Navigation – Plan du site

AccueilNuméros243-244Comptes rendusHistoire & ÉpistémologieNouvelles Questions féministes, 2...

Comptes rendus
Histoire & Épistémologie

Nouvelles Questions féministes, 2020, 39 (1) : Partir de soi. Expériences et théorisation

Caroline Michon
p. 250-251
Référence(s) :

Nouvelles Questions féministes, 2020, 39 (1) : Partir de soi. Expériences et théorisation, 2020. Éd. par Marie Mathieu et al. Lausanne, Antipodes, 2020, 184 p.

Texte intégral

1La perspective critique du savoir, de son édiction et des représentations qu’il sous-tend, est un élément central de la pensée et des pratiques féministes. Comme nous le rappellent en introduction les coordinatrices de ce numéro, Marie Mathieu, Vanina Mozziconacci, Lucile Ruault et Armelle Weil, les épistémologies féministes du standpoint, ou « épistémologies situées », ont émergé au cours des années 1980-1990 à divers endroits et dans différents champs disciplinaires. Pensées comme un espace de théorisation des oppressions et un outil de réflexion sur le savoir et le pouvoir qui en découle, les épistémologies féministes proposent un renouvellement théorique singulier fondé sur la reconnaissance des expériences des émettrices. Cette question de la politisation du « je » et de l’intime, de même que de la réappropriation des corps et des savoirs par les féministes, est au cœur de ce numéro des Nouvelles Questions féministes, intitulé Partir de soi. Expériences et théorisation. À partir du constat de la pérennisation d’un discours et d’une pratique scientifique forte de l’illusion d’une connaissance neutre, les autrices et auteurs y présentent un panorama, non exhaustif, des épistémologies féministes, de leurs déclinaisons et de leurs limites.

2Dans la première section de ce numéro, sont explorés, en adoptant une démarche philosophique, la place de l’expérience dans les théorisations féministes ainsi que les débats entourant la construction du sujet politique des féminismes. En ouverture, Léa Védie retrace la politisation du « je » au sein des courants féministes radicaux en France et aux États-Unis dans les années 1980. En faisant dialoguer les critiques adressées, d’une part, par les féministes radicales blanches aux groupes d’extrême gauche et, d’autre part, par les féministes noires et Chicanas aux féministes radicales, l’autrice montre finement la manière dont l’édiction d’un sujet des féminismes et de ses luttes, fruit d’une conscientisation du « je », a mené à une réflexion sur l’exclusion des femmes noires et Chicanas.

3L’accès à l’expérience des femmes et à sa reconnaissance se pose également dans le champ médical. À travers une lecture féministe de l’épistémologie médicale subjectiviste et de l’objectivation des corps des femmes, Anaïs Choulet témoigne des difficultés pour ces dernières d’appréhender leurs symptômes et leur vécu corporel. Pour remédier à cette objectivation corporelle dépossédante, elle propose de faire un toucher thérapeutique. L’« épistémologie du point de contact » (p. 47), qui s’appuie sur une pratique personnelle du shiatsu, est pensée comme un outil de connaissance des expérimentations corporelles dans leur forme intime et relationnelle.

4Cette réflexion sur les modalités de l’expérience comme source de savoir se prolonge dans le travail de Margot Giacinti sur l’historicisation du concept de féminicide. Tout en se référant à une généalogie des catégories juridiques des crimes dont sont victimes les femmes, théorisées en tant que féminicides à partir des années 1970, l’autrice participe à l’élaboration d’une mise en récit des expériences de celles qui ne sont plus. C’est en effet avec les récits conjugués des victimes de violences sexistes et sexuelles que le caractère systémique et patriarcal de ces crimes a été pensé. Toutefois, Margot Giacinti nous met en garde contre une réappropriation apolitique et patriarcale de la théorisation féministe des féminicides en pointant l’exemple du Mexique.

5Le dernier texte de cette section, présenté par Delphine Frasch, apporte un complément théorique précieux aux articles précédents. Par une synthèse détaillée des propositions centrales des autrices matérialistes du standpoint, telles que Sandra Harding, Dorothy Smith, Nancy Hartsock et Hilary Rose, Delphine Frasch expose la pluralité et la vivacité de ce courant tout en réaffirmant son caractère politique et collectif. Dans l’intention d’interroger les modalités de production de l’épistémologie féministe, qui ne se limiterait pas à une catégorie sociale et au monde universitaire, l’autrice s’appuie sur les travaux de réécriture de Donna Haraway, mais également de Patricia Hill Collins, proposant des alternatives théoriques.

6En parallèle à cette approche philosophique de l’épistémologie, Marion Repetti et Jean-Pierre Tabin explorent les mécanismes de reproduction des inégalités dans et par la manière dont la pension de retraite est pensée et distribuée en Suisse. On voit ainsi se dessiner un continuum depuis la moitié du xixe siècle jusqu’aux années 1990, excluant les femmes et les dominé(e)s, et préservant une masculinité façonnée par la division genrée du travail. En cette période troublée, où la visibilité renouvelée des féminismes et l’affirmation d’une pluralité de ses sujets politiques font face à une offensive rétrograde, l’article de Tanguy Grannis suscite une réflexion sur les hommes et les résistances ou contre-offensives à l’égalité de genre. En présupposant la fin du patriarcat comme système de domination, l’auteur examine différents courants d’analyses des masculinismes et de leurs effets sur la société.

7L’entretien de Michèle Le Doeuff, philosophe française féministe, avec Marie Mathieu, Vanina Mozziconacci, Lucile Ruault et Armelle Weil est un témoignage éclairant des combats académiques menés par cette chercheuse depuis les années 1970. Figure parfois oubliée des débats philosophiques sur l’androcentrisme de la philosophie et le sexisme dans la recherche académique, Michèle Le Doeuff, spécialiste de Francis Bacon et de l’utopie, livre une histoire des luttes où se mêlent récits personnels et analyse des biais de production de la philosophie. Enfin, les deux entretiens qui viennent conclure ce numéro retracent la création et les combats menés par deux collectifs suisses depuis 2018 : le Collectif de lutte contre les attitudes sexistes en milieu hospitalier (Clash) et un groupement issu de la Marche mondiale des femmes/Suisse, organisateur de la plateforme « Femmes-Migration-Refuge ». Dans ces deux récits, la politisation de l’expérience, l’entraide et l’institutionnalisation illustrent les mécanismes de politisation d’un « nous » pluriel et mouvant.

8Outre son apport historique et théorique sur les épistémologies féministes, ce dossier insiste sur la pluralité des positionnements et la complexité de l’articulation des expériences des femmes. En effet, la dimension intersectionnelle de l’identité exige une réflexivité continue et un dialogue entre les milieux académiques et militants qu’illustre par bien des aspects ce numéro. On pourrait compléter cette analyse par une mise en lumière des pratiques épistémologiques féministes dans ces milieux, à partir d’études de cas. De plus, si l’attention aux limites de certains pans de l’épistémologie féministe, soulevées par les féminismes des Suds, est abordée succinctement, on peut regretter l’absence d’une réflexion plus approfondie sur la place des savoirs des femmes des Suds et des minorités de genre.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Caroline Michon, « Nouvelles Questions féministes, 2020, 39 (1) : Partir de soi. Expériences et théorisation »L’Homme, 243-244 | 2022, 250-251.

Référence électronique

Caroline Michon, « Nouvelles Questions féministes, 2020, 39 (1) : Partir de soi. Expériences et théorisation »L’Homme [En ligne], 243-244 | 2022, mis en ligne le 25 décembre 2022, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/44887 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.44887

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search