question, Luca Addante combine le regard de l’historien et l’interprétation anthropologique dans une approche interdisciplinaire très efficace et très rare dans les travaux académiques italiens. D’après ce dernier, il est possible de trouver des éléments de réponse dans le caractère politique et rituel de ces épisodes. En premier lieu, la propagande royaliste a alimenté le mythe de l’ennemi anthropophage, entretenant ainsi parmi le peuple napolitain un sentiment de vengeance irrépressible contre les représentants jacobins de la République. L’auteur appuie son propos par des textes issus de la culture populaire, comme des chants et chansonnettes, qui sont apparus au cours des émeutes. Cette utilisation du folklore de la contre-révolution permet d’expliquer le deuxième aspect de l’anthropophagie napolitaine : son caractère magico-rituel. En effet, comme cela est bien mis en évidence dans le troisième chapitre, la manière de s’approprier et d’exhiber les corps pendant les violences contre-révolutionnaires fait écho aux rituels collectifs traditionnels, comme le charivari, coutume également présente à Naples.

6Pour Luca Addante, le cannibalisme napolitain présente des dynamiques qui peuvent être expliquées par une relation politique de gestion du pouvoir, entre gouvernants et gouvernés, où l’acte cannibale permet au peuple de s’approprier et d’inverser de manière temporaire ce rapport. Cette interprétation est donc à rapprocher de celle du charivari, considéré comme une forme de « justice populaire », ou bien comme un mécanisme de redéfinition des rapports communautaires. On pense aussi à des phénomènes similaires, comme le génocide au Rwanda ou la pratique du lynchage dans le Sud des États-Unis, lors desquelles l’appropriation, le contrôle et la présentation du corps des « ennemis » jouent un rôle fondamental dans la violence symbolique. D’un point de vue plus contemporain, l’ouvrage nous fait également réfléchir à l’impact des politiques populistes sur l’équilibre des nations où la révolte incontrôlée reste encore une forme de « langage » populaire, à l’image du Capitol pris d’assaut en janvier 2022 par les partisans de Donald Trump à Washington.

7En définitive, I Cannibali dei Borbone va bien au-delà des intentions que Luca Addante présente dans l’introduction, c’est-à-dire contribuer à éclairer le débat sur le révisionnisme historique concernant cette période de la dynastie des Bourbons de Naples. Il s’agit en fait d’un exemple d’anthropologie historique très réussi dans lequel les sources sont finement rassemblées afin de nous faire découvrir un phénomène quasiment méconnu de l’histoire européenne.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Maurizio Coppola, « Luca Addante, I Cannibali dei Borbone. Antropofagia e politica nell’Europa moderna »L’Homme, 243-244 | 2022, 247-248.

Référence électronique

Maurizio Coppola, « Luca Addante, I Cannibali dei Borbone. Antropofagia e politica nell’Europa moderna »L’Homme [En ligne], 243-244 | 2022, mis en ligne le 25 décembre 2022, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/44877 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.44877

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search