Navigation – Plan du site

AccueilNuméros243-244Comptes rendusHistoire & ÉpistémologieJean-François Bert, ed., Lire « L...

Comptes rendus
Histoire & Épistémologie

Jean-François Bert, ed., Lire « Les Techniques du corps », relire Marcel Mauss

Léo Mariani
p. 248-250
Référence(s) :

Jean-François Bert, ed., Lire « Les Techniques du corps », relire Marcel Mauss. Nouv. éd. mise à jour et commentée de la conférence de Marcel Mauss. Paris, Éd. de la Sorbonne, 2022, 264 p., notes bibliogr., ill. (« Libres cours » 9).

Texte intégral

1C’est à New York, sur un lit d’hôpital, que Marcel Mauss eut l’intuition des « techniques du corps » : l’allure de ses infirmières lui rappelait celle des actrices de cinéma, comme si l’usage du corps des unes imitait celui des autres. Son impression fut confortée plus tard, lorsqu’il découvrit que les « jeunes filles » françaises s’étaient appropriées le même motif. Dès lors, il pouvait « généraliser son idée » (p. 49), proposer une grille d’analyse des pratiques corporelles applicable à toutes les sociétés. Comme les autres grands concepts de Mauss, celui de « technique du corps » a fait florès et, même s’il ne nourrit plus de filiation spécifique, il continue d’innerver les sciences humaines et sociales. L’objectif de l’ouvrage de Jean-François Bert n’est pas de se prêter à une nouvelle interprétation de cette notion, ni d’appuyer un programme de recherches sur le travail de Mauss mais, comme le sous-titre du volume l’indique, de le relire. Il faut comprendre cette proposition dans une perspective d’histoire des sciences, qui vise à contextualiser le propos de l’auteur pour mieux lui rendre justice. Finalement, cette minutieuse mise en situation est préférable à beaucoup de théorisations. En nuançant, dans le détail, l’épistémologie et la pensée de Mauss, il nous invite ainsi à reconsidérer la nôtre.

  • 1 Jean-François Bert, « Les Techniques du corps » de Marcel Mauss. Dossier critique, Paris, Publ. de (...)

2Jean-François Bert est maître d’enseignements et de recherches à l’Université de Lausanne, sociologue et historien des sciences sociales. C’est en fin connaisseur de l’œuvre de Mauss qu’il se présente ici. Formellement, il s’agit de mettre à jour une synthèse parue en 2012, aux mêmes éditions de la Sorbonne : « Les Techniques du corps » de Marcel Mauss. Dossier critique1. Pour la nouvelle mouture, l’ensemble a été révisé et actualisé en plus d’être augmenté d’un article de François Sigaut et d’une postface de Jean-Pierre Warnier, qui revient sur la trajectoire de Matières à Penser, le groupe de recherches qu’il dirigea et qui constitue, à ce jour, l’un des principaux moments de développement des intuitions de Mauss. Pour le reste, l’ouvrage est organisé autour du texte commenté de la fameuse conférence que ce dernier prononça, en 1934, devant la Société de psychologie. Il s’ouvre sur un chapitre introductif très documenté où Jean-François Bert restitue le contexte institutionnel et intellectuel de l’époque, synthétise les idées de l’auteur et aborde la question de « la réception de cette conférence », avant de justifier la sélection des onze articles qui suivent. Ces choix éditoriaux sont assumés avec beaucoup d’à-propos, comme une occasion de réfléchir à la nature de l’influence des textes académiques dans le temps. Ainsi convaincus, on comprend mieux pourquoi Pierre Bourdieu et Gregory Bateson sont absents du sommaire, ou pourquoi Jean-François Bert donne « à lire un chapitre […] de l’ingénieur Edgar de Geoffroy sur la locomotion humaine et seulement une partie du texte d’André Leroi-Gourhan extrait de La Civilisation du renne, alors que Mauss n’est jamais directement cité et encore moins commenté par ces deux auteurs » (p. 29).

3Il faut insister sur la qualité de la tâche accomplie par Jean-François Bert, un exhaustif et patient travail d’accompagnement et de référencement, qui est entièrement mis au service du texte, de son intelligibilité et de sa valorisation. Jamais il ne cherche à passer devant son auteur, jamais non plus il ne cède à l’érudition gratuite. De bout en bout, il semble plutôt tenu par une exigence pragmatiste généreuse et littérale : rapporter les mots de Mauss à la situation (une conférence devant des psychologues) et au contexte (historique et intellectuel) de leur énonciation. Le lecteur pourra facilement s’en faire une idée en parcourant les nombreuses annotations du texte de la conférence, qui l’enrichissent beaucoup et forment, avec lui, un modèle du genre (que tout curieux de Mauss devrait avoir dans sa bibliothèque) : ici, c’est l’emploi d’un « nous » adressé à l’assistance qui fait l’objet d’une explication (p. 47, note 4) ; là, un sous-entendu critique destiné à Henri Bergson (p. 50, note 11) ; ailleurs, la volonté originale de Mauss de procéder « du concret à l’abstrait » et d’adapter les théories aux phénomènes observés (p. 45). La lecture est partout ponctuée d’incises biographiques et bibliographiques qui permettent in fine d’imaginer quelque chose de l’ordre de la perspective, ou du point de vue de l’auteur.

4Les textes sélectionnés sont eux aussi introduits et situés, formant une série très cohérente, jalonnée de figures savantes plus ou moins attendues : Edgar de Geoffroy, André Leroi-Gourhan, André-Georges Haudricourt, Marcel Cohen, Jean-Louis Pelosse, Igor de Garine, Georges Gurvitch, Bernard Koechlin, Georges Condominas, Georges Vigarello et François Sigaut. Au-delà du propos, on sort revigorés et déstabilisés de ces lectures, qui brillent par leur originalité, leur liberté et leur transversalité, mais induisent un sentiment d’inachevé, comme si l’enthousiasme né des propositions de Mauss s’était arrêté là. Dans sa postface, Jean-Pierre Warnier donne peut-être une clé pour comprendre cette impression de désaffection : « là où nous parlions du corps », avance-t-il, « de la perception, des conduites sensorimotrices, de choses aussi triviales que la peau, les odeurs, le toucher, les textures des matériaux et les prises qu’ils offrent, nombre de nos interlocuteurs [des collègues] entendaient les représentations de ces réalités et les commentaires verbalisés auxquels on pouvait les réduire » (p. 241).

5Pour Mauss, la réalité du corps ou de la société était toujours à la fois psychologique, biologique et sociale (même lorsqu’il parlait de « fait social total »). Elle a été « découplée » depuis, selon le mot de François Sigaut. En ce sens, c’est une force de la relecture proposée par Jean-François Bert que de nous inviter à réinvestir la matérialité des corps, à les considérer aussi pour ce qu’ils fabriquent et contraignent le social. Ce type d’engagement est actuellement porté par des autrices féministes, qui s’appuient sur des épistémologies épaisses incluant la réalité physique des corps. On peut espérer que « ces nouveaux matérialismes » participent, dans les mondes francophones, à raviver certaines des questions et certains des débats initiés par Mauss, et si bien restitués ici.

Haut de page

Notes

1 Jean-François Bert, « Les Techniques du corps » de Marcel Mauss. Dossier critique, Paris, Publ. de la Sorbonne, 2012 (« Homme et société » 42).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Léo Mariani, « Jean-François Bert, ed., Lire « Les Techniques du corps », relire Marcel Mauss »L’Homme, 243-244 | 2022, 248-250.

Référence électronique

Léo Mariani, « Jean-François Bert, ed., Lire « Les Techniques du corps », relire Marcel Mauss »L’Homme [En ligne], 243-244 | 2022, mis en ligne le 25 décembre 2022, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/44882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.44882

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search